Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 19:24

OLIVIER BORDACARRE

EDITIONS FAYARD NOIR

 

la france tranquilleUn titre qui sonne comme un slogan de campagne en cette période pré-électorale. Qui fleure bon la France d’antan, celle qui berce notre nostalgie d’une époque bénie où l’on n’avait pas à se poser de questions, où tout allait de soi.


Il y a comme ca des bouquins qui arrivent au bon moment, qui s’inscrivent parfaitement dans l’air du temps. Et  justement en ces temps troublés où le citoyen écoute, hypnotisé, ceux qui nous ont plongés dans la crise nous expliquer qu’ils sont les mieux placés  pour nous y en sortir, où l’Autre redevient le catalyseur  de tous nos maux, où les solidarités se rouillent à l’ère  du chacun pour sa gueule et se délitent sous l’acide du profit, le dernier bouquin d’Olivier Bordaçarre  apparaît comme une énorme claque salvatrice. De celles qui donnent à réfléchir et qui remet la tête à l’endroit.


Car  cette France tranquille que nous fait découvrir l’auteur est des plus inquiétantes,  elle est même pour ainsi dire carrément flippante !


Nogent-les Chartreux est une petite ville provinciale comme tant d’autre, perdue dans le paysage hexagonal, une ville  tranquille où la vie suit son cours dans un engourdissement citoyen coupable.


Car Nogent est une ville qui pourrit sur pied, gangrénée de l’intérieur par la consanguinité des idées primaires de ses habitants, la dégénérescence du renfermement sur soi , et la dissolution de la raison et de la solidarité dans les miasmes du cancer de la peur.


Dans cette ville où tout tient de l’équilibre précaire, où la qualité de la gestion municipale se mesure au nombre de caméras de surveillance implantées, où le danger est potentiellement identifié et calibré, rien ne doit et ne peut arriver aux braves gens !


Alors quand les agissements imprévisibles d’un tueur en série remettent tout le monde sur 1557076_3_4094_emeutes-a-tottenham-le-8-aout.jpgun pied d’égalité en faisant de chaque habitant une cible potentielle, la peur dont on se croyait immunisé sous l’effet placebo du vaccin sécuritaire, cette peur froide et insidieuse revient ramper dans les rues de la ville et s’emparer des esprits de ses habitants. Et quand la mèche est allumée, c’est le vernis de la civilité qui explose la première, pour laisser place à l’instinct primaire,  où la délation ramène à la France bucolique des années 40.


Dans ce barnum qui ébranle la ville, au milieu de la meute qui a gouté au sang, un homme, un flic obèse, voit ses contemporains s’abîmer dans la destruction et l’aliénation à la folie collective. N’ayant pour horizon que sa retraite à venir et les parties de pêche qui vont avec, ne trouvant de lumière que dans son fils tourné vers les étoiles, et les mots de son ex-femme qui sont autant de caresses sur son cœur meurtri, il se retrouve là, comme un îlot humain au milieu d’une jungle sauvage.


 Témoin dubitatif face aux évènements, insensible aux pressions de sa hiérarchie et des politiques locaux, il ne sait trop comment prendre les choses en main. Pourtant c’est sans doute ce décalage, cette nonchalance existentielle qui lui maintient les pieds sur terre et lui permet de rester suffisamment lucide pour finalement prendre la piste de la vérité à mesure que la menace se fait plus précise.


Olivier Bordaçarre accomplit un roman réussi. Des personnages abîmés, par la vie, par la crise, qui gardent leur dignité ou se vautrent dans la violence. Un lecteur de plus en plus mal à l’aise à mesure que les pages se tournent, qui se dit que la fiction n’est finalement pas si éloignée que ça de sa réalité. Qui se remémorent toutes ces petites phrases assassines entendues chez le commerçant du coin, au boulot ou entre amis, ces bons mots balancés avec humour au sujet de l’étranger mangeant le pain des français , du chômeurs payé à rien foutre , de ces allocs qui plombent les finances de l’Etat et engraissent les fainéants ; et tout ces soupirs résignés, ces sourires crispés pour unique réponse , ces petites lâchetés quotidiennes à ne jamais contredire le crétin aux idées courtes qu’on a  en face de soi. A en oublier d’être un citoyen.


Car c’est là la force de l’auteur. Montrer, et amener progressivement le lecteur à faire le lien avec le réel, à prendre conscience que poison opère toujours au moment même où il lit ce livre, … et à laisser le laisser décider de la suite quand il redeviendra électeur le moment venu.


bordecarre.jpgPar contre, j'émets une toute petite réserve. En effet, je trouve le basculement dans la violence incontrôlée peut être un peu excessif. L'auteur décrit parfaitement la montée de cette folie collective qui s'empare des habitants de cette petite ville de province, mais je trouve son déchainement un peu disproportionné par rapport aux faits qui le provoquent. Mais sans doute fallait-il en passer par là pour bien saisir les conséquences terribles à laisser ses peurs prendre le pouvoir sur la raison!


 Ni voyeur, ni moralisateur, Olivier Bordaçarre nous offre donc en miroir une certaine France qui se bâtit insidieusement à l’ombre de la crise, contaminée par les emprunts toxiques, les plans de licenciements, les magouilles politiques, et qui se nourrit à cette soupe qui, bien qu’on y rajoute de l’eau pour la rendre plus claire, reste toujours brune.


Une France qui ne sait plus s’aimer.

 

l'avis des copains :

 

chez Manu link

 

chez Yan link

Partager cet article

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook