Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 19:16

rupture

 

Voilà un roman glacial. Glacial parce qu’il pourrait s’inscrire sans problème dans notre quotidien, nous atteindre de plein fouet sans que l’on puisse un instant dérouter le cours des choses. Ici point de courses poursuite, de tueurs en série, de sectes sataniques et autres criminels sanguinaires qui pullulent dans nos polars contemporains.


Au début du roman, le drame s’est déjà produit, il n’y a plus de tueur à retrouver et à neutraliser, celui-ci s’est suicidé.


Il n’y a plus qu’un collège, un collège comme il en existe tant d’autres en banlieue londonienne  et ailleurs, et qui vient de connaître l’horreur d’une effroyable tuerie en son sein.


Mais cette fois, ce n’est pas un élève en mal de publicité ou révolté contre le monde qui a fait feu sur ses camarades, mais un professeur d’histoire, Samuel Szajkowski. D’origine polonaise, il y enseignait seulement depuis quelques mois. Geste d’un fou, forcément schizophrène, forcément psychopathe. Ce qui rajoute à l’horreur du drame. L’affaire est donc entendue.


Sauf qu’une inspectrice, qui dans un premier temps rencontre différents témoins pour  la forme, commence à s’intéresser à ce professeur assassin. Elle remonte progressivement le fil des évènements, la vie de ce Samuel que tout le monde présente comme quelqu’un à part, de différent, et donc dérangeant.  A la lueur des différents témoignages elle démontera la mécanique d’une redoutable machine à broyer et esquissera progressivement une vérité qui fait froid dans le dos, bien loin de celle établie avec empressement par les autorités et l’administration du collège.

 

Ce roman est le 1er écrit par Simon Lelic. C’est avant tout un roman d’atmosphère, forcément pesante, pénétrante, qui emmène le lecteur sur un chemin froid et sombre. Un chemin miroir qui renvoie à la figure du lecteur l’image d’une société (la notre ?),  qui, sous le vernis de la civilisation cache une barbarie jamais disparue, où règne la loi de la meute, la loi du plus fort et qui stigmatise toujours les plus faibles.  


Tout le talent de Lelic réside dans sa réussite à retranscrire cette atmosphère, à travers un style épuré et une approche du dialogue original. Tout au long du livre les témoins répondent aux questions que l’on n’entend (lit) pas. Le lecteur est juste une oreille, il serait en quelque sorte à la place du magnétophone qui enregistre les réponses des personnes auditionnées. Ce procédé renforce le poids des témoignages, il renforce la perspective entre les propos d’une banalité badine avec l’horreur du drame qui s’est joué, et c’est ce qui en fait au final une histoire effrayante.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by passion-polar.over-blog.com - dans Auteurs Britanniques

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook