Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 21:09

David BALDACCI

Editions MICHEL LAFON

 

Traduction: Laure JOANIN


 

divine justiceDisons-le tout de suite. Je ne suis pas habitué à lire ce genre de roman.

 

Plutôt attaché au polar, au roman noir et parfois au thriller, les romans d’aventure qui mêlent espions, agences de renseignements, complots et actions spectaculaires m’étaient jusqu’ici assez rédhibitoires.

 

Alors quand on m’a donné l’occasion de lire le roman de David BADALCCI «  Divine Justice » , c’est avec des a priori sur le genre et une extrême frilosité que je suis rentrer dans ce roman.

 

Et comme dit le proverbe, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idée !

 

Car passé l’appréhension des premières pages, je me suis surpris à me laisser prendre  au piège par cette histoire digne des meilleurs scénarii hollywoodiens.

 

Pour John Carr, plus connu  sous le nom d’Oliver Stone par les services américains auxquels il appartenait, la fuite est devenue  son unique planche de salut. Pour avoir assassiné un haut responsable des services secrets ainsi  que le sénateur de l’Alabama, il a déclenché contre lui la plus incroyable chasse à l’homme à travers tout le territoire américain.

 

Le général Macklin Hayes est à la manœuvre .Il  a juré la perte de John Carr et lâche à la poursuite de l’ex-agent, le meilleur de ses éléments, John Knox. Ce dernier se lance donc sur les traces de cet ennemi de l’ombre, devenu public sur tous les networks du pays. Il s’intéresse à son entourage, et creuse le passé de Carr dans les archives de la CIA contre l’avis du général qui ne veut visiblement pas tout lui dire.

 

C’est comme cela qu’il découvrira que Carr faisait partie d’une escouade de tueurs au service cia2.jpgdu gouvernement, la Triple Six, aujourd’hui démantelée, et qu’à mesure où il en apprend un peu plus sur l’homme qu’il traque, Knox commence à esquisser un autre portrait de celui qu’on lui a présenté comme  un traitre et à comprendre les motivations qui l'ont poussées à perpétrer ces deux meurtres de sang froid.

 

Pour Carr, fuir ne suffit pas, il faut disparaitre. Couper les ponts avec ses amis du Camel Club, pour qu’ils ne se retrouvent pas mêlés à tout ça . Dans le wagon d’un train qui l’emmène loin de la capitale, Carr vient en aide à Dany, un jeune pris à partie par une bande de voyous. En liant sa route à la sienne celui-ci va trouver refuge à Divine, un bled paumé au cœur de la Virginie d’où est originaire Danny.

 

Mais même si dans une petite ville perdue des états unis  les affaires d’états et les complots internationaux n’ont de consistance qu’ à la télévision , le poison de l’argent , la cruauté et la cupidité des hommes ont tôt fait de transformer un havre de tranquillité en enfer où l’on risque sa vie à chaque coin de rue. Pour  vouloir aider Danny et sa mère Abby, Carr va rapidement prendre conscience que son nouveau refuge a tout d’un guêpier dans lequel il s’est fourré ! Et le Diable a décidé de faire une halte à Divine !

 

Pourquoi, alors que jusqu’ici je n’aimais pas ce genre de littérature, ce roman est-il parvenu à me plaire ? Il reprend pourtant bien des clichés éculés, comme celui de la trahison, du complot, de l’agent qui de chasseur devient gibier, de ces hauts responsables sans foi ni loi qui n’hésitent pas à sacrifier des hommes sur l’autel de leurs intérêts particuliers. Alors pourquoi ?

 

Est ce le rythme de l’histoire, particulièrement soutenu et qui ne relâche à aucun moment la tension pour le lecteur. Une histoire fluide qui se déroule au grès des méandres d’un scénario particulièrement bien ficelé ?

 

davidbaldacci.jpgEst-ce la parfaite combinaison entre les deux histoires, la chasse du fugitif pour Knox, la fuite pour Carr, qui s’articulent au mieux l’une à l’autre avant de trouver leur dénouement commun ?

 

Est-ce le style de l’auteur. Plus narratif de l’action que descriptif de l’environnement où elle se déroule ?  L’emploi de chapitres courts et l’alternance systématique des acteurs de cette aventure ?

 

Non, ce qui m’aura véritablement séduit dans ce livre ce sont les personnages. Pour le coup nous sommes bien loin des stéréotypes de l’agent exécutant froidement sa tâche sans réfléchir. Carr qui dans sa volonté à aider Dany et sa mère va retrouver un peu de cette part d’humanité qu’il a laissé derrière lui, en trouvant une cause simple, mais juste à défendre. Knox qui tout en pourchassant sa cible se pose de plus en plus de question sur la finalité de sa mission et commence à ressentir de l’empathie pour celui qu'il pourchasse. Des personnages plus complexes qu’il n’y parait qui donnent à ce roman son épaisseur.

 

Entre affaires d’état et crimes ordinaires, David Badalcci réalise un mariage réussit,  donnant  un roman efficace qui tient son lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

 

Un expérience de lecture que je ne regrette pas !

 

l'avis de mon ami Claude Le Nocher link

 

Le roman est paru le 25 Aout dernier

Partager cet article

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Américains

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook