Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 07:24

 

lapetitesourisBonjour à tous ! l'hiver est là, cela ne vous aura pas échappé je pense ! Mais si les branches des arbres par endroit ploient sous le poids de la neige, chez les libraires ce sont les étagères qui vont ployer sous les livres! Le moment peut être de choisir un bon livre dans la liste ci dessous pour s'intaller confortablement au coin du feu plutôt que de risquer de mettre en chorégraphie " pirouette cacahuète" dans vos rues verglacées ! Quelques pépites vous attendent !  Et à acheter vos livres, faites le chez votre libraire de proximité, un petit geste qui permet de mettre de la couleur sur nos villes de bétons et eviter de n'avoir que des vitrines de pompes et fringues pour seuls paysages.


Editions PRESSES DE LA CITE

 

La-Cabane-des-pendus.jpg

 

« la cabane des pendus » de Gordon FERRIS le 06/02

 

1946. De retour à Londres après cinq années de guerre, Douglas Brodie, ancien policier, traîne son spleen dans les pubs en vivotant de piges journalistiques. Un coup de fil va cependant l’obliger à sortir de sa torpeur. Hugh Donovan, un ami de longue date qu’il croyait mort au combat, l’appelle au secours : enfermé dans une prison de Glasgow et condamné à être pendu pour le viol et le meurtre d’un petit garçon, il compte sur Dougpour l’aider à prouver son innocence. A Glasgow, la ville de son enfance, ce dernier découvre que les preuves réunies par l’accusation sont accablantes. Or il ne reste que quatre semaines avant l’exécution…

la-voisine.jpg
«  la voisine » de Jenn ASWHORTH le 16/02

 

Lorsqu’elle emménage dans sa nouvelle maison, Annie tombe immédiatement sous le charme de son voisin Neil, qui, malheureusement pour elle, n’est pas célibataire : il partage son existence avec Lucy, une jeune femme svelte et épanouie, aux antipodes d’Annie, obèse et mal dans sa peau. Au fil des jours, cette dernière se met à vivre au diapason du couple qu’elle espionne à travers la cloison les séparant, et finit par être convaincue que Neil l’aime en secret. Emportée par son délire érotomane, elle se donne pour mission de libérer son voisin de l’influence néfaste de Lucy, qui les empêche de vivre pleinement leur amour…

 


je-t-aurai.jpg

 

« Je t'aurai » de Brian FREEMAN le 09/02

 

Grand Rapids, petite bourgade tranquille du Minnesota. Un bébé de onze mois, Callie, disparaît dans une luxueuse résidence au bord du lac Pokegama. La même nuit, Kasey Kennedy, agent de police, se perd dans le brouillard et est témoin d’un meurtre sanglant.


Le tueur, qui n’en est pas à son coup d’essai, n’apprécie guère d’avoir été dérangé en pleine action, et décide de punir Kasey, une bien « vilaine fille »… Pour Jonathan Stride, qui est chargé des deux enquêtes, la plus grosse difficulté sera de composer avec la mère de l’enfant, prête à tout pour sauver sa fille, et la jeune policière, qui refuse de reculerdevant la menace.

 

Editions SEUIL

 

europa-blues.jpg
« Europa blues » de Arne DAHLE le 09/02


Magda, une prostituée originaire d'Odessa, découvre que son souteneur est le bourreau de son grand-père mort à Buchenwald. Ce soit disant Italien est en réalité un Allemand ancien membre des troupes d'élites hitlériennes, fondateur d'un Institut de la douleur à Weimar qui visait à mesurer l'intensité maximale de la douleur que pouvait supporter un homme avant de mourir. Les déportés étaient pendus par les pieds, une tige en métal introduite dans le crâne afin de stimuler les centres nerveux pour générer une douleur lancinante.Dès lors, Magda se jure de venger son grand-père et d'éliminer tous les " salauds " d'Europe et nazis reconvertis. Elle enrôle d'autres prostituées : elles forment le groupe des Erinyes (cf déesses grecques de la vengeance) qui exécutent leurs victimes sur ce même mode opératoire très cruel. C'est ainsi que les enquêteurs du Groupe A feront peu à peu le lien entre les différents assassinats.

 

a-la-trace.gif

 

«  A la trace » de Deon MEYER le 02/02


A la trace tranche sur les romans précédents par sa structure ambitieuse.
L'action progresse staccato. L'art du pisteur, évoqué par une citation en début de chapitre, illustre la manière dont chacun des protagonistes va laisser des traces. Toutes, à un moment donné, se recouperont : septembre 2009.- Milla Strachan, lasse de vingt ans de mariage-maltraitance, plaque son mari et est embauchée par la Presidential Intelligence Agency, branche des services secrets. La PIA surveille un groupuscule islamiste qui semble attendre une importante livraison par bateau.


- Lemmer, l'antihéros de Lemmer l'invisible, est chargé par un défenseur des espèces animales menacées d'assurer le transfert à la frontière du Zimbabwe de deux inestimables rhinos noirs. Lors d'une fusillade, il est dépossédé de son Glock, où ses empreintes abondent. Il n'aura de cesse de le récupérer -Milla s'entiche d'un aventurier, Lukas, prétendument archéologue, en réalité archéologue-gentleman-cambrioleur.


Il combat un gang allié aux Islamistes qui a embarqué par accident ses économies et refuse de les luirestituer. L'action de Lukas va croiser celle des services secrets, qui le prennent à tort pour un terroriste. - Mat Joubert, au service de l'agence de détectives privés créée par l'ex-inspecteur Griessel (deux revenants !) enquête sur la disparition de Davie Flint, cadre de l'Atlantic Bus Company, qui s'est volatilisé devant son club de gym.

 

Editions Albin Michel

 

 

le-secret-de-dieu.gif

 

«  le secret de dieu » de David EMTON le 01/02


Jérusalem : ville sainte, ville maudite. Depuis plus de mille ans, trois religions s’y entre-déchirent.
Les guerres s’y succèdent. Les attentats s’y multiplient. Un homme, archéologue et franc-maçon, a découvert les racines du mal. Mais on ne croise pas impunément le chemin des Fils des Ténèbres… Dans ce grand thriller initiatique, David Emton, brassant personnages, époques et lieux, éclaire d’un jour nouveau l’histoire des religions et des hommes

 


une-mort-absurde.gif« Une mort absurde » de Laura WILSON le 01/02


Les Londoniens épuisés par 5 ans de conflit vivent dans la terreur des V1 d’Hitler.
L’inspecteur Stratton trouve cependant l’énergie pour s’atteler à une nouvelle enquête : le décès suspect d’un médecin, puis d’une infirmière de l’hôpital de Fitzrovia Middlesex. Il semblerait qu’un individu passé maître dans l’art d’usurper les identités, évolue et tue à sa guise, et Stratton est prêt à en découdre avec cet homme sans visage… De son côté, Jenny, sa femme, croise la route d’une rescapée des bombardements qui affirme que son mari est un imposteur.
Y a-t-il un lien entre le Centre de secours aux sinistrés, où elle travaille, et l’enquête de Ted à l’hôpital ? Au fur et à mesure que l’enquête s’épaissit, les Stratton découvrent qu’ils sont peut-être eux aussi en danger de mort… Un thriller psychologique mené de main de maître dans l’atmosphère lourde et irréelle d’une ville en ruines.

 

Editions JIGAL

 

le-chasseur-de-luciole.gif
«  Le chasseur de lucioles » de Janis OTSIEMIS le 15/02

 
À Libreville, une prostituée est découverte sauvagement assassinée dans un motel de la périphérie.
Les agents de la PJ - de fidèles abonnés des bordels de la capitale - pensent tout d'abord à un crime de rôdeur... Quand une seconde fille est retrouvée égorgée dans un autre hôtel du quartier, les policiers sont encore loin d'imaginer qu'ils ont affaire à un client bien décidé à nettoyer la ville de toutes ses lucioles... Celui qui te veut du mal la nuit a commencé à t'en vouloir le jour. C'est dans ce climat de psychose générale que les gendarmes de la DGR enquêtent de leur côté sur le braquage d'un fourgon de la Société Gabonaise de Sécurité dont le butin de plusieurs millions de francs CFA attise bien des appétits..

 

l-ete-finira.gif

 
«  L’été finira » de Maurice GOUIRAN le 15/02


Nous sommes à la fin de l'été 1973.


Clovis, qui vient de terminer ses études et de décrocher un premier job à Paris, s'accorde un mois de vacances du côté de Marseille. Au programme : le soleil, la mer, les filles et les copains... Mais en août, le climat de la ville se détériore brutalement suite à l'assassinat d'un chauffeur de bus par un déséquilibré nord-africain. Meurtres et ratonnades vont dans les semaines suivantes pourrir l'atmosphère de la cité phocéenne.
Règlements de comptes entre bandes ou résurgence de la xénophobie... ? La police enquête mollement, la presse souffle sur les braises et la rue réagit violemment. C'est en cherchant à élucider le meurtre de son ami Ali que Clovis va se retrouver très vite au centre de la cible...

 

les-auteurs-du-noir-face-a-l-indifference.gif


«  Les auteurs de noir face à la différence »  collectifs le 15/02


La détresse d'une femme amnésique, une tragique balade en mer, un ange qui tue, les sévices ou la solitude, le sacrifice de jeunes albinos en Afrique, un racket infernal, le piège d'une pickpocket, un dingue du scalpel, la bête humaine, le drôle de journal intime d'une petite fille autiste...


15 auteurs, 15 talents, 15 histoires très noires pour illustrer la différence et décrire ce terrible regard qui pourrit la vie de toutes les victimes d'une discrimination. Déroutant, dérangeant, parfois insoutenable, voici un recueil à lire et à partager avec émotion, parce que derrière ces histoires, il y a toujours quelqu'un qui souffre et en crève... Noir, intense et engagé !

 

Editions SERIE NOIRE GALLIMARD

 

black-block.gif


«  Black blocs » de’ Elsa MARPEAU le 02/02


Post-doctorante en physique moléculaire, assistante à la fac, Swann mène une vie insouciante de jeune bobo parisienne.
Un soir, en rentrant chez elle, elle tombe sur le corps sans vie de son compagnon, Samuel, jeune professeur de sociologie. Alors que Swann se prépare à faire son deuil, elle découvre que l'homme avec qui elle partageait sa vie n'était pas celui qu'elle croyait. Son notaire lui apprend l'existence d'une petite bicoque à Montreuil qui appartenait à Samuel. En s'y rendant, elle fait la connaissance d'un groupe de jeunes anarchistes autonomistes dont Samuel semble avoir été le leader.
Saoulée par son chagrin, Swann commence à marcher dans les pas de Samuel et à s'intégrer à ce groupe d'idéalistes qui semblent sur le point de préparer une action spectaculaire. Mais la situation change du tout au tout quand Swann reçoit la visite de membres de services de contre-sécurité intérieure qui lui apprennent que Samuel était devenu un informateur des services de police, un indic. Les flics sont à la recherche d'un livre appelé Le livre noir qui présenterait dans les détails cette fameuse opération terroriste à laquelle le groupe d'anarchistes faisait référence.
Mais, avant de disparaître, il semblerait que Samuel ait plongé dans la clandestinité, tournant le dos à ses supérieurs. Manipulée de part et d'autre, Swann se lance à la recherche de ce fameux Livre noir, alors que les membres du groupe anarchiste disparaissent un à un et que l'étau de l'Etat se resserre sur elle. Mais si tout n'était que chimère ou, pire, manipulation ? L'essentiel du roman réside moins dans le politique que dans la description froide et clinique d'une jeune femme qui sombre lentement dans une folie paranoïaque suite à la disparition de celui qu'elle aimait.

 

la-belle-vie.gif


«  La belle vie » de Matthew STOKOE le 02/02


Quand Jack s'est installé à Los Angeles, il rêvait de devenir présentateur télé ou acteur, il voulait mener la grande vie, s'écarter à jamais de la masse laborieuse.
Au lieu de ça, il vivote dans un studio miteux de Venice Beach, partage sa vie avec une prostituée à la dérive qui n'est même pas amoureuse de lui. Un jour, après s'être fait enlever un rein contre une grosse somme d'argent, la prostituée disparaît. Son corps mutilé est retrouvé dans un dépotoir du centre de la ville. Pour Jack commence alors une longue descente aux enfers dans le milieu de la prostitution.
Totalement dégoûté de lui-même, Jack n'a plus aucun tabou et se met à vendre ses charmes et à pratiquer les pires perversions sexuelles. Un flic véreux et pervers, ancien client de la prostituée se met à le suivre à la trace, persuadé qu'il a quelque chose à se reprocher. Au cours d'une soirée chic où Jack fait la pute pour un jeune acteur homosexuel, il fait la connaissance de Bella, une belle et jeune milliardaire qui n'a pas froid aux yeux.
S'ensuit une relation passionnelle et tumultueuse qui repousse sans cesse plus loin les limites de la décence sexuelle. La belle richarde lui ouvre toutes les portes du monde audiovisuel, et les rêves de Jack deviennent réalité. Mais quand Jack découvre que Bella pratique des opérations chirurgicales illégales pour tromper son ennui sexuel et que le flic s'apprête à les faire chanter, le rêve hollywoodien se transforme en un cauchemar sans retour.
Dès les premières lignes, nous savons que nous allons traverser des zones de l'âme qu'on évite habituellement. Que nous allons baigner dans une atmosphère épaisse, alliant une observation clinique de la réalité à une poésie macabre. Que rien ne nous sera épargné : misère, déviances, scatophilie, nécrophilie, inceste. Nous sommes immergés dans un roman poisseux, qui suinte de toutes les sécrétions possibles.
Matthew Stokoe dépeint une société en perdition, une humanité souillée, où l'individu est aliéné, formaté par le monde de la marchandise. Ce qui porte le livre et nous accroche, c'est bien la personnalité trouble de Jack. De manière souterraine, il nous répugne sans qu'on arrive pour autant à le détester. La force de Stokoe est de maintenir cette ambiguïté, de refuser tout refuge au lecteur. Ce roman profondément marquant laisse pour longtemps un frisson d'intranquillité et une nécessaire nausée.

 

Editions MA

 

le refuge

 

" Le refuge" de Valentine NIKI le 22 février

 

Sue et Martin décident de célébrer leur dixième anniversaire de mariage en retournant dans les Highlands écossaises où ils avaient passé leur lune de miel. A fort William, plaidant le besoin d'aventure, Martin  insiste pour qu'il partent en randonnée sur deux jours, malgré le temps pluvieux de novembre. Susie est rétissante mais se laisse convaincre.

Arrivés au refuge, un violent orage se déchaîne et ils se retrouvent coincés dans cette simple cabane, à des kilomètres de tout et complètrement isolés.

Leurs innoncentes chamailleries dégénèrent en violentes disputes, et Sue commence à sentir qu'il ne sont pas vraiment seuls, surtout quand une sombre présence semble prendre possession du couple.

Sans moyen de s'échapper, Sue et Martin doivent s'efforcer de rester saints d'esprit tandis que l'abri se change rapidement en prison et que leurs pensées se mettent à devenir meurtrières...

 

zero heure à Phnom Phehn

 

 

" zero heure à Phnom Pehn" de Christopher G. MOORE le 07/02

 

Vincent Calvino est un ancien avocat de New York devenu detective privé à Bangkok. Calvino n'a qu'un seul ami, le lieutenant-colonel Pratt , qu'il a connu lors de ses études, à New York.

Calvino et Pratt doivent enquêter sur la mort de Stuart Leblanc, un Montrealais retrouvé assassiné à Bangkok. Pour tenter d'élucider ce mystérieux assassinat, les deux coéquipiers se retrouveront rapidement dans l'enfer de Phnom Pehn, ville où les forces de maintien de la paix de l'ONU tente de retenir la marmite cambodgienne d'exploser, au lendement d'une guerre civile particulièrement sanglante.

Dans cette ville où la tension règne, Calvino et Pratt comprendront rapidement que Leblanc n'avait pas une vie exemplaire et qu'elle se résumait essentiellement à contrebandes d'armes et à trafics de bijoux.

Mais pourquoi les services des renseignements secrets canadiens s'interessent à la mort de ce type? Qui a voulu régler le sort de Stuart Leblanc?


 

Editions de L’ARCHIPEL

 

la-dame-en-noir.gif
«  la dame en noir » de Susan HILL le 08/02


Angleterre, début du XXe siècle.
Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune avoué londonien, est dépêché dans le nord du pays pour assister aux funérailles d'Alice Drablow, 87 ans, puis trier ses papiers en vue d'organiser sa succession.À Crythin Gifford, village où Kipps pose ses valises, les habitants lui battent froid dès qu'il prononce le nom de feue Mme Drablow, unique occupante du Manoir des Marais, demeure isolée, battue par les vents et située sur une presqu'île uniquement accessible à marée basse.Lors de l'inhumation, dans une église quasi déserte, Arthur remarque la présence, un peu en retrait, d'une femme tout de noir vêtue, le visage émacié, comme rongée par une terrible maladie.
Il l'aperçoit ensuite dans le cimetière, mais elle s'éclipse avant qu'il ait le temps de lui parler...Cette femme en noir, Arthur la verra de nouveau aux abords du manoir, une fois qu'il s'y sera installé pour commencer son travail. Mais se produisent alors nombre de phénomènes mystérieux qui ébranleront le jeune homme et feront vaciller sa raison...Comme il l'apprendra peu à peu, une malédiction plane sur ces lieux...

 

la-vallee-des-disparus.jpg

 

«  la vallée des disparus » de PORR BENTE le 01/02


Années 1930. Trois amis tombent en panne de voiture sur une petite route provençale, et se retrouvent coincés dans le village de Moriac.
Hans, fils trop gâté d'un riche industriel, est fou de rage de devoir attendre la pièce défectueuse. Il se montre cruellement agressif envers Fee, sa petite amie, et Curt, son ami d'enfance.
Ce dernier fait alors une inquiétante découverte. Au pied du village se trouve une mystérieuse vallée où, dit-on, ceux qui se sont aventurés ne sont jamais revenus. Ont été recensées douze disparitions inexpliquées depuis le début du XVIIIe siècle.
Quel secret cache cet endroit sinistre ? Curt, intrigué par cette légende locale, décide de mener l'enquête dans la vallée maudite...

 

Editions GRASSET

 


genesis.jpg

 

« Génésis » de Karin SLAUGTHER le 01/02

 
Quelqu’un l’a torturée… Torturée longuement…L’ancien médecin légiste de Grand County, Sara Linton, travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, et essaie de reconstruire sa vie.
Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.L'inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, dépêché sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime d'un tueur sadique, d'un esprit dérangé.Retirant l'affaire à la police locale, Will et sa co-équipière Faith Mitchell vont traquer le tueur.
Sara, Will et Faith — avec leurs propres blessures et leurs secrets — sont les seuls à pouvoir analyser le cerveau d'un tel détraqué et l'empêcher de perpétrer ses abominables meurtres.Karin Slaughter nous offre une fois de plus une intrigue impeccablement tissée, à la fois roman à suspense, polar psychologique et portrait cru de la vie de flic...

 

Editions PASCAL GALODE

 

le-tresor-de-graham.jpg

 

«  le trésor de Graham » de Gilles BORNAIS le 23/02


Londres 1891. Joe Hackney ex-malfrat devenu détective à Scotland Yard est appelé en prison par Graham Gaines, condamné à mort et qui sera exécuté cinq jours plus tard. Graham Gaines, qui fut l’équipier de Joe à l’époque de leurs brigandages dans la bande des Débardeurs. Graham lui demande de mettre la main sur un magot de 17000 guinées qu’il avait caché vingt ans plus tôt, juste après leur dernier coup, sans en dire rien à personne. S’il le trouve et lui livre le nom du voleur, l’argent reviendra à ses ex-complices.

Joe réunit alors l’ensemble des ex-membres de la bande : Ashby devenu indic à ses heures, Clovis la brute employée aux abattoirs, Millie l’entraîneuse, Janet la sage auteur de feuilletons pour les journaux et Nudge désormais patron d’une florissante entreprise de ferronnerie. Ils enquêtent et fouillent le passé pour exaucer la dernière volonté de leur vieux complice. Des ténébreux Docks de Londres au champs de courses d’Epsom, leurs investigations les replongent dans une histoire âpre et tragique qu’ils croyaient connaître et dont ils découvrent peu à peu la face obscure. Tous ceux qui ont gravité autour des Débardeurs deviennent suspects, jusqu’aux membres de la bande eux-mêmes…

 

Editions JC LATTES

 

meurtre-dans-le-boudoir.gif
«  Meurtre dans le boudoir » de Frederic LENORMAND le 01/02


Alors qu’il nie être en train de publier les Lettres anglaises, qu’il nie d’ailleurs avoir écrites, Voltaire se trouve une fois de plus embarqué dans des crimes – qu’il n’a certainement pas commis ! Le réel assassin, de son côté, semble s’en prendre à des individus dans leur plus simple appareil, de préférence en aimable compagnie, dans des mises en scène inspirées de livres licencieux.
L’affaire risque de faire du bruit, car il s’agit à chaque fois d’hommes d’importance. Voilà notre Voltaire contraint d’aller se compromettre dans les recoins pas nets de la capitale, maisons de débauche gérées par des « abbesses », librairies clandestines, bureaux de la Librairie où les ouvrages interdits disparaissent entre les mains des exempts… sur les traces d’un meurtrier qui, comble de ce siècle, s’est pris de haine pour les libertins.

 

sous-le-vent.gif

 

«  Sous le vent » de Jean Bernard POUY  et Joe G. PINELLI le 08/02


Dans la petite école de Bothoa, au cœur de la Bretagne, un jeune élève, Pol, s’ennuie.
Il observe les cartes accrochées aux murs et rêve d’un ailleurs, un monde où le vert ne dominerait pas, où les fruits seraient gros et juteux, où le vent serait chaud. Il se persuade que le jour où il faudrait partir – car un jour ou l’autre un Breton doit s’en aller – il choisirait la main du hasard. Il accrocherait lui aussi une carte au mur, il prendrait une fléchette, la lancerait et se jurerait d’aller là où la pointe d’acier se ficherait. Des années plus tard, le moment est venu pour Pol de partir.
La pointe de la fléchette se plante en plein Pacifique. Alors, sans réfléchir, Pol fait vite son baluchon et s’en va, un petit matin aussi flamboyant que ses souvenirs. Là-bas, il rencontre Maeva. « Il ne savait pas s’il aimait Maeva. L’amour, ici, ne supportait pas une nouvelle saison. Le printemps n’existait pas dans les îles, la montée de la sève ne régulait pas les sentiments. Il n’y avait que la saison des pluies où l’on pleurait beaucoup et la saison sèche qui tarissait les larmes.

 

Editions MICHEL LAFON

 


level26-T3.jpg

 

« Level 26 T3 : Dark Revelations » d’Anthony ZUIKER le 16/02

 

 

sombre-eclat.jpg

 

«  sombre éclat » de Simon TOLKIEN le 02/02


Londres, 1958. Le jeune David Swain est condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de l’amant de sa petite amie, Katya. Sa culpabilité ne fait aucun doute… sauf pour l’inspecteur Trave, qui ne peut cependant rien prouver.

Oxford, 1960. Le prisonnier s’évade. La même nuit, on retrouve le corps de Katya, sauvagement assassinée. Une chasse à l’homme est lancée contre Swain. Pourtant, les soupçons de Trave se dirigent dans une tout autre direction : l’oncle de Katya, Titus Osman, un riche diamantaire, et son mystérieux beau-frère, Franz Claes, qui semble prêt à tout pour cacher ses anciennes amitiés nazies.

Mais les motivations du policier sont suspectes : la jalousie de voir sa femme lui préférer Titus l’aveuglerait-il ? Ou a-t-il compris, au contraire, que ces meurtres passionnels n’étaient que les dommages collatéraux d’une machination d’une tout autre ampleur ?

 


 

Editions DES DEUX TERRES

 

La-maison-du-lys-tigre.jpg
« La maison du lys tigre » de Ruth RENDELL le 08/02


Stuart Font, jeune et beau propriétaire londonien, se pose plusieurs questions. A-t-il eu raison d’inviter tous les occupants de son immeuble à sa pendaison de crémaillère ? Et s’il invite sa maîtresse Claudia, son mari ne va-t-il pas se manifester lui aussi ? Par ailleurs, il est de plus en plus intrigué par la jolie Asiatique solitaire, cultivatrice de lys tigrés, qui habite en face. Mais Stuart, assez naïf, est loin de se douter que cette petite fête restera gravée dans toutes les mémoires. Et pour cause : celle-ci déclenchera une spirale de violence et de meurtre. Comme dans un conte de fée urbain, la mystérieuse jeune fille semble n’être sortie de la maison du Lys tigré que pour jeter un terrible sort.

 

le-sang-et-la-poussiere.jpg
«  Le sang et la poussière » de Malla NUN


Durban, Afrique du Sud, 1953. Alors que l’inspecteur Emmanuel Cooper gagne sa vie en surveillant les docks de manière clandestine, le meurtre brutal d’un jeune garçon le force à sortir de l’ombre. Lorsque deux assassinats semblables font de lui le suspect numéro un, il est obligé de se cacher de la police et de mener officieusement sa propre enquête. Il plonge alors dans le milieu de la pègre de Durban –un univers trouble, où se côtoient gangsters, prostituées et maquereaux– pour comprendre le véritable enjeu politique de l’affaire. Sous la pression des nouvelles lois ségrégationnistes, il doit coûte que coûte trouver le meurtrier avant que la police ne l’inculpe, et rendre enfin justice au garçon couché dans le sang et la poussière.

 

Editions FLEUVE NOIR

 

le-proces-capone.jpg

 

«  le procès Capone » de JM FEDINA le 09/02

 

résumé non disponible

 

hanna-etait-seule-a-la-maison.jpg


«  Hanna était seule à la maison » de Carin GERHARDSEN le 09/02

 

résumé non disponible

 


l-appel-des-ombres.jpg

 

«  l’appel des ombres » de Belinda BAUER le 09/02

 

Des meurtres sans motif apparent, perpétrés contre les plus faibles de la communauté. La petite bourgade de Shipcott, nichée au creux des collines sombres d’Exmoor et coupée du monde par ce mois de janvier impitoyable, est sous le choc. Ici, tout le monde se connaît. Tout le monde s’entraide. Et tout étranger est immédiatement repéré…

Pourtant, quelqu’un décime sans merci ceux qui ne peuvent se défendre. Le policier Jonas Holly, chargé de l’enquête, sent la panique l’envahir. Il devrait protéger ces hommes et ces femmes, c’est son job. Seulement, les meurtres continuent et le tueur semble le narguer, en lui adressant des messages provocateurs et menaçants.

Et pendant qu’il chasse cette ombre insaisissable, qui veillera sur Lucy, sa femme, cette victime idéale qui ne peut quitter la maison seule ?

Chasseur ou proie ? Dans un petit village isolé, sous un linceul de neige, les frontières s’estompent…

 

Editions CALMAN LEVY

 

la-femme-au-masque-de-chair.gif

 

«  La femme au masque de chair » de Donna LEON le 15/02


Un soir que la neige tombe sur la Sérénissime, une femme blonde juchée sur des hauts talons et enveloppée dans un manteau de fourrure croise la route de notre cher commissaire Guido Brunetti.
Elle s’appelle Franca Marinella, s’est fait remodeler le visage par un chirurgien peu adroit, cite Cicéron ou Virgile par cœur, et Brunetti est instantanément subjugué par cet étrange alliage d’intelligence, de culture et de beauté altérée par l’inconscience – comme sa Venise, décidément ! Qu’on songe à la pollution déversée dans les canaux, à ce complexe chimique géant installé aux abords de sa ville ! Aux ordures qui jonchent les rues de tout le pays, aux incinérateurs qui explosent dans tout le sud de l’Italie, à la Camorra qui s’enrichit de l’élimination des déchets ! Et Brunetti de se transformer en expert de l’environnement pour élucider le meurtre d’un routier

 

le-baiser-de-Glasgow.gif

 

«  Le baiser de Glasgow » de Craig RUSSEL le 01/02


La Glasgow des années 50 n’est pas un endroit où l’on choisit de rester à moins d’y être né.
Et pourtant, le privé Lennox y trouve son compte. Entre la loi et ceux qui l’enfreignent, il sait comment naviguer. Le bookmaker et éleveur de lévriers Jimmy MacFarlane, alias « Petite Monnaie », dirige un cynodrome qui lui rapporte beaucoup. Lorsqu’il est assassiné avec une statuette en bronze, Lennox a un alibi solide : il a passé la nuit avec la fille du bookmaker. L’enquête qu’il entreprend aussitôt lui révèle que Petite Monnaie dirigeait nettement plus qu’un cynodrome.
Et bien plus dangereux pour Lennox, Willie Sneddon, un des « Trois Rois » du crime de Glasgow, est impliqué et ce n’est pas quelqu’un qu’on a envie de chatouiller. Pire encore, dans l’ombre évolue un monsieur auprès duquel les Trois Rois ne sont que tout petits joueurs. Et c’est lui que Lennox va devoir traquer et affronter pour avoir le fin mot de l’histoire.

 

Editions PLON

 

l-indice-de-la-peur.jpg

 

«  L’indice de la peur » de Robbert HARRIS le 09/02

 

Alexander Hoffman, patron d'un fonds d'investissement à Genève, a trouvé un algorithme financier qui permet de multiplier les gains à l'infini, l'indice de la peur.


Mais le scénario idéal bascule, Alexander est espionné. Ou paranoïaque? Quand il comprend que celui qui l'épie et le menace semble être aussi son complice, le financier croit sombrer dans la schizophrénie, victime d'un complot qu'il aurait lui-même forgé. La folie le guette et pendant ce temps l'indice de la peur s'emballe, le système devient incontrôlable, et les morts suspectes se multiplient autour de lui, l'encerclant peu à peu. Huit ans plus tôt déjà, Alexander avait créé une machine capable de prendre des décisions de manière autonome, devenue dangereuse, elle avait été détruite et lui renvoyé.


Sa femme, Gabrielle, découvre cette histoire alors qu'elle s'inquiète pour son mari après avoir découvert que sa maison est truffée de caméras qui observent le moindre de ses gestes. Mais l'histoire se répète, l'indice de la peur est sur le point de provoquer un krach boursier sans précédent et Alexander cette fois ne pourra peut-être plus détruire le monstre qu'il a créé, un monstre numérique et immortel.

 

Editions LE CHERCHE MIDI

 

 

le monastere oublié

 

«  le monastère oublié » de Steeve BERRY le 09/02

 

Avec cette nouvelle aventure de Cotton Malone, Steve Berry tisse une toile machiavélique autour du secret ésotérique le mieux gardé de la République populaire de Chine.


1974, province du Shaanxi. En creusant un puits, des paysans trouvent d’étranges statues enterrées. Appelés sur place, des archéologues mettent alors au jour l’incroyable mausolée de Qin, premier empereur de Chine, qui s’étend sur 56 kilomètres carrés et renferme une armée de 7 000 soldats et chevaux en terre cuite, gardiens du tombeau. Plus de trente-cinq ans plus tard, le contenu exact du tombeau n’a toujours pas été rendu public par les autorités chinoises, qui, aujourd’hui encore, interdisent l’accès de ce site archéologique pourtant unique au monde.


2012. Cotton Malone reçoit un e-mail inquiétant : son amie Cassiopée Vitt a été kidnappée après avoir dérobé un objet d’art très rare. Les quelques indices dont il dispose le conduisent vite au beau milieu de la Chine. C’est le début d’une aventure passionnante qui va le mener sur la piste des mystères du mausolée de Qin, puis, à la frontière sino-pakistanaise, au cœur d’un monastère oublié, perdu dans les montagnes, siège d’une confrérie secrète.

 

Editions ACTES SUD

 

casanova-et-la-femme-sans-visage.gif

 

«  Casanova et la femme sans visage » l’Olivier BARDE CABUCON le 01/02


Après avoir sauvé Louis XV de la mort lors de l’attentat de Damiens, et malgré son peu de goût pour la monarchie, le jeune Volnay obtient du roi la charge de “commissaire aux morts étranges” dans la police parisienne.


Aidé d’un moine aussi savant qu’hérétique et d’une pie qui parle, Volnay apparaît comme le précurseur de la police scientifique, appelé à élucider les meurtres les plus horribles ou les plus inexpliqués de son époque. Epris de justice, c’est aussi un homme au passé chargé de mystère, en révolte contre la société et son monarque qu’il hait profondément. Lorsque, en 1759, le cadavre d’une femme sans visage est retrouvé dans Paris, Volnay doit conduire une enquête sur le fil du rasoir avant que le meurtrier ne frappe de nouveau.


Surveillé de près par Sartine, le redoutable chef de la police qui voit d’un mauvais œil ce policier hors normes, Volnay, aidé à cette occasion par le libertin Casanova en personne et une jeune aristocrate italienne tournée vers les sciences et le progrès, remonte la piste d’un crime qui pourrait impliquer la Pompadour et Louis XV lui-même. Mais entre des alliés incertains et des adversaires redoutables, à qui le commissaire aux morts étranges peut-il se fier ? Des intrigues de la Cour de Versailles à la mystérieuse maison du Parc-aux-Cerfs, Casanova et la femme sans visage restitue avec une stupéfiante justesse, dans l’atmosphère si particulière de l’époque, les étonnants personnages que sont Louis XV, la marquise de Pompadour, Casanova et la figure énigmatique du comte de Saint-Germain, et inaugure une série policière des plus prometteuses.

 

gangrene.gif
«  Gangrène » de Julia Latynina le 01/02


Djamaluddin Kemirov a fait toutes les guerres récentes du Caucase.
Il a guerroyé en Abkhazie aux côtés des Tchétchènes mais les a combattus quand ils ont envahi ses terres : l’Avarie-Dargo-Nord, petite république subordonnée à l’autorité fédérale de Moscou. Et lorsque des terroristes ont provoqué un bain de sang dans une maternité de sa ville, il a fait le serment de les retrouver tous et de les châtier. Pourtant il ne représente ni les forces spéciales de l’Intérieur ni l’autorité fédérale russe.


Descendant d’une illustre lignée caucasienne de khans Khunzakh, de la tribu des Avars, Djamaluddin a lui-même l’étoffe d’un khan dans un climat d’horreur politique et morale où le Kremlin, misant sur les rivalités interethniques, finance la terreur. En vain chercherait-on la manifestation du bien dans ce roman où, selon le mot d’un bloggeur russe, les personnages se partagent entre vraiment ou pas vraiment monstrueux et entre encore vivants ou déjà morts, et où le seul critère de jugement, éminemment subtil, consiste à mesurer jusqu’à quel point l’âme de chacun est corrompue par la guerre.


Même Kirill Vodrov, fonctionnaire moscovite probe et bien intentionné, se voit finalement contraint de choisir entre la trahison et les armes. Il opte finalement pour les deux en se ralliant, les armes à la main, aux preneurs d’otage d’une délégation du Kremlin. Dans ce deuxième volume de sa Trilogie du Caucase, Julia Latynina continue d’explorer la folie d’un univers que seule la fiction permet d’appréhender.


Racontant la démesure absolue avec une implacable rigueur, elle atteint une maîtrise romanesque impressionnante. 

 

  Editions METAILIE

 

 

la-soif-primordiale.gif

 

« La soif primordiale » de Pablo DE SANTIS le 23/02


Dans la Buenos Aires des années 50, à l'ombre de la dictature, Santiago, un jeune provincial réparateur de machines à écrire, se retrouve par hasard responsable de la rubrique ésotérique du journal où il travaille et informateur du ministère de l'Occulte, organisme officiel chargé de la recherche sur ces thèmes et les vérités qu'ils recouvrent.
Malgré son scepticisme à l'égard du surnaturel, Santiago assiste à une rencontre de spécialistes des superstitions, y est témoin d'un meurtre et mis en contact avec "les antiquaires", des êtres extraordinaires qui vivent dans la pénombre entourés d'objets anciens, vendent de vieux livres et sont la proie d'une soif primordiale, celle du sang. Le hasard ou le destin, mais surtout un étrange amour, puissant et troublant, amènera Santiago à ne plus résister à cette soif et il devra alors chercher à survivre, peut-être pour l'éternité, dans un monde hostile.


Editions FAYARD

 

Parc-Humain.gif

 

«  parc humain »  de  Chris PETIT le 15/02

 
Que faisait Willi Schmidt, jeune homme suisse de bonne famille, entreprenant et courageux, durant la dernière guerre ? Pour certains, il aurait vendu du cuir aux nazis et du renseignement aux Américains ; peut-être aussi des juifs, des deux côtés.
Omniprésent dans les derniers soubresauts du conflit, où se monnayaient les vies, l’annonce de sa mort en 1945 n’a surpris personne. Près de soixante ans plus tard, deux hommes avec qui il formait à l’époque un trio improbable, le croient toujours vivant, caché sous une fausse identité dans l’industrie pharmaceutique. Karl-Heinz Strasse, haut gradé SS proche de Himmler, a survécu par alliances successives aux purges d’après-guerre ; Joe Hoover, employé par la Croix-Rouge, a accompagné Alan Dulles, chef de l’OSS et futur patron de la CIA, dans d’étranges missions. À Francfort où Strasse et Hoover se retrouvent, un jeune journaliste anglais, sur la piste d’un trafic néonazi de réfugiés kurdes, les entraîne vers des filières qu’on croyait à jamais disparues.
Celles d’un commerce cynique, sans frontières morales ou géographiques, qui exploite et recycle une matière première inépuisable : le parc humain. 

 

Editions LES NOUVEAUX AUTEURS

 

le-diable-sur-les-epaules1.jpg
«  le diable sur les épaules » de Christian CARAYON le 02/02

 

Au cours de l’année 1924, un village isolé des montagnes tarnaises et menacé d’extinction est le théâtre de plusieurs assassinats atroces. Déjà les langues se délient, les superstitions ressortent et des créatures maléfiques hanteraient la forêt… Malgré tout, la jeune institutrice Camille refuse de céder à ces croyances d’un autre âge. Son ami d’enfance, Martial de la Boissière, est alors appelé à la rescousse. Cet ancien criminologue, connu pour ses enquêtes autour du paranormal et qui ne voit dans ces morts suspectes que des crimes perpétrés par la main de l’homme va mener l’enquête à sa façon… mais l’assassin l’a positionné sur son échiquier diabolique : tout n’est désormais que tactique et manipulation.

 

Editions LES ESCALES

 

 Il s'agit d'une toute nouvelle maison d'éditions à qui nous souhaitons

                                                                bonne chance !

 

la-ville-rouge.jpg


«  Ville rouge » de Paolo REVERSI le 02/02


Le 27 février 1958, via Osoppo à Milan, des malfaiteurs dévalisent les fourgons de la Banque d’Italie. Parmi les passants qui assistent à la scène, deux jeunes garçons vont être marqués à jamais : Antonio, 13 ans, décide qu’il entrera dans la police ; Roberto, 8 ans à peine, choisit de devenir bandit. Chacun met tout en œuvre pour réaliser sa vocation, et bientôt l’affrontement est inévitable…Sur plus de deux décennies, de braquages sanglants en arrestations musclées, s’élevant dans les hiérarchies de la pègre et de la police, Antonio et Roberto vont se chercher, se trouver, se perdre à nouveau dans une ville où le noir du charbon et le gris des murs sont peu à peu remplacés par le rouge, celui des ambulances dans la nuit, des banderoles des manifestants, du sang sur le pavé.
Né en 1975, Paolo Roversi vit aujourd’hui à Milan. Journaliste et écrivain, il est l’auteur d’une série policière mettant en scène un journaliste hacker, qui lui a valu d’être salué par la presse italienne comme le « Scerbanenco post-moderne ».

 

Editions 10/18 ( GF)

 


ainsi-puis-je-mourir.jpg

 

«  Ainsi puis je mourir » de Viviane MOORE 


Comme dans les contes de fées, il y a une rencontre magique : celle de Gabrielle, la romancière, et de Philip Sedley, un mariage et, bien sûr, un château. Sauf qu’ici, non loin de Cherbourg, dans ce pays de bocages et de légendes, entre ces murs épais, quatre cents ans plus tôt, a vécu une autre femme, Marguerite, qu’une passion tragique a menée à la mort. En faisant de ce destin le sujet de son nouveau roman, Gabrielle ne peut se douter qu’elle va en devenir la prisonnière. La fiction se mêle au réel, le passé au présent. L’histoire semble se répéter, telle une malédiction, et menace de faire de la jeune femme la dernière victime du château des Ravalet.



Editions SONATINE

 

blue-Jay-Way.jpg
«  Blue Jay Way » de Fabrice COLIN le 16/02


"Julien, jeune Franco-Américain féru de littérature contemporaine, a perdu son père le 11 septembre 2001 dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone. Désireuse de lui faire oublier ce drame, la célèbre romancière Carolyn Gerritsen, qui l’a pris en amitié, lui propose d’aller vivre à Los Angeles chez son ex-mari producteur, afin qu’il officie en tant que précepteur auprès de leur fils Ryan. À Blue Jay Way, villa somptueuse dominant la ville, Julien est confronté aux frasques du maître des lieux, Larry Gordon, et à une jeunesse dorée hollywoodienne qui a fait de son désœuvrement un art de vivre : un monde où tous les désirs sont assouvis, où l’alcool, les drogues et les parties déjantées constituent de solides remparts contre l’ennui. Peu à peu, Julien se laisse séduire par ce mode de vie délétère et finit par nouer une relation amoureuse avec Ashley, la jeune épouse de Larry (et belle-mère de Ryan). Lorsque la jeune femme disparaît mystérieusement, il doit tout faire pour dissimuler leur liaison sous peine de devenir le principal suspect. Ce n’est que le début d’un terrible cauchemar : très vite, les morts violentes se succèdent, mensonges, trahisons et manipulations deviennent la norme, et la paranoïa apparaît comme le dernier refuge contre un réel insupportable. Julien doit savoir, pourtant, il n’a plus le choix : il fait partie de l’histoire.

 

Editions RIVAGES

 

Evasion-du-couloir-de-la-mort.gif
«  Evasion du couloir de la mort » d’ Edward BUNKER le 01/02


« Vous trouverez ci-joint une première mouture de mes nouvelles », écrivait Bunker à son agent.
« Je pourrais continuer à travailler et à les rassembler pour en faire un seul gros volume. » Ce gros volume ne verra pas le jour puisque l’auteur est mort avant, mais les récits rassemblés ici sont du pur Bunker. Ainsi du premier, presque un court roman, Justice à Los Angeles 1927 qui met en scène un protagoniste typique de son univers. Booker, un jeune Noir sérieux, employé dans un garage, emprunte la Packard d’un client pour aller rejoindre sa fiancée.
Malheureusement, une voiture de police l’emboutit. C’est l’engrenage : arrestation, prison du comté, haute sécurité à San Quentin, rébellion, mitard – son destin est scellé.Les autres textes, qui font alterner narration à la première et à la troisième personne, s’ils peuvent être lus de manière indépendante, font écho au premier. On y retrouve le même cadre, la prison de San Quentin, surnommé « La Maison de Dracula » par les détenus.Routine de la détention, couloirs, ouverture et fermeture des grilles, rencontre avec les avocats, violence, mauvais traitements, c’est le quotidien des prisonniers - à la fois morne et chargé de tension - qui nous est donné à voir par un auteur qui a passé lui-même 18 ans derrière les barreaux.
Des fictions courtes, aussi électriques que ses romans.Bunker a su comme personne décrire l’atmosphère et les moeurs de l’univers carcéral tout en dénonçant avec une implacable logique l’injustice et l’absurdité de cette « fabrique d’animaux » qu’est la prison. S’y ajoute une réflexion sur le contexte racial et la double injustice dont sont victimes les Noirs, tant au niveau policier que judiciaire.
Une réflexion qui n’a rien perdu de son actualité.

 


contact.jpg

 

« Contact » de Jonathan BUCKLEY le 01/02


La vie de Dominic Pattison semble être un symbole de réussite : un mariage stable, heureux, des affaires qui marchent bien.
Jusqu’au jour où Sam, ouvrier dans le bâtiment et ancien militaire, surgit dans sa vie et affirme être son fils et celui de Sarah Williams
Mais Sam est-il vraiment celui qu’il prétend ?
Dominic se souvient, en effet, d’une aventure avec cette jeune femme, trente ans plus tôt. Mais son instinct lui dicte de s’éloigner de cet étranger perturbé et possiblement dangereux. Sam, pourtant, n’acceptera pas d’être rejeté.

 


rampart-street.jpg«  Rampart street » de David FULMER le 08/02


L'armateur John Benedict est retrouvé assassiné dans Rampart Street, l'une des rues les plus malfamées de Storyville, le célèbre quartier chaud de La Nouvelle-Orléans. La police conclut hâtivement que le notable a été la victime d'un maraudeur, mais la famille ne se satisfait pas de cette explication. L'affaire est donc confiée au détective créole Valentin Saint-Cyr, de retour après dix-huit mois d'absence. Il ne tarde pas à comprendre qu'on l'a recruté, non pour découvrir la vérité, mais pour enterrer cette histoire au plus vite. Il n'en faut pas plus pour lui donner envie de creuser davantage, d'autant que la jolie fille de la victime le soutient dans cette démarche.
Plus obstiné et insolent que jamais, le détective se retrouve plongé au coeur d'un drame dont l'origine remonte au passé violent de La Nouvelle-Orléans qui continue d'être déchirée par les antagonismes raciaux.

 

 

Editions LA BALEINE

 

le-crepuscule-des-guignols.gif

 

«  le crépuscule des guignols » de Chrysostome GOURIO le 02/02


Quand on a laissé derrière soi une vie de violence pour s'adonner aux plaisirs de la viticulture, quand on a abandonné les grilles des catégories de la Raison pour découvrir les joies simples de l'imagination, on ne pense pas qu'une bande d'heideggeriens, ivres de vengeance, puisse venir atomiser votre maison et votre famille à coups de bazooka.


Seulement voilà, le monde est pris dans un éternel retour des choses. Pour faire face à ce déchaînement de haine, pour renverser les valeurs, et parce que le débat philosophique semble avoir radicalement changé de forme, Arthur et Lazare ressortent leurs flingues et, tels de nouveaux Rastignac, partent à l'assaut de la capitale pour mettre de l'ordre dans le Grand Merdier. Le Crépuscule des guignols, un western contemporain dans la lignée du Spinoza encule Hegel de Jean-Bernard Pouy.

 

Editions GALMEISTER

 


twisted-tree-.jpg

 

«  Twisted tree » de Kent MEYERS le 02/02


Twisted Tree, dans le Dakota du Sud, a tout de la petite ville silencieuse, au coeur de la nature sauvage qui s’étend à perte de vue. Mais l’infinie solitude des grands espaces rend chacun  prisonnier de ses obsessions : sur l’autoroute 91, un tueur en série assassine la jeune Hayley Jo. Dans un troublant jeu d’écho, les âmes tourmentées des habitants se racontent alors tour à tour, dévoilant les minuscules tragédies de cette communauté du Midwest. De Sophie Lawrence, qui fait mine de s’occuper de son beau-père invalide pour mieux se venger de lui, à Shane, qui se recrée une vie au fil des lettres adressées à sa mère, douze voix se font entendre, comme autant de pièces décisives pour reconstituer le puzzle complexe des relations humaines.


les-voleurs-de-manhattan.jpg
«  les voleurs de Manhattan » d’ Adam LANGER le 02/02


Jusqu'où un jeune auteur ira-t-il pour être publié ? Fatigué d'être le laissé pour compte des soirées littéraires new-yorkaises, rêvant de la rencontre qui lancerait enfin sa carrière, Ian Minot est prêt à renoncer à tous ses principes. "Pour publier, il faut d’abord être connu" lui annonce Roth, ex-éditeur désabusé qui l'entraîne dans une arnaque littéraire de haute volée. À quatre mains, ils deviennent les auteurs d’une pseudo autobiographie où il est question de bibliothèque incendiée, de voleurs de manuscrits rares et de l’unique exemplaire du Dit-du Genji. Mais jamais Ian n'aurait pu imaginer que s'approprier ce récit l'entraînerait dans un monde où faux-semblants et vrais voyous feraient de lui un héros de série noire.

Les Voleurs de Manhattan e

st un véritable page-turner où fiction et réalité s'entremêlent. Adam Langer nous livre le portrait plein d’esprit d’une société superficielle et d'un monde décadent d'éditeurs qui ne savent plus à quel auteur se vouer.

 

Les éditions DU ROCHER

 


la-bombe-des-mollahs.jpg

 

«  La bombe des mollahs »  de Paul FAURAY le 15/02


La bombe des Mollahs est un roman d'action et d'espionnage qui frappe vrai. Il nous plonge au coeur d'Istanbul, centre de gravité d'une lutte d'influence entre les différents protagonistes de la région : Syrie, Iran, Turquie, Israël ... Sans trahir de secrets d'état, l'intrigue se construit sur la base d'opérations clandestines réelles où les services spéciaux français n'ont pas à rougir face au Mossad.

Un thriller d'action avec beaucoup de rythme qui nous permet de saisir sous un autre jour les enjeux réels de la course à l'atome dont l'Iran n'est que la partie émergée de l'iceberg.



Editions STOCK

 


Flics.jpg

 

« Flics » d’Elisabeth WEISSMAN 


Les flics vont mal. Pris eux aussi comme tous les fonctionnaires de l’état dans la tourmente de l’entreprise de déconstruction lancée par l’équipe au pouvoir contre les services publics, mais avec ce paradoxe : alors que le pouvoir fait de la lutte pour la sécurité son fonds de commerce, il attaque de plein fouet les conditions d’exercice et la nature même des missions dévolues à la police républicaine. Étranglés par une réduction drastique d’effectifs, (11 000 effectifs en moins depuis 2004), les policiers sont empêchés d’assurer un véritable service de proximité, d’accueil et de secours sur le terrain. Soumis à la dictature du chiffre qui les pousse à faire de l’interpellation et du contrôle à tout va, ils sont contraints de se livrer à des pratiques aux frontières de l’illégalité, le profilage ethnique par exemple. Accablés de directives ultra sécuritaires, ils voient leurs fonctions de prévention détournées au profit exclusif de la répression. Managés à coup de peur, de prime et de triche, ils ont le sentiment de ne plus travailler que pour fournir à la hiérarchie des résultats qui pourront être utilisés à des fins de communication politique. Expropriés de leur mission républicaine de service public, ils sont pris dans les rais d’une idéologie racisante consistant à stigmatiser toute une partie de la population reléguée dans des ghettos de misère à la périphérie des grandes villes, qu’on leur demandera d’aller pacifier, au cours d’opérations coups de poing, sans autre objectif que d’épater la galerie et rassurer l’électeur en voie de lepénisation.


Tandis que le ministre de l’Intérieur Claude Guéant continue ses sorties fracassantes sur sa volonté d’éradiquer la délinquance à coup d’effets d’annonces, les policiers sur le terrain font les frais du double langage. Ni effectifs ni moyens supplémentaires ne leur sont alloués, mais ce sont au contraire les polices municipales, les réserves civiles, les officines privées de sécurité et les systèmes de vidéo-surveillance qui sont convoqués en lieu et place de la police nationale. Aux risques et périls de nos libertés démocratiques



Les éditions du TOUCAN

 


le-sang-d-un-autre.jpg

 

«  le sang d’un autre » d’Amanda COETZEE le 01/02


Harry Badger a été abandonné par sa mère dans un parc d’attraction lorsqu’il avait 8 ans. Il a été recueilli et élevé par des forains. Aujourd’hui officier de police à Londres, il est chargé par son patron de mener l’enquête au sein de la communauté des forains irlandais dont un enfant a mystérieusement disparu.
Dans cette immersion devenue pour lui chaque jour plus difficile, il fait équipe avec Emily, une jeune assistante sociale idéaliste pour qui la piste criminelle n’est pas la bonne hypothèse. Ce qu’ils découvriront les emmènera loin de tout ce qu’ils pouvaient imaginer…

 

 



Editions ADA

 


anna-et-kasius.gif

 

«  Anna et Kasius » de Michelè tremblay LACOURSIERE le 27/02


Anna Lemieux, une jeune femme qui a perdu la vue à l’adolescence, étudie en psychologie à l’Université Laval.
Un jour, on l’agresse en pleine rue et on lui arrache son sac. Ses parents pensent qu’il est temps pour elle de réitérer sa demande chez Mira, croyant qu’un chien-guide assurerait sa sécurité. Elle apprend que son nom est en tête de liste pour l’attribution d’un chien et se rend à Sainte-Madeleine pour faire ses classes.


Editions PUBLIBBOOK

 


le-diable-et-le-policier.gif

 

«  Le diable et le policier » de Jean Pierre MICHEL


Yannick est un adolescent difficile qui pense que des voix l'obligent à agir contre sa volonté.
Ainsi est-il amené à devenir meurtrier au cours d'une bagarre. L'engrenage de la prison, de ses violences, le font assassiner de nouveau à cause de ses hallucinations. Le diable ? Laurent, capitaine de police, va poursuivre Yannick à travers la Normandie de la côte de nacre et les marais de Carentan, au gré de l’irrationnel et de ses meurtres avant de le mettre, pense-t-il, hors d'état de nuire, au moment de sa dernière agression à Deauville pendant une réunion internationale.
Qui gagnera ? Yannick ? Laurent ? Le diable ?

 

un-moment-aupres-d-elle.gif

«  Un moment auprès d’elle » de Jean Claude LANOIZELEZ le 15/02


Dessinateur talentueux, Hubert travaille en association avec un ami à la réalisation de bandes dessinées pour adolescents.
Misanthrope à ses heures, il vit le plus clair de son temps seul dans sa maison, sur les rives du bassin de Thau. Il ne recherche rien d’autre que la tranquillité, profitant du soleil languedocien, et de virées avec son vieux bateau sur la lagune. D'ailleurs, il envisage de se séparer prochainement de l’appartement parisien qu’il possède encore. Par un matin d’avril, alors qu’il navigue paisiblement, il modifie son cap pour faire route sur une tache blanche qui l’a intrigué.
Ce qu’il découvre le saisit d’effroi ; à quelques encablures de son embarcation flotte le corps d’une jeune femme accroché à un long morceau de bois

 

 


rouge-blanc-rose.gif«  Rouge  blanc rose » de Jean Marie DELTHIL le 15/02



Car ses sculptures ne se vendent pas, car c’est la crise, car le cauchemar n’en finit pas, Patrick a imaginé là un plan parfait : le glacier de la Pilatte, au cœur de l’Oisans, un compagnon de cordée fantôme… et une arnaque à l’assurance-vie qui réglerait leurs problèmes, à Sophie et lui.
Mais parti en stop le jour J, il croise la mauvaise voiture, et le voilà disparu pour de bon. Aidée de leur ami Stéphane, sa compagne va tout faire pour le retrouver, quitte à appeler la police… Face à face entre un arnaqueur et un kidnappeur atypique d’un côté, enquête policière de l’autre, Rouge blanc rose ne laisse aucun répit et ménage ses surprises. Sous forme de puzzle, Jean-Marie Delthil mène tambour battant un thriller imprévisible, immersif, tendu, qui fait la part belle à la psychologie sans sacrifier son rythme de croisière.

 

son-murmure-argentin.gif


«  son murmure argentin » de Loïc KERGROAC ‘H le 15/02


"Il ne marchande pas.
Il ne demande pas d’explications. Il se plonge dans une réflexion laborieuse. Cette activité inhabituelle le fait baver abondamment. Il branle sa grosse tête pour signifier qu’il accepte de tirer sur le Français, pour deux cents pesos. S’il a eu des scrupules, ils se sont vite dissipés, puisque c’est une histoire d’honneur. D’honneur ! Pour Jorge ! Jorge a sa réputation: il est mauvais coucheur, mauvais camarade, et, pire que tout, il est un cavalier moyen.
Et pour cela il est méprisé des autres. Mais il est aussi excellent tireur. Et à ce titre, il est craint, mais pas pour autant respecté. Son rôle étant d’éloigner les voleurs de bétail, à coups de fusil si nécessaire, le meurtre ne sera pour tous qu’une malheureuse bavure." 



Editions OSLO

 


mauvais-oeil.gif


«  Mauvais œil » de Vassoula Nicolaïdès le 09/02


Laurent Karas, inspecteur de la brigade criminelle française, est envoyé à Athènes par ses supérieurs hiérarchiques avec pour mission de confondre Bernard Delvaux, époux de Pandora Doukas, une riche héritière grecque, soupçonné de plusieurs meurtres.
Insaisissable et inquiétant, Bernard se voit en même temps menacé par la police grecque qui enquête sur la mort d’un docker, par un mystérieux maître chanteur et par un cartel de drogue mexicain. Pour s’en sortir, il faut un "deus ex machina" et Karas accepte de jouer ce rôle. Embarqués dans un hallucinant chassé-croisé, les deux hommes se découvriront d’étranges affinités

 

Editions ROBERT LAFFONT

 

Eden.jpg

 

«  Eden » d’ Alain CLARET le 09/02


Les hommes du cartel de Sinaola sont entrés dans Paris.
Implacables, inhumains, ils viennent s'emparer du marché français de la drogue et récupérer les milliards confiés pour blanchiment à des financiers qui veulent leur faire croire aujourd'hui que leur argent s'est volatilisé.
Les hommes mais aussi les femmes : Juana, fille d'un sénateur milliardaire et d'une paysanne indienne illettrée et Madeleine, son amante, son double, une française que Juana a sauvée d'un douloureux suicide.
Elles veulent Eden ; l'homme de paille qui investissait cet argent.
Tandis que les membres du cartel mettent la ville à feu et à sang pour installer leurs réseaux et que les Français tétanisés contemplent à la télévision le spectacle effrayant de leurs banlieues dévastées, les deux femmes poursuivent un autre but : se venger du monde dans lequel elles sont nées.
Leurs méthodes seront pires que celles des tueurs et des assassins et Eden, incapable de comprendre de quoi est fait son ennemi, sera l'enjeu de ce combat vertigineux que se livrent de toute éternité les hommes et les femmes, l'argent et le pouvoir.


les-traces-de-l-araignee-ok.JPG
«  les traces de l’araignée » de Kathy REICHS le 09/02



Qui est le noyé d'Hemmingford, Québec, retrouvé enveloppé dans du film plastique ? S'agit-il de John Lowery, surnommé l'Araignée, pourtant déclaré mort dans un crash au Vietnam en 1968 ? Ou de son jumeau, Thomas ? A moins que ce ne soit son cousin, qui lui ressemblait tant ? Tempe se débat dans cet imbroglio, alors que sa fille Katy pleure son fiancé Coop tué dans un guet-apens en Afghanistan. Quittant le Québec pour Hawaï, direction le centre d'identification des dépouilles de soldats morts en mission, Tempe, accompagnée de Katy, est rejointe par son collègue et ex-amant Ryan, lui-même accompagné de sa fille Lily. Ambiance conflictuelle garantie !
Bien qu'elle ne dispose que de peu de restes du corps, Tempe réussit, grâce à ses observations et ses brillantes déductions, à reconstituer ce qui a pu se passer durant le fameux crash. Mais alors qu'elle se croit parvenue au terme de son enquête, elle est violemment agressée et manque d'y laisser sa peau.
L'auteur, sans jamais laisser retomber la tension, nous entraîne alors dans un tourbillon d'aventures et de coups de théâtre, entre menaces mafieuses, usurpation d'identité, double ADN. Le lecteur n'est pas au bout de ses surprises.

 

Editions BELFOND NOIR

 

 

 

la-petite-felee-aux-allumettes.gif
              «  la petite fêlée aux allumettes » de Nadine MONFILS le 16/02


Une nuit, dans les rues de Pandore, Nake tombe sur un sale type qui la séquestre.
Elle réussit pourtant à s’échapper et se réfugie chez sa grand-mère, une charmante vieille dame qui l’a élevée à la mort de sa mère en la nourrissant de contes de fées pour la protéger des horreurs du monde. Mais la jeune fille la retrouve morte au pied de son lit, une boîte d’allumettes nichée dans le creux de sa main. Nake s’en empare comme un précieux talisman, ayant toujours en mémoire l’histoire de La Petite Fille aux allumettes qui a tant bercé son enfance.
Désemparée et seule, elle se met en quête de retrouver son père, disparu à sa naissance. Mais en fouillant dans les affaires de sa grand-mère à la recherche d'indices, Nake déniche de terrifiants secrets de famille. La vieille dame lui a-t-elle menti tout au long de sa vie ou est-elle victime d’un complot ? Que dire aussi de cette vision affreuse qui la bouleverse à chaque fois qu’elle craque une allumette, celle du cadavre d’une fillette déguisée en Blanche Neige ? Mais le pire est à venir lorsque, le lendemain, elle découvre dans le journal la photo de la même petite fille, sauvagement assassinée.
L’inspecteur Cooper et son coéquipier Michou, flic le jour, travelo la nuit, vont mener l’enquête avec l’aide inattendue de mémé Cornemuse, l&rs

 


crains le pire

 

“ Crains le pire” de Linwood BACLAY le 02/02


Votre fille de 17 ans part de bon matin pour son petit boulot d’été.Elle vous promet d’être de retour pour le dîner.Mais elle ne rentrera pas.Ni ce soir là, ni les suivants.Votre pire cauchemar a commencé.

 

Editions BALLAND

 

la-porte-de-jade1.jpg


«  La porte de jade » de W.P. MONTAGU le 12/02


Rue Myrha, un chien ramène à ses maîtres, des Africains du quartier, le crâne d'un enfant. Ils en informent Le Bossu, à qui on le remet. Homme au passé trouble et anciennement lié à la Mafia, Le Bossu ne tarde pas à comprendre que c'est là un terrible message des mafieux chinois...
Peu après, un autre pan du passé sombre du Bossu est convoqué : le crâne qu'on lui a remis est celui de sa fille morte des décennies auparavant ! Sa tombe au cimetière Montmartre a été violée.
Alors commence une guerre de gangs sans merci... pour contrôler un puissant réseau de trafic de drogue, tandis que se développe, en parallèle, une histoire d'amour impossible entre Samarcande et une sublime chinoise, ancienne danseuse de l'Opéra de Shangaï...
 

Partager cet article

Repost 0
Published by La petite souris

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook