Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 19:07

savage

     Traduit par Freddy MICBALSKI

     Aux éditions DU MASQUE

 

Vous savez quoi ? Je viens de me faire un rail ! Un shoot littéraire plus précisément ! Un truc puissant, qui vous fait décoller de vos baskets aussi surement qu’une fusée Ariane vous envoie dans l’espace !  Et je plane encore au moment où je rédige ce billet de lecture !

 

Sauf que là, le dernier roman de Don Winslow, il ne vous expédie pas au nirvana, mais direct dans un univers complètement déjanté. Un monde  ultra violent, où les flingues chantent comme des orgues de Staline, où les dollars coulent à torrent, où « l’herbe »  a de telles vertus financières qu’elle vous transforme en écologiste radical, et où le passe-temps des tueurs des cartels consiste à jouer de la tronçonneuse et transformer « les gens en distributeur de bonbons Pez ».

 

Laguna Beach, sud de la Californie. Sexe, volley Ball, bière et dope. Ainsi se résume la vie d’un trio inséparable, voire fusionnel constitué de Ben, docteur en botanique et marketing, fils de parents psy, de Chon, ancien militaire des forces spéciales, qui lui ne se pose pas trop de questions. Au milieu, nous trouvons, Ophélia, O. , pour les intimes. Une bimbo moins bête qu’il n’y paraît, amoureuse de ses deux hommes.  « Ben est sang chaud, Chon est métal froid, Ben a du cœur, Chon est indifférent, Ben fait l’amour, Chon baise. Elle les aime tous les deux. »


 

Nos trois compères vivent confortablement du commerce d’un cannabis haut de gamme quemarij tout le monde s’arrache, l’Hydro, et qu’ils ont eux même mis au point. Cette activité ne leur pose aucun problème de conscience «  La dope est censée être mauvaise, mais dans un monde mauvais, c’est bien, si vous saisissez le renversement  de polarité morale du paradoxe. Chon voit dans les drogues la réponse rationnelle à la folie »…

 

Bien sûr ce succès commercial  ne pouvait pas passer  longtemps inaperçu,  en particulier d’Elena Sanchez Lauter,  patronne  du puissant cartel de Baja qu’elle dirige d’une main de fer, et qui est bien décidée à faire main basse sur cette petite star-up  à cash, pour étendre son empire et financer sa guerre contre les autres cartels mexicains. Elle dépêche donc sur place des hommes de mains en costard cravate pour négocier l’allégeance du trio.

 

armeBen qui estime s’être assez amusé et avoir  amassé suffisamment d’argent serait prêt à passer à autre chose et laisser la place libre au cartel, mais pas question de devenir leurs larbins ! Quant à Chon, «  quand on laisse croire aux gens qu’on est faible, tôt ou tard, on se retrouve contraint de les tuer. ». Alors «  Fuck You !».

 

Quelques temps plus tard, comme pour accuser réception de la réponse, une cassette vidéo arrive à Ben et Chon. Sur celle-ci apparaît O. assise sur une chaise, avec en arrière plan un homme une tronçonneuse à la main. Leur égérie a été kidnappée. La dolce Vita sous les sunlights californiens vient de prendre fin brutalement.

 

Dès lors les flingues sont de sortie et vont chanter leur partition sans fausse note.

 

 Ce roman a tout pour plaire. Un rythme effréné, dans un style qui joue avec les règles de la syntaxe et rend l’écriture de l’auteur percutante et redoutablement efficace. Mais la force de Don Winslow n’est pas seulement dans la mise en forme de son texte, dans ces chapitres courts qui donnent cette impression débridée au roman, dans ces répliques qui claquent comme des coups de feu,  mais aussi dans les portraits hors du commun qu’il dresse de ses personnages.

 

Des personnages plus complexes qu’il  n’y parait de prime abord, et parfois même paradoxaux.

 

A l’image de Ben, producteur et vendeur d’hydro, mais surtout non-violent farouche qui réinvestie ses bénéfices dans des actions en faveur du Tiers Monde parce qu’ « il a une conscience sociale ». Un Ben qui«  s’efforce à tout crin d’être non violent et honnête, dans un business qui est violent et malhonnête ». Mais quand la violence devient nécessaire «  c’est Chon qui fait son entrée ».

 

Des personnages prisonniers de leur histoire personnelle ou de leur quotidien, comme la « madròn » du cartel de Baja, obligé d’en prendre la tête et d’en assumer la violence, plus pour épargner son fils et par sens de l’honneur et de la famille ,  que par conviction ; ou bien encore  comme Lado, son homme de main,  qui les basses œuvres exécutées redevient monsieur tout le monde et rentre à la maison pour le souper, et qui se glisse dans le lit conjugal car il faut bien «  donner sa dose à bobonne ».

 

Rajoutez à cette histoire de feu et de sang une critique  qui se lit en filigrane de cette société winslow.jpgcalifornienne cloisonnée, dont l’opulence se nourrit de la sueur et du sang des clandestins qui s’entassent dans des baraquements à l’ombre des grandes enseignes du luxe («  RQDM ;. Rien Que Des Mexicains. Bloc après bloc. Quand on entend de l’anglais, c’est le facteur qui  parle tout seul ».). une société insouciante, superficielle, plus obnubilée par l’apparence et une pseudo quête spirituelle qu’à la misère qui l’entoure, et vous comprendrez que vous tenez entre les mains un roman remarquable. Un de ceux que l’on garde précieusement dans sa bibliothèque.

 

Et dire que je n’ai pas encore lu «  La griffe du chien », le chef d’œuvre de Don Winslow (promis Pierre je le lierai cet été !!!) , je me dis que j’ai encore de sacrés moment de lecture qui m’attendent !

 

En attendant, je crois bien qu’entre temps j’ai développé une addiction à Don Winslow dont je ne veux surtout pas me sevrer !

 

Que voulez vous, la lecture est la meilleure drogue qui soit !

Partager cet article

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Américains

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook