Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 00:00

" L'ombre dans l'eau " de Inger FRIMANSSON

 

Editions FIRST

 

 

L'Ombre dans l'eau«  L’ombre dans l’eau » est le second roman que publie Inger Frimansson aux éditions FIRST.

 

Nous y retrouvons Justine, un personnage que le lecteur avait découvert dans «  bonne nuit mon amour » ( voir le billet qu’en avait fait à l’époque ma copine Sophie link) .

 

Ce second roman est donc le prolongement du premier, même s’il n’est pas nécessaire de l’avoir lu pour s’immerger dans cette histoire. Et ca tombe bien car personnellement je n’avais  pas eu la chance de le lire.

 

Justine est une femme meurtrie, pour laquelle les plaies d’un passé douloureux sont à peine refermées. Ayant perdu sa mère à l’âge de quatre ans,  devenue le souffre douleur de ses camarades de jeu quand elle était adolescente, elle a  vécu par la suite avec une belle mère qui  la rejetait et la brimait.

 

Comme cela ne suffisait pas, Justine voit comme une malédiction les êtres qui lui sont les plus chers disparaître autour d’elle. Son père emporté bien trop tôt par une crise cardiaque, et Nathan, l’homme pour lequel elle vouait un amour sans borne, disparu quant à lui en pleine forêt amazonienne. Même sa camarade de classe Berit, qui pourtant ne la ménageait pas quand elle était plus jeune, s’est volatisée sans laisser de traces. Seul, son grand corbeau noir  qu’elle a apprivoisé et qui partage son existence lui apporte un peu de réconfort.

 

Les années ont passé. Justine vit toujours au même endroit, avec son corbeau, dans sa maison au bord du lac. Mais même si son cœur s’est ouvert à un autre homme, Hans, gardien de nuit dans un hôtel , qui arrive par sa présence et son calme à apaiser ses vieux démons,  elle continue à vivre intérieurement recluse sur elle-même.

 

Mais ses angoisses reprennent. Son corbeau s’agite. Des ombres rôdent autour de sa maison quand Hans n’est pas à ses côtés. Et il y a ces cauchemars, incessants qui la reprennent  et où elle voit son ancienne camarade de classe,  Berit, flotter entre deux eaux, regard tournée vers la surface et qui l’observe  fixement. Le passé vient effleurer sa réalité.

Pourquoi ressent-elle toujours ce besoin incompressible de prendre régulièrement sa barque pour sur rendre au milieu du lac ?

 

Et ce flic, qui vient voir Hans, pourquoi lui parle t’il de Justine en ces termes ? A quoi fait-il allusion ? Se pourrait il qu’elle ait des choses à cacher ? Il n’y a pas pire ennemis qu’un doute qui s’immisce dans votre esprit.

Ce roman n’est pas une histoire à rebondissements, à actions,  où les cadavres jonchent les coins de pages. C’est d’abord un roman d’atmosphère, particulièrement pesante et sombre qui met progressivement le lecteur mal à l’aise. Un roman de femmes, où l’espoir n’est pas un point d’horizon.

 

 Inger Frimasson opère par petite touche, apporte progressivement pièce par pièce les éléments de son scénario. Un ensemble de destins qui se croisent ou s’entremêlent, où chaque personnage porte en lui ses propres fêlures, ses propres blessures.

 

C’est un portrait psychologique particulièrement travaillé auquel s’est attaché l’auteur. Des femmes en particulier. ingerfrimansson.jpgAbîmées, esquintées par la vie mais qui seront aussi source de violence.

 

A l’image de Justine. Héroïne ambigüe qui flirte en permanence avec la frontière entre la folie et la réalité .Ou Ariadne, femme régulièrement battue et enfermée dans un placard par son mari ,flic de son etat, et qui devra puiser sa force dans son désespoir pour déjouer un destin écrit d’avance pour elle.  


Et que dire des hommes qui, dans ce paysage psychologique à vif,  sont loin d’avoir  le meilleur rôle. Absents ou incapables de protéger, ils n’ont parfois pour certains, que la violence comme seul mode d’expression.

 

Jusqu’au bout  l’auteur parvient  à maintenir son lecteur dans un doute permanent, ne lui laissant pas la possibilité de porter un jugement définitif sur son personnage principal, et qui jusqu’au bout hésitera entre la compassion et la suspicion.

 

Avec ce  roman, Inger Frimansson a obtenu pour la seconde fois le prix du meilleur roman policier suédois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eskalion

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook