Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 11:58

        GILLES BORNAIS

EDITIONS PASCAL GALLODE

 

le trésor de grahamIl était dit  cette année que je visiterai la capitale anglaise ! Après le Londres des années quarante, de la pénurie et des bombardements allemands,  à travers «  une mort absurde » de Laura Wilson, voici celui de la seconde moitié du XIXe siècle, avec  l’histoire du «  Trésor de Graham » de Gilles BORNAIS, publié aux éditions Pascal GALLODE, dont il est question aujourd’hui.


Dans ce roman nous retrouvons des personnages récurrents d’une partie de l’œuvre de l’auteur, qui se situe, pour nombre de ses livres, dans ce Londres besogneux qui  a entamé sa révolution industrielle.


Graham Gaines allait être pendu dans quatre jours et il souriait. Pour la première fois de sa vie, les lignes de son visage exprimaient le bonheur.

Le maton …/… trouvait ca louche, la joie pareille d’un condamné si peu de temps avant la corde.

- C’est juste sa vie qui finit bien, expliquai-je

- Comment qu’elle peut bien finir, on le pend dans quatre jours ?

- Elle a commencé par une mauvaise nouvelle et elle s’achève par une très bonne.


Cette explication, c’est Joe Hockney , détective de Scotland Yard qui la fournit. Ce21_london_docks.jpg n’est pas pour savourer les derniers instants d’un homme qu’il aurait lui-même arrêté et fait condamner qui justifie sa présence à ses côtés.

 

Graham est en fait son ami. Il a grandi avec lui, mais  ce dernier est aujourd’hui condamné à la peine capitale pour meurtre. Et s'il est là, c'est pour rendre compte du résultat d'une dernière requette que son ami avait formulé.


En effet, quelques jours plus tôt, Graham lui avait confié la tâche de mettre la main sur un magot de 17.000 guinées qu’il avait caché vingt ans plus tôt et qui lui a été dérobé. Cet argent dont il n’aura plus besoin, Il est prêt à le laisser à Joe pour peu que  celui-ci arrive à découvrir avant son exécution, l’identité de celui qui l’a spolié et à remettre la main sur le magot subtilisé.


Pour le policier cette requête est une  révélation stupéfiante. Il comprend en effet que cet argent est en fait une partie du butin d’un casse, qui à l’époque avait mal tourné et qui avait mis fin à la bande des Débardeurs à laquelle ils appartenaient tous les deux. Un secret bien gardé jusqu’ici que personne ne soupçonnait.


embankment_1873_500px.jpgCette histoire  va donc projeter  Joe des années en arrière. Une époque où lui aussi était un malfrat avant que sa vie ne prenne finalement un autre chemin. Mais les souvenirs sont encore là , bien vivaces, pour se rappeler ce temps partagé avec Graham au sein de cette bande de lascars qu’ils formaient  avec quelques autres. Une période périlleuse, excitante,  où ils constituaient un groupe soudé, presque une famille.


Cette bande, Joe va devoir la réunir pour mener à bien cette ultime mission que lui confie Graham, comme une dernière volonté à exhausser.


Les voilà donc à nouveau réunis : Ashby, indique de son état, Clovis qui travaille aux abattoirs, Millie l’entraîneuse, Janet , auteur de feuilletons pour les journaux, et Nudge, devenu entrepreneur, patron d’une entreprise de ferronnerie.


 En plongeant dans leurs souvenirs d’enfance ils vont se lancer dans la quête d’une vérité qui mettra à jour bien des zones d’ombres dans l’histoire de cette bande pourtant si soudée à l’époque. En s’arrêtant ainsi sur leur parcours et en creusant leur passé, ils vont porter un regard différent sur chacun d’entre eux, moins conciliant, plus soupçonneux, et découvrir que leur vécu commun portait déjà en soi les germes de l’éclatement du groupe qui ne manqua pas d’intervenir quelques années plus tard.


Gilles Bornais s’attardera longuement sur le portrait de chacun de ces personnages. Portrait55321408_p.jpg attachant, poignant parfois, de ces gavroches des rues qui n’ont que leur liberté comme étendard. Des personnages avec leurs faiblesses, leurs fêlures, mais avec cette force aussi que procure le groupe, cette vie partagée où chacun est l’égal de l’autre, mais dont les choix personnels ne seront pas sans conséquence pour celui-ci.


Pour qui aime le cinéma, la lecture du «  trésor de Graham » ne sera pas sans rappeler le chef d’œuvre de Sergio Leone « Il était une fois en Amérique » (qui se trouve être MON film culte !), auquel  il me fait immanquablement penser.


  L’histoire d’une bande de jeunes qui partagent leur insouciance et leur volonté farouche de dompter la vie et de la façonner à leur envie. De ne rien attendre d’elle, mais de se servir et vivre au jour le jour, se forgeant leurs propres règles pour s’affranchir du monde qui les rejette, et s’offrir un espace de liberté sans limites. Une histoire où tous n’iront pas au terme de leurs aventures partagées. Car cette liberté  peut parfois se payer au pris fort, au point de laisser l’un d’entre eux sur le carreau.


Bornais.jpgLe lecteur suivra donc l’ascension de ces jeunes des quartiers pauvres de Londres, qui vont gravir un à un les échelons de la délinquance, de la rapine au vol organisé en passant par les cambriolages. Une histoire qui mêle amour et amitié, et où la trahison se cache tapie dans les recoins de cette relation fusionnelle qui anime la bande.


Gilles Bornais arrive parfaitement à retranscrire cette atmosphère de ce Londres grouillant de vie et d’activités, à brosser le contour sociale de cette société en pleine mutation et nous offre un roman plein d’humanité.  Une belle histoire d’aventure pour laquelle il ne manquerait qu’une bande son pour achever de transporter le lecteur dans une époque qu’il connait  mal et qui pourtant offre un décor admirable à cette comédie humaine.

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 10:49

RACHID SANTANKI

 EDITIONS POINTS

 

les anges s'habillent en caillera1La banlieue. En quelques années et en quelques romans , elle est devenue une source d'inspiration, une terre d'exploration pour le roman noir français.

 

«  Les anges s'habillent en caillera » de Rachid Santaki offre la particularité d'avoir été écrit par un enfant de la cité. Un fils de ces banlieues tant décriées, où les stéréotypes les concernant sont tellement ancrées dans l'imaginaire collectif qu'il est difficile de croire qu'un jeune qui y grandit puisse s'y construire un avenir autre que celui qui plonge ses racines dans le trafic et la violence, et finit par se faner à l'ombre de barreaux métalliques.

 

Pourtant Rachid Santaki, a bien suivi un autre chemin. Et le sien est un parcours militant, une lutte pour que l'écriture et la lecture s'épanouissent dans la banlieue, que la musique et le sport y apportent des possibles aux jeunes sans repères . Son combat c'est celui de l'expression, du dire, du faire, pour que les jeunes de ces quartiers puissent conjuguer le verbe exister . Un combat permanent.

 

La cité il l'a vit de l’intérieur. Qui mieux que lui pouvait en parler avec des mots qui cognentc.jpg comme des coups de poing à travers un livre qui n'est ni un plaidoyer pour les banlieues, ni un pamphlet contre la misère de ces quartiers, mais juste un roman qui s'inspire de la vie d'un de ces jeunes qui tournent mal , et qui a peut être pour mérite de montrer que derrière le voyou ou le flic ripoux se cache d'abord un homme tombé dans le vide.

 

On le surnomme «  Le Marseillais », il est jeune, et jouit une belle notoriété dans son quartier. Ilyes fait partie de ces jeunes de cité qui veulent tout , tout de suite. Se faire de l'argent, le plus vite possible, pour asseoir sa réputation et se forger une place dans la cité. Mais Ilyes, lui, veut être au plus haut dans l'échelle. Et pour çà , il en a le talent et l'intelligence. Sa spécialité, le vol de cartes bleues et le craquage des codes, pour convertir à coup sûr son forfait en milliers d'euros.

 

AMais au moment où nous faisons connaissance avec lui, Ilyes sort de prison. Tombé à cause d'une balance. Alors il a les nerfs et rumine sa vengeance. Et quand avec l'aide d'un caïd de la cité et de ses complices serbes il met la main sur celui qui a causé sa chute, la dette se paiera dans le sang. Mais au moment où Ilyes tue celui qui l'a trahi, les flics surgissent de nulle part.

 

Stop. Flash back. On rembobine l'histoire de sa vie,on revient sur son parcours,on l'accompagne sur le chemin de son destin. Un destin désiré, revendiqué et décidé. Parce que le crime paie, et plutôt grassement. Parce que tout est facile. Il suffit d'évaluer les risques et le cas échéant de savoir courir vite. Ilyes fait son apprentissage à l'ombre des plus aguerris que lui, mais trouve sa propre voie, son style. Ilyes devient « Le Marseillais » et gagne en renom et en estime parmi les siens. C' est devenu un as. Il compte dans la cité.

 

Mais ce que « Le Marseillais » a oublié, c'est que la vie est loin d'être manichéenne. Quecaillera l'argent ne fascine pas que les voyous, que pour un magot dont cherche à mettre la main dessus, tous les coups sont permis et peuvent venir de n'importe où.

 

Rachid Santanki dresse une galerie de personnages hors du commun. Loin des stéréotypes, il nous plonge dans les relations incestueuses entre flics et voyous, où derrière la façade se cache une réalité différente, faites de coups bas, de compromissions,de racket ,de lutte de territoire et de marchés. Il nous fait vivre de l’intérieur une cité ou une cellule de prison et découvre au lecteur une chose insensée, que derrière la crapule se cache d'abord un être humain.

 

Parmi eux Stéphane, un flic violent, compromis , et usé. Un homme orphelin de l'amour maternel qui s'est construit avec un vide dans le cœur. Et quand il rencontre l'amour, il tombe à genou.

 

SANTAKI«  Les anges s'habillent en caillera » est un roman sombre, violent, une histoire qui mêle argent, boxe, flics ripoux, balances,et le tout rythmé au son du Hip hop.

 

L'auteur est un militant je l'ai dit. Lors de la sortie de son livre il a sillonné les cités pour en faire la promotion, en sillonnant le 93 à bord de sa camionnette à la rencontre des habitants. Car ce roman, c'est le leur.

 

Indéniablement l'un des meilleurs romans sur la banlieue, grande oubliée de ces prochaines élections présidentielles.

 

A noter qu'au moment où sort « Les anges s'habillent en caillera » en format poche, l'auteur sort son nouveau roman chez Moisson Rouge , «  Des chiffres et des litres ».

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 21:52

JANIS OTSIEMI

EDITIONS JIGAL

 

le chasseur de lucioleIl me revient une anecdote racontée par un grand chanteur Québécois. Il racontait qu'un jour, interviewé par un journaliste de la Métropole, ce dernier lui avait déclaré à l'issue de l'entretien «  Vous savez, vous parlez vraiment bien le français ! » Et le chanteur, surpris et agacé, de répondre «  c'est normal c'est ma langue ! ».

 

A l'heure où l'académie Française, muséum d'histoire naturelle de la langue française, s'apprête à se rabaisser à étudier la candidature d'un PPDA pour regarnir ses rangs, il est agréable de se rendre compte qu'il existe encore des endroits où cette langue ne sent pas le vieux strapontin ou le formol.

 

Qu'au contraire, elle est encore féconde, et chaque jour réinventée dans la bouche de populations aussi diverses que lointaines. Il en va ainsi en Afrique où la poésie et l'imagination des gens offrent encore à notre langue commune de bien jolis bouquets de mots.

 

C'est la première fois que je m'aventure sur les terres littéraires africaines francophones, et en particulier celles du polar d'Afrique de l'Ouest. Mais avec un titre aussi beau que «  Le chasseur de lucioles », difficile de résister à l'invitation au voyage, à celle de survoler la Méditerranée pour fouler dans l'imaginaire, la terre de ce Gabon que l'on devine riches en couleurs.

 

Et il ne faut pas bien longtemps au lecteur pour se laisser envoûter par le style de Janis679940.jpg Otsiemi, de se laisser aller au sourire quand ses yeux caressent les mots et expressions imagées pour relater une situation qui n'est pas forcément rose dans ce pays de la débrouille.

 

L'intrigue est des plus classique. Deux enquêtes en parallèles, distinctes, qui n'ont pas de liens entre elles.

 

L'histoire d'un braquage d'abord. Celui mené par des jeunes qui n'ont rien à perdre et qui s'en prennent un fourgon de transport de fonds. Et parce qu'ils ont usé d'armes lourdes qui pourraient être utilisées dans une hypothétique tentative de coup d’état , les enquêteurs Boukinda et Evame , gendarmes de leur état, s'attacheront à remonter leur piste sanglante.

 

Prostitue.jpgCelle d'un serial killer ensuite. De cet employé d'assurance qui découvre qu'il est séropositif et qui fou de rage, décide de projeter dans cette mort qui lui est promise , des prostituées, ces lucioles qui lui ont si souvent fait tourner la tête, et dont il soupçonne l'une d'entre elles de lui avoir transmis ce «  Syndrome Inventé pour Décourager les Amoureux » .

 

Ne pas partir seul dans le grand néant rend sans doute la mort moins effrayante. Alors il les éventre à coup de tessons de bouteilles, et les cadavres s'accumulent. Sur sa piste, les policiers Kumba et Owoula, qui n'hésitent pas, quand ils se rendent sur les scènes de crime à extorquer quelques billets aux patrons des lieux pour leur éviter des poursuites pour avoir ouvert une maison de passe illégale.

 

Le lecteur ira au bout de ces intrigues ordinaires. Mais il en trouvera cependant une saveur toute particulière à travers les portraits de cette multitudes de personnages qui peuplent ce roman, et les pratiques hors du commun de cette société urbaine de Libreville.

 

Là bas, point de technologie de pointe. L'interrogatoire musclé tient lieu de test ADN, et leLibreville-Quartier-20Louis-202.jpg flair du flic vaut n'importe quelle expertise scientifique d'une scène de crime. Et la débrouille pour le bien ou pour le mal, tient lieu d'art de vivre contraint.

 

Mais l’intérêt du roman est ailleurs. Si ordinaires soient elles, ces intrigues permettent surtout de mettre en perspective une société gangrenée par des maux communs à beaucoup de pays africains, comme la corruption et la combine, et d'autres qui lui sont propres. Les fondations de la démocratie gabonaise reposent n'ont pas sur le mérite ou les compétences de ses citoyens, mais sur leur appartenance ethnique, qui commande dès lors la distribution des responsabilités de pouvoir. «  Le tribalisme, doublé du népotisme, du clientélisme et de l'allégeance politique est ici un sport national, comme le football l'est au brésil. ».

 

imagesCAEWLRCV.jpgMême si l'histoire méritait une plus grande profondeur , l'escapade en Afrique francophone valait amplement le détours. De la couleur dans les mots, de la poésie dans les images, apportent un vrai bol d'air au lecteur qui sort ainsi des sentiers battus du genre littéraire qu'il apprécie.

 

Janis Otsiemi donne des ailes à cette langue que nous avons en partage , qu'il réinvente et dont il nous régale à travers les dialogues de ses personnages ou les proverbes qui fleurissent au début de chaque chapitre, nous faisant redécouvrir le charme de ses sonorités, la force de ses mots et la magie de ses métaphores.

 

Un auteur qu'il convient donc de découvrir pour mettre un peu de soleil et d'exotisme dans nos lectures !

 

 

 

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Africains
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 14:06

LAURA WILSON

ALBIN MICHEL

 

TRADUCTION:  Valérie MALFOY

 

une mort absurdeSi un roman devait faire la démonstration que l’on peut raconter une belle histoire, passionnante et captivante sans pour cela user d’artifices plus spectaculaires les uns que les autres, «  une mort absurde » de Laura Wilson serait celui ci.

 

Voilà un roman qui vous plonge d’abord dans une époque, celle de Londres durant la seconde guerre mondiale, et vous imprègne d’une atmosphère particulière, celle d’une société dont la vie est rythmée par les explosions des missiles allemands, et des tickets de rationnement.

 

Dans cet univers d’éclats et de décombres, la vie continue, la société se réorganise à chaque instant, réinventant ce que les bombes ont désorganisé ou détruit dans la nuit.

 

Dans cette ville assiégée par les cieux, derrière le rideau de l’Histoire qui se déchire, les turpitudes humaines elles,  ont toujours cours.

 

Laura Wilson nous peint des portraits d’hommes et de femmes pris dans la tourmente de la guerre, qui désespérément tentent d’asseoir leurs existences dans un quotidien sans cesse bouleversé, où la moindre anicroche dans celle-ci peut prendre des proportions insoupçonnables. Des gens simples, qui cahin caha se raccrochent à la rambarde de leur vie en attendant de savoir où va tomber la prochaine bombe.

 

Parmi eux, Ted Stratton et sa famille. Sa femme Jenny, leurs enfants mis à l’abri à lalondres_1940.jpg campagne, Doris la sœur de Jenny et son mari. Cellule familiale qui se sert les coudes et qui n’ont pour seule richesse et unique protection que leur solidarité.

 

Quand il n’est pas flic, Ted Stratton prête main forte aux habitants de son quartier pour rechercher dans les décombres des survivants éventuels. C’est ainsi qu’il sauve Mme Ingram, récemment installée dans le quartier et traumatisée par la destruction de sa maison. N’ayant aucune famille dans le secteur, elle sera d’abord hébergée chez Doris, avant de l’être chez Jenny quand sa présence deviendra trop pesante pour sa sœur.

 

D’autant que Me Ingram a un comportement de plus en plus intriguant. Quand enfin on retrouve son mari et que celui-ci obtient une permission de l’armée pour venir la chercher, elle ne le reconnait pas et devient hystérique, criant à l’imposture. Cet état ne fera qu’empirer, étalant progressivement sa suspicion sur tout son entourage. Mais si sa place est dans un centre spécialisé, Jenny qui a vu y dépérir sa tante, se refuse à cette idée. Décision généreuse qui ne sera pourtant pas sans conséquence.

 

LondonBombed.jpgDacre quant à lui est médecin. A l’hôpital où il officie il se bâtit une solide réputation depuis qu’il y est arrivé, il y a peu. Pourtant Dacre n’est pas son nom. D’ailleurs, il n’est même pas médecin. Juste un imposteur qui à 17 ans a décidé de se débarrasser de sa véritable identité et de se faire passer pour mort, pour usurper celle des autres et vivre une vie qu’il idéalise.

 

C’est ainsi qu’il a travaillé dans une morgue pour étudier en autodidacte l’anatomie humaine, avant de s’emparer d’une identité qu’il a fait sienne pour devenir enfin médecin. Et pour protéger son subterfuge notre homme est prêt à faire quelques entorses à son serment d’Hippocrate en mettant fin prématurément à quelques existences potentiellement dangereuses pour lui.

 

En enquêtant sur la mort d’un médecin et d’une infirmière de l’hôpital, Ted Stratton se074.jpg mettra sans le savoir sur la piste de ce faussaire incroyablement malin, qui s’amuse à rebondir à chaque situation où il se retrouve en situation délicate.


Laura Wilson arrive à rendre admirablement bien l’atmosphère et l’esprit de ce Londres qui ploie sous les bombes. Une ville qui vit au rythme des alertes, de la pénurie,  dans la peur et les abris, mais dont la force de résistance face à l’adversité réside dans sa volonté farouche à continuer à vivre normalement.

 

C’est dans cette brume guerrière que se tisse une intrigue qui s’entremêle dans la vie quotidienne des personnages, et où le hasard servira de liant à un drame qui s’annonce. Et c’est bien là la force de Laura Wilson que de nous plonger dans cette ville assiégée par l’histoire, tout en nous amarrant à des histoires personnelles qui donnent au livre toute sa dimension romanesque.

 

Le lecteur est pris par le développement de l’enquête, par les Laura-Wilson.jpgvicissitudes de cet usurpateur assassin, mais en même temps s’attachera à la vie d’une Jenny rongée par l’angoisse d’être à nouveau enceinte et d’avoir peur de l’annoncer à son mari.

 

«  Une mort absurde » est un roman plein, où l’auteur s’est attaché autant à son intrigue qu’à l’épaisseur psychologique de ses personnages.

 

C’est aussi un portrait remarquable du Londres des années 40.  Sans grandiloquence, sans scènes spectaculaires Laura Wilson réussit donc un roman efficace et abouti qui nous entraine à la suite d’une Patricia Highsmith dont elle semble être l’émule.

 

«  une mort absurde est le septième roman de Laura Wilson publié en France.

 

l'avis des copains :

 

celui de Caco d'Unwalkers : link

 

celui de Jacques : link

 

celui de K-Libre : link

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Britanniques
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 07:48

lapetitesourisLe mois d'avril est propice en rééditions. Ce fut le cas avec les romans de Michaël Connelly en grand formet, c'est le cas en poche, pour les romans de Jo Nesbo.. L'occasion de compléter sa collection !


Bonne lecture à tous !



Editions POINTS

 

un-traitre-a-notre-gout.gif 

«  Un traitre à notre goût » de John LE CARRE le 12/04

 

pas de résumé disponible

 

la-nuit-de-Geronimo.gif

«  la nuit de Géronimo » de Dominique SYLVAIN le 05/04

 

Alors qu'elle réaménage dans la maison de son enfance, Philippine reçoit un email étrange : Geronimo n'a tué personne, mais qui a tué Geronimo ? Geronimo était le surnom de son père, qui s'est suicidé vingt-quatre ans auparavant.
La police ne pouvant rien faire, elle engage Louise Morvan pour débusquer l'expéditeur anonyme. Une affaire bien anodine, pourtant l'enquête tourne au cauchemar: un suspect est retrouvé mort après avoir été torturé, tandis que Louise est filée sans répit par un certain Dotko.

 

je-ne-porte-pas-mon-nom.gif

 

«  Je ne porte pas mon nom » d’Anna GRUE le 05/04

 

À quarante ans, Dan Sommerdahl est en arrêt maladie pour dépression.
Pour lui remonter le moral, son ami Flemming Torp, commissaire, décide de l'associer à une enquête sur le meurtre d'une femme de ménage qui s'est déroulé dans les locaux de son entreprise. Dan, que l'on ne tarde pas à surnommer le " détective chauve ", se passionne pour l'affaire, qui dévoile les sinistres dessous de sa petite ville modèle.

 

 

aux-malheurs-des-dames.jpg

 

«  Aux malheurs  des dames » de Lalie WALKER le 19/04

 

Lettres de menaces, étranges poupées de chiffon clouées aux portes, persistante odeur de brûlé dans les étages...
La tension monte au Marché Saint-Pierre, temple du tissu au mètre. Bientôt, des employées manquent à l'appel. Et la police piétine... Dans la psychose générale, Rebecca Levasseur prend l'enquête en main, arpente les ruelles de la Butte, et sonde les âmes et les consciences à la recherche des disparues.

 

frontiere-mouvante.gif

«  Frontière mouvante » de Knud FALDBAKKEN  le 05/04

 

Le Finnskogen : une région couverte de forêts à la frontière entre la Norvège et la Suède, loin de tout contrôle, où il vaut mieux connaître les règles locales.
Le commissaire Valmann enquête sur l'accident d'un camion qui transportait une cargaison de poulets... et une cache de drogues. C'est une situation d'une ampleur inattendue qui va bientôt se révéler : prostitution, mafias, trafics en tous genres. De quoi mettre les nerfs de Valmann à rude épreuve.

 

Editions POINT-DEUX

 

les-enquetes-du-croque-mort.jpg

«  Les enquêtes du Croque-mort » de Tim CORKEY le 12/04


Ce volume contient Le croque-mort a la vie dure & Le croque-mort préfère la bière, les deux premières enquêtes d'une série funèbre et irrésistiblement drôle.
Hitchcock Sewell, croque-mort de son état, ne demande pas mieux que de mener une vie tranquille et monotone à Baltimore. Mais la ville n'est pas si calme qu'on croirait ! Entre une jeune fille qui vient le voir pour organiser son propre enterrement, et un cadavre déposé sur le pas de sa porte le jour de Noël, Hitchcock, détective malgré lui, aura fort à faire pour ne pas se retrouver lui-même six pieds sous terre.

 

EDITIONS FOLIO POLICIER

 

londres-noir.gif

«  Londres noir » Collectifle 13/04


«Londres, c’est l’ombre et le brouillard. Une ville hantée. La ville du noir absolu», selon Cathi Unsworth. Autour d’elle, seize écrivains vous serviront de guides dans les ruelles tortueuses, les pubs enfumés, les squats et les entrepôts. Alcool, extravagance, drogue et rock, tel est le quotidien des musiciens ratés, des punks ou skinheads, et des filles paumées qui hantent la capitale britannique.    

 

los-angeles-noir.gif

 

«  Los Angeles noir » Collectif le 13/04

 

Loin du paradis ensoleillé des séries américaines, rencontrez des starlettes, des flics du LAPD, des immigrés clandestins, des serveuses, des femmes de ménage et toute la faune des beaux quartiers. De Mulholland Drive à Los Angeles River, de Pacific Palisades à Los Feliz, pénétrez dans les bas-fonds de cette ville tentaculaire, cette Cité des anges où se fracassent tant de rêves..

 

 

Paris-noir.gif

 

«  Paris noir » collectif le 13/07

 

Oubliez la Ville lumière, ses amoureux sur les berges de Seine et ses cohortes de touristes... Avec Paris Noir, des Batignolles au Quartier latin, de Belleville à la gare du Nord, vous rencontrerez des garçons de café, des garagistes, des journalistes, des flics et des voyous, mais aussi des paumés, des politiciens, des jeunes femmes avec des rêves plein la tête et de vieux bonhommes à la mémoire floue. Douze auteurs pour douze façons d’arpenter les trottoirs parisiens.

 

L-age-bete3.jpg

 

«  l’âge bête » de Pierre BOILEAU et Thomas NARCEJAC le 13/04

 

Pour donner une leçon à leur jeune et jolie professeur qui les a exclus après plusieurs mois de chahut et de mauvais tours, deux collégiens décident de la kidnapper. Ils mettent leur plan à exécution et la retiennent dans une maison isolée. Mais l’affaire se complique lorsque l’un des adolescents a un grave accident de voiture. Son camarade se retrouve seul et désemparé. Il doit trouver un moyen de libérer la jeune femme sans révéler son identité. Germe alors un plan machiavélique...


L-evangile-du-billet-vert.jpeg

 

«  L’évangile du billet vert » de Larry BEINHART le 13/04

 

Certaines affaires usent les nerfs d’un privé, d’autres peuvent ébranler ses convictions les plus profondes. Carl Vanderveer, ex-flic à la dérive, repenti en chrétien radical, va l’apprendre à ses dépens.
Nathaniel MacLeod, professeur de philosophie, athée et prosélyte, a été assassiné. Un de ses étudiants, Ahmad Nazami, musulman d’origine iranienne, a avoué. La police pense tenir son coupable, mais c’est sans compter sur Manny Goldfarb, avocat juif et tenace, fermement convaincu de l’innocence de son client et déterminé à la prouver.
Pressé par sa femme et les leaders de la communauté évangélique à qui il doit son salut, Carl ne sait plus à quel saint se vouer. Homme de parole, le privé ne peut se résoudre à baisser les bras. Au risque de tout perdre, y compris sa foi.
Une immersion aussi inquiétante que réaliste au cœur de l’Amérique post-11-Septembre.

 

la-surprise-du-chef.jpeg

 

«  La surprise du chef » d’Anthony BOURDAIN le 13/04

 

Tommy Pagano a une passion : la grande cuisine. En attendant de réaliser son rêve de diriger une grande table à New York, il est sous-chef au «Liner», un restaurant de poissons. Mais Tommy a aussi un gros problème : sa famille, et surtout son oncle obèse, Sally «La-Moumoute», qui a une conception bien à lui des liens familiaux – comme de la gastronomie d’ailleurs... Entre le parrain local un peu envahissant, le FBI qui cherche un moyen de coincer Sally et ses comparses, un chef névrosé et héroïnomane, et un patron ancien dentiste qui se pique de cuisine, Tommy a bien du mal à s’y retrouver dans ses recettes!

 

 chasseur-de-tetes.gif


«  Chasseur de têtes » de Jo NESBO le 05/04

 

Roger Brown le sait, il est le meilleur chasseur de têtes de Norvège. Utilisant les questionnaires du FBI, il fait subir aux candidats de véritables interrogatoires et ne laisse aucune place au hasard. Mais Roger a une faiblesse : sa splendide femme Diana, qui lui coûte très cher… Voiture de luxe, vêtements de marque, loft immense, galerie d’art et vernissages au champagne, rien n’est trop beau pour elle. Pour financer sa vie privée, il dérobe avec l’aide d’un complice des toiles de maîtres chez ses clients. Mais le jour où il décide de voler un Rubens à Clas Greve, pourtant le profil du parfait pigeon, les choses se gâtent. De chasseur, Brown devient la proie et le pigeon se révèle être un terrible prédateur…

 

l-homme-chauve-souris.gif

 

 L’homme chauve-souris » de Jo NESBO le 05/04

 

Parce qu'une jeune Norvégienne a été sauvagement jetée d'une falaise à l'autre bout du monde en Australie, l'inspecteur Harry Hole de la police d'Oslo est envoyé sur place par une hiérarchie soucieuse de l'évincer. Ce qui n'aurait dû être que routine diplomatique va se transformer en traque impitoyable au fur et à mesure de meurtres féroces qu'Harry Hole refuse d'ignorer. Autre hémisphère, autres méthodes... Associé à un inspecteur aborigène étrange, bousculé par une culture neuve assise sur une terre ancestrale, Hole, en proie à ses propres démons, va plonger au cœur du bush millénaire. L'Australie, pays de démesure, véritable nation en devenir où les contradictions engendrent le fantastique comme l'indicible, lui apportera, jusqu'au chaos final, l'espoir et l'angoisse, l'amour et la mort : la pire des aventures.

 

 

rue-sans-souci.gif

«  Rue sans-souci » de Jo NESBO le 05/04

 

 

Rue Sans-Souci… Drôle d'adresse, lorsqu'on est flic pour y trouver dans un appartement le cadavre d'une femme avec laquelle on vient de passer la nuit. Surtout lorsqu'on ne se rappelle de rien… Harry Hole n'est pas au bout de ses peines. Un braqueur, comme en état de transe, a flingué à bout portant une caissière irréprochable après lui avoir murmuré à l'oreille ce qui aurait pu être des mots d'amour. Hole parle de meurtre, sa hiérarchie d'accident. Tant de gens auraient intérêt à le voir tomber que le flic d'Oslo va devoir à nouveau composer avec la loi pour sauver sa peau comme pour traquer le Mal. Ce qu'il avait flairé sera bien au-delà des apparences. Du pur thriller.

 

le-sauveur.gif

 

«  le sauveur » de Jo NESBO le 05/04

 

Noël à Oslo. L'Armée du Salut met les bouchées doubles pour venir en aide aux exclus de la ville. Afin de récolter des fonds, les membres de l'association ont décidé d'organiser un concert public ; de nombreuses rock stars locales, ainsi que le Premier ministre en personne doivent y participer. Mais, dans l'ombre, une guerre de succession fait rage : qui remplacera le vieillissant David Eckhoff qui dirige l'Armée du Salut d'Oslo depuis des décennies? Le calme et posé Jon Karlsen ou le plus dévoué et docile Rikard Nilsen?
Le soir du spectacle, en plein concert, un homme tire dans la foule et tue un membre de l'Armée du Salut avant de parvenir à s'enfuir en direction de l'aéroport. La victime n'est autre que Robert Karlsen, le frère jumeau de Jon…
Naviguant entre déprime et amertume, la tête noyée dans le Jim Beam, Harry Hole va se remettre en selle grâce à cette enquête. Bloqué à l'aéroport par une tempête de neige, le mystérieux tueur apprend le lendemain dans le journal qu'il n'a pas tiré sur la bonne cible mais sur son frère! Alors qu'Harry Hole se lance à sa poursuite dans les rues verglacées de la capitale norvégienne, le meurtrier se met à la recherche de sa victime pour exécuter son contrat. Le jeu sanglant du chat et de la souris ne fait que commencer…

 

Editions LE MASQUE JAUNE

 

 

les talons hauts....

 

PRIX DU PREMIER ROMAN DU FESTIVAL DE BEAUNE

" Les talons hauts rapprochent les filles du ciel" d'Olivier GAY



Comme chaque année depuis sa création, les Éditions du Masque sont associées au festival du film policier.
Elles y décerneront le prix du roman policier à un auteur pour sa première œuvre.Cette année les membres du jury seront :Thomas Chabrol, acteur, auteur de pièces radiophoniques et amateur éclairé de romans policiers.Sylvie Granotier, auteur et scénariste. Claire Kheitmi, journaliste à Radio France, spécialiste de littérature policière. Eric Kristy, auteur de romans policiers et scénariste-producteur de séries policières pour la télévision.Et Jean-Christophe Grangé, auteur et président du jury.

 

le-voyageur-du-passe.jpg

 

«  le voyageur du passé » de Paul HALTER le 02/04


Les spectateurs qui sortent en masse de l’Adelphi Theater de Londres, ce soir du 15 novembre 1955, remarquent un jeune homme étrange, vêtu à l’ancienne mode – chapeau haut de forme, redingote à col d’astrakan et bottines à boucle – et qui semble totalement désorienté. Inconscient du danger, il traverse inopinément la chaussée et se fait renverser par une voiture qui, incapable de l’éviter, le tue sur le coup. Sur lui, les policiers trouvent des papiers, de l’argent et une lettre adressée à son nom qui date du début du siècle ! L’inspecteur Hurst chargé de l’enquête va découvrir que ce Victor Stephenson, originaire de Milford, a bel et bien existé et qu’il est porté disparu depuis plus de cinquante ans… Mais l’homme n’a pas pris une ride ! Se rendant à Milford pour tenter de faire toute la lumière sur cette étrange affaire, Hurst va plonger dans les secrets de la famille Stephenson et le mystère n’aura de cesse de s’épaissir…

 

Editions LE MASQUE

 

le-cauchemard-d-alambert.jpg

«  le cauchemar de D’Alambert » d’ Hubert PROLONGEAU le 04/04


n cette année 1751, Diderot et d’Alembert, en dépit de la censure et des obstacles financiers, œuvrent à l’élaboration de l’Encyclopédie. Ils décident de s’éloigner de la ville et de son tumulte et s’installent à la campagne où ils pensent trouver le calme propice à leur labeur. Hélas, à peine nos deux érudits se sont-ils installés dans la résidence de d’Alembert que le drame s’installe. Un criminel rôde et nos deux encyclopédistes vont devoir délaisser la recherche scientifique pour celle de la vérité et mettre leur intelligence au service de l’humanisme…

 

 

une-conspiration-de-papier.jpg

 

«  Une conspiration de papier » de David LISS le 04/04


Londres 1719, Benjamin Weaver, ruffian parmi les aristocrates, juif parmi les chrétiens et justicier parmi les voleurs, sillonne le monde labyrinthique et souterrain du crime en redresseur de torts pour le compte des puissants. Mais une nouvelle enquête va le toucher au plus près car elle concerne la mort mystérieuse de son père. Un père qu’il n’a pas revu depuis l’enfance et qui a participé à la naissance du nouveau monde de la spéculation boursière. Benjamin va devoir s’aventurer dans ce territoire inconnu et affronter entre-autres, nobles pervers, séductrices fatales et redoutables criminels…

 

Editions SIRIUS

 

dkbaiedesanges.jpg

«  Dunkerque baie des anges » de Maxime GILLIOT 

 

Dunkerque, deux heures du matin. Un bébé meurt étouffé par sa mère inbibée d'alcool : la Sûreté urbaine enregistre un de ces drames du quotidien qui désespèrent les flics.

Dans la litanie des affaires brûlantes, la découverte d'un cadavre sans tête dans une écluse occupe rapidement les journée des lieutenants Calvez, Bathany et Marquet...Un cadavre au tatouage très identifiable, celui d'un homme que Stéphane Marquet a croisé dans un passé qu'il préfère oublier, et qu'il est déterminé à cacher à sa hierarchie.

Mais selon l'usage, les vieux démons finissent toujours par se reveiller. Il s'agit alors de décider s'il on veut continuer à défendre l'ordre et la loi, ou frandchir la frontière du bien et du mal.

Pour Stéphane Marquet, l'heure du choix est venue.

 

Editions RIFLE NOIR

 

C21H22.jpg 

« C21H22 » de Richard ALBISSER

 

Un couple paisible est retrouvé sans vie à son domicile. Les Autorités concluent bien facilement à un suicide.

Mais Jasmina, l’épouse du capitaine Drassir, ne l’entend pas de cette oreille. Ne serait-ce pas plutôt un acte criminel ? Elle s’en ouvre auprès de son mari qui accrédite par commodité la thèse officielle. 

Mais les événements vont se précipiter et donner raison à Jasmina…

 

En_attendant_les_vers.jpg

 «  En attendant les vers » de Michael MOSLONKA

 

Étaient-ils autre chose qu’un couple de chiens policiers dans un jeu de quilles ?

Pendant que Blacke s’interroge, la Police découvre sur un ancien site industriel cinq cadavres : le massacre d’une famille entière, celle d’un « enfant du pays » qui rêvait de faire découvrir aux siens sa ville natale, quittée vingt-cinq ans plus tôt. Et voilà que se joue un film commencé au milieu des années 80… un méchant film qui mettra en scène sept salopards : une prostituée, un mal-aimé, un prêtre-clown, un motard en fauteuil roulant, un ex-dessoudeur de buraliste, un Polak mort-vivant et un recycleur de pieds nickelés…

 

Editions RIVAGES

 

Mildred-pierced.jpg

«  Mildred Pierced » de M. Stuart KAMINSKY le 11/04

 


Sheldon Minck, le dentiste miteux qui partage un local avec le détective Toby Peters, est arrêté, accusé du meurtre de sa femme Mildred tuée par un carreau d'arbalète dans Lincoln Park. Une certaine Billie Cassin, qui n'est autre que l'actrice Joan Crawford, est témoin. Minck explique à son ami Toby qu'il s'entraînait au tir dans le parc, après avoir rejoint un groupe survivaliste dont l'inspirateur est John Fenimore Cooper.
Joan Crawford charge Toby Peters d'éviter que son nom n'apparaisse dans la presse en lien avec une affaire criminelle. Mais Minck parvient à s'évader. Il est traqué par les survivalistes, tandis que John Crawford, elle, est prise en otage.

 

le-visage-de-la-folle.jpg

«  Le visage de la folle » de Maxime MILAN le 11/04


Depuis son retour de Birmanie, pays " profondément bouddhiste, hermétiquement fermé, [où] les règles qui régissent le monde moderne n'ont pas cours ", et qui l'a beaucoup impressionné, Aurélien s'efforce de terminer sa thèse. Mais le coeur n'y est plus et le doute le ronge, au point qu'il s'isole de plus en plus. La Birmanie l'obsède. Une jeune femme surtout, Ma Hae, qu'il a connue là-bas et qui cristallise toute l'étrangeté de son aventure. Un jour, il croit la reconnaître dans une rue parisienne. Aurélien est-il devenu fou ? Il se lance à corps perdu à la poursuite de ce fantôme.

 

Snitch-jaket.jpg

 

«  Snitch Jacket » de Christopher GOFFARD le 04/04


Benny Bunt aurait dû réussir dans la vie grâce à sa formidable mémoire. Il compare sa tête à une maison de 10 000 pièces où sont stockées des informations de toute nature et fait fructifier ses dons en appelant les flics pour leur vendre des renseignements. C'est un indic, même si lui se considère plutôt comme un espion en mission.
Si Benny se retrouve dans une prison de Californie accusé de trois meurtres, c'est à cause de Gus Miller. Tout a commencé en fait le jour où Gus « Mad Dog » Miller a poussé la porte du bar sordide où Benny passe son temps aux côtés de losers pittoresques et plus ou moins dangereux, perdus dans les brumes de l'alcool et de la drogue. « Mad Dog » est un ancien combattant du Vietnam couvert de tatouages et qui arbore un collier d'oreilles humaines. La légende veut qu'il ait échappé à ses geôliers Viêt-Cong en leur enfonçant une baguette dans le cerveau. C'est le genre de personnage que Benny n'aurait sans doute pas dû rencontrer.

 

le-chanteur.jpg

 

«  Le chanteur » de Cathi UNSWORTH le 04/04


Dans le nord de l’Angleterre, durement frappé par la crise, quatre jeunes emportés par la tornade des Sex Pistols décident de former un groupe.
Très vite, Blood Truth défraie la chronique et connaît le succès entre autres à cause de son sulfureux chanteur Vincent Smith. Quand ce dernier rencontre Sylvana, chanteuse du groupe Mood Violet, une liaison électrique commence. Puis tout s’écroule avec la mort de Sylvana et la disparition inexpliquée de Vincent.Vingt ans plus tard, le journaliste Eddie Bracknell décide d’écrire un livre sur l’histoire de ce groupe mythique.
Il mène l’enquête afin de retrouver la trace du chanteur et rencontrer les acteurs de cette époque révolue. Il s’apercevra trop tard qu’il est entraîné dans une redoutable machination

 

le-corps-de-la-ville-endormie.jpg

« Le corps de la ville endormie » de Gérard LECAS le 04/04


Danny Perez est lieutenant à la BAC. Il fait équipe avec Yasmina, jeune stagiaire de 25 ans. Ils sont également amants. Ils sont appelés une nuit pour appréhender un taggueur rue des Pyrénées. Sur le mur du couvent des soeurs de la Sainte-Croix, un homme est en train de peindre en grandes lettres rouges : « SOEURS ASSASSINES ». Il n'oppose aucune résistance lorsqu'on lui passe les menottes ; il se contente d'affirmer que les religieuses « ont tué sa fille ». Il explique que sa fille Marjorie a été accueillie à « L'Auberge », le foyer fondé par les soeurs de la Sainte-Croix pour héberger des adolescentes en difficulté. Et que peu après son séjour au foyer, elle s'est défenestrée.

Le père a-t-il été rendu fou par le chagrin ? Ou ses accusations sont-elles fondées ? Au cours de leur longue nuit d'intervention, Danny et Yasmina vont s'approcher d'une vérité triste et révoltante. Mais en apprendront également davantage sur eux-mêmes, sur ce qui les réunit et ce qui les sépare.

 

 

Editions POCKET

 

le-maitre-des-noms.jpg

«  Le maître des noms » de Joseph LADIG le 14/04

 

Dans la rame du métro qui la ramène du travail, Anne Ripley, mère de famille, trouve un carnet manuscrit. Celui-ci abrite une étrange confession : une femme y explique comment elle a été forcée à séduire puis à tuer un homme choisi au hasard. La vie d’Anne bascule alors dans un jeu machiavélique, dont elle comprend vite qu’elle ne sortira pas indemne. Elle n’en connaît pas les règles, elle n’en connaît pas les instigateurs – tout ce qu’elle sait, c’est que si elle ne suit pas leurs indications à la lettre, elle se verra infliger la pire des souffrances : la perte de son enfant.
Lancée dans une terrible course contre la montre, elle va devoir percer l’un des secrets les mieux gardés de la Compagnie, la société qui fournit au gouvernement les machines à voter et les technologies de lutte contre le terrorisme.
Pendant ce temps, les "traqueurs", des agents spéciaux du gouvernement, son chargés d'enquêter sur elle. Leurs parcours se rencontreront autour d'une mort mystérieuse. Ils découvriront que le jeu a été mis en place bien avant leur naissance et que leurs destins sont liés...

 

les-murmures.jpg

 «  Les murmures » de John CONNOLLY le 12/04

 


Dans le Maine, à la frontière entre le Canada et les États-Unis, ont lieu des trafics en tous genres - armes, drogue, êtres humains. C’est dans cette zone de non-droit que des vétérans désabusés, rentrés d’Irak il y a peu, se livrent à la contrebande d’œuvres dérobées au musée de Bagdad pendant la guerre.
Chargé d’enquêter sur les agissements de l’un de ces soldats, le détective Charlie Parker découvre que plusieurs membres de la même unité ont été retrouvés morts après avoir été rendus à moitié fous par des voix qui leur chuchotaient à l’oreille dans une langue inconnue. D’après la thèse officielle, ces hommes souffraient, comme beaucoup d’autres vétérans, du syndrome de stress post-traumatique, ce qui les aurait poussés au suicide. Mais cette explication ne satisfait guère Charlie Parker, qui ne peut s’empêcher de soupçonner l’existence d’un lien entre les décès et la marchandise transportée illégalement par les vétérans.

 

gataca.jpg

«  Gataca » de Frank THILLIEZ le 12/04


Onze hommes derrière les barreaux. Leurs points communs : tous ont commis des crimes barbares et tous sont… gauchers. Au même moment, on fait la découverte d’une famille de Néandertaliens assassinés par un Cro-Magnon. Quel est le rapport entre ces affaires et des crimes éloignés de 30 000 ans ? La clé est dans ces quelques lettres : GATACA...
Lucie Hennebelle, ancien lieutenant de police à Lille, essaie de survivre depuis la mort de sa fille, enlevée et sauvagement assassinée. Elle survit pour Juliette, son autre petite fille, rescapée du drame. Tout ça à cause de Franck Sharko, son compagnon, qui lui avait assuré que ses filles ne risquaient rien. Un an plus tard, le commissaire Sharko s’attèle à une nouvelle enquête : une jeune scientifique spécialiste de l’évolution des espèces retrouvée morte, attaquée par un primate…

 

le-livre-des-ames.jpg

«  Le livre des âmes » de Glenn COOPER le 12/04


947. De mystérieux manuscrits médiévaux sont retrouvés dans les ruines d’une abbaye de l’île de Wight. Winston Churchill demande au président Truman de les prendre en charge. Celui-ci fait construire dans le désert du Nevada une base top secrète destinée à les étudier : Area 51…
2010. Un nouveau manuscrit fait surface à Londres, lors d’une vente aux enchères. Will Piper, ancien profiler du FBI, est engagé par d’anciens membres d’Area 51 pour en percer les secrets. Will y découvre, dissimulé dans la reliure, un poème écrit en 1581 par un de ses anciens propriétaires, William Shakespeare. Plus qu’un poème, c’est une véritable carte cryptée. La résolution des énigmes qu’elle renferme nous transporte autour de l’année 1530, à Paris, où deux hommes commencent à faire parler d’eux, Jean Calvin et Michel de Nostradamus…

 

amazonia.jpg

« Amazonia » de James ROLLINS le 12/04

 

Dans la forêt amazonienne, un Américain est retrouvé mourant aux abords d’un village. C’est l’un des membres d’une expédition scientifique partie étudier le savoir des chamans et disparue quatre ans plus tôt. Seul Nathan Rand, le fils du savant qui la dirigeait, n’a jamais perdu espoir de les retrouver vivants. Et c’est ce fol espoir que le Dr Kelly O’Brien et son frère ravivent en lui proposant de rejoindre la nouvelle équipe de secours. Seulement, la jungle et ses enjeux pharmaceutiques attisent bien des convoitises. Des mercenaires se lancent à leur poursuite… À mesure que le groupe progresse, l’aventure tourne au cauchemar : attaques de fourmis géantes, assaut de piranhas hypertrophiés, prolifération de sauterelles carnivores. La malédiction des Ban-ali rôderait-elle ? Mais est-elle vraiment la seule explication à ces terrifiantes mutations génétiques ?

 

charlene-ne-reviendra-pas.jpg

«  Charlène ne reviendra pas » de Lisa UNGER le 12/04


Banlieue de New York, États-Unis, de nos jours.
L'inspecteur Jones mène une vie tranquille dans la petite ville des Hollows : ici chacun se connaît depuis l'enfance et rien ne vient jamais troubler le calme des lieux. Jusqu'au jour où Charlene, une adolescente rebelle, disparaît. Fugue ? Enlèvement ? Meurtre ? Toute la petite communauté s'interroge. Alors que l'enquête se focalise sur deux suspects, Ricky, le fils de Jones et petit ami de Charlene, et Graham, le beau-père sadique, le témoignage d'un dératiseur ouvre une nouvelle piste : la jeune fille serait montée dans la voiture d'un autre lycéen, Marshall Crosby.
Prêt à tout pour prouver l'innocence de son fils, Jones se rend chez les Crosby dans l'espoir d'y retrouver Charlene. Mais ses retrouvailles avec Travis, le père de Marshall, qu'il n'avait pas revu depuis le lycée, ravive le souvenir traumatisant d'une autre disparition. Celle de Sarah Meyer, retrouvée morte vingt ans plus tôt...

 

mesdames-vous-aimez-ca.jpg

 

« Mesdames vous aimez ça ! » de San ANTONIO

 

La vérité ? Rarement je suis passé aussi près de la grande faucheuse que dans ce book. Un tout petit peu plus, c'était « bon suaire, m'sieurs-dames » sur l'air des lampions. Et tout ça, tu veux que je te dise ? À cause d'une gentille opticienne qui n'avait pas mis de culotte pour faire sa vitrine. Nous autres tringleurs, on est peu de chose, tu sais ! Pendant que j'y pense : n'en parle pas à maman, elle se ferait du mouron. Tu connais Félicie !...

 

le-coup-du-pere-Francois.jpg

«  le coup du père François » de San ANTONIO

 

Connaissez vous l'Alabanie ?
C'est un coquet pays d'Europe du Sud qui a pour principales ressources l'exploitation des cactus et l'aide de la Chine populaire. Figurez vous qu'il se passe des choses bizarroïdes à l'ambassade alabanienne de Paris… Mais le Gros Bérurier et votre San-Antonio préféré vont sérieusement s'occuper du problème, croyez-moi ! Malheureusement, le révérend Pinaud manque à l'appel et savez-vous pourquoi ? Parce que les Alabaniens lui ont fait la plus terrible, la plus perverse, la plus française des farces… LE COUP DU PÈRE FRANCOIS !

 

les-heritiers-de-Stonehenge.jpg

«  les héritiers de Stonehenge » de Sam CHRISTER le 04/04


Huit jours avant le solstice d’été, un homme est massacré sur le site antique de Stonehenge, au cours d’un sacrifice à glacer le sang, devant une assemblée de fidèles cagoulés.
Quelques heures plus tard, l’un des plus célèbres chasseurs de trésors du monde se suicide dans son manoir. Il laisse à son fils, l’archéologue Gideon Chase, avec lequel il était brouillé, une mystérieuse lettre. Formant équipe avec une intrépide policière du Wiltshire, Gideon ne tarde pas à découvrir une société secrète, une antique légion internationale entretenant depuis des millénaires le culte de Stonehenge.
Avec à sa tête un nouveau chef charismatique et impitoyable, la secte accomplit maintenant des sacrifices humains rituels dans une terrifiante tentative pour percer le secret des pierres...

 

intime-ressemblance.gif

 

«  intime ressemblance «  de Lisa SCOTTOLINE

 

Un soir, la journaliste Ellen Gleason trouve en rentrant chez elle un avis de recherche dans la boîte aux lettres. Un de ces dépliants comme la police de Philadelphie en diffuse chaque jour des dizaines. Sauf qu’en regardant de plus près la photo de celui-ci, son cœur s’arrête soudain de battre : c'est la photo de son petit garçon Will qu’elle a adopté il y a deux ans ! Dès lors, impossible de rester sans rien faire. Son instinct de journaliste et son cœur de mère la poussent à enquêter pour savoir qui est vraiment son fils. Mais, à trop vouloir découvrir ce qui était caché, elle devient gênante pour certains, pour ces hommes de l’ombre qui ne reculent devant rien…

 

 

un-vrai-temps-de-chien.jpg

«  un vrai temps de chien » d’ Olivier LAS VERGNAS le 12/04

 

Résumé non disponible


Editions LE LIVRE DE POCHE

 

le-tueur.jpg

«  Le tueur » de Martina COLE le 04/04


La terreur règne à Grantley, banlieue est de Londres : un tueur, surnommé l'Éventreur, assassine et viole en toute impunité. L'inspecteur Kate Burrows n'a rien, strictement rien, pour avancer, et son enquête piétine. Kate a voué sa vie à l'ordre et à la justice. Pourtant, quand elle rencontre Patrick Kelly, le père d'une des victimes et l'un des parrains les plus craints de Londres, elle franchit la ligne: l'attirance, entre eux, est irrésistible… Dans ce premier volet des aventures de Kate Burrows, Martina Cole brosse avec subtilité le portrait d'un tueur en série, fleur vénéneuse poussée sur un terreau miné par le mal. Sans aucune complaisance, elle creuse au plus profond de l'horreur, à la recherche des dernières lueurs d'humanité.

 

havre-des-morts.jpg

«  Havre des morts » de Patricia CORNWELL le 02/04


A Dover, Kay Scarpetta se forme aux techniques révolutionnaires de l'autopsie virtuelle. Elle est très vite mise à l'épreuve lorsqu'un jeune homme est retrouvé mort près de chez elle, à Cambridge. Les circonstances de cette mort semblent suspectes et les radiographies révèlent des blessures que Scarpetta n'a jamais vues...

 

remanence.jpg

«  rémanence » de Jérôme CAMUT et Nathalie HUG le 04/04


 Comment grandir quand on a connu l'horreur ? Quinze ans auparavant, deux enfants s'échappaient des geôles du plus dangereux des criminels, qui disparaissait après avoir mis la France à feu et à sang. Clara et Louis sont aujourd'hui adultes mais le vernis de leur existence se fissure. L'emprise de Kurtz a profondément gangréné leurs esprits. Insidieusement, le chaos s'installe. Les voix de l'ombre se font entendre à nouveau. « Je devrais arrêter de répondre au téléphone. Ce serait plus sage. Je devrais mais je n'y arrive pas. Pas même à débrancher la prise. Je prends un Stilnox pour ne pas entendre la sonnerie. Les fantômes, ça ne téléphone pas. »

 

 au-voleur.jpg


«  Au voleur » de Carol HIGGINS CLARCK le 02/04 


100 000 dollars : c'est la somme qu'Abigail, une jeune coiffeuse de stars d’Hollywood, vient de voir s'envoler... en même temps que son petit ami ! Elle n'a que quelques jours pour retrouver celui qui s'est emparé de l’argent que lui a légué sa grand-mère. Par malchance, Abigail est née un vendredi 13 et semble décidément attirer le mauvais sort : peu après levol, elle découvre le corps sans vie d'un de ses clients... Par chance, sa meilleure amie est Regan Reilly. Et Regan, désormais installée à New York, n'hésite pas à sauter dans le premier avion pour lui venir en aide.

 

maigret-en-normandie.jpg

«  Maigret en Normandie » de Georges SIMENON le 18/04

 

 

le-navigateur.jpg

«  Le navigateur » de Clive CUSSLER 


Une statue phénicienne a disparu lors du pillage du musée de Bagdad. Quel terrible secret cette statue renferme-t-elle pour que certains individus soient prêts à tuer pour mettre la main dessus ? Austin et son équipe se lancent dans une véritable odyssée à travers le temps, qui leur fera découvrir les trésors oubliés du roi Salomon et de la reine de Saba.

 

le-pacte-boreal.jpg

 

«  Le Pacte boréal » d’ ANNA JANSSON 


Alors que le froid et la neige de décembre submergent la côte, la petite ville suédoise de Kronköping est soudain plongée dans la terreur. Des inconnus sont pendus ou mutilés selon des méthodes qui rappellent les pires châtiments de la mythologie scandinave. Est-ce l'œuvre d’une secte ? Et pourquoi avoir choisi ces hommes et ces femmes sans histoires ? Ou bien s'agirait-il d'un tueur solitaire adepte des traditions nordiques les plus sanglantes ? La belle Maria Wern fait partie de l'équipe de policiers chargée de mener l'enquête. Sacrifiant ses vacances de Noël, elle doit au plus vite déchiffer les signes étranges que les tueurs laissent sur les scènes de crime …

 

Editions L’ ECAILLER

 

le-feu-au-royaume.gif

« le feu au royaume » de Sebastien DOUBINSKY le 19/03


André Thiriet, alias Dédé la Classe, truand rangé des voitures et qui a pris sa retraite en Espagne, revient à Paris pour enterrer son fils Alexandre, "assassiné en plein jour au coin de la rue du Faubourg Saint-Antoine".
Qui a tué son fils et pourquoi, c'est ce que Thiriet découvrira au cours de ces pages d'une rare et glaciale sobriété.

 

pauvre-richard.gif

«  Pauvre Richard » de Michel SANZ le 19/04


Dans une cité populaire, quelqu'un a gagné le gros lot à la loterie. Mais qui ? Pour diverses raisons, les habitants commencent à croire qu'il s'agit de Richard Dinero. Tour à tour adulé, adoré, puis haï, Richard va vivre toute une vie à l'ombre de ce magot qu'il n'a pas. Mais qui a bien pu gagner à la loterie ?

 

Editions 10/18

 

la-colombe-de-la-mort.jpg

«  La colombe de la mort » de Peter TREMAYNE le 05/04


670 ap.J.C. Un navire marchand irlandais est attaqué par un bateau pirate au large de la côte de la péninsule de Breton. Murchad, le capitaine et prince du royaume de Muman, sont tués de sang-froid après avoir pourtant rendu les armes. Soeur Fidelma de Cashel et son compagnon fidèle, Frère Eadulf, comptent parmi les rescapés, parvenus à fuir le carnage en sautant à la mer. Sauvé par un moine, ils sont tous deux conduits sur une île voisine. Mais Fidelma ne peut se résoudre à partir : le prince était son cousin et elle est bien déterminée à comprendre et à venger sa mort… Rejeté de la communauté bénédictine où elle a échoué, Fidelma trouve un nouveau refuge dans un château voisin… Mais cette riche famille ressemble d’avantage a une farandole de suspects potentiels qu’a des hôtes de premier choix…

 

le-royaume-des-voleurs.gif

Le royaume des voleurs de William RYAN le 19/04

1936, début de la terreur stalinienne. Le cadavre mutilé d’une jeune femme est retrouvé sur l’autel d’une église désaffectée. L’inspecteur Korolev, chef de la section criminelle de la Milice de Moscou, est chargé d’enquêter. La victime étant citoyenne américaine, l’organisation la plus redoutée de toute la Russie, appelée NKVD, s’en mêle. Les moindres faits et gestes de Korolev sont observés. Bien décidé malgré tout à découvrir ce qui se cache derrière ce crime effroyable, il pénètre dans le royaume des Voleurs, ces individus qui règnent sur la pègre moscovite. À mesure que d’autres corps sont découverts et que la pression des apparatchiks augmente, Korolev se demande qui sont les vrais criminels dans cette Russie où prédominent la peur, la faim, et l’incertitude.

 

la-double-vie-de-laura-swan.jpg

 

"La double vie de Laura Swan" de Benjamin BLACK

 

À Dublin dans les années 1950, Quirke, médecin légiste, est un brave homme, avec ses problèmes comme tout le monde. S’il a cessé de boire il y a peu, il n’en reste pas moins aussi maladroit et bourru, coincé dans son énorme carcasse de grand dur au coeur (presque) tendre. Et cette fois encore, les ennuis vont lui tomber dessus sans qu’il les ait cherchés. Alors qu’il travaille dans son antre, à la morgue du Holy Family Hospital, Billy Hunt, un vieux copain de fac, le contacte, éploré : Deirdre, sa femme, s’est jetée du haut d’une falaise dans la baie de Dublin. En pratiquant l’autopsie, Quirke découvre que la jeune femme n'est pas morte noyée, mais d'une overdose... Pourtant, le légiste va laisser classer l'affaire comme un suicide. En restera-t-il là pour autant ? En furetant dans le passé de la victime, il s’aperçoit très vite qu'elle avait une double vie, une double identité, entourée de personnages aussi troubles que les circonstances de sa mort.


Editions METAILLIE

 

a-tous-et-a-personne.jpg

«  A tous et à personne » de Grazia VERASANI le 05/04*


On retrouve Giorgia Cantini, l'enquêtrice bolognaise gaiement dépressive avec son surpoids revendiqué, son goût pour l'alcool et le rock des bonnes années, dont on avait suivi les mésaventures dans Quo Vadis, Baby ? et dans Vite et nulle part. A peine a-t-elle le temps de rompre avec un fort jeune amoureux qu'elle doit mener de front deux enquêtes. L'une sur la mort tragique, bien des années auparavant, de cette jeune fille aux crapauds dont les moeurs libres nourrissaient les fantasmes d'une bande de jeunes que fréquentait Giorgia. L'autre, sur la disparition d'une lycéenne sans histoire. Tandis qu'une piste va ramener l'enquêtrice dans les zones d'ombre de sa propre jeunesse, l'autre la confrontera au phénomène très contemporain de l'occultation quotidienne des violences faites aux femmes. Mais, finalement, les deux enquêtes ne seraient-elles pas liées par des liens souterrains ?
Avec cette ironie mélancolique qui n'appartient qu'à elle, Grazia Verasani, chanteuse rock et auteur reconnue, réussit une fois encore à nous rendre profondément attachante son héroïne et à nous entraîner à sa suite dans cette Bologne des petites gens, avec ses bistrots d'habitués, ses squares et ses ruelles pluvieuses, qui est comme l'envers un peu miteux mais tellement humain de la péninsule ensoleillée.

 

 

 

Editions DE BOREE

 

le-mystere-de-la-chambre-jaune.jpg

«  Le mystère de la chambre jaune » de Gaston LEROUX le 20/04


La chambre jaune où s'est produite la scène de crime était fermée de l'intérieur ; comment l'assassin s'est-il enfui ? Rouletabille, un jeune reporter, va tenter d'élucider le mystère et découvre au fil son enquête, que la tentative d'assassinat de Mlle Stangerson, fille d'un grand scientifique, n'est pas le seul mobile du criminel...

 

Editions PAVILLON NOIR

 

l-appel-de-Satan.jpg

«  L’appel de Satan » de Jean VIGNE le 15/04


Un livre digne des grands polars américains, made in France. Une action qui défile à pleine vitesse, entrecoupée de rebondissements à même de tenir le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page, le tout, pour une grande partie, dans l'Hexagone.
L'idée d'associer un policier sur la pente descente, et un prêtre dont la foi n'aveugle pas son sens de la déduction, permet à l'auteur d'explorer des voies nouvelles.
Les personnages secondaires ne sont pas oubliés, une palette de tempéraments différents, mais dont on apprécie la présence forte. Certains réservent leur lot de surprises au lecteur, offrant au roman ce constant mouvement, servi par une écriture vive et ciselée.

 

Editions ASTOURE

 

pagaille-en-cournouaille.jpg

« Pagaille en Cornouaille » d’ HERVE GERARD HENRI le 15/04


Des événements sinistres et des meurtres vont perturber les vacances paisibles de Clet Kermeur et de son amie Alison Wealow en Cornouaille !
La vision d'un cadavre flottant entre deux eaux dans le port de Brézellec au soir d'une marée d'équinoxe, va les précipiter dans l'univers glauque de truands venus de Paris...
La découverte du corps d'une jeune inconnue sur une plage de Concarneau puis la rencontre de son fantôme à Bénodet, plongent Clet dans une profonde perplexité.
Qui sont ces deux personnes, véritables sosies ?
Une fois de plus, il va entraîner son amie dans une cascade d'imbroglios au nez et à la barbe des gendarmes furibonds.

 

ultime-combat-en-braceliande.jpg

 

« Ultime combat en Brocéliande » Anne LEJOUX CHEVEL le 15/04


Rien n'échappe à l'oeil avisé d'Alfred Voitout, le photographe très inspiré, quand il se promène dans la forêt de Brocéliande. Peut-être voit-il trop de choses ?
Le voilà soupçonné d'avoir assassiné une étrange créature rencontrée dans les bois.
De plus, ces jeux de rôles, grandeur nature, ne sont pas toujours innocents et peuvent mal tourner lorsque les acteurs en profitent pour régler leurs comptes.
Le commissaire Péran et son adjoint Séti s'égarent quelque peu dans cette forêt mythique où légendes et réalité se côtoient tragiquement.

 

Editions JAI LU

 

serumt2.jpg

«  Serum T.2 » d’Henri LOEVENBRICK et Fabrice MAZZA le 25/04

 

pas de résumé disponible

 

Hiolo-negro.gif

«  Hielo negro » de Bernardo FERNANDEZ le 11/04


Six casses pratiqués dans des laboratoires pharmaceutiques à Mexico, une équipe parfaitement organisée donne l’assaut.
Six hommes déguisés en gorilles tuent 12 personnes pour saisir une énorme cargaison contenant un produit essentiel à la fabrication d’un nouveau médicament. Andrea et son acolyte enquêtent sur l'affaire jusqu'à ce qu’on la leur retire au profit de la police fédérale car c’est une affaire de drogue. Andrea poursuit l’enquête et remonte jusqu’à Lizzy Zubiage, une femme puissante à la tête du cartel de drogue le plus dangereux du Mexique.

 

Repost 0
Published by La petite souris
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 18:00

 

 

 

 

lapetitesouris

Avec un peu de retard pour cause de festival Polar à Lyon, voici donc les nouveautés d'avril en grand format !  De bonnes choses comme d'hab" ! Serez vous dénicher la pépite ??? N'hésitez pas à laisse un ptit commentaire pour signaler votre coup de coeur ! Les nouveautés en poches d'ici la fin de la semaine.

 

 

 

Editions LATTES

 

 

un-type-bien.jpg

«  un homme bien » de Dean KOOTNZ le 17/04


Timothy Carrier a l’habitude, après le travail, de venir boire une bière dans la taverne de son ami ; il aime entraîner les clients excentriques dans des conversations amusantes. Mais ce soir, l’homme bizarre assis à côté de lui au comptoir prend Tim pour quelqu’un d’autre, et lui remet une grande enveloppe. « Dix mille maintenant. Le reste quand elle sera éliminée. » L’inconnu quitte le bar en laissant la photo d’une jolie femme qu’il faut tuer, avec son adresse. Quelques minutes plus tard, un autre inconnu s’assoit à côté de lui. Cette fois, il s’agit d’un tueur à gages qui prend Tim pour l’homme qui l’a embauché. Tim Carrier, banal citoyen, se retrouve alors au coeur d’une mystérieuse affaire ; il est le seul à pouvoir sauver la vie de cette jeune femme innocente et à arrêter le tueur. Pour cela, Tim devra trouver en lui l’altruisme, le courage, l’endurance, toutes ces qualités qui font de l’homme ordinaire un héros.

 

Editions LE MASQUE

 

deux-dans-berlin.jpg

«  Deux dans Berlin » de Richard BIRKEFELD et Goran HACHMEISTER le 02/04


Hiver 1944. Dans un hôpital militaire, Hans Kalterer, un ancien des services de renseignements de la SS, se remet d’une blessure par balle et s’interroge sur son avenir. Il sait que la guerre est perdue et qu’il a besoin de se racheter une conscience. Il rejoint la police criminelle de Berlin où il est chargé d’enquêter sur le meurtre d’un haut dignitaire nazi. Dans le même temps, Rupert Haas s’évade de Buchenwald à la faveur d’un raid aérien et rejoint Berlin pour retrouver femme et enfant. Or leur immeuble a été bombardé et il ne reste plus rien. Il décide de se venger de ceux qui l’ont honteusement dénoncé et qui sont responsables de son malheur.
 Tandis que la ville disparaît sous les décombres et les cendres, commence une chasse à l’homme sans merci : Haas recherche et tue de sang froid, avec des méthodes dignes des pires nazis et Kalterer, entouré de vieux nazis corrompus et d’ennemis de la dernière heure d’Hitler, se lance à la poursuite du coupable – et d’une position qui lui assurerait un avenir commode. 

 

Editions PRESSES DE LA CITE

 

La-Mauvaise-eleve.jpg

 

«  La mauvaise élève » d’Alessia GAZZOLA le 12/04


Alice Allevi est une jeune femme dynamique, à la pointe de la mode, mais elle est aussi étudiante en médecine et veut se spécialiser dans le domaine médico-légal. Claudio, son professeur – le sosie de George Clooney –, l’invite un jour à venir avec lui sur une scène de crime. Le corps de Giulia Valenti, une fille de très bonne famille, a été retrouvé. Incroyable coïncidence,

Alice a justement croisé Giulia la veille dans une boutique de vêtements branchée. Troublée,

la jeune femme veut s’investir dans l’enquête. Un peu trop, peut-être, ce qui va bientôt se révéler extrêmement dangereux…

 

L-Enfant-temoin.jpg

«  L’enfant témoin » de Robert ROTENBERG le 19/04


Terrance Wyler, héritier d’une riche dynastie canadienne, est retrouvé mort dans sa cuisine le jour de l’ouverture du procès de son divorce. Tout accuse sa femme, Samantha. Elle est présentée comme possessive et jalouse, sa haine étant attisée par la lutte pour la garde de leur enfant. Le témoignage de Simon, quatre ans, est décisif : alors que ses parents vivent séparés, il déclare avoir vu sa mère le soir du meurtre. Passée lui dire bonne nuit, elle lui aurait confié qu’ils ne se reverraient pas avant longtemps. Ted DiPaulo, l’avocat de Samantha, lui conseille de plaider coupable d’homicide involontaire afin d’éviter un procès à l’issue duquel elle serait probablement

condamnée à vingt ans de prison. Quand les faits sont accablants, vaut-il mieux plaider coupable pour réduire sa peine ou défendre son innocence coûte que coûte ?

 

Le-Sang-du-desert.jpg 

«  le sang du désert » d’ A. Gaspard DE ALBA le 19/04


Ivon revient à El Paso, où elle est née, afin d’adopter avec sa compagne le bébé de Cecilia, une jeune Mexicaine. Avant même qu’elle puisse les rencontrer, Cecilia et l’enfant sont assassinés avec sauvagerie. Horrifiée, Ivon découvre alors l’existence misérable de ces ouvrières que les industriels américains exploitent à deux pas de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Mais sa curiosité déplaît aux truands locaux, et Irene, sa sœur âgée de seize ans, est enlevée. Si Ivon ne fait rien, Irene ne sera bientôt plus qu’un corps mutilé et abandonné dans le désert. Pour la sauver, Ivon doit affronter seule les tueurs, les flics corrompus et la loi du silence.

 

Editions ALBIN MICHEL

 

les-soldats-de-papier.jpg

 

«  Les soldats de papier » de Marc CHARUEL le 02/04


Ecole Saint-Cyr, Coëtquidan. Depuis plusieurs semaines, les désertions se multiplient. Geoffroy, psychologue dans le civil et lieutenant de réserve dans l’armée de Terre, se voit confier la mission d’y mettre un terme en sondant discrètement les soldats. Il prend d’autant plus l’affaire à cœur que cette vague de disparitions ressemble à celle survenue à Pau, dix ans plus tôt, au cours de laquelle son propre frère a disparu. Il doit faire équipe avec deux adjudants de la sécurité militaire, collaboration qui se révèle très vite difficile. Menée par un réserviste, l’enquête ne l’est pas moins, les militaires craignant que Geoffroy salisse l’image de l’armée. L’investigation bascule dans l’horreur lorsque chacun des trois hommes reçoit un morceau de photo d’un corps supplicié : celui du frère de Geoffroy… Huit hommes manquent désormais à l’appel, et Geoffroy est convaincu que le tueur fait partie de l’école de Coëtquidan…

 

nuit-d-encre.jpg

 

«  Nuit d’encre » de Philippe HUET le 02/04


Dans le Rouen démocrate chrétien des années 70, les conflits de la dernière guerre ne sont pas éteints. Petit imprimeur d’origine juive, Paul-Henry Sternis fut un résistant actif. Devenu un brillant journaliste, il règne aujourd’hui, malgré la maladie, sur le puissant quotidien régional. Mais l'ancien patron du journal, collaborateur notoire réfugié en Suisse, qui a décidé de sa perte, entreprend de manipuler les actionnaires de Sternis un à un, rachetant leurs actions en sous-main. Au delà d'une prédation financière, il s'agit d'une vengeance personnelle. De l'intimidation à la trahison, on passe au crime. Soudoyés, le chauffeur et la dame de compagnie de Sternis précipitent sa fin en substituant des placebos à son traitement médical. Les vautours vont gagner et la bourgeoisie rouennaise se tait... Philippe Huet est née au Havre en 1945. Ancien rédacteur en chef adjoint à Paris Normandie, il est l’auteur, entre autres, de nombreux polars dont La Main morte (Albin Michel), Grand prix de la littérature policière en 1995 ou Quais de la colère.

 

 

affaire-de-star.jpg

 

«  Affaire de star » de C. HIGGINS CLARCK le 02/04


Invitée pour l’anniversaire de sa mère sur la côte du New Jersey, Regan Reilly s’apprête à plonger sans le savoir dans une nouvelle aventure mouvementée. Au cours d’un vide-grenier géant de la maison d’une de ses amies, elle découvre avec stupéfaction que sont mises en vente les affaires d’une célèbre actrice, mystérieusement disparue. Horrifiée que l’on brade ainsi ce qui a appartenu à une femme dont on n’est pas sûr de la mort, Regan décide de prendre les choses en main… Une fois de plus, cette escapade sur la côte Est ne sera pas de tout repos pour l’intrépide détective et son mari Jack…

 

Editions SEUIL

 

gel-nocturne.jpg

«  Gel nocturne » de Knud FALDBAKKEN le 05/04


rois morts ! L'émotion est grande à Hamar. Un premier homme est retrouvé le crâne défoncé, près de la rivière et de la petite maison en lisière de la forêt. Puis les corps de Georg et Lydia Hammerseng, un vieux couple exemplaire, sont découverts dans leur villa, dans un état de décomposition avancé, lui avec une balle dans la tête, elle, handicapée moteur, les os brisés vraisemblablement à la suite d'une chute. Pas de lien apparent entre les deux découvertes, et les supérieurs hiérarchiques de notre enquêteur souhaitent qu'il n'y en ait pas afin de vite classer l'affaire Hammerseng comme un suicide doublé d'un accident. Mais Jonfinn Valmann, qui avait fréquenté le couple et son fils, pressent qu'il s'agit d'autre chose : un lien existe entre ces trois morts, il suffit de fouiller le passé complexe des Hammerseng pour le cerner. Valmann, écarté de l'enquête confiée à sa jeune compagne, décide de mener la sienne parallèlement. Il découvre que les trois meurtres sont du même auteur : la fille du couple internée dans un hôpital psychiatrique. Mais a-t-elle agi seule ?

 

top-classe-killer-copie-1.jpg

 

«  Top class killer » de Jon OSBORNE le 12/04


Nathan Stiedowe, tueur en série d’une intelligence et d’une force exceptionnelles, reconstitue avec minutie les crimes atroces de prédécesseurs célèbres. Son double objectif est de remplir sa mission à la perfection pour prouver qu’il est le plus fort de tous, et surtout de « se venger de la garce qui lui a volé sa vie ».

L’agent spécial du FBI Dana Whitestone, l’une des meilleures dans sa partie, est la seule capable de neutraliser cet homme qui ne commet pas d’erreur.

Convaincu de sa supériorité absolue, Nathan laisse à son intention sur chaque scène de crime un « souvenir » macabre pour indiquer où il frappera la fois suivante. Indices révoltants qu’elle parvient à décrypter, mais chaque fois trop tard…

 

l-oeil-du-leopard.gif

 

«  L’œil du Leopard » d’ Henning MANKEL le 05/04


Années 1950.
Dans une bourgade du Norrland, Hans Olofson est élevé par son père, un ancien marin devenu un bûcheron rustre et alcoolique. Sa mère a quitté le foyer quand son fils n'était qu'un enfant. Hans a deux amis : le fils du juge qui, pour honorer leur défi stupide, traverse la rivière tumultueuse sur la haute balustrade du pont, tombe, se brise la colonne vertébrale ; et Janine, jeune femme défigurée, souffre-douleur des villageois, tromboniste autodidacte qui enseigne la vie aux deux adolescents - danser, rire, boire, discuter.
Hans devient son amant peu avant qu'elle se noie. Bouleversé, il décide de réaliser le rêve de Janine : aller en Zambie, sur les traces d'un missionnaire suédois.1969. L'Afrique le fascine et l'effraie. Dans la jeune république indépendante de Zambie en proie à la violence, Hans rencontre des Blancs vivant en colonisateurs emprisonnés dans leur racisme mais qui l'accueillent généreusement, et des Noirs obéissants qui cultivent la haine du Blanc.
Hans accepte d'aider une Anglaise à diriger sa ferme de production d'œufs, puis reprend l'exploitation à son compte. Il tente alors de mettre en application ses idéaux de justice sociale et humaine, espérant ainsi échapper à l'engrenage de la haine raciale. Peine perdue : ses amis blancs sont sauvagement tués, et lorsque son heure arrive, il démasque son assassin… Hans quitte alors la Zambie en 1988 après 19 ans de vie africaine.

 

Editions LE CHERCHE MIDI

 

le-kidnapping-de--jpg

«  Le kidnapping d’Aaron Green » de Terry KAY le 05/04


Aaron Greene est coursier dans une banque d'Atlanta. Un matin, en allant à son travail, il disparaît. La piste du kidnapping est hautement improbable. Qui pourrait en effet vouloir s'en prendre à cet employé aux revenus très modestes et à la situation précaire ? Et pourtant la demande de rançon ne tarde pas à tomber. Les ravisseurs réclament 10 millions de dollars. Non pas à la famille d'Aaron, mais à la banque qui l'emploie. Bien sûr, la direction n'a aucune intention de payer pour ce salarié à peine visible dans l'organigramme.
C'est compter sans l'habileté des ravisseurs : à travers les médias, ceux-ci vont dresser l'opinion publique contre l'établissement bancaire, qui, semble-t-il, n'accorde pas la même valeur à la vie d'un petit employé qu'à celle d'un dirigeant. Alors que la presse se déchaîne, que les avocats et autres conseillers en communication de la banque sont en alerte, Cody Yates, un journaliste mêlé malgré lui de près à l'enlèvement, et l'inspecteur Victor Menotti vont tenter de résoudre une affaire qui va se révéler beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.

 

Editions LA TENGO

 

le-dix-septieme.gif

«  le dix septième » d’ Eric DEBEIR le 11/04


Qui le premier capturera Jamel ?

Le jeune voleur, abandonné depuis sa naissance dans les caniveaux de la société, prend aujourd’hui une revanche savoureuse. Le voilà qui se moque ouvertement des lois de la réalité et ce n’est plus un, mais deux, trois, voire des centaines de Jamels qui pillent la ville en un carnaval absurde et enfantin.

À ses trousses, des femmes sans nom jouent avec les rêves de leurs victimes.

Des fantômes nostalgiques traquent une liberté plus facile à nommer qu’à saisir.

Et surtout, un squelette vêtu d’un costume noir, avec toujours un cigare en équilibre sur sa mâchoire, pourchasse sa proie sans relâche. Commandant une armée de cafards, le dix-septième va pourrir la ville à petits feux fascistes et mathématiques et transformer cette société en un piège mortel pour sa proie.

Dans ce roman, Eric Debeir propose une aventure trépidante et tragi-comique, un polar fantastique derrière lequel se planquent de nombreuses hallucinations volées à Borges, Garcia Marquez et Hugo Pratt. Des histoires se jouent et se déroulent, Jamel ne cesse de courir et tous invoquent le nom de Dieu pour assouvir leurs caprices.

 

Editions SONATINE

 

LE-LIVRE-DE-LA-MORT.jpg

«  Le livre de la mort » d’Anonyme le 26/04


Il est sans doute préférable pour votre bien-être que personne n'inscrive jamais votre nom dans Le Livre de la mort, sans quoi il vous resterait très peu de temps pour formuler vos dernières volontés. Aussi on peut aisément comprendre que celui-ci fasse l'objet de multiples convoitises, en général assez mal intentionnées. Et que quelques contrariétés guettent son actuel détenteur, l'infortuné Sanchez.

Officiellement mort, le Bourbon Kid, le tueur le plus impitoyable que la terre ait jamais portée, devrait, pour sa part, pouvoir aspirer à des jours heureux en compagnie de Beth, son amour de jeunesse enfin retrouvé. Encore faudrait-il que sa nouvelle identité reste secrète, sans quoi ses nombreuses victimes et ses ennemis, plus nombreux encore, pourraient bien s'unir pour élaborer une terrible vengeance. Mais quand Beth est kidnappée et qu'il s'avère être le seul à pouvoir sauver la petite ville de Santa Mondega d'un terrible bain de sang, le Bourbon Kid n'a plus qu'une solution : revenir d'entre les morts. Plus sauvage et impitoyable que jamais.

Vous pensiez ne jamais plus rien pouvoir lire de plus déjanté et jubilatoire que les trois premières aventures du Bourbon Kid ? Vous aviez tort.

 

transe.jpg

 

«  Transe » de Christopher SERRENTINO le 19/04


1974. En plein scandale du Watergate, Alice Galton, riche héritière d’un magnat de la presse, est enlevée en Californie par un groupuscule gauchiste. Cette jeune fille de bonne famille, élevée au sein de l’élite américaine épouse contre toute attente la cause des révolutionnaires et participe à un braquage à San Francisco. Les médias s’emparent de l’affaire, l’Amérique entière est sous le choc, toutes les polices du pays se lancent aux trousses des terroristes.

Dans la lignée de Pastorale américaine, de Philip Roth, et du Temps où nous chantions, de Richard Powers, Christopher Sorrentino s’empare, avec ce roman exceptionnel, de l’histoire contemporaine des États-Unis.

 

Heather-Mallender-a-disparu.jpg

 

«  Heather Mallender a disparu » de Robert GODDARD le 12/04


Quinquagénaire alcoolique et désenchanté, Harry Barnett vit depuis de nombreuses années sur l'île de Rhodes, où il s'occupe de la villa d'un de ses amis, un homme politique anglais. Quand Heather Mallender arrive à la villa pour se remettre d'un drame personnel, Harry est vite attiré par la jeune femme. Mais, lors d'une balade en montagne, tout bascule : Heather disparaît sans laisser de traces et Harry est soupçonné par la police grecque de l'avoir assassinée. Devant l'absence de preuves, il est laissé en liberté. Avec une question qui ne cesse de l'obséder : qu'est-il arrivé à Heather ? Harry décide alors de mener l'enquête à partir de sa seule piste : les vingt-quatre dernières photos prises par la jeune femme avant de disparaître. Cliché après cliché, il va ainsi tenter de reconstituer les dernières semaines de la vie de celle-ci, entre la Grèce et l'Angleterre. Mais plus il apprend de choses sur Heather, sur son passé et sa vie, et plus le mystère s'épaissit.

 

Editions FAYARD

 

dernier-shoot-pour-l-enfer.jpg


« Dernier shoot pour l’enfer » de L. STERMAN le 11/04


Dernier Shoot pour l’enfer est l’histoire d’un homme qui se révèle à lui-même.
En basculant vers la face sombre de l’univers où il évolue, Julian renoue jusqu’au danger avec son histoire et les fondamentaux de son métier : enquêter, pour informer et dire la vérité. Médecins, politiques, institutions, journalistes, sponsors, tous sont complices d’une industrie morbide, le « sport business ». Les joueurs sont prêts à tout pour la victoire, la fortune et la gloire. Prêts à se détruire physiquement et psychologiquement en se soumettant au dopage, pratique généralisée, ou en vendant leur image.

 

Editions PASCAL GALODE

 

j-etais-tueur---.gif

«  J’étais tueur à Beckenra City » d’Hugo BUAN le 15/04

 

Le petit morceau de conscience qui me restait s'évanouit.
Je pris l'enveloppe et la glissai dans ma serviette. Elle heurta mon pistolet, un Heckler & Koch USP bourré de ses quinze balles neuf millimètres. Je me levai, le juge ne me tendit pas la main, je fis une courbette et sortis de son bureau. L'ascenseur ultrarapide me souleva le cœur... La mort des autres, non ! Mon cœur y était insensible. Je désertai les quais que l'océan venait frapper et pris le tramway qui longeait le Fleuve démoniaque.
Celui-ci était torrentueux et boueux, ses eaux noirâtres charriaient tout un tas de saloperies et de détritus qu'éjectaient les usines en amont. Ce fleuve était une plaie ouverte dans cette ville propre qui sentait la bonne conscience. Une véritable menstruation. Ce putain de fleuve avec ses alliés de chaque côté, les marécages, qui laissaient des sortes d'isthmes de trente kilomètres de large entre les marais et ce charroyeur liquide.
Le fleuve et ses vingt-cinq ponts qui reliaient les deux rives entre elles. Là vivait, sur ses berges naturelles creusées dans le schiste, la classe moyenne de Beckenra City, dans des tours d'acier et de verre. La plus petite comptabilisait une quarantaine d'étages. Parmi les plus hautes se trouvait la Tour Friedenpaxe, elle culminait sur la rive droite, on la disait la plus élevée de tout le continent.
Elle abritait des compagnies internationales ; assurances, banques, des magasins de luxe et beaucoup de sociétés écran (ça c'est moi qui l'imaginait.). C'est dans cette ville, que l'on pourrait situer en Amérique du Sud, que vit Leonard. Comment cet adolescent abandonné à seize ans sur un trottoir de Beckenra, (en état d'amnésie) va devenir un des pires tueurs de son Pays ? Chasseur de primes. Tueur à gages.

 

Editions GALLIMARD  «  SERIE NOIR »

 

prise-directe.gif

« Prise directe » d’Eoin COLFER le 05/04


Je serai heureux quand j'aurai des cheveux !" Voilà ce que pense l'ex-casque bleu irlandais Daniel McEvoy, désormais portier dans un casino miteux du New Jersey.
Sa morne existence se résume à gérer les clients difficiles, à supporter les crises psychotiques de sa voisine, et à lutter contre l'alopécie. Jusqu'au jour où non seulement son meilleur ami, l'inquiétant docteur Zeb Kronski, disparaît mystérieusement, mais également l'hôtesse qu'il a aimée, assassinée d'une balle dans la tête. Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Dan se retrouve pris dans un engrenage où sa seule alliée est une policière tueuse de flics, et son pire ennemi, l'impitoyable trafiquant Mike Madden.
II comprend alors que son combat contre la chute des cheveux est le cadet de ses soucis. Prise directe constitue la première incursion d'Eoin Colfer dans le roman noir. Un coup de maître de la part d'un des écrivains les plus doués du moment.

 

mort-a-breslau.gif

 

«  Mort à Breslau » de Marek KRAJEWSKI le 05/04


Dresde, juillet 1950.
Dans un hôpital psychiatrique, un homme délire, victime d'hallucinations et d'une phobie des insectes. Ce patient se nomme Herbert Anwaldt. II a été l'assistant du conseiller criminel Eberhard Mock, chargé d'enquêter sur une affaire qui s'est déroulée en 1933. Cette année-là, trois cadavres sont découverts dans le train Berlin-Breslau, dont celui de la jeune aristocrate Marietta von der Malten.
Son corps mutilé et fourré de scorpions est orné d'une inscription annonçant une malédiction et une vengeance dont les origines semblent se perdre dans la nuit des temps. L'enquête prouvera que l'Histoire ne fait que se répéter et que ses fantômes ne sont jamais loin... Quatrième volet des aventures de Mock, La mort à Breslau est une remarquable description d'une ville, mais également d'un pays, l'Allemagne, où s'installe l'hitlérisme.

 

 

Editions CALMAN LEVY

 

l-homme-au-regard-balte.jpg

«  L’homme au regard balte » de J. CHURCH le 18/04


Pour fuir les polices parallèles au service d’un pouvoir fantôme, mais qui envoie en camp de concentration et tue où et quand il veut, l’inspecteur 0 s’est retiré dans les montagnes – après s’être fait sérieusement tabasser par les services du Centre (alias le Comité central) – et il se consacre à la sculpture sur bois lorsqu’il est rappelé à Pyongyang : le jeune homme pressenti pour mener le gouvernement de transition après la mort du « Cher Leader » est accusé d’un crime « de passion ». La tâche de l’inspecteur O consiste alors à faire disparaître l’affaire, mais tout se complique lorsqu’il comprend que beaucoup de gens s’y intéressent (tenants de l’ancien régime, puissances étrangères et gangs rivaux) et aimeraient bien prendre part à l’action… en l’éliminant au passage, si possible.

 

l-envol-des-anges.jpg

 

«  L’envol des anges » de Michael CONNELLY 


Lorsque le célèbre avocat noir Howard Elias est retrouvé mort dans une voiture du funiculaire de l’Envol des anges, aucun inspecteur du LAPD n’a envie de toucher à l’affaire. Il faut dire qu’Howard Elias poursuivait souvent la police de Los Angeles pour brutalités policières, racisme et corruption. C’est à Harry Bosch qu’échoit le dossier. Elias a été assassiné à la veille d’un grand procès – celui où il allait attaquer au civil les flics de L. A. pour avoir interrogé si brutalement son client noir Michael Harris que celui-ci en a en partie perdu l’ouïe. Harris avait été acquitté du viol et de l’assassinat d’une fillette de douze ans, mais Bosch et beaucoup d’autres pensent qu’il est coupable. Elias, lui, avait l’intention de cibler les mauvais flics et de dévoiler l’identité du vrai meurtrier. Après l’affaire Rodney King, les émeutes qui s’en suivirent et le procès d’O. J. Simpson, Los Angeles est alors une ville très tendue. Pour Bosch, aller jusqu’au bout de son enquête implique de révéler certaines choses dont personne n’a envie de parler. Et, obstacle supplémentaire, et non des moindres, le bonheur qu’il vivait avec Eleanor Wish est menacé.

 

l-oiseau-des-tenebres.jpg

 

« l’oiseau des ténèbres » de Michaël CONNELLY 


Grande agitation hollywoodienne lorsque le producteur David Storey passe en procès pour le meurtre d’une actrice. L’inspecteur Harry Bosch est bien décidé à le confondre à la barre et montrer qu’en plus, il a maquillé cet assassinat en suicide. Pendant ce temps-là, l’ex-agent du FBI Terry McCaleb, le héros de Créance de sang, reçoit la visite d’un collègue qui veut son avis sur une affaire particulièrement horrible et que personne n’arrive à résoudre. McCaleb consulte le dossier et découvre l’image de la victime, un certain Edward Gunn, les mains dans le dos et la tête dans un seau. Et sur son bâillon, on peut lire : Cave Cave Deus Videt, soit « Prends garde, prends garde, Dieu voit » en latin d’église. Peu à peu, les deux affaires, celle de Bosch et celle de McCaleb, commençant à se croiser, les deux enquêteurs se retrouvent devant des faits troublants qui risquent de les entraîner dans un grave conflit – un flic serait-il passé du côté des ténèbres ? –, alors même que c’est le pire assassin qui soit qu’ils doivent empêcher de nuire.

 

la-lune-etait-noire.jpg

 

«  La lune était noire » de Michael CONNELLY 


Maintenant en liberté conditionnelle, Cassie Black passe sa vie à vendre des Porsche aux célébrités d’Hollywood. C’est ainsi qu’elle arrive à protéger le secret qui la déchire et pour lequel elle est prête à sacrifier sa vie. Malheureusement pour elle, ce secret est menacé et l’oblige à revenir à ce qui l’a expédiée en prison : la cambriole. Et cette fois, ce n’est pas seulement de voler un casino qu’il s’agit. C’est tout simplement au plus grand flambeur de Las Vegas qu’elle doit s’attaquer et, bien sûr, entrer dans sa chambre au Cleopatra pour le détrousser ne se fera pas sans mal. Caméras de surveillance, gardes armés, coffres-forts blindés, le Cleopatra ne laisse rien au hasard côté surveillance. La tâche devient soudain encore plus difficile lorsqu’elle découvre que cette surveillance est placée sous la direction d’un certain Karch. Sadique et pervers, cet individu sait penser comme le meilleur des voleurs. Et comme si ça ne suffisait pas, Cassie s’aperçoit peu à peu que les cartes sont biaisées et les enjeux mille fois plus importants que ce qu’elle croyait au début.

 

Editions LIANA LEVI

 

triple-crossing.jpg

«  triple crossing » de Sebastian ROTELLA le 05/04


Chaque nuit, sur la Ligne entre le Mexique et les États-Unis, une foule de migrants tentent leur chance. Et chaque nuit, les agents de la patrouille frontalière américaine sont là pour les refouler. Certains, sans scrupules, profitent de la faiblesse des clandestins et donnent libre cours à leurs penchants sadiques. D’autres, comme Valentin Pescatore, essaient de s’en tenir aux règles. Cela ne l’empêche pas de commettre une entorse qui pourrait lui valoir une sanction sévère, à moins de collaborer… Mais avec qui, au juste? C’est bien les Américains qui lui demandent d’infiltrer une famille de narcos de Tijuana, mais qui peut garantir que son inexpérience ne va pas l’entraîner du côté de la corruption, de la drogue et de l’argent facile? En tout cas, c’est ce que redoute Leo Méndez, flic mexicain aux allures de justicier… Sebastian Rotella nous conduit vers de troubles frontières dans un thriller saisissant sur la mondialisation du crime.

 

Editions RIVAGES

 

Bad penny blues

«  Bad penny blues » de Cathi UNSWORTH le 04/04


1959. Londres vit une période charnière entre les austères années d'après-guerre et les swinging sixties. Alors que l'extrême droite tente une percée en Angleterre, alimentée par le racisme contre les immigrés jamaïcains, l'émergence du pop art scandalise l'establishment artistique. Stella et Toby sont deux étudiants en art à qui tout semble sourire : ils sont jeunes, talentueux et bien décidés à marquer la prochaine décennie.
Aussi quand un étrange cauchemar jette une ombre sur sa vie, Stella s'empresse de l'oublier. Mais quelques années plus tard, alors qu'elle est devenue une styliste en vue et Toby un peintre reconnu, les cauchemars recommencent. Des femmes sur le point de mourir lui envoient des appels au secours. Elle s'aperçoit avec horreur que les prostituées de ses visions ont véritablement été assassinées.
Pete Bradley, jeune policier idéaliste et ambitieux au sein d'une équipe corrompue, enquête sur ces meurtres inexpliqués dont les ramifications semblent toucher tous les niveaux de la société londonienne. Les deux récits s'entrecroisent au rythme des chansons de l'époque, qui introduisent chaque chapitre.

 

le-reveur-et-la-peine.jpg

 

                                      " Le rêveur et la peine" d' Eva Marie LIFFNER

l'été 1952, dans son bureau de Stockholm, l'architecte Lars Israel Wahlman se souvient de sa première grande commande en 1897 : édifier pour une ancienne famille écossaise, les Dickson, un château élisabéthain sur la côte suédoise. Ce projet, et surtout sa rencontre avec l'énigmatique Blanche Dickson, allait l'entraîner dans un univers fantasmatique marqué de loin en loin par Shakespeare, la reine Marie Stuart ou la résurgence de mystérieux trésors.

 

Editions LES ESCALES

 

l-ultime-secret-de-Frida-K-JPG

«  L’ultime secret de Frida K. » de Leon GREGORIO le 12/04


Un autoportrait de Frida Kahlo a été voléà Mexico. Une jeune détective privée espagnole, Daniela Ackerman, est envoyée sur place pour le retrouver et fait une découverte surprenante : la toile contiendrait un message codéà destination de Léon Trotski, le célèbre révolutionnaire... devenu l'amant de Frida Kahlo pendant l'exil mexicain de celui-ci.
Au même moment, une série de meurtres défraye la chronique : les cadavres de strip-teaseuses sont retrouvés mutilés, l'image de la Santa Muerte– l'Ange de la mort – tatouée sur le sein gauche, tandis que des autels consacrés à cette secte religieuse rivale du Vatican sont détruits.
Daniela se retrouve ainsi plongée dans une enquête mêlant narcotrafiquants dévôts de la Santa Muerte, évêques officieux et curés aux visages d'ange, tueurs à gages en maillot du Real de Madrid et procureures mangeuses d'hommes obsédées par la chirurgie esthétique...

 

Editions FLEUVE NOIR

 

derriere-la-haine.jpg

«  Derrière la haine » de barbara ABBEL le 12/04


Ce qui sépare l'amitié de la haine ? Parfois, une simple haie de jardin…
D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l'autre, il y a Laetitia et David.
Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge.
Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côte à côte dans une harmonie parfaite.
Jusqu'au jour du drame.

Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s'appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

 

 

la-cle-de-l-apocalypse.jpg

 

«  la clé de l’apocalypse » de James ROLLINS le 12/04


Au Mali, le fils d'un sénateur américain, Jason, travaille sur les champs de blés génétiquement modifiés de la compagnie Viatus.
Un jour, il est sauvagement assassiné par une armée de mercenaires qui marquent au fer une croix druidique sur son torse. Au même moment à Rome, le prêtre Marco Giovanni, un archéologue, s'apprête à faire des révélations à son maître, monsignor Verona, quand il est tué dans les mêmes circonstances. La nièce de ce dernier, Rachel Verona, appelle à l'aide son ancien amant, le lieutenant Pierce. Toutes les pistes remontent vers une même et unique source : une clé, qui selon la légende, serait capable de prévenir l'humanité de toute guerre biologique, mais aussi de la détruire.
Mythe ou réalité, cet objet attire bien des convoitises, notamment celles de la mystérieuse Guilde...

 

Editions ACTES SUD

 

mille-petites-falaises.jpg

«  Milles petites falaises »  de Shaughnessy BISHOP STALL le 04/04


Mason est écrivain mais il tire le diable par la queue. En plus de ca, il boit et sniff e de la coke. Pour purger ses dettes, il décide de se faire nègre et d’aider les suicidaires en mal d’inspiration à écrire leurs lettres d’adieux…

 

le-bapteme-de-billy-bean.jpg

 

«  le baptême de Billy Bean » de Roger Alan SKIPPER le 11/04


Pendant une partie de pêche avec son petit-fils, Lane Hollar entend des bruits de lutte. Un peu plus tard, on repêche un corps sans vie. Pour tout le monde, cet ivrogne de Billy Bean est mort d’une glissade, mais Lane est persuade qu’il s’agit d’un meurtre..

 

  

Editions GAÏA

 

le-blues-du-braqueur-de-banques.jpg

«  le blues du braqueur de banque » de Flemming JENSEN 


Max est conseiller politique de haut niveau. Il est l’homme de l’ombre, le génie. Il est malin et avec lui on s’en sort toujours. Seulement cette fois, Max a assassiné son meilleur ami, qui est aussi, accessoirement, le Premier ministre danois.

Coincé entre une insurrection groenlandaise et d’âpres négociations internationales, un match Danemark-Suède et l’intervention d’une jeune scoute peut-être pas si cruche qu’elle en a l’air, quel plan génial pourra-t-il échafauder pour se tirer d’affaire ?

 

 

Editions TELEMAQUE


des-enfants-silencieux.jpg

«  Des enfants silencieux » de R. CAMPBELL le 29/03


Hector Woollie est entrepreneur du bâtiment. C'est aussi un monstre.
Avant de disparaître, il a enterré le cadavre d'une fillette sous une dalle de béton dans la cuisine de son dernier chantier.

Leslie et son fils Ian décident pourtant de revenir habiter cette maison, sous le regard horrifié et choqué de leurs voisins.Très vite, ils ne sont plus seuls.

 

 

Editions GALLMEISTER

 

refuge

«  Refuge » de Terry Tempest Williams le 05/04


Utah, printemps 1983. La monteée des eaux du Grand Lac Salé atteint des niveaux records et les inondations menacent le Refuge des oiseaux migrateurs. Hérons, chouettes et aigrettes neigeuses, dont l’étude rythme l’existence de Terry Tempest Williams, en sont les premières victimes. Alors qu’elle est confrontée au déclin de ces espèces, Terry apprend que sa mère est atteinte d’un cancer, comme huit membres de sa famille avant elle – conséquence probable des essais nucléaires menés dans le Nevada au cours des années 1950. Bouleversée par la douleur de celle qu’elle accompagne dans la maladie, Terry se plonge dans une enquête sur les effets dévastateurs des retombées radioactives.

 

Editions 13eme note

 

cheyenne-en-autmone.gif

« Cheyenne en automne » de Willy VLAUTIN


Charley Thompson, quinze ans, vit avec son père volage et célibataire qui multiplie les boulots sans lendemain. Ce dont il rêve? Un foyer chaleureux et attentionné, trois repas par jour, une inscription à l’année dans un lycée où il pourrait s’entraîner au football américain. Quelques semaines après leur installation à Portland dans l’Oregon, Charley se retrouve seul et devient sans-abri. Livré à lui-même, il se réfugie dans la sellerie de l’hippodrome délabré où il est « exploité » pendant l’été. Son seul ami et confident, Lean on Pete, est un cheval de course usé, destiné à l’abattoir. Dans un élan d’amitié désespéré, Charley vole un pick-up et une remorque et décide d’aller avec Lean on Pete retrouver sa tante qui, aux dernières nouvelles, habitait dans le Wyoming.

 

dommages-collateraux.gif

«  Dommages collatéraux » de Dan FANTE


Après des années d’alcoolisme et autres déboires, Dan Fante (de son vrai nom Daniel Smart Fante) est devenu écrivain comme son père, le grand John Fante. Longtemps, Dan s’est demandé si dans ses veines coulerait le talent de conteur de Pietro, le grand-père ayant fui la misère des Abruzzes pour débarquer à Ellis Island (NY), où il dut sortir les poings contre des fonctionnaires irlandais déterminés à le rebaptiser « Foy ». La réponse est OUI. Avec la même rage, la même ardeur. Alors, parce qu’il sait ce qu’il doit à ses racines, Dan, le survivant-écrivain, a décidé de regarder son passé.

 

Editions DON QUICHOTTE

 

Levianthan-la-nuit.jpg

«  Leviathan , la nuit » de Lionel DAVOUST le 12/04


Plusieurs heures après avoir été aspiré dans les eaux glaciales de l'Antarctique, le corps de Michael Petersen, le chercheur en biologie marine de Léviathan, est inopinément découvert, échoué sur une grève, par les employés de la base polaire. Contre toute attente, le naufragé a survécu, mais il semble plongé dans un profond coma. Le verdict des médecins est aussi troublant qu'énigmatique : Michael Petersen est en train de rêver. Une autre circonstance défie l'entendement : une troupe d'orques, non loin du rivage, paraît veiller sur le miraculé.Ces faits inexplicables ont manifestement un sens précis pour le Comité, dont la surveillance s'exerce sans relâche autour de l'innocent chercheur. Les agents de la puissante organisation secrète s'empressent pour tirer Michael de sa léthargie peuplée de visions, et le réinstaller au centre de son petit monde familier. Pourquoi tant de prévenance envers un modeste père de famille, chez ceux qui se targuent d'ignorer l'altruisme ? Et quelle corrélation faut-il établir entre les rêves de Michael et les tentatives d'homicide qui ciblent subitement, les uns après les autres, les membres de son entourage ?Alors que Masha, initiatrice de la quête dans Léviathan, engage désormais une partie défensive dans son rôle d'épouse, le FBI s'invite dans le Jeu en la personne d'Andrew Leon. Tout semble désigner Michael, à la personnalité notoirement fragile et clivée, comme l'auteur des crimes en série qui visent son cercle familial. Mais l'enquêteur, en mathématicien que l'invisible n'effraie pas, entrevoit une autre hypothèse, capable de faire vaciller même un esprit aussi solide que le sien. D'autant qu'elle rejoint les données produites par un système de mesure des manifestations de l'énergie mentale, dont il est le génial concepteur.

 

Editions Robert LAFFONT

 

seuls-les-innoncents--.JPG

«  Seuls les innocents n’ont pas d’alibis » de Giorgio FALETTI


Francesco Marcona, alias Bravo, n'est pas à proprement parler un enfant de choeur. Au volant de sa vieille Austin Mini, ce voyou ambitieux au physique de jeune premier écume chaque nuit en loup solitaire tout ce que le Milan de la fin des années 1970 compte de lieux interlopes, autant pour y prendre du bon temps que pour y faire prospérer ses affaires. Son créneau ? Le commerce des femmes. « Proxénète haut de gamme »à l'impressionnant carnet d'adresses, Bravo se propose de gérer au mieux les intérêts de ses protégées, de jeunes beautés avides d'argent, en les mettant en relation avec des hommes riches en quête d'aventures sexuelles. 


D'aventures sexuelles, Bravo, lui, n'a guère le loisir d'en avoir. Et quand bien même il le souhaiterait, il ne le pourrait pas. Car Bravo a un signe – très – particulier : il n'a pas de sexe. Ou, plus précisément, il n'a plus de sexe depuis que, quelques années plus tôt, il a été châtié au couteau, ses attributs virils sacrifiés sur l'autel de mystérieuses représailles... Mais l'abstinence sexuelle, qu'elle soit volontaire ou contrainte, n'empêche pas les sentiments. Aussi, lorsque le hasard place sur sa route Carla, prête à vendre ses charmes pour s'offrir une vie meilleure, Bravo tombe-t-il aussitôt éperdument amoureux. Un coup de foudre, bientôt suivi de coups de feu, qui pourraient bien lui faire perdre ce qui lui reste de peau.

 

 des-ombres-dans-la-rue.JPG


«  Des ombres dans la rue » de Susan HILL le 05/04


L'inspecteur Simon Serrailler profite de vacances bien méritées à Taransay, petite île sauvage à l'ouest de l'Écosse, après une difficile opération pour le compte du BIVR (Brigade d'intervention volante rapide), quand il est rappelé en urgence à Lafferton par sa supérieure. Deux prostituées ont été retrouvées étranglées, et le temps qu'il revienne, une troisième est portée disparue. S'agit-il de l'oeuvre d'un pervers et de meurtres en série ? Est-on en présence d'un nouveau Jack l'Éventreur ou ces disparitions n'ont-elles rien à voir les unes avec les autres ? Quand, à leur tour, la femme du nouveau doyen de la cathédrale puis une jeune mère de famille qui se rendait à son travail en bicyclette manquent à l'appel, le mystère s'épaissit. Chaque piste mène à une impasse, la police piétine dans ses enquêtes et la population de Lafferton exprime une peur et un mécontentement, croissants, relayés, bien sûr, par les médias. Serrailler se retrouve propulsé au coeur même de l'enquête, lorsque Cate, sa propre soeur, devient la cible du meurtrier...

 

les-partenaires.JPG

«  Les partenaires » de John GRISHAM le 18/04


À trente et un ans, David Zinc est avocat chez Rogan Rothberg, un prestigieux cabinet de Chicago. Autant dire qu'il mène une existence lamentable : dix-huit heures quotidiennes de travail, un téléphone portable qui sonne jour et nuit et une vie sexuelle inexistante pour cause d'épuisement. Ce matin-là, il s'apprête à rejoindre son bureau quand il est terrassé par une crise d'angoisse. Il se réfugie au bistrot du coin. Après de nombreux bières et cocktails, il se retrouve sans trop savoir comment chez Finley & Figg, un cabinet juridique minable spécialisé dans les accidents et les divorces. Fasciné par ces « vraies personnes avec de vrais problèmes », David, complètement soûl, convainc les deux associés, Oscar Finley et Wally Figg, de l'embaucher. Très vite, il se trouve embarqué dans le nouveau plan foireux ...

 

 

Editions du ROUERGUE

 

promenade-du-crime.jpg

“ Promenade du crime” de Peter DA GUTTRIDGE le 04/04


Juillet 2009. Brighton, villégiature haute en couleur du sud de l'Angleterre, est une capitale du crime où s'affrontent familles locales et mafi as venues d'Europe de l'Est. La police cerne une maison où se terre un dangereux criminel. Mais, en quelques secondes, sans que rien n'ait pu le laisser pressentir, l'opération tourne au carnage, provoquant une émeute dans la ville. Robert Watts, chef de la police, se voit contraint de démissionner tandis que les offi ciers ayant participé au raid sont retrouvés morts, un à un. Watts a-t-il été piégé ? Qui avait intérêt à le faire tomber ? Quels sont les liens entre le gouvernement et la pègre locale ? Alors que l'enquête est rapidement enterrée et que les hommes de la police gardent obstinément le silence, un dossier ressurgit, portant sur la disparition, dans les années 1930, d'une jeune femme dont le corps démembré avait été retrouvé disséminé dans des malles. Cette affaire criminelle va s'avérer coïncider étrangement avec les événements du présent. Sur fond de corruption et de luttes d'influence, Peter Guttridge nous fait plonger dans un monde où une ligne étroite sépare la vie étincelante d'une caste de viveurs et les bas-fonds d'une ville où quiconque peut disparaître à jamais.

 

les-hamacs-de-carton.jpg

 

« Les hamacs de carton » de Niel COLIN le 04/04


Sur la rive française du Maroni, en Guyane, une femme et ses deux enfants sont retrouvés sans vie. Comme endormis dans leurs hamacs. Inexplicablement. En charge de l’affaire, le capitaine Anato débarque dans un village où les coutumes des Noirs- Marrons comptent autant que les lois de la République. Et bien qu’il soit un « originaire », un Guyanais de naissance, le prisme de la métropole où il a grandi retient les secrets du fl euve et ses traditions. Tandis que l’on ordonne les rites funéraires et que le chef coutumier s’apprête à faire parler les défunts, l’enquête offi cielle entraîne le capitaine à la confl uence des communautés guyanaises, loin, très loin du fl euve, là où les parias rêvent d’un meilleur destin. De Cayenne aux rives du Suriname, elle le conduira à un orpailleur en deuil, un repris de justice amoureux, une fonctionnaire intransigeante. Mais le ramènera aussi, dans un troublant ressac, aux questions lancinantes qui le hantent depuis le décès accidentel de ses parents et à la compréhension de ses propres frontières.

 

Editions l’ARCHIPEL

 

private-london.jpg

« Private londres : menaces sur les J.P » de James PATTERSON et Mark SULLIVAN le 04/04*


26 juillet 2012. À la veille de l'ouverture des Jeux Olympiques de Londres, Sir Denton Marshall, éminent membre du comité d'organisation, est retrouvé décapité dans le jardin de sa propriété londonienne.
Sa tête a été déposée sur le buste d'une statue antique. Sur la pelouse, près du socle, les cinq anneaux olympiques ont été dessinés à la bombe.
Un certain Chronos prend alors contact avec Karen Pope, journaliste au Sun. Il revendique le meurtre et en annonce d'autres. Tous ceux qui, à ses yeux, ont dévoyé l'esprit de l'olympisme doivent périr. Aux athlètes dopés, aux organisateurs corrompus, il promet le châtiment.
De fait, agressions, meurtres et attentats se succèdent. L'enquête de Mike Lancer, meilleur élément de l'agence Private Londres se révèle compliquée - et personnelle. Sir Denton n'était autre que son futur beau-père.
Et il n'a pas de temps à perdre, la cérémonie de clôture approche, et avec elle l'apothéose sanglante promise par Chronos.

 

Editions LEO SCHEER

 

le-cafe-de-madame-Ben-Djamil.jpg

« Le café de madame Ben Djamil » de Claude KAYAT le 04/04


Un tueur en série assassine un à un les immigrés de Saint-Hubert, petite ville du Sud de la France. Lorsque Moustapha, l’un des deux éboueurs, est abattu à son tour, son collègue, Hassen Ben Djamil, s’alite et refuse de sortir tant qu’on n’aura pas arrêté le coupable. Mais les autorités veulent-elles vraiment mettre fin au massacre  ? Le tueur court toujours et, dans les rues, les ordures s’accumulent.
L’atmosphère nauséabonde où se retrouvent plongés les Hubertiens semble répondre aux puanteurs morales qu’ils développent alors. Certains se réjouissent de voir leur ville débarrassée des étrangers. D’autres voudraient pouvoir les protéger. Tous rêvent qu’Hassen reprenne vite le travail. Mais il s’entête, et les meurtres continuent, ce qui, la panique gagnant la communauté, permet à Claude Kayat de faire tomber tous les masques, dans une virevoltante parodie de polar qui se révèle u

n miroir véridique et cruel des crispations de la société française.

 

 

 

Editions THIERRY MAGNIER

 

sept-facon-de-tuer-un-chat.jpg

«  Sept façons de tuer un chat » de Matias NESPOLO le 04/04


Dans leur bidonville de la banlieue de Buenos Aires, au plus fort de la crise économique qui ravage l'Argentine, le Gringo et le Tordu, deux jeunes de 19 ans, en sont réduits à bouffer du chat. Aucun des deux n'a de famille : le Tordu partage une cabane avec des paumés ravagés par l'alcool ou la drogue, tandis que le Gringo a eu la chance d'être élevé par la vieille Mamina après l'assassinat de sa mère, une prostituée.
Tandis qu'aux limites du bidonville la révolte gronde et qu'une grande manifestation se prépare, le Tordu entraîne le Gringo dans le conflit qui va opposer deux bandes de dealers pour le contrôle du territoire.
Un roman noir à l'atmosphère prenante, un décor sordide dessiné avec force mais sans pathos. Des personnages de losers attachants. Un récit nerveux, qui fait alterner les errances du personnage et sa lecture agacée de Moby Dick avec des moments de suspense angoissant ou d'action violente.

 

Editions DE MIDI

 

Apokalypse.jpg

 

" Apokalypse" de PJ. LAMBERT




Qu'un laboratoire veuille en racheter un autre est dans l'ordre des choses. Mais pourquoi payer un prix si élevé ? Et surtout, pourquoi les actionnaires opposés à ce rachat meurent-ils brutalement ? David Meyer, le journaliste bon-vivant spécialisé en matière criminelle croyait avoir tout vu. Or cette affaire se révèlera rapidement être la pire de toutes. Entre tueurs psychopathes, secte apocalyptique, OGM et poupées russes, il se retrouvera en effet confronté à une énigme impitoyable et mortelle, dont l'enjeu n'est autre que la vie de tous ceux qui lui sont chers ! Biographie de l'auteur : Lauréat du Prix du quai des Orfèvres 2008 Avec APOKALYPSE, PJ Lambert vous plonge dans une enquête qui glace le sang. Si crédible qu'elle pourrait bien être une vérité dont on ne nous a jamais tenus informés. L'écriture de PJ Lambert est si subtile que le suspense se dénoue là où on l'attend le moins. Paris-Match.com

 

Editions du ROUERGUE

 

 

promenade du crime

 

" Promenade du crime" de Peter GUTTRIDGE

 

 

À Brighton, capitale du crime au Royaume Uni, une opération policière tourne au carnage. Robert Watts, chef de la police, assiste à une succession de meurtres et de suicides dans sa brigade. Sa vie professionnelle s'écroule lorsqu'il est poussé à démissionner. Qui cherche à le faire tomber ? Tout se complique lorsqu'une affaire non résolue de 1934 ressurgit.

 

 

  BONNE LECTURE !

Repost 0
Published by La petite souris - dans A paraître....
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 21:02

ROGER JON ELLORY

EDITIONS SONATINE

 

traduction: FABRICE POINTEAU

 

Les anges de new yorkRentrer dans l’histoire des « anges de New York », le dernier roman de R.J. ELLORY c’est un peu comme si vous marchiez pied nus dans une pièce mal éclairée.

 

Que soudain vous compreniez que vous venez de mettre le pied dans quelque chose de froid  de visqueux et  d’épais.Que vous baissiez le regard et  constatiez que vous êtes au milieu d’une marre de sang. Vous ne bougez plus et voyez ce sang imbiber progressivement votre jean. Vous vous imprégnez de lui, malgré vous.


La vie d’un inspecteur du NYPD c’est un peu ca aussi. Débuter avec son arme de service, son insigne et sa soif de justice, son souci d’aider ses concitoyens et  les protéger. Et se confronter à la vie.A cette réalité parfois terriblement plus violente que toutes les fictions imaginées par la littérature ou le cinéma.Et ne plus être le même.


Une plongée dans le morbide, le noir absolu, une descente dans l’abime de l’humanité qui progressivement, à son contact, va imprégner sa vie professionnelle, puis contaminer insidieusement sa vie personnelle jusqu’à la disloquer. Un poison qui le ronge de l’intérieur et l’éloigne du commun des mortels qui lui  n’a pas vu,  ne sait pas.


Frank Parish est de ces hommes qui ont vu l’immonde. De ce, dont le regard s’est vidébadge 026 progressivement des couleurs du monde pour ne voir que la noirceur d’une société dans laquelle il patauge. De ces flics qui voient un jeune égorger sa petite amie dans une baignoire avant de se couper lui-même la carotide, et qui doivent continuer à donner le change auprès des leurs et garder un sens à leur boulot. Et vivre avec des ombres…


« les ombres ne sont que des ombres, elles ne peuvent pas nous faire de mal tant qu’on ne les prend pas pour autre chose. Mais quand on commence à le faire…eh bien, on finit par leur donner des dents et des griffes, et alors elles finissent par nous avoir… »


Mais Frank Parish, vit aussi avec un fantôme. Celui de son père. Un illustre policier abattu en pleine rue seize ans plus tôt. Une de ces figures qui ont construit la légende du NYPD , « un ange de New York » comme avait été surnommés les membres de l’équipe qui avait participer à libérer la ville de l’emprise de la mafia dans les années 80. Un homme respecté dont le souvenir perdure dans la mémoire collective de la police new yorkaise.


Sauf que Frank lui, déteste ce père dont la mort fut une délivrance. Car il sait mieux que personne qu’il n’était pas celui qu'il prétendait être, que son père s’était vendu à la mafia, qu’il avait du sang sur les mains et qu’il avait foulé au pied son honneur de policier.


streets of new york-2560x1440Difficile pour lui alors de vivre avec ce poids qui coule son présent dans le béton du passé, et avec  la réalité d’une vie où sa femme a divorcé, ses enfants s’éloignent de lui , à moins que ce ne soit l’inverse, où son coéquipier  vient de se faire tuer lors d’une intervention.Une vie qui ne lui offre plus qu’un futur sans avenir.


Frank Parish est au bord de la rupture. Sa hiérarchie l’a dans le collimateur. Au point que son permis lui a été retiré, que son salaire est amputé, et qu’on l’oblige à voir une psy qu’il consulte quasiment tous les jours. Mais son seul réconfort, c’est auprès d’Eve qu’il le trouve. Une escort-girl qui le recueille quand les choses deviennent trop dures. Et quand il ne peut la voir, c’est la bouteille qui lui tient lieu de compagne d’infortune.


Il ne lui reste que son boulot, comme un point de fixation, un repère dans une vie à la dérive.


Avec Redick, son nouveau coéquipier, ils enquêtent sur des affaires banales. Un dealergtfr assassiné en pleine rue, un type projeté sous les roues d’un métro,  une jeune fille de 16 ans retrouvée morte sur le lit de son frère, étranglée.


Pourtant cette dernière affaire va retenir l’attention de Frank. Et quand le corps d’une seconde adolescente est retrouvé, celui-ci est persuadé d’avoir affaire à un tueur en série qui assouvie ses pulsions sexuelles avec de très jeunes filles avant de les assassiner.


Cette enquête va devenir une véritable obsession pour Frank, et va le conduire une nouvelle fois dans  les abysses de la perversité humaine. Mais à danser sur le fil du rasoir il arrive parfois que l’on perde le sens des réalités.


Il était temps que je découvre enfin l’œuvre de Roger Jon ELLORY, pour lequel je ne cesse d’entendre des louanges. Si j’ai ses précédents romans dans ma bibliothèque, si j’avais eu la chance de le rencontrer l’année dernière à Quai du polar à Lyon , je n’avais pas encore franchi la porte de son univers.


019879-new-york-crimeC’est chose faite aujourd’hui et je dois dire que j’ai été particulièrement emballé par ce roman. Certe quelques passages un peu longs en seconde moitié de roman, mais pas de quoi altérer l’impression générale sur le livre.


Ellory a indéniablement le sens de l’écriture  et de la narration. Son style est particulièrement fluide et nous offre une histoire captivante. Certains diront peut être que ce livre est de facture classique. Mais c’est justement ce genre de roman, parfaitement maîtrisé, écrit dans les règles de l’art que l’on aussi envie de lire !


«  Les anges de New York » est un livre sans concession, brutal, et la première scène du livre restera sans doute dans les annales du genre par sa violence.


C’est un hymne formidable à cette ville de New York  qui fascine tant à travers le monde, quiEllory.jpg porte en elle les rêves et les cauchemars d’une société prise de tournis.


Mais au delà de l’histoire qui est narrée, c’est aussi le portrait de ce flic désabusé, de cet homme qui n’arrive plus à communiquer avec les autres, qui donne à ce roman une dimension particulière.

 

Un homme pour qui tout s’écroule mais qui reste droit, et qui se bat pour découvrir une vérité,  avant que le temps n’efface l’existence des victimes les plus faibles, de celles qu’on oublie si facilement. Un homme qui ne veut pas qu’on l’oublie non plus et qui veut rester parmi les vivants, parmi les hommes et qui pour se faire devra accepter de poser un jour son fardeau et d'en faire l'inventaire.

 

Un roman rude, efficace, où la profondeur des personnages donne à ce roman sa puissance et son âme. Un roman dont il serait dommage de passer à coter.

 

_________________________________________________________________________

 

Si vous aimez R.J ELLORY ne manquez surtout pas l'interwiew que l'auteur a bien voulu accorder à mon ami le concierge masqué  : link

 

Enfin , d'autres ont aussi porté un regard sur ce roman.

 

En particulier Jeanne Desaubry :  link

 

L'avis de mimi link

 

L'avis de mon ami Jacques link

 

Celui de mon amie Velda link 

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Américains
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:26

visuel quai 2012

 

C'est dans moins d'une quizaine de jours qu'ouvrira l'édition 2012 du festival QUAI DU POLAR à LYON .

 

Si le cru 2011 était déjà excellent, celui de 2012 risque d'être un très grand millésime avec une multitude d'invités de renom, et des conférences toutes plus alléchantes les unes que les autres !

 

Quai du Polar est sans doute le plus grand salon polar de l'Héxagone par sa richesse, son organisation impécable et l'accessibilité des auteurs qui sont  toujours plus nombreux d'une année sur l'autre, à faire le déplacement jusqu'à la capitale des Gaules.

 

Autant vous dire qu'une nouvelle fois, baluchon sur l'épaule, je prendrai moi aussi la route de Lyon en espérant faire un maximum de rencontre d'auteurs et de passionnés !!

 

71 invités de marques ! Et pour moi, les incontournables seront :

 

C.-J.-Box

 

 

 

 

 

 

 

C. J BOX

 

 

 

 

 

 

 

 

Craig-Johnson-

 

 

 

CRAIG JOHNSON

 

 

 

 

 

 

 

 

daeninckx

 

 

 

 

 

 

DIDIER DEANINCKX

 

don meyer

 

 

DEON MEYER

 

 

 

 

 

fante

 

 

 

 

DAN FANTE

 

 

 

 

 

 

 

stahl jerry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JERRY STAHL

KERR1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHILIPP.KERR

 

 

 

 

connoly

 

 

 

 

 

JOHN CONNOLLY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, MICHAEL CONNELLY, invité exceptionnel de cette édition 2012 qui donne rendez vous à ses fans à LYON à travers cette petite vidéo

 

 

           
Il y en a bien d'autres qui méritent le détours, mais ceux ci seront mes rendez vous incontournables !

Quant au programme des réjouissances , les conférence ont de quoi faire saliver, juger plutôt :

Les nouvelles voix du polar européen vendredi 30/03  17h

À l’occasion de la remise de son Prix du polar européen, le magazine Le Point reçoit deux révélations de 2011 : l’ Espagnol Víctor del Árbol et l’ Anglais S. J. Watson. Rencontre avec les auteurs de deux romans qui ont marqué le paysage littéraire de ces derniers mois, et discussion sur l’évolution d’un genre à l’échelle européenne.

 

Côte est, côte ouest, Bible belt et grands espaces : les visages de l'Amérique vendredi 30/03 17h Hotel de ville

Chaque élection américaine le confirme : les Américains des côtes Est et Ouest ne sont pas les mêmes que ceux de « l’intérieur », réputés plus conservateurs… mais aussi plus proche de la légende du western, des grands espaces et de la conquête de l’Ouest. C’est de ces différents visages de l’Amérique que parleront cinq auteurs du pays invité d’honneur, pour ouvrir en trombe cette nouvelle édition de Quais du Polar.

Avec : Patricia McDonald (Albin Michel) – Michael Connelly (Calmann-Lévy) – Walter Mosley (Jacqueline Chambon) – Donald Ray Pollock (Albin Michel) – Craig Johnson (Gallmeister)

Présenté par Hubert Artus

 

Coupés du monde ? peut-être, mais pas de celui du polar... Samedi 31/03 11h Chapelle de la Trinité

 

Né en même temps que les grandes mégapoles, le roman noir est un genre essentiellement urbain. Pour autant, ce genre littéraire, héritier du western, a aussi régulièrement pour cadre de petites villes… ou de grands espaces vierges. Rencontre avec des auteurs qui mêlent ce genre au nature writing, au road movie, et créent ainsi de nouvelles relations entre personnages et paysages.


Avec : Belinda Bauer (GB, Fleuve Noir) – CJ Box (USA, Calmann-Lévy) – Craig Johnson (USA, Gallmeister)

Présenté par Hubert Prolongeau.

 

 

Des culpabilités individuelles aux responsabilités nationales : la douce et dangereuse méthode du roman noir. Samedi 31 11h30 Hotel de ville

Outre ses dimensions politiques et rhétoriques, il est aussi un autre aspect que le polar a bouleversé : l’approche psychologique de la culpabilité et du remord. Si elle est valable sur un individu, elle l’est aussi pour une société. Fort de cette catharsis, le polar a toujours déterré des fantômes. Éclairages.

Avec : Thomas H. Cook (USA, Le Seuil) – Víctor Del Árbol (Espagne, Actes Sud) – Deon Meyer (Afrique du Sud, Le Seuil) – Romain Slocombe (France, Fayard/Nil Editions) – Didier Daeninckx (France, Oskar éditions)

Présenté par Hubert Artus.

 

Histoire et histoires de la violence aux USA samedi 31 12h salle Ampère Palais du commerce.

Longtemps pays le plus puissant de la planète, les États-Unis sont aussi la première armée du monde. De nombreux citoyens américains pensent que leur pays est le gendarme de la planète. De la violence individuelle, celle des cows-boys ou des serial killers, à la violence sociale, policière, militaire ou mondiale : qu’en est-il vraiment, et qu’en dit la fiction ?

Avec : Maud Tabachnik (France, Albin Michel) – Donald Ray Pollock (USA, Albin Michel) – Larry Fondation (USA, Fayard) – Jerry Stahl (USA, Rivages)

Présenté par Francis Geffard.

 

Dire et faire contre le racisme : le polar contre les boucs émissaires Samedi 31 14h chapelle de la Trinité

Né aux Etats-Unis avant le mouvement des Droits civiques, le polar moderne a eu à traiter de la ségrégation raciale. Qu’en est-il, du racisme et de son traitement dans le polar ? Américains, Français et Sud-Africains répondent à cette délicate question.

Avec : Thomas H. Cook (USA, Le Seuil) – Jérôme Leroy (France, Série Noire / Gallimard) – Walter Mosley (USA, Jacqueline Chambon) – Deon Meyer (Afrique du Sud, Le Seuil)

Présenté par Michel Abescat [Télérama]

 

Par l'odeur du polar alléché : le roman noir, cette fable du monde moderne Samedi 31 14h30 Salle Tony Garnier, Palais du commerce.

 

Né au même moment que le cinéma parlant, le roman noir est éminemment moderne. Ce qui ne l’a jamais empêché, pour adoucir meurtres et mœurs, de revisiter le conte, l’épopée, le romantisme ou la poésie. La preuve avec les histoires, les personnages, les lieux créés par ces quatre romanciers singuliers.

Avec : Véronique Ovaldé (France, L’Olivier) – Sébastien Rutés (France, Actes Sud) – Andreï Kourkov (Ukraine, Liana Lévi) – Tim Willocks (Irlande, Syros)

Présenté par Christine Ferniot

 

Espace Schengen et cousin d'Amérique : regards croisés Europe-USA Samedi 31 15h Hotel de ville.

Longtemps, l’Amérique fut une utopie : « industrie du rêve », « rêve américain ». Le roman noir moderne est né aux Etats-Unis. Ainsi, comme le cinéma, le rap ou le basket-ball, le polar nous oblige intrinsèquement à regarder de l’autre côté de l’Atlantique. Certains auteurs européens n’écrivent que sur les USA. Des auteurs américains regardent souvent dans le sens inverse. Réflexion sur ces regards croisés.

Avec : Maud Tabachnik (France, Albin Michel) – Jonathan Rabb (USA, 10-18) – John Connolly (Irlande, Presses de la Cité) – Maxime Chattam (France, Albin Michel) – Lee Child (GB, Calmann-Lévy)

Présenté par Yann Nicol

 

Dan Fante présente "Docteur Folamour" de Stanley Kubrick samedi 31 à 16h, à L'institut Lumière.

 

 Avec Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden, Keenan Wynn. Scénario de Stanley Kubrick, Terry Southern, Peter George d’après Peter George. Photographie de Gilbert Taylor. Musique de Laurie Johnson.

Dr. Strangelove, or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb > Grande-Bretagne > 1964 > 1h33 > Couleur

Un général américain fanatique et convaincu d’un complot communiste déclenche une attaque à la bombe sur l’URSS. Sont bientôt impliqués un ancien nazi, une armée russe qui n’entend pas se laisser faire et un président des Etats-Unis qui tentera d’éviter l’apocalypse nucléaire…


Carte blanche à Dan Fante dont c’est le film favori. L’écrivain présentera ce film délirant, à l’humour ravageur et burlesque qui parfois choqua. Peter Sellers, à qui est confié un triple rôle, est hallucinant. Dan Fante est l’auteur d’une remarquable série de romans largement autobiographiques, dans la lignée de l’œuvre de son père, l’illustre John Fante. L’ensemble de son œuvre est publiée en France chez 13e note.

 

Il y a encore d'autres conférences, et pleins de rejouissances comme des films, des lectures publiques, des enregistrements publics d'émission radiophoniques !

 

Pour vraiment tout découvrir de ce qui vous attend à Lyon à l'occasion de ce festival , il n'y a qu'une seule adresse , celle du site de QUAI DU POLAR, ici :

 

Quai du polar

 

Les infos, le programme, les invites, les activités, les bonnes adresses, tout ce qu'il faut savoir pour vous convaincre de venir participer à la fête  et comment s'y rendre ! Ne loupez pas l'occasion de faire de belles rencontres !

 

QDP12


 

 



 



 

Repost 0
Published by La petite souris - dans infos polar
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 16:54

                   SEBASTIEN ARGER

EDITIONS LES PRESSES LITTERAIRES

 

morceaux de choixIl était là depuis plusieurs semaines. Coincé entre le dernier Thomas H. Cook , le pavé de Don Meyer et le livre de Laura Wilson. Un petit bouquin d’un jeune auteur qui commet  avec «  Morceaux de choix » son tout premier roman.


Il n’est pas rare que j’intercale dans mes lectures d’auteurs connus et reconnus quelques écrivains qui n’ont pas encore eu la chance de percer. Mais l’exercice est parfois périlleux !


Bien souvent publiés chez de petits éditeurs qui ne déméritent pas à dénicher de nouveaux talents, mais qui n’ont pas toujours les moyens d’assurer un travail de conseil en relecture et réécriture avant d’éditer leurs publications,  il m’arrive souvent de tomber sur de véritables catastrophes littéraires. 


Mal construit, style quelconque, incohérence du scénario, ficelles tellement grosses que le livre vous en tombe des mains.


Et puis parfois, il y a des romans, qui  non sans quelques imperfections propres à un premier roman, vous surprennent, agréablement, qui sans être le roman qui va vous marquer pour les dix prochaines années, vous laisse l’impression d’avoir passé  un bon moment en leur  compagnie.


«  Morceaux de choix » est de cela. Un roman de facture classique mais réussi, dans lequelremparts l’auteur met en place une mécanique efficace qui parvient à intéresser le lecteur.


A Carcassonne, petite ville touristique du sud de la France, un jeune marginal disparait. On ne retrouvera de lui qu’un corps mutilé quelques temps plus tard.


 Cette histoire n’est pas sans rappeler certains faits à Nicolas, un ancien flic reconverti en détective privé  qui décide alors  de prendre contact avec ses anciens collègues pour leur faire part d’éléments en sa possession. Sa route va croiser celle de Laura, une journaliste du quotidien local, qui couvre l’affaire.


Tout deux vont se lancer sur la piste d’un assassin hors du commun. Un tueur qui semble s’être d’abord fait la main sur un cadavre avant de passer à l’acte sur ses congénères. Cela ne laisse bien sûr guère de doute quant à sa détermination et aux probabilités que les cadavres s’accumulent avec le temps.


cimn.jpgAvec «  Morceaux de choix »  nous avons donc  là un roman d’enquête construit selon les règles du genre. Mais l’intelligence de Sébastien Arger est d’arriver à distiller au long de son roman une malice propre à bercer son lecteur d’une certitude qui s’avèrera au final trompeuse.


 Car l’auteur manie l’esquisse avec un art consommé, parvenant à dessiner les contours d’un personnage qui reste flou, en filigrane de l’intrigue et dans l’ombre du tueur dont il porte les motivations de ses crimes. Un personnage dont le lecteur ne découvrira qu’à la fin du roman la vraie nature.


Sebastien Arger évite de  tomber dans la facilité et les travers habituels dans lesquels se fourvoient souvent les jeunes auteurs. Ici pas de tueur en série d’une sempiternelle intelligence supérieure, qui chercherait à prouver qu’il est au dessus des autres en narguant la police. Pas de haine, de traumatisme enfoui pour expliquer ses actes. Juste une logique, froide, implacable, ancestrale et dépassionnée, qui donne une originalité singulière augrange scénario.

A cela s’ajoute que la lecture de ce roman revêtait pour moi un intérêt tout particulier. En effet l’action se situe pour partie dans la ville où j'ai grandi : Carcassonne. C’est une drôle de sensation que de suivre cette histoire dans des lieux que l’on a soit même fréquentés.


Pour autant, là aussi, la ville n’est qu’à peine esquissée, loin du cliché touristique ( la ville possède la plus grande enceinte fortifiée du Moyen Age et reçoit pas moins de 2 millions de visiteurs par an) .Mais l’auteur n’en profite pas moins pour décocher quelques flèches à  l’encontre de ces commerçants avides, qui se gavent de la vente de souvenir made in Taiwan et galvaudent l’image de la vielle dame, où en direction des édiles municipaux en faisant référence à un scandale de listes électorales qui avait secoué a ville en son temps.


ARGERUn premier roman prometteur donc, qui aurait gagné peut être à un peu moins de  linéarité,  mais il n’en reste pas moins que le résultat est bon et qu’il augure pour ce jeune auteur la possibilité d’un parcours qui pourrait le conduire à rencontrer un public plus large. Encore faut il que Sébastien Arger se convainc qu’il a des choses à dire dans ce genre littéraire qui n’est pas, à la base nous dit- il, son genre de prédilection. Pour ma part je ne peux que l'y encourager !

Repost 0
Published by La petite souris
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 22:24

INGRID ASTIER

FOLIO POLICIER

 

quai des enfersLa Seine. Ses couleurs, sa nonchalance, ses péniches engourdies et ses  bateaux-mouches  qui glissent leurs cohortes de touristes à fleur d’eau, le long de ses berges, parfois d’une plage éphémère.


Bijou d’argent au cou d’une capitale romantique, fleuve aristocrate habillé de ses lumières pour briller comme un diadème  dans les rétines des amoureux, fleuve magique et rayonnant qui  inspire le poète et le peintre, la Seine s’offre à Paris.


Mais aussi belle que puisse être la parure, celle ci peut aussi se transformer en un serpent d’eau capable d’enserrer la ville et d’avaler tout ce que celle ci porte en elle de plus sombre : Ces corps que l’on quitte et qu’on lui abandonne en refusant cette condamnation à vivre reçue à la naissance,  ceux démembrés comme une poupée , vidés de cette humanité que des âmes malades exècrent.


La Seine avale, charrie et nettoie. Mais elle garde en elle, dans sa vase endormie, la mémoire des perversités humaines et la désespérance des Hommes.


Ce fleuve, Rémi Julian le connait bien. Il lui voue une affection toute particulière et en connait les moindres recoins. C’est là qu’il exerce ses fonctions. A la brigade fluviale. Là qu’inlassablement il sillonne les méandres de ce cours d’eau à la recherche de ce que les hommes cherchent à cacher, à celle de ce que d’autres offrent en sacrifice de leur mal être pour disparaître.


Mais ce que recèle ce fleuve capital reste souvent caché des vivants, et seuls les plongeurs deParis Seine la fluviale peuvent faire le lien entre le monde des hommes et celui de l’oubli.


Et en cette période de Noël où l’hiver a pris ses quartiers dans la ville, Rémi et son équipe espèrent repousser chaque jour le moment fatidique où il faudra plonger dans l’eau glaciale pour récupérer un corps sans vie, gonflé comme une baudruche, qu’il faudra bien saisir à bras le corps pour le remonter à la surface ;l ’instant où il faudra surmonter sa peur quand le plongeur sentira contre sa peau celle des gardiens du lieu, imposants fantômes, silures magnifiques, dont on ne sait jamais s’ils vous frôlent pour vous mettre en garde ou vous attirer vers le fond de l’abîme.


Quand la patrouille est appelée à rejoindre la berge en face du 36 quais des orfèvres, la trêve semble bien terminée. En arrivant sur les lieux une barque attend d’offrir son macabre présent. Sous un linceul le corps d’une femme, figée dans la mort, atrocement mutilée.


Pour Rémi et ses collègues, la pire soirée qui soit. Malgré les outrages on devine la beauté qui fut celle de la victime.


Brigade-fluviale.jpgLes collègues du 36 prennent la relève, sous la houlette de Jo Desprez, tandis que Rémi reste hanté par cette beauté assassinée.


L’enquête va emmener les policiers de la Crime à la suite d’un parfumeur avant de graviter autour du milieu de la mode et d’un artiste excentrique. Pour autant, la descente en eaux troubles ne fait que commencer, car très vite d’autres cadavres accostent sur les berges.


Ingrid ASTIER, signe là son tout premier roman noir. Et ce livre m’a plu, disons le d’entrée, mais pas sans quelques nuances.


 On sent bien que l’auteur s’est appliquée, a fait un vrai travail de recherche et fignolé dans le moindre détail son récit. Respectant les codes du thriller, elle livre une histoire certes efficace, mais qui, à trop respecter les  ficelles du genre, nous donne un roman à qui il manque un peu de souffle. Le scénario pourra paraître classique à certain, et quelques uns des personnages auraient gagné à un peu plus d’épaisseur.


Pour autant ce premier roman ne manque pas d’intérêt. Ingrid Astier nous offre desastier.jpeg passages magnifiques sur cette Seine onirique et la capitale qu’elle traverse. Le lecteur découvre des personnages originaux, vivants le long de ce fleuve, dont les touristes ne soupçonnent même pas l’existence.


Il n’y a pas véritablement de personnage principal dans ce roman. L’intérêt  du lecteur  se porte au grès du roulis de l’histoire, tantôt vers Rémi Julian de la fluviale, tantôt sur le commandant Desprez et ses hommes, laissant finalement le rôle principal à ce fleuve à la fois si attirant et si angoissant.


Pour un premier roman Ingrid ASTIER atteint son objectif, réussissant à introduire dans ce thriller des saveurs et des odeurs dans un scénario qui tourne pourtant autour de situation particulièrement glauques, et ce n’est pas là, le moindre de ses mérites.


 

Mon ami Yan a également lu le livre, il en parle ici : link

 

crédit photo N°1 : Olivier FFRENCH

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook