Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 10:00

DEUXIEME PARTIE DES NOUVEAUTES EN GRAND FORMAT

PENSEZ A CONSULTER LA PREMIER PARTIE

 

Editions ALBIN MICHEL

 

mort ou vif

tom1

 

mort ou vif 2

tome 2

 

" Mort ou vif" de Tom CLANCY

 

Le Campus : une organisation secrète, créée sous l’administration du Président Jack Ryan, chargée de traquer, localiser et éliminer les terroristes.

 

«  miséricorde » de Jussi  ADLER OLSEN le 05/10

 

misericorde.gif

 

résumé non disponible

 

Editions GRASSET

 

CORSAIRE.jpg

«  Corsaire » de Clive CLUSSER


Baie de Tripoli, 1803. L’Intrepid est abordé par le Saqr, le navire du redoutable pirate Suleiman Al-Jama, et une terrible bataille s’ensuit, risquant d’engloutir à jamais le fabuleux trésor…
De nos jours. L’avion de la secrétaire d’État américaine s’écrase alors que celle-ci se rend à un sommet pour la paix en Libye. La CIA ne se fie guère aux premières conclusions officielles des autorités libyennes et décide d’engager Juan Cabrillo et ses hommes pour mener l’enquête. Les débris localisés, l’équipe de l’Oregon s’aperçoit vite que la secrétaire d’État n’est pas au nombre des victimes…
Leurs recherches vont les mener sur la trace de terroristes prêts à tout pour faire échouer le processus de paix et se transforment bientôt en une chasse au trésor qui pourrait bien bouleverser le cours de l’Histoire…

 

Editions des Deux Terres

 

jusqu-a-la-folie.jpg

«  jusqu’à la folie » de Jesse KELLERMAN le 5/10


Dans une rue sombre de Manhattan, très tard dans la nuit, une jeune femme est agressée par un homme armé d’un couteau. Jonah, un étudiant en médecine surmené, vole à son secours et tue accidentellement l’agresseur. Pendant que les médias font de lui un héros, le procureur s’interroge sur son geste héroïque. La victime, quant à elle, veut retrouver son sauveur et tient à lui montrer sa reconnaissance. Les événements s’enchaînent, et Jonah est entraîné dans une spirale terrifiante. S’il est vrai qu’aucune mauvaise action ne demeure impunie, le châtiment de Jonah ne fait que commencer…


Editions OH !

 

l-enlevement.jpg

«  L’enlèvement » de John GRISHAM le 13/10

 

résumé non disponible


Editions DU ROUERGUE NOIR

 

 

l'homme de lewis

«  l’homme de lewis » de Peter MAY le 05/10


Dans une nature où les défis que vous imposent les éléments sont permaments un vieil homme, atteint de démence progressive, tente de se souvenir. Sa quête est vitale car un meurtre commis 50 ans auparavant lui est imputé. Aidé par un ex policier, lui aussi dans la tourmente, il est à lui seul la clef de l'énigme ! 

 

Editions MOISSON ROUGE

 

jaguars.jpg

 

«  JAGUARS » de Sophie DI RICCI le 06/10


Duo punk rock, Jaguars met en scène les frères Mazeau, Jon au chant et Sam à la basse. Après avoir connu quelques semaines de grâce dans les salles underground de l’hexagone, le groupe interrompt brutalement sa tournée lorsque Jon se permet une overdose.

Reclus dans une baraque isolée de Rive-de-Gier, Sam se pique de militantisme révolutionnaire et cultive son obsession pour les armes à feu, tandis que Jon s’adonne mollement à sa désintox.

Leur retraite est ébranlée par leur rencontre avec Godzilla, trafiquant reptilien et acnéique qui s’entiche du jeune chanteur à la dérive. Il invite les deux frères à s’installer chez lui à Paris, dans un ancien cinéma abandonné qui lui sert de QG.

Nouveau départ, mauvais tournant ? Les choses se compliquent salement. La petite amie de Sam tombe enceinte et Godzilla ne s'avère peut-être pas aussi bien intentionné que Jon ne l'avait cru...

Un périple noir, baroque et décapant entre Saint-Étienne et Paris, aller-retour.


 

Editions 13 eme NOTE

 

drugstore-cow-boy.jpg

«  Drugstore cow boy » de James FOLGE


Si Bonnie et Clyde ont inventé le braquage de banque, Bob et Diane, eux, sont à la recherche de drogues et se sont spécialisés dans le braquage des pharmacies du nord de la côte ouest des USA. Roman autobiographique plein de rage contre l’autorité, mais aussi de rythme et d’humour, Drugstore Cowboy devait inspirer à Gus Van Sant, en 1989, son deuxième long métrage, avec Kelly Linch, Matt Dillon et William Burroughs Sr., dans le rôle d’un pasteur héroïnomane. Arrêté en 2010, à 73 ans, pour un nouveau braquage, l’irrécupérable James Fogle est actuellement en prison où il est soigné pour un cancer du poumon.

 

rien-dans-les-poches.jpg

«  Rien dans les poches » de Dan FANTE


La réédition d’un « 10-18 » devenu introuvable.
Défonces au Mad-Dog 20-20 (vin rouge sucré), accès de folie, tentatives de suicide, cures de sevrage à Saint-Joseph (New York), échecs amoureux, Dan Fante a jeté dans ce livre toute la rage et la fureur accumulées durant quelque vingt années à tenter de survivre. La survie ce sera l’écriture, la création de son alter ego Bruno Dante et ce premier roman (en v.o. Chump Change), d’abord paru en France en 1996, qui commence par une fin, celle de son père, l’écrivain John Fante, cet homme haï et admiré. L’écriture est percutante, l’honnêtété totale et chaque mot frappe avec précision. Fante fils a trouvé sa voix.

 

Editions BELFOND


«  l’heure écarlate » d’Ann CLEAVE le 20/10

 

résumé et visuel indisponible

 

les lois de la vengeance

«  les lois de la vengeance » de Christopher REICH le 06/10


résumé indisponible

 

code salamandre

 

«  Code salamandre » de  Samuel DELAGE le 06/10


Yvan Sauvage, expert en art et commissaire priseur, met fortuitement la main sur un itinéraire crypté conduisant à un dépôt royal. Il se lance alors, en compagnie de Marion, une jeune étudiante à la Sorbonne, dans la résolution d’une énigme qui leur fera encourir les plus grands périls. Un jeu de pistes érudit qui se transforme en périple hallucinant, où l’horreur le dispute au merveilleux.

Lorsque son professeur de l’École du Louvre décède, Yvan Sauvage se retrouve légataire d’un secret prodigieux : le vieil homme était sur le point de déchiffrer un code menant à l’un des trésors les mieux gardés du règne de François Ier. Yvan n’a alors de cesse de résoudre l’énigme. Marion entre dans son jeu, et le duo se lance avec une énergie farouche dans le décryptage des messages codés que recèlent les châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de l’époque, dont Léonard de Vinci. Puis ils explorent des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé.

Tout à leur quête, les deux jeunes gens sont inconscients du danger qui les guette, tandis qu’un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d’un mystérieux commanditaire. La recherche érudite et la résolution du code Salamandre pourraient bien déclencher une traque sanguinaire…

Repost 0
Published by La petite souris - dans A paraître....
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 19:24

OLIVIER BORDACARRE

EDITIONS FAYARD NOIR

 

la france tranquilleUn titre qui sonne comme un slogan de campagne en cette période pré-électorale. Qui fleure bon la France d’antan, celle qui berce notre nostalgie d’une époque bénie où l’on n’avait pas à se poser de questions, où tout allait de soi.


Il y a comme ca des bouquins qui arrivent au bon moment, qui s’inscrivent parfaitement dans l’air du temps. Et  justement en ces temps troublés où le citoyen écoute, hypnotisé, ceux qui nous ont plongés dans la crise nous expliquer qu’ils sont les mieux placés  pour nous y en sortir, où l’Autre redevient le catalyseur  de tous nos maux, où les solidarités se rouillent à l’ère  du chacun pour sa gueule et se délitent sous l’acide du profit, le dernier bouquin d’Olivier Bordaçarre  apparaît comme une énorme claque salvatrice. De celles qui donnent à réfléchir et qui remet la tête à l’endroit.


Car  cette France tranquille que nous fait découvrir l’auteur est des plus inquiétantes,  elle est même pour ainsi dire carrément flippante !


Nogent-les Chartreux est une petite ville provinciale comme tant d’autre, perdue dans le paysage hexagonal, une ville  tranquille où la vie suit son cours dans un engourdissement citoyen coupable.


Car Nogent est une ville qui pourrit sur pied, gangrénée de l’intérieur par la consanguinité des idées primaires de ses habitants, la dégénérescence du renfermement sur soi , et la dissolution de la raison et de la solidarité dans les miasmes du cancer de la peur.


Dans cette ville où tout tient de l’équilibre précaire, où la qualité de la gestion municipale se mesure au nombre de caméras de surveillance implantées, où le danger est potentiellement identifié et calibré, rien ne doit et ne peut arriver aux braves gens !


Alors quand les agissements imprévisibles d’un tueur en série remettent tout le monde sur 1557076_3_4094_emeutes-a-tottenham-le-8-aout.jpgun pied d’égalité en faisant de chaque habitant une cible potentielle, la peur dont on se croyait immunisé sous l’effet placebo du vaccin sécuritaire, cette peur froide et insidieuse revient ramper dans les rues de la ville et s’emparer des esprits de ses habitants. Et quand la mèche est allumée, c’est le vernis de la civilité qui explose la première, pour laisser place à l’instinct primaire,  où la délation ramène à la France bucolique des années 40.


Dans ce barnum qui ébranle la ville, au milieu de la meute qui a gouté au sang, un homme, un flic obèse, voit ses contemporains s’abîmer dans la destruction et l’aliénation à la folie collective. N’ayant pour horizon que sa retraite à venir et les parties de pêche qui vont avec, ne trouvant de lumière que dans son fils tourné vers les étoiles, et les mots de son ex-femme qui sont autant de caresses sur son cœur meurtri, il se retrouve là, comme un îlot humain au milieu d’une jungle sauvage.


 Témoin dubitatif face aux évènements, insensible aux pressions de sa hiérarchie et des politiques locaux, il ne sait trop comment prendre les choses en main. Pourtant c’est sans doute ce décalage, cette nonchalance existentielle qui lui maintient les pieds sur terre et lui permet de rester suffisamment lucide pour finalement prendre la piste de la vérité à mesure que la menace se fait plus précise.


Olivier Bordaçarre accomplit un roman réussi. Des personnages abîmés, par la vie, par la crise, qui gardent leur dignité ou se vautrent dans la violence. Un lecteur de plus en plus mal à l’aise à mesure que les pages se tournent, qui se dit que la fiction n’est finalement pas si éloignée que ça de sa réalité. Qui se remémorent toutes ces petites phrases assassines entendues chez le commerçant du coin, au boulot ou entre amis, ces bons mots balancés avec humour au sujet de l’étranger mangeant le pain des français , du chômeurs payé à rien foutre , de ces allocs qui plombent les finances de l’Etat et engraissent les fainéants ; et tout ces soupirs résignés, ces sourires crispés pour unique réponse , ces petites lâchetés quotidiennes à ne jamais contredire le crétin aux idées courtes qu’on a  en face de soi. A en oublier d’être un citoyen.


Car c’est là la force de l’auteur. Montrer, et amener progressivement le lecteur à faire le lien avec le réel, à prendre conscience que poison opère toujours au moment même où il lit ce livre, … et à laisser le laisser décider de la suite quand il redeviendra électeur le moment venu.


bordecarre.jpgPar contre, j'émets une toute petite réserve. En effet, je trouve le basculement dans la violence incontrôlée peut être un peu excessif. L'auteur décrit parfaitement la montée de cette folie collective qui s'empare des habitants de cette petite ville de province, mais je trouve son déchainement un peu disproportionné par rapport aux faits qui le provoquent. Mais sans doute fallait-il en passer par là pour bien saisir les conséquences terribles à laisser ses peurs prendre le pouvoir sur la raison!


 Ni voyeur, ni moralisateur, Olivier Bordaçarre nous offre donc en miroir une certaine France qui se bâtit insidieusement à l’ombre de la crise, contaminée par les emprunts toxiques, les plans de licenciements, les magouilles politiques, et qui se nourrit à cette soupe qui, bien qu’on y rajoute de l’eau pour la rendre plus claire, reste toujours brune.


Une France qui ne sait plus s’aimer.

 

l'avis des copains :

 

chez Manu link

 

chez Yan link

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 21:50

André GABELLA

Editions MICHEL DE MAULE

 

Gabella couv1C’est un petit bouquin original  paru aux Editions Michel de MAULE . Un petit livre qui se lit rapidement mais qui vous plonge dans un univers que le lecteur de polar a l’habitude de côtoyer au fil de ses lectures, mais sans jamais vraiment le connaitre, sans véritablement le cerner. Je veux parler de l’univers des inspecteurs de police.


André GABELLA est l’un d’entre eux. Commandant de police, il est à la tête  du groupe «  Grand banditisme » à la police judiciaire d’Ajaccio. A travers son livre « P.J Blues » il nous ouvre en grand les portes de la vie quotidienne de ces fonctionnaires que paradoxalement nous décrions tous les jours dans la notre, mais que nous adorons voir en héros dans les romans que nous lisons.


De roman justement il n’en est pas question ici. Juste des tranches de vie d’un flic d’origine corse, le commandant Torre, dont on ne connait pas le prénom. Ce flic, ce n’est pas l’auteur du bouquin, même si les histoires qu’il relate sont vraies et pour lesquelles justice a été rendue. Des instantanées de la vie d’un flic confronté à une réalité, la notre, dans tout ce qu’elle a de cruelle, d’injuste, d’imbécile ou de merveilleuse. Un envers du décor qu’il nous est donné un instant d’apercevoir à travers le regard de ce fonctionnaire.


Si la vie d’un flic n’est pas un long fleuve tranquille, elle ne ressemble en rien à celle couchée sur pellicule. Si la misère côtoie souvent l’horreur, si le crime est souvent banal, les circonstances, les hasards, les détails font parfois basculer l’ordinaire dans une autre dimension, où l’extraordinaire le dispute à l’incroyable, où « le coup de bol » s’affronte à « pas de chance ».


Le lecteur avance donc dans ce livre sans trop savoir où il va mettre les pieds à chaque coin police.jpgde page. Histoire croustillante comme « le Stradivarius » où comment le malfrat se joue de la cupidité de sa victime, histoire sordide avec « Le nourrisson » où la vérité ne se trouve pas forcément au fond d’une poubelle d’immeuble. Rare réflexion, critique, sur ses racines et ses frères de sang avec « la fierté des miens » ou duel improbable entre le flic et son suspect dans « Cédrat suprême » .


Les histoires s’enchainent, s’entrechoquent. Pas de héros, d’actes de bravoure ou de situations improbables permettant de découvrir un héro sous l’habit du fonctionnaire. L’auteur nous emmène sur les parcours d’une carrière de flic bien remplie entre Paris et la Corse.


Ne cherchez pas dans ce livre un exercice de style. Il n'en a pas la prétention. Les faits y sont relatés de manière brute, sans fioriture littéraire. Une belle panoplie d’expériences diverses qui plonge le lecteur dans un quotidien insoupçonnable.


gabellaMais à la longue se dégage cependant un sentiment mitigé. Non que les histoires soient inintéressantes, l’auteur alterne parfaitement les différents types de situations, mais progressivement s’inscrit dans l’esprit du lecteur une image de flic supérieurement intelligent, à qui on ne la fait pas, qui arrive à trouver le bon fil pour dérouler la pelote de la vérité, qui finit par dominer son sujet, à retourner le suspect, à le confondre en le prenant parfois à son propre jeu. il n’y a pas de faille dans ce personnage, pas de doute non plus. Il relate ses expériences comme un témoin décrirait le crime auquel il vient d’assister. Ce qui au final le rend différent de nous.


Si j’ai aimé la lecture de cet ouvrage, je n’y cependant pas trouvé le blues dont il est question dans le titre. Et cela manque un peu. Pour autant, la quarantaine d'histoire narrées dans celui ci, offrent une reelle oportunité de découvrir la vie pas ordinaire des gens censés veiller sur notre sécurité. Rien que pour cela, ce livre mérite d'attirer votre attention.


Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 19:08

Mons KALLENTOFT

Editions POINTS

 

Traduction Max STADLER et Lucile CLAUSS

 

hiver1Les romans nordiques. Que n’a-t-on pas écrit sur eux! On a crié au géni en découvrant Stieg LARSON et Hanning MANKEL, on s’est rué sur le filon pour en extraire des auteurs comme Camille LACKBERG, Jo NESBO, Lars KEPLER, Leif DAVIDSEN, Gunnar STAALESEN et j’en oublie forcément dans le Who's Who littéraire !

 

Aujourd’hui la tendance, bien française, est à brûler ce que l’on a encensé la veille, à dénigrer une mode que nous avons tous, d’une manière ou d’une autre, contribuée à répandre autour de nous pour en faire le succès que nous lui connaissons. En la matière, dans des articles récents, le « Monde des livres » et « Le canard enchaîné » n’ont pas été les moins incisifs.

 

Porter sur un piédestal tout ce qui est estampillé « nordique », pour mieux le dénigrer aujourd’hui. Comme si on venait enfin de prendre conscience que tout ne relève pas du « chef d’œuvre » dans la production littéraire nord-européenne, et qu’il faille du coup y mettre le feu, comme pour exorciser la naïveté qui nous a conduit à tant d’excès, à gober à grandes cuillérées le made in scandinave, sans se poser la question de la saveur de la tambouille ingurgitée.

 

Soit ! Ces articles ont le mérite de nous interpeller sur nos pratiques de «  consommation hiverlittéraire », d’accord, ils pointent les limites du polar nordique, mais il serait dommage cependant de jeter à leur suite  tous ces romans venus du froids, de les clouer aux piloris du bon goût français au prétexte qu’il n’y aurait finalement rien de bon dans tout ca !

 

Car du bon il y en a ! Si MANKEL et LARSON ne seront jamais remis en cause, tant leurs œuvres ont marqués les lecteurs, à côté ils se trouvent encore des romanciers qui méritent d’être lus, n’en déplaise aux cassandres.

 

C’est sans doute le cas de Mons Kallentoft. Journaliste suédois, il est déjà l’auteur de cinq romans. « Hiver » est le premier d’une série qui se décline au rythme des saisons. On y retrouve ce qui fait le charme des romans nordiques. Une certaine langueur, une histoire qui imprègne peu à peu le lecteur sans qu’il s’en rende vraiment compte. Un paysage qui tient lieu de personnage, et une saison pour  scène de crime. A cela s’ajoute un art consommé pour dresser par petites touches le portrait psychologique de ses personnages, et un talent à maintenir la vérité derrière le voile d’un scénario habilement mis en œuvre.

 

hiver0Quand on retrouve le cadavre congelé d’un homme pendu à la branche d’un arbre, l’inspectrice Malin Fors se voit conforter dans son impression que «  cette journée n’est pas faite pour les vivants ». Nu, lacéré, le corps de la victime, figée dans son dernier souffle, reste en suspension au dessus des vivants, témoin de sa propre déchéance.

 

Très vite ce cadavre est identifié. Il s’agit d’un marginal qui rôdait toujours près d’un terrain de football où il aimait à récupérer et renvoyer les ballons perdus. Pas méchant pour un sous , mais suffisamment « différent » pour devenir le souffre douleur de certains jeunes. Pourtant, ce meurtre a aussi toutes les caractéristiques d’un sacrifice rituel.

 

 Les pistes ne manquent donc pas, d’autant que l’inspectrice va également s’intéresser à une famille,  connue pour sa violence, ses combines et larcins ; un clan constitué de frères, des brutes épaisses, soudés autour de la matriarche qui dirige celui-ci d’une main de fer.

 

Car la neige hivernale recouvre bien des secrets.

 

Divorcée, un peu trop fidèle à la téquila et mère d’une ado qui progressivement s’émancipe Kallentoft.jpgde l’autorité parentale dans les bras d’un garçon mais qui ne manque pas de réflexion pour aider sa mère dans son enquête, Malin Fors aura besoin de toute sa finesse d’esprit et de son opiniâtreté pour faire remonter la vérité à la lumière des hommes. Car dans cette enquête, toutes les pistes sont à explorer, tant elles éclairent sur les revers sombres d’une société aux apparences un peu trop lices.

 

Il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans ce roman. Quelque chose d’inhabituel qui m’empêchait au début de m’installer dans l’histoire. Sans doute parce qu’inconsciemment, dans ce décors d’hiver et cette trame qui se mettait en place, je refusais de laisser une place à un des acteurs du roman.

 

C’est quand enfin j’acceptais finalement que la victime, le mort prenne la parole et s’exprime au long du livre que j’ai pu enfin me laisser aller ans retenue à sa lecture. Original que de faire parler un mort qui reste là, flottant, parlant aux vivants sans que ceux-ci ne l’entendent. Une victime qui accepte son sort mais qui attends. Une délivrance ? une vengeance ?

 

Ce n’est pas là la seule particularité de ce roman. Une femme flic pour héroïne, des personnages qui intériorisent leurs réflexions, autant d’aspects qui donnent au roman son originalité et son épaisseur.

 

Une entrée en matière plutôt reussie pour cet auteur qui vient à la suite de ses nombreux prédécesseurs.

 

A noter que ce roman fait l’objet d’une adaptation cinématographique .

 

A noter que le roman vient de sortir en format poche aux Editions POINTS.

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs suédois
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 07:36

  lapetitesourisLe format poche fait aussi sa rentrée, et n'est pas en reste , avec quelques  bonnes pépites à se mettre sous la dent !

 

 bonne lecture !

 

Editions POINTS

 

habille-pour-tuer.gif

 

" Habillé pour tuer" de Jonathan KELLERMAN le 08/09

 

Après une fête, une jeune femme tombe en panne sur une route déserte et s’évapore dans la nuit.


Seule une petite tache de sang est retrouvée sur le siège du conducteur. Peu après, une retraitée est poignardée devant chez elle. Mobile apparent : aucun. Seul indice : les voitures de luxe noires aperçues par les témoins. Alex Delaware et Milo Sturgis traquent un tueur au visage insaisissable, adepte des déguisements, qui laisse derrière lui des témoins hébétés.

 

hiver1.gif

 

" Hiver" de Mons KALLENTOFT le 08/09

 

Mardi 31 janvier, 7h22 du matin.
Ce mois de février est l'un des plus froids qu'on ait connu en Suède. Ce matin-là, la jeune Malin Fors et ses collègues de la Criminelle découvrent un cadavre, nu et gelé, attaché à une branche d'arbre, une corde autour du cou. Qui est cet homme ? Comment est-il arrivé là ? Petit à petit, Malin et Zeke, son coéquipier, découvrent que Bengt Andersson avait un passé de psychopathe .

 

un-festin-de-hyenes.gif

 

" un festin de hyènes" de Michael STANLEY le 08/09

 

Au Bostwana, des hyènes abandonnent un cadavre près d'un point d'eau.
Dents cassées, mains tranchées… Tout suggère que la victime a été assassinée, mais l'état du corps empêche son identification. L'inspecteur David « Kubu » Bengu, amateur de vin et d'opéra, se lance dans une enquête sanglante, qui l’obligera à se frotter à l’industrie diamantaire dans un pays en proie aux secrets et aux superstitions.

 

le vrai monde


«  Le vrai monde » de Natsuo KIRINO le 29/09

 

Quel adolescent n’a jamais rêvé de tuer sa mère ? Le « Lombric » a osé… avec une batte de base-ball. Ça arrive de péter les plombs, non ? Surtout à Tokyo. Pour quatre lycéennes, c’est même fascinant. En aidant le Lombric à fuir, elles vont découvrir une part insoupçonnée d’elles-mêmes. Et si, dans la réalité, le meurtrier n’était pas toujours le plus pervers ? Bienvenue dans le vrai monde.

 

guide-de-survie-d-un-juge-en-chine.jpg


«  Guide de survie  d’un juge en Chine » de Fréderic LENORMAND le 29/09

 

Le juge Ti vient d’être nommé directeur de la police de Chang-an, capitale des empereurs Tang et ville la plus calme qui soit puisqu’aucun meurtre n’y est enregistré depuis des lustres. Alors qu’il s’apprête à savourer sa réussite, ses supérieurs le lancent à la poursuite du criminel le plus recherché de Chine. Pour réussir là où ont échoué les meilleurs
limiers de l’empire, il ne dispose que d’un manuel de procédures légales et de son exceptionnelle sagacité.

 

countryblues.jpeg

«  country blues » de Claude BATHANY le 29/09

 

La famille Argol et la famille Moullec vivent dans la campagne isolée des monts d’Arrée en Bretagne. Déjà une belle galerie de personnages: il y a Dany, play-boy rivé à ses vaches, Cécile, lesbienne passionnée d’armes, Jean-Bruno, boxeur agoraphobe, et Lucas, marionnettiste schizophrène – ainsi que leur mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. L’arrivée de Flora, une mystérieuse zonarde, vient perturber leur tranquillité. Elle semble en savoir long sur un drame qui a secoué la région il y a vingt ans: le suicide d’Étienne Argol, impliqué dans la disparition de petites filles. Les histoires de familles oubliées resurgissent et révèlent une autre facette des événements. 

 

dernierefrontiere.jpeg

« La dernière frontière » de Patrick ROY le 29/09

 

Dans la Snake Valley, au fin fond de l’Utah, d’étranges phénomènes se produisent. L’ex-agent du FBI Nathan Love enquête sur la disparition d’une famille dans le désert. Puis son propre père, Sam, disparaît à son tour. Près des lieux, un produit jusque là inconnu est retrouvé: l’hydrogène métallique. Nathan Love s’embarque alors sur une piste effrayante, aux prises avec les pouvoirs scientifique, médiatique et militaire.

 

Editions RIVAGES

 

 

Demolitions-en-tous-genres.jpg

 

« Démolitions en tout genre » de Jeremy Behm le 07/09


Un marginal piégé qui refait fâcheusement surface dans l’existence d’un honorable chirurgien pour lui raconter une histoire invraisemblable et lui demander une aide impossible (Kraken Syndrome) ; un couple de riches entrepreneurs confrontés à une version moderne mais atroce de la charité (Entre gens de bon goût) ; l’apprentissage de la survie en milieu hostile pour un père de famille dos au mur (Le Système Dean) et le traitement d’un jeune homme agoraphobe paranoïaque par son médecin et apprenti sorcier de père (Poisson rouge)… quatre histoires qui tournent, chacune à leur manière, autour de l’effondrement d’un système basé sur le profit et la réussite à tout prix, qui baignent dans un humour noir sanglant et jubilatoire.

 

La-malette-de-l-usurier.jpg

«  La mallette de l’usurier » de Piero Colaprico le 07/09


La mallette de l’usurier raconte une histoire typiquement italienne : une escroquerie aux aides sociales où apparaissent des hommes d’affaires véreux soi-disant reconvertis dans l’humanitaire, des députés propriétaires de boites de nuit, des fêtes de la jet-set où coulent le champagne et les filles faciles, des trafiquants de cocaïne et de pilules de Viagra qui ont leurs entrées partout.
Le roman dépeint surtout le profond bouleversement de la société italienne amorcé dans les années 1980-90 et qui préfigurait déjà le sinistre clinquant du règne berlusconien. Dans ce décor, l’inspecteur Bagni, se débat dans les contradictions de la vie italienne d’aujourd’hui : il se veut un flic honnête mais a volé le magot de la fameuse « mallette de l’usurier » qu’il dissimule honteusement dans un coffre de banque, il ferme les yeux sur les travers de ses collègues parfois violents et racistes dans une ville de Milan devenue cosmopolite, et ne sait plus réellement où il en est sur le plan de sa vie amoureuse.

 

 


Edtions FOLIO POLICIER

 

Djemila

 

« Djemila » de Jean François VILAR le 08/09


Djemila a emprunté son nom à une petite ville d’Algérie lorsqu’elle est venue vivre en France auprès de Sinclair, écrivain de renom. Au fil des ans, elle a reconstruit sa vie et essayé d’oublier son enfance. Mais le passé ne se laisse pas si facilement enterrer. Une banale affaire de vol à l’étalage va plonger la jeune Algérienne et son mentor dans une tourmente politique et médiatique qui rouvre de vieilles blessures. Ce qui n’aurait dû n’être qu’un banal fait divers devient une affaire d’État...

 

la main droite du diable

 

«  La main droite du diable »  de Ken BRUEN le 01/09


« Ivrogne. Petite cinquantaine. Récemment libéré de l’asile psychiatrique. Cherche emploi bien rémunéré. » Les choses vont mal pour Jack Taylor. Certes il a arrêté de boire, mais après avoir végété dans un asile psychiatrique, il se retrouve dans les rues d’un Galway qui lui semble inconnu. En quelques mois, tout paraît avoir changé. Jack ne reconnaît plus rien dans cette Irlande en pleine prospérité économique.

Taraudé par le remords après la mort de la petite Serena May, il essaie de remettre un peu d’ordre dans sa vie. Il accepte avec réticence d’enquêter sur la mort d’un prêtre retrouvé décapité dans son confessionnal. Dans un pays dont les valeurs vacillent, alors que les scandales pédophiles secouent l’Église catholique irlandaise, Jack Taylor va devoir faire face à ses pires démons...

 

le-sixieme-commandement.jpg

 « Le sixième commandement » de William MUIR le 08/09


« Vous avez bel et bien voté il y a deux ans au référendum concernant la peine de mort. Vous avez voté en sa faveur et vous saviez que vous pourriez à un moment quelconque être appelé à intervenir au cas où une exécution aurait lieu. »

Jusqu’à ce qu’il soit convoqué au ministère de la Justice, William Riley menait une petite vie tranquille, sans grand intérêt : il s’occupait de sa fille un week-end sur deux, allait au pub avec son meilleur ami, faisait des rencontres d’une nuit... Et soudain, coup de tonnerre : il doit participer à la pendaison d’un meurtrier ! Riley, pour la première fois de sa vie, va devoir affronter les conséquences de ses actes.

 

Dans-la-vallee-de-l-ombre-de-la-mort.jpg 

«  Dans la vallée de l’ombre de la mort » de Kirk MITCHELL le 08/09


En Virginie, sous les ordres du général Sheridan, les batailles entre soldats de l’Union et confédérés s’enchaînent sans répit et les combats font rage. En cet automne 1864, les deux camps se battent avec l’énergie du désespoir à coups de fusils, de sabres ou de baïonnettes. Au milieu des blessés, des amputés et des malades, le colonel Simon Wolfe, responsable du service de santé de l’armée du Nord, découvre qu’un tueur s’attaque aux dunkers, ces baptistes allemands qui refusent de porter une arme. Mais comment espérer obtenir justice pour ces meurtres au milieu du carnage de la guerre de Sécession ?

 

Editions LA TENGO

 

7-de-carreau.jpg

 

" Le 7 de carreau" de Christian ROUX le 28/09

 

Camille travaille comme garde-malade pour un couple, les Amberlant, dont la femme est tétraplégique. Elle lui fait la lecture, allume la télévision, soutient la conversation et va même jusqu’à participer à d’étranges « mises en scène » comme la montée de l’Everest en robe de soirée. Jusqu’au jour où sa patiente semble mettre en scène sa propre mort. Camille en parle alors à son père, un détective privé surnommé le 7 de carreau. Ce dernier lui suggère de dissimuler un micro dans l’appartement. Un enregistrement révèle que le couple envisage un crime parfait : celui de Madame Amberlant elle-même, et Camille semble avoir un rôle à y tenir.

 

 

 

Editions LE LIVRE DE POCHE

 

la-patrouille-de-l-aube.gif


«  La patrouille de l’aube » de Don WINSLOW le 07/09

 

Né en 1953 à New York, Don Winslow a été comédien, metteur en scène, détective privé et guide de safari.
Il est l’auteur de nombreux romans traduits en seize langues, dont plusieurs ont été adaptés à Hollywood. Après avoir vécu dans le Nebraska et à Londres, Don Winslow s’est établi à San Diego, paradis du surf et théâtre de ses derniers romans.

 


«  Bonne nuit mon amour » d’Ingar FRIMANSSON LE 07/09

 

Justine Dalvik, la quarantaine, vit retirée dans la maison de son enfance, au bord du lac Mälar en Suède ; c’est là qu’elle puise la force indispensable pour survivre aux drames de son passé : la mort précoce de sa mère, la haine de sa belle-mère, la perversité de ses camarades de classe.
Et voici qu'une malédiction semble s'abattre sur les membres de son entourage, qui disparaissent dans des circonstances aussi mystérieuses que tragiques : un homme atteint par une fléchette empoisonnée, une femme retrouvée dans une mare de sang... Pourquoi le sort s'acharne-t-il ainsi sur Justine ? Connaîtra-t-elle un jour la paix intérieure, l'amour véritable ? Mais qui est vraiment Justine ?Pas besoin de tueurs en série ou de pervers hyperboliques pour effrayer : les gens ordinaires y suffisent bien.


  

sauver-sa-peau.gif


«  Sauver sa peau » de Lisa GARDNER le 07/09

 

Sally, Cindy, Lucile… Depuis l’enfance, Annabelle Granger s’est habituée à devoir changer brusquement de prénom, de nom, de maison, de ville, d’histoire… Sans que ses parents lui donnent la moindre explication.
Trente ans plus tard, la découverte, dans une chambre souterraine de l’ancien hôpital psychiatrique de Boston, des cadavres de six fillettes fait la une des journaux. L’une d’elles porte un médaillon au nom d’Annabelle Granger. L’heure n’est plus à la fuite et Annabelle décide de sortir enfin de l’ombre. Mais le tueur est toujours aux aguets. Il l’attend. Depuis vingt-cinq ans. Le début surprenant d’un suspense qui ne l’est pas moins…Un climat de menace grandissante particulièrement impressionnant.
Un suspense que l’on n’a pas envie de lire seul dans un endroit mal éclairé. The Guardian.

 


 

ni-chair-ni-sang.gif


«  ni chai ni sang » de Ruth RANDELL le 01/09

 

En cherchant des truffes avec son chien, un homme tombe sur des restes humains ensevelis.
L’autopsie révèle qu’il s’agit d’un homme mort depuis une dizaine d’années, mais rien ne permet de déterminer son identité ou la cause de son décès. L’inspecteur Wexford et son équipe sont confrontés à un défi de taille quand ils découvrent la liste impressionnante des personnes disparues durant cette période. Leur tâche se complique lorsqu’un second corps est retrouvé sur le même site. Pour savoir si les deux affaires sont liées, Wexford doit explorer le passé d’une petite communauté fermée, où chacun garde jalousement ses secrets et où les gens disparaissent sans laisser de traces, ni chair ni sang

 

l-enfant-perdu.gif


«  L’enfant perdu » de John HART le 01/09

 

Un soir, alors qu'elle rentre chez elle, la jeune Alyssa Merrimon disparaît.
Un an après, Johnny, son frère jumeau, fouille toujours leur petite ville de Caroline du Nord, rue par rue, s'introduisant chez des hommes soupçonnés de comportements déviants, au risque de se faire prendre. Clyde Hunt, le policier chargé de l'affaire, le surveille discrètement, tout comme sa mère qui reste inconsolable. Mais la disparition d'une deuxième fillette, suivie de plusieurs découvertes macabres, vont ébranler la petite communauté et menacer Johnny…Il a une manière très particulière de brosser le portrait d’une enfance dévastée, entre violence et enchantement.
[…] Diabolique, s’il fallait l’ajouter.

 

un-employe-modele.gif


«  un employé modèle » de Paul CLEAVE le 01/09

 

Christchurch, Nouvelle-Zélande.
Célibataire, aux petits soins pour sa mère, Joe Middleton travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d'être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer accusé d'avoir tué sept femmes dans des conditions atroces. Pourtant, même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu'une de ces femmes n'a pas été tuée par le Boucher de Christchurch.
Il en est même certain, pour la simple raison qu'il est le Boucher de Christchurch. Contrarié, Joe décide de démasquer le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la responsabilité des autres meurtres… Variation sublime sur le thème du tueur en série, ce roman d'une originalité confondante, au-delà des clichés du genre, révèle un nouvel auteur, dont on n'a pas fini d'entendre parler.


 

" Sous la robe de Margaux" de Noël Balen le 07/09

 

L’été s’annonce difficile, la canicule est meurtrière, les vignobles sont en souffrance, les humeurs s’échauffent et les passions s’exacerbent.
Lorsque Margaux, fille de l’œnologue Benjamin Cooker, débarque sur les terres de son enfance pour y passer ses vacances, personne ne peut se douter qu’elle va au-devant d’un grand danger. Entre la douceur du bassin d’Arcachon, les nuits résineuses du Cap Ferret, la torpeur engourdie de Bordeaux et les paysages brûlés du Médoc, Cooker est contraint de mener une enquête qui le touche au plus près. Les vins de Margaux, tendres et délicats, cachent parfois des secrets sous leur robe élégante.

 

Editions POCKET

 

La-tour-noire.jpg

 

“ La tour noire” de Louis BAYARD le 01/09

 

1818. La France, de nouveau, porte la couronne. Mais dans les rues de Paris, trente ans de chaos ont laissés des traces - et c'est un ancien forçat, habitué des bas-fonds, qui dirige la Sûreté : François Vidocq. Un as de l'investigation auquel le jeune Hector Carpentier, docteur en médecine, emboîte vite le pas : il faut dire qu'il en va de sa vie, mais également de l'avenir des Bourbons, dont l'un des membres, disparu en 1795, pourrait bien revenir d'entre les morts...

 

 

La-compagnie-des-menteurs.jpg


«  La compagnie des menteurs » de Karen Maitland le 01/09

 

1348. La peste s’abat sur l’Angleterre. Rites païens, sacrifices rituels et religieux : tous les moyens sont bons pour tenter de conjurer le sort. Dans le pays en proie à la panique et à l’anarchie, un petit groupe de neuf personnes réunies par le plus grand des hasard essaie de gagner le Nord, afin d’échapper à la contagion. Bientôt, l’un d’eux est retrouvé pendu…



 

L-heritage-du-sang.jpg

 

" L'héritage du sang" de Kitty SEWELL le 01/09

 

Psychothérapeute, Madeleine connaît bien les blessures que l'amour peut infliger. Des blessures que Rachel Locklear, sa nouvelle patiente connaît, elle, trop bien. Pour son fils, elle se sent prête à tirer un trait sur sa relation pathologique avec Anton. Au fur et à mesure des séances, et alors que les souvenirs des deux femmes semblent étrangement se faire écho, Rosario, la mère de Madeleine, prêtresse Santeria, lui prédit un grand danger si elle ne s'éloigne pas de Rachel. Madeleine va alors découvrir qu'on ne peut faire taire l'héritage du sang...

 

La-malediction-des-templiers.jpg

«  La malédiction des templiers » de Raymond Khoury le 01/09

 

Constantinople, 1203. Tandis que les croisés s’apprêtent à assiéger la ville, un groupe de Templiers s’infiltre dans la bibliothèque impériale afin d’y dérober des documents secrets qui ne doivent en aucun cas arriver entre les mains pontificales. Ils ne vivront pas assez longtemps pour les découvrir.

Le Vatican, de nos jours. Sean Reilly, agent du FBI, a le privilège de pouvoir consulter les archives de l’Inquisition, auxquelles seule la garde rapprochée du pape a accès. Et il ne va pas tarder à trahir la confiance du Saint-Siège. En effet, la femme qu’il aime a été enlevée par un terroriste, et la clé de sa liberté se trouve dans l’un des documents archivés : le Fondo Templari, une histoire secrète des Templiers…

 

box 21


« box 21 » de ROSLUND et Hellström

 

Lorsque Lydia est admise en urgence à l’hôpital Söder de Stockholm, les médecins découvrent que ses blessures sont dues à des coups de fouet. Contrainte de se prostituer, la jeune Lituanienne a été punie par son souteneur pour avoir tenté de se révolter. Malgré sa souffrance, elle n’a qu’une idée en tête : se venger de l’homme qui l’a réduite en esclavage.

Dans le même hôpital, le commissaire Ewert Grens est sur la piste d’un parrain de la mafia locale, qu’il souhaite confondre pour des raisons très personnelles.

Les chemins de Lydia et de Grens ne vont pas tarder à se croiser…



 

 

le-musee-perdu.jpg

 

" Le musée perdu" de Steeve BERRY

 

Surnommée « la huitième merveille du monde », la Chambre d’ambre, dérobée par l’armée nazie lors de l’invasion de Leningrad, se volatilise en 1945. L’un des plus grands mystères du monde de l’art : malgré toutes les recherches entreprises, elle n’a jamais été retrouvée…

Aujourd’hui, à Atlanta. Le père de Rachel Cutler, un rescapé de Mauthausen d’origine russe, vient de mourir dans d’étranges circonstances. Il laisse derrière lui les clés d’un secret qui l’a hanté toute sa vie. Commence alors pour Rachel une quête à la fois historique, érudite et périlleuse qui va la conduire aux portes de la Chambre d’ambre…

 

au-bout-de-la-nuit.jpg

 

" Au bout de la nuit " de Tess GERRITSEN

 

Institut médico-légal de Boston, 20h. Le docteur Maura Isles finit sa journée de travail en tapant le rapport de sa dernière autopsie. Elle doit retourner à la chambre froide vérifier un détail. Dans le silence de la morgue, il lui semble entendre un bruit. Puis son champ de vision détecte un mouvement. Ouvrant une à une les housses mortuaires, elle se retrouve face au cadavre d’une jeune noyée. Qui ouvre brusquement les yeux…

 

jusqu-a-ce-que-la-mort-nous-unisse.jpg

 

" Jusqu'à ce que la mort nous unisse" de Karine GIEBEL le 01/09

 

La montagne ne pardonne pas. Vincent Lapaz, guide solitaire et blessé par la vie, l’apprend aujourd’hui à ses dépens : la mort vient de frapper, foudroyant un être cher. Simple accident ? Vincent n’en croit rien : la victime connaissait le parcours comme sa poche. C’est un meurtre. Avec l’aide d’une jeune gendarme, Vincent mène l’enquête, de crevasses en chausse-trappes, déterrant un à un les secrets qui hantent cette vallée. Et Lapaz non plus n’est pas du genre à pardonner…

 

premonitions.jpg

 

" Prémonitions de David Hepburn le 08/09

 

Dans le secret de son laboratoire, Victoria Steinberg a découvert le moyen de prolonger la vie de façon spectaculaire. Ce qu’elle s’apprête à révéler durant l’émission de Leyla Brady pourrait donc changer le destin de l’humanité. Mais le « Protocole Genesis » entraverait bien trop d’intérêts et les Maîtres de l’ombre veillent…
Des machinations diaboliques aux engrenages subtils sont alors déployées : Victoria ne le sait pas encore, mais ils ont décidé de lui ouvrir les portes de l’enfer. 

 

Editions DU MASQUE ( poche) 

 

 

La-malediction-des-pharaons.JPG

 

«  La malédiction des Pharaons » de Violaine Vanoyeke le 07/09

 

Il y a bien longtemps, une femme a tenté de tuer le pharaon Pépi Ier ainsi que sa propre sœur. Ce sacrilège a déclenché la colère des dieux et a donné naissance à une terrible malédiction qui pèse depuis sur la famille royale… Plusieurs siècles plus tard, cette malédiction semble sur le point de se réaliser et le pharaon Ptolémée Philadelphe pourrait bien en être la victime. 
Alexandros, qui sait désormais qu’il est le fils du pharaon, réussira-t-il à sauver son père et à découvrir le secret qui lui permettrait de briser l’effroyable prophétie ? Il va plonger dans les méandres de l'époque alexandrine du IIIe siècle, celle de la VIe dynastie égyptienne pendant le règne de la mystérieuse reine Nitocris. Ce que l’on appelle l'époque des grandes pyramides. Cette quête aux sources de ses origines lui révélera sans doute aussi les clefs de son avenir…

 

les ferrets de la reine

 

" Les ferrets de la reine" de Jean d'AILLON le 07/09

 

1624.
Tandis que se négocient âprement les conditions du mariage entre le prince de Galles et la sœur du roi Louis XIII, le jeune Louis Fronsac, âgé de douze ans, entre en sixième au collège jésuite de Clermont. Louis va se lier d'amitié avec un enfant noble et découvrir une redoutable conspiration ourdie au sein même du collège. Cet ami est un jeune orphelin, pensionnaire comme lui, nommé Gaston de Tilly.
Conduit par des jésuites hostiles à l'alliance anglaise, le complot vise à détruire la confiance entre la France et l'Angleterre, au risque de blesser Anne d'Autriche. Entre tavernes louches, pièces secrètes du collège et repaires de bandits, les deux collégiens mènent leur première enquête, cherchant par tous les moyens à prévenir la reine des dangers qui la guettent.

 

 

Editions ARCHIPOCHE

 

vadim.jpg


«  Vadim » de Donald JAMES le 06/09


2020. Lassé par la corruption qui gangrène les différents services de la police, Constantin Vadim décide de démissionner de son poste d’inspecteur pour prendre en main la destinée du club de foot local, le Dynamo de Mourmansk. Alors que la Russie connaît une épidémie foudroyante de tuberculose, Vadim est envoyé aux États-Unis par le président de son club afin d’y recruter de nouveaux joueurs.

Sur place, il fait la connaissance de Ben Rushton, candidat à la Maison-Blanche dont la femme vient d’être enlevée, et qui s’est engagé, s’il est élu, à aider financièrement la Russie à sortir de la crise. Mais cette manne qui aiguise les convoitises rend le terrain miné. Et tous les coups sont permis.

 

 

second-suspect.jpg

 

 

«  Le second suspect » De Heather LEWIS le 06/09

 

Un couple élégant quitte un luxueux hôtel de Manhattan en pleine après-midi. Elle porte un attaché-case, lui un pesant sac de golf. À l’intérieur : le corps d’une prostituée qu’ils viennent d’assassiner au cours de leurs ébats...

Lorsque des policiers en civil surgissent, le film s’accélère : en quelques minutes, Gabriel Santerre, l’un des avocats les plus réputés de New York, et son épouse Ingrid, se retrouvent menottes au poignet. Sexe, corruption, luttes d’influence : l’enquête qui sera menée mettra au jour l’envers d’un monde en apparence si respectable...

 

Editions 10/18

 

Mr-Peanut.jpg


«  Le mariage était presque parfait » d’Adam ROSS le 01/09 

 

David Pepin a toujours aimé sa femme, Alice. Pourtant, parfois, il rêve de sa mort. Mais peut-on être coupable des rêves que l'on fait ? Le problème, c'est qu'Alice est morte. Réellement. Pour les deux policiers en charge de l'enquête, David apparaît aussi suspect qu'il est désemparé. Mesurant sa culpabilité à l'aune de leur propre histoire conjugale, il leur devient clair que son rôle ne se limite pas à celui du mari inconsolable... Adam Ross livre un premier roman, hypnotique et intense en disséquant à travers la genèse de ces trois mariages, la réalité effroyable et tragique de la vie à deux.


Domaine policier

 

Le-seigneur-de-la-mort.jpg 

«  Le seigneur de la mort » d’ Eliot PATTISON le 15/09

 

Reclus sur les pentes de l'Himalaya, Shan, le Chinois renégat, purge son passé d'inspecteur. Mais bientôt le silence tibétain se fissure : un carambolage, des moines en fuite, la mort d'une ministre et un cadavre disparu... Alors que le gouvernement chinois organise une vague de répression, Shan s'immisce dans cette affaire aux douloureux relents de Révolution culturelle.

 


Freres-de-sang.jpg

«  Frères de sang »de Richard PRICE le 15/09

 

Dans la famille De Coco, la violence est partout, prête à exploser : brutalité, sexe, alcool. Stony, le fils parfait, rêve d'une vie plus large que celle à laquelle la tradition familiale le destine. Mais pourra t-il échapper à ses origines ? Véritable tragédie de l'ordinaire, Richard Price brosse un tableau sans concession du passage à l'âge adulte.

 

Domaine Grands Détectives

 

Les-souliers-bruns-du-quai-voltaire.jpg


«  Les souliers bruns du quai voltaire »  de Claude IZNER le 01/09

 

Paris divisé gronde et se passionne pour le procès du siècle : l’affaire Dreyfus. Tandis que Zola rédige son célèbre J’accuse, Victor Legris et Joseph Pignot se trouvent mêlés malgré eux à une série de meurtres qui frappent bouquinistes et habitués du quai Voltaire. Dans cette ambiance délétère, les deux hommes tentent d'assembler les pièces éparses d’un bien étrange puzzle.

 


Petite-musique-de-la-mort.jpg

« Petite musique de la mort » deFrank TALLIS le 15/09

 

Assassinée, la cantatrice Ida Rosenkrantz n'a pas fini de taire ses secrets. Les pistes sont minces et la liste vertigineuse de ses amants multiplie les suspects. Pour pénétrer le caractère complexe et instable de la victime, Max Liebermann devra pousser plus loin que jamais son raisonnement. Mais il est difficile de faire parler les morts quand les vivants s'en mêlent...

 

Les-huit-emeraudes.jpg

« Les huit émeraudes » de Patricia WENTWORTH le 01/09

 

Se réveiller au lendemain d’un naufrage pour apprendre que l’on est amnésique avec un passé de violeur et d’assassin, marié de surcroît à une femme terrifiante. Voilà la terrible histoire de Jim Riddell. Mais est-il vraiment Mr Riddell ? Une chose est sûre : des émeraudes ont disparu, leur propriétaire est entre la vie et la mort et Jim doit retrouver la mémoire au plus vite !

 

Editions BALEINE


 

lache déraison

 

" Le Poulpe : Lâches déraisons" de Nick GARDEL

 

Il suffit que l'hiver pointe son nez pour que Paris se transforme en patinoire géante et que les urgences se remplissent de fractures du col du fémur ou de tout ce qui est susceptible de se rompre en cas de chute.


C'est ainsi que, pour dépanner un pote immobilisé par un plâtre, et dont le frère vient de mourir, Gabriel Lecouvreur prend la route de Colmar pour aller chercher quelques vieux souvenirs dans la maison familiale : deux ou trois albums photos et le nécessaire de couture du père maroquinier.

 

Mais est-ce bien tout ce que l'ami Alsacien souhaite que Gabriel découvre ? Car qui peut envoyer un Poulpe effectuer ce genre de mission - le défunt frère, ancien militaire, est passé de vie à trépas en se perforant le front avec une cloueuse pneumatique - sans se douter qu'il ne grattera pas, au moins un peu, derrière la superficielle couche des apparences...

 


 

Editions JAI LU

 

 

«  Les vents mauvais » de Michaël MARSHALL le 07/09

 


« Blackrun » d’Alex BARCLAY le 07/09


Editions ACTES SUD

 

 

collection Babel Noir

 

nager-sans-se-mouiller.jpg

 

«  Nager sans se mouiller » de Carls SALEM

 

Sur le point de partir en vacances avec ses enfants, un tueur à gages se voit confier un contrat. On lui donne une adresse et le numéro d'immatriculation d'une voiture. Mais voilà : l'adresse correspond à un camp de nudistes, et la voiture est celle de son ex-femme. Un roman noir délirant, burlesque et poétique.

 

la-princesse-du-burundi.jpg

 

«  La princesse du Burundi » de KJELL ERIKSSON

 

Un ancien fauteur de trouble et aquariophile invétéré est retrouvé sauvagement assassiné, gisant dans la neige. Son frère, accablé de tristesse et prêt à tout, se lance aux trousses de l’assassin. Malgré ses nouvelles responsabilités de jeune maman, la commissaire Ann Lindell ne peut s’empêcher de reprendre du service

Repost 0
Published by La petite souris - dans A paraître....
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 13:21

lapetitesourisCa y est nous y sommes !! C'est la rentrée litteraire ! Et pour l'occasion les maisons d'éditions nous gâtent avec un grand nombre de publications dont certaines attendues avec impatience par les amateurs du genre.

 

Certains romans seront chroniqués sur PASSION POLAR

 

De quoi satisfaire tous les goûts ! Alors faites votre choix, et bonne lecture ! N'hésitez pas à laisser en commentaire vos choix, coups de coeur, conseils de lecture...

 

( le billet consacré aux nouveautés en format poche et semi-poche sera en ligne ce week end)

 

 

 

Editions JC LATTES

 

l'arbre empoisonné

 

«  L’arbre empoisonné » d’ Erin KELLY le 14/09


Au cours de l’été étouffant de 1997, Karen, étudiante brillante et studieuse, rencontre Biba, fascinante orpheline qui mène une existence bohème dans un hôtel particulier délabré de Highgate, en compagnie de Rex, son frère énigmatique. Aussitôt, elle se laisse entraîner dans leur univers. Toutefois, des événements terribles se préparent, dont l’issue va se révéler fatale…

A la fin de cet été là, il y aura deux morts.

 

cornes

«  Corne » de Joe HILL le 21/09


Au début, Ig croit que les cornes sont une hallucination, celle d’un esprit malade, rongé par la colère et le chagrin. Cela fait un an que Merrin Williams, sa bien-aimée, a été violée et tuée dans des circonstances inexplicables. Depuis, reclus dans sa solitude, il vit un enfer, et il a plus de raisons qu’il n’en faut pour sombrer dans la dépression. Pourtant les cornes sont on ne peut plus réelles.

Jadis, Ig le vertueux faisait partie des privilégiés : né dans une famille riche, second fils d’un musicien renommé et frère cadet d’une star montante de la télé, il avait la sécurité, l’aisance, une place reconnue au sein de sa communauté. Ig avait tout pour être heureux, plus encore il avait Merrin et un amour réciproque, auréolé de magie, fondé sur les mêmes rêves. Mais la mort de Merrin a tout détruit. Seul véritable suspect, Ig n’a pourtant jamais été accusé ni jugé. Et donc jamais innocenté. Pour le tribunal que constitue l’opinion publique de Gideon, sa ville natale du New Hampshire, Ig aura beau dire ou faire, il est et restera toujours coupable, car ses parents riches et influents ont exercé des pressions pour faire boucler l’enquête. Il est abandonné de tous, Dieu y compris. De tous, sauf de son démon intérieur…

Et voilà qu’Ig se retrouve soudain doué d’un nouveau pouvoir, assorti à son nouvel aspect et tout aussi terrible, un macabre talent qu’il compte bien utiliser pour retrouver le monstre qui a tué Merrin et détruit sa vie. Être bon, prier… tout ça ne l’a mené nulle part. Il est temps de prendre sa revanche… Il est temps de donner sa part au diable…

 

Editions DU MASQUE


  portes-ouvertes1.jpg

 

« Portes ouvertes » de Ian RANKINS le 07/09

 

Trois compères décident de voler des tableaux à l’occasion de la journée « Portes ouvertes » de la National Gallery d’Edimbourg. Mike, 37 ans, a fait fortune en créant des logiciels informatiques. Il s’ennuie ferme, et est fasciné par Calloway, un ancien camarade d’école qui est devenu un gangster renommé. Robert Gissing, directeur de l’Institut d’Art, va bientôt prendre sa retraite et a envie d’un cadeau de départ plus substantiel qu’une montre en or. Et Allan, le banquier, rêve d’accrocher deux œuvres bien précises chez lui. Seulement, monter un casse requiert des compétences, pas seulement de la matière grise. Et des relations dans le milieu. Tout se complique très vite, surtout lorsqu’il faut louer les services d’un étudiant pour réaliser des faux… L’engrenage se révèle infernal, mais le trio a de la ressource.

 


ladisparitiondesabeilles.JPG 

«  La disparition soudaine des ouvrieres » de Serge Quadruppani  le 07/09

 

En vacances avec son mari dans une sublime vallée italienne, la tranquillité de la commissaire Simona Tavianello sera de courte durée. Une série de meurtres inexpliqués va bientôt bouleverser la région et Simona ne résistera pas longtemps à se mêler de l’enquête. D’où viennent ces tracts signés « La révolution des abeilles » ? Pourquoi s’en prendre à un apiculteur a l’air inoffensif ? Que cachent les activités de la multinationale d’agro-alimentaire Sacropiano et quelles expériences peuvent bien être menées dans ses laboratoires ? Entre militants écologistes radicaux et industriels puissants qui s’allient aisément les représentants de l’ordre, la commissaire Tavianello aura toutes les peines du monde à garder la tête froide et à ne pas se laisser embarquer dans une nouvelle théorie du complot. Heureusement Marco, son mari, commissaire et tout jeune retraité, veille…


 

 

Editions SONATINE

 

Adieu.jpg

 

« Adieu » de Jacques EXPERT le 29/09


2001, Chatenay Malabry. Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi une victime ou bien le coupable ? Les recherches s’organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c’est au tour d’une seconde famille, tout aussi ordinaire, d’être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père reste introuvable. Presse, politique, police, les avis sont unanimes, un tueur en série est à l’œuvre. Seul Langelier s’entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu’il soupçonne d’être à l’origine des massacres. Devant son obstination, et son manque de résultat, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci est obligé de lui retirer l’affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s’efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l’obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard avec la révélation hallucinante d’une incroyable réalité. Comme dans ses précédents romans, Jacques Expert, met en scène avec maestria le quotidien de personnages en apparence ordinaires, mais dont la face cachée révèle d’insoupçonnables noirceurs.


 

Avec le diable

«  Avec le diable » de James KEENE et Hellel LEVIN le 08/09


1990 : James Keene, fils d’une famille influente de Chicago, vient d’être jugé pour trafic de drogue et condamné à dix ans de prison. Désespéré, il reçoit dans sa cellule une visite inattendue, celle de l’assistant du procureur à l’origine de sa détention. Conquis par l’intelligence et l’habileté de James, celui-ci vient lui proposer un incroyable deal : sa peine sera annulée s’il aide le FBI à piéger un serial killer, Larry Hall. Suspecté d’une vingtaine d’assassinats, Hall a été inculpé pour un seul d’entre eux lors d’un procès qui risque d’être bientôt révisé en appel, faute d’éléments suffisants. Keene devra amener le tueur à se confesser, et réunir assez de preuves contre lui pour le faire tomber définitivement. Tâche ardue, qui ne peut être confiée à un agent du FBI du fait du flair légendaire de Hall. Après quelques hésitations, Keene accepte de relever le défi. Il est alors transféré à Springfield, dans l’unité psychiatrique de la prison de haute sécurité dévolue aux criminels les plus dangereux, où Hall est détenu. Seuls le directeur et le psychiatre en chef sont au courant de sa mission. Là, au milieu des psychopathes, il va devoir gagner la confiance du plus redoutable d’entre eux pour lui faire avouer où il a caché les corps de ses victimes.

 

Jean-Pierre-Melville.jpg


«  Jean Pierre Melville, l’homme au stetson » le 29/09


Été comme hiver, Jean-Pierre Melville arborait invariablement un Stetson et des Ray-Ban. Le cinéaste du Samouraï et du Cercle rouge n’a jamais cessé d’entretenir sa légende.

Mais qui était vraiment ce styliste hors pair dont les treize longs-métrages continuent d’influencer des cinéastes aussi divers que Quentin Tarantino ou John Woo ? Un visionnaire qui a préfiguré la nouvelle vague en s’affranchissant des règles traditionnelles et en créant ses propres studios ? Un réalisateur tellement maniaque qu’il n’hésitait pas à se brouiller avec ses stars ? Un homme à jamais marqué par son passage dans la Résistance ?

À travers une enquête qui l’a conduit à rencontrer une quarantaine de proches et à découvrir des documents jusque-là classés « Confidentiel » dans les archives de la France combattante, Bertrand Tessier reconstitue le parcours d’un homme aussi complexe que génial tout en faisant revivre une époque : celle du grand polar à la française.

 

Editions ALBIN MICHEL

 

DERNIERSADIEUX.jpg

 

«  Derniers adieux » de Lisa Gardner le 01/09

 

À Atlanta, des prostituées enceintes disparaissent sans laisser de trace. La seule à s’en soucier : l’agent du FBI Kimberly Quincy. Mais enquête-t-elle sur des meurtres imaginaires ou sur des crimes parfaits ?

 

Sans le savoir, la jeune femme s’enfonce dans le piège tendu par un tueur qui s’amuse à rendre bien réel le cauchemar qui hante la plupart des femmes. Comme pour sa mère et sa soeur, victimes autrefois d’un tueur en série, le temps des derniers adieux est peut-être arrivé pour Kimberly…

 

PASSAGER.jpg

 

«  le passager » de Jean Christophe GRANGE le 01/09

 

Je suis l’ombre.

Je suis la proie.

Je suis le tueur.

Je suis la cible.

Pour m’en sortir, une seule option : fuir l’autre.

Mais si l’autre est moi-même ?...

 

Editions PRESSES DE LA CITE


  derniere-partie.jpg

 

«  Dernière piste» de Taylor STEVENS le 15/09

 

Emily Burbank. jeune américaine idéaliste partie explorer l'Afrique, n'a pas donné signe de vie depuis quatre ans. Une seule personne peut la retrouver : Vanessa Munroe.

Cette spécialiste du renseignement sillonne le globe afin de récolter des informations pour ses clients, principalement des entreprises prêtes à payer le prix de son expertise. Intuitive et capable de s'adapter à toutes les situations, elle n'en demeure pas moins une femme meurtrie. Elevée en Afrique par des parents missionnaires, Numroe a fugué lorsqu'elle était adolescente pour suivre une bande de trafiquants d'armes. Mais un drame l'a forcée à fuir et à ne jamais regarder en arrière.

Lorsque Richard Burbank, un riche entrepreneur texan lui demande de retrouver sa fille adoptive disparue en Afrique, Munroe voit là l'occasion d'affronter enfin les vieux démons qu'elle a laissés en quittant ce continent.

 

L-Honneur-d-Edward-Finnigan.JPG


« L’honneur d’Edward Finnigan » le 15/09

 

Accusé à 17 ans du meurtre d'une jeune fille, John Meyer attend son exécution dans une prison de l'Utah. Edward Finnigan, le père de la victime, attend la mort de Meyer avec impatience. Mais ce dernier rmeurt d'une crise cardiaque dans sa cellule. De l'autre côté de l'Atlantique, John Schwarz passe un homme à tabac. Une enquête mené sur Schwarz le relie à une certaine prison de l'Utah...

 

 

Editions L'ARCHIPEL

 

 

  PrivateLA.jpg

« Private Los Angeles » de James PATTERSON le 6/09


Ancien Marine, Jack Morgan a hérité de son père « Private », une agence de détectives privés ayant des bureaux sur tous les continents, et 15 millions de dollars. Le type d’agence à laquelle vous confiez vos intérêts lorsque vous avez besoin d’une protection renforcée et d’un maximum de discrétion. Les gens les plus influents de la planète sollicitent Jack pour résoudre des problèmes parfois quasi insolubles.

Jack, qui a su développer son agence, jouit d’une réputation solide auprès des stars et des hommes politiques. Mais il fait les frais des erreurs de son père et de son jumeau, qui a contracté des dettes auprès du mafieux Ray Noccia. Lorsque Jack apprend que Shelby, la femme de son meilleur ami, a été abattue, il mène l’enquête et ne tarde pas à découvrir la double vie de cette dernière...

 

sequestree.jpg

 

«  Sequestrée » de Chevy STEVENS le 13/09

 

Annie O’Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l’île de Vancouver. Par un dimanche ensoleillé d’août, alors qu’elle fait visiter une maison à un potentiel acquéreur, ce dernier lui plante le canon d’un revolver dans le dos et l’oblige à monter dans sa camionnette...

Quand Annie se réveille, elle est prisonnière dans une cabane isolée en pleine forêt. C’est le début d’un enfer qui durera plus d’un an : douze mois où le Monstre – comme Annie le surnomme – fera d’elle sa chose...

 

Editions 13e NOTE

 

perv--une-histoire-d-amour.jpg

 

" Perv, une histoire d'amour" de Jerry STAHL

 

1970, Pennsylvanie, un an après Woodstock. Bobby Stark, 16 ans, perd sa virginité avec la fille d’un coiffeur et l’aide de deux garçons plus âgés. Ivre, et pas seulement de rage, le père de la belle le surprend et le tatoue de force. Bobby retourne alors vivre à Pittsburgh chez sa mère alcoolique. Expulsé du lycée, il retrouve son amour d’enfance, Michelle, recrutée par les Hare Krishna, et part en stop avec elle pour San Francisco. Le voyage ne sera pas de tout repos – et l’humour noir, sarcastique, va basculer dans la violence et l’horreur. Jeunes gens, bienvenue dans le monde des adultes – Jerry Stahl sera votre maître des cérémonies ce soir.


 

Editions PHOEBUS

 

sur-l-autre-rive-du-jourdain.gif

 

" Sur l'autre rive du Jourdain" de Monte SCHULZ le 01/09

 

1929, à la veille du fameux crack boursier.


Une Dodge roule en pleine campagne, sur une route poussiéreuse du Middlewest. Au volant, Chester Burke, gangster et psychopathe. Sur le siège arrière se tient coi un fils de fermier, Alvin Pendergast, rongé par la tuberculose, sentimental, ironique et désespéré, au côté de Rascal, un nain qui ne cesse de raconter des histoires abracadabrantes. Braquages de banques et meurtres atroces se succèdent à travers l’Illinois, le Mississipi, le Kansas et le Nebraska, jusqu’à ce que les trois compères échouent à Icaria, Missouri.


Là, ils se lieront avec les artistes d’un cirque. Rascal tombera amoureux, Alvin jouera à cache-cache avec la maladie et paiera cher une soirée verte d’absinthe. Livre lyrique, noir comme l’enfer et infiniment drôle, Sur l’autre rive du Jourdain dresse le portrait d’une Amérique au bord du gouffre. Avec ses trois personnages en quête d’identité, Monte Schulz pose le regard le plus lucide qui soit sur le monde d’hier, mais aussi d’aujourd’hui et sans doute de demain.

 

Editions BUCHET CHASTEL

 

father.gif

 

 " Father" de Vito BRUSCHINI le 15/09

 

Dès 1920, au coeur des terres splendides mais dures de la Sicile, entre les domaines des riches propriétaires terriens et la misère des paysans qui servent les intérêts des puissants, un homme respecté, mais hanté par un secret, comprend que les temps sont en train de changer. C’est le prince Ferdinando Licata, surnommé U Patri
(le Père) en sicilien.
Contre les idées nouvelles du fascisme qui plongent progressivement toute l’Italie dans l’obscurité, le prince, propose, au nom de la tradition, de protéger ceux qui n’ont que leurs bras pour richesse. La première famille organisée de la mafia est née…

Pour Licata, bandit et gentilhomme, l’Amérique apparaît bientôt comme un refuge de liberté et d’enrichissement. A Manhattan et dans le Bronx, où le jazz tente de faire oublier –en vain– les préparatifs de la guerre contre l’Allemagne nazie, le prince découvre la puissance d’une société secrète capable de contrôler toute activité criminelle à l’intérieur comme à l’extérieur des Etats- Unis : Cosa Nostra dicte même les lois aux politiciens.


U Patri y devient le Father, le parrain des parrains.

 

Father est le roman d’un homme certes fictif mais inoubliable ausein de l’organisation criminelle la plus puissante du monde. Et une enivrante épopée de sang, de mort et d’amour au dénouement théâtral, foisonnante de personnages inventés et historiques comme Lucky Luciano. La reconstitution enfin d’une page d’histoire méconnue à propos du rôle surprenant de Cosa Nostra dans le débarquement des Alliés en Sicile…


 

 

Editions FIRST

 

l-evangile-selon-francy.jpg

« L’évangile selon Francy » d’Amanda LIND le 15/09


À trente-cinq ans, mère de deux enfants et accro au travail, Francy a parfois du mal à combiner vie privée et vie professionnelle. Comme beaucoup de femmes. À cette différence que Francy est la reine de la mafia de Stockholm. Ses deux commandements : tenir d’une main de fer l’empire illégal familial tout en offrant une vie normale à sa progéniture. Pour l’aider dans cette tâche, elle peut compter sur ses disciples : la Petite Marie, son bras droit, une prostituée toxico repentie en mal de  paternité ; Jim et Louise, les jumeaux nettoyeurs ; Johansson, un flic ripou ; Kim, transsexuel  spécialisé dans les armes de guerre ; Lisa, passionnée de bombes et d’autres substances explosives ainsi que trois jeunes gardes du corps bodybuildés.

Mais quand un ennemi anonyme ose s’attaquer à ses positions et s’en prendre aux siens, Francy doit à tout prix découvrir le Judas qui l’a trahie dans son propre camp. Le début d’une guerre sans merci, qui lui réserve de terribles surprises…

 

Editions ACTES SUD

 

Collection Actes Noirs

 

 

Fletrissure.jpg

«  Flétrissure » de Nele NEHAUS


Samuel Goldberg, un vieil homme respecté et influent, est assassiné dans sa riche demeure francfortoise. Fait troublant : l’autopsie révèle que Goldberg, un rescapé de la Shoah, présentait sur le bras des traces du “Blutgruppentätowierung”, le tatouage que portaient les membres de la Waffen SS de leur propre groupe sanguin… Bientôt les meurtres se succèdent.

Chargés de l’enquête, le très distingué commissaire Oliver von Bodenstein et la très prosaïque Pia Kirchhoff comprennent que les victimes partageaient un terrible secret, et ne tardent pas à concentrer leurs soupçons sur une famille très respectée de la haute société francfortoise. Grâce aux relations familiales du commissaire von Bodenstein et à la ténacité toute plébéienne de Pia Kirchhoff , le lecteur pénètre peu à peu dans le monde très fermé de la grande bourgeoisie allemande, qui sait si bien garder ses terribles secrets derrière les grilles de ses magnifiques propriétés.

 

je-reste-roi-d-Espagne.jpg

«  Je reste roi d’Espagne » de Carlos SALEM


Quelques semaines avant Noël, le roi d’Espagne a quitté sa résidence, laissant derrière lui un mot dont personne ne comprend le sens. Pour le retrouver, le ministre de l’Intérieur joue sa dernière carte : José Maria Arregui, l’inspecteur mélancolique et sanguin qui, quelques années plus tôt, a déjà, par hasard, sauvé la vie du roi une première fois…

 

Poursuivi par des policiers corrompus et par les hommes de main d’un puissant personnage connu sous le nom du “Chasseur”, Arregui se perd dans une Espagne arriérée, traversée par des  personnages aussi étranges qu’un voyant “rétroviseur” qui ne peut deviner que le passé, qu’un chef d’orchestre ayant perdu la symphonie censée guérir tous les chagrins, ou qu’un roi déguisé en hippie persuadé de vivre un fi lm d’aventures.

 

Editions FLAMMARION

 

 

 

« Meurtre au bord de la Tamise » De Bernard KNIGHT le 21/09

 

En 1196, John de Wolfe rejoint le Palais de Westminster sur la demande du souverain Richard Coeur de Lion. Lorsqu'un clerc est assassiné d'un coup de poignard et jeté dans la Tamise en plein jour, il soupçonne un complot contre le roi. Il doit vite résoudre cette affaire mais il est obligé de collaborer avec le maire de Londres et ses shérifs qui n'apprécient guère la monarchie.

 

Editions FAYARD

 

  rouge-connemara.jpg

 

« Rouge Connemara » de SEAMUS SMYTH le 14/09

 

Irlande, 1949. Une femme accouche de jumeaux. Elle est trop pauvre pour les élever et la police les lui enlève pour les confier à des orphelinats effroyables – les « goulags irlandais » – gérés par l'Eglise. Réduits en esclavage, affamés, battus et abusés, les petits souffrent le martyre.
A l’âge de neuf ans, Sean, l’un des jumeaux meurt sous les coups. Robert « Red » Dock, son frère, jure qu’il vouera sa vie à le venger. De l’Eglise, de l’officier de police qui les a placés et du reste de sa famille, qui les a abandonnés. 
Pendant des années, il médite et organise son implacable vengeance. D’abord, enlever le dernier-né du policier qui les a retirés à leur mère, et confier l’enfant à un orphelinat de bonnes sœurs, dans le Connemara – où la petite, rebaptisée Lucille, connaîtra l’enfer. Puis attendre vingt ans de plus pour faire de la jeune femme l’instrument inconscient de sa vengeance délirante...
Red Dock a tout prévu, sauf que sa route criminelle croiserait celle d’un psychopathe, orphelin à l'enfance brisée comme la sienne. Car Picasso séquestre et torture des jeunes femmes, dont il peint le portrait moribond...

 

la france tranquille

 

«  La France tranquille » d’ Olivier BORDACARRE le 14/09

 

Un tueur sévit à Nogent-les-Chartreux, une paisible bourgade de vingt mille habitants, au coeur de la Beauce. A quelques mois des élections, dans un terreau miné par la crise, ces meurtres enflamment les esprits. Médias, politiques, spécialistes, tous se pressent au chevet d'une France malade de peur. 


Pour rassurer la population, les autorités ont mis en place une politique sécuritaire renforcée: contrôles d'identité, barrages filtrants, patrouilles militaires, couvre-feu. Mais la psychose grandit et les Nogentais se replient sur eux-mêmes. On vit désormais la main sur le fusil, derrière son rideau de fer. Esprit de tolérance et d'accueil, zéro. 


Dans cette ambiance délétère de suspicion généralisée, le commandant de gendarmerie Paul Garand tente de rationaliser et d'éviter les débordements violents. Mais l'homme, en fin de carrière, peine à déplacer son demi-quintal désenchanté. A défaut d'indices et de pistes, il nourrit sa lenteur. 


Quand il est victime à son tour d'un étrange accident, son fils Grégory décèle la marque du tueur: ce type s'en prend à des individus jugés paresseux, voire "profiteurs". Le jeune homme, passionné, veut défendre coûte que coûte la mémoire de son père. La soudaine disparition de sa fiancée va le pousser à corps perdu dans l'enquête...

 

Editions GALLIMARD Série Noire

 

bruen_calibre.jpg

 

«  Calibre » de Ken BRUEN le 01/09


En plein coeur de Londres, un homme obsédé par « Le démon dans ma peau » s’est donné pour mission de rayer de la carte tous les mal élevés. Et Dieu sait qu’à Londres, la tâche est aisée ! Aussi, quand un père sermonne son enfant turbulent en pleine rue ou qu’un employé de parking se montre grossier avec ses clients, le tueur s’arrange pour que la dernière chose que voient ces personnes sans délicatesse soit le début de leur fin.

Quand l’assassin se met à envoyer des lettres à la police, il s’aperçoit très vite qu’il y a un spécialiste de la grossièreté en son sein… Le sergent Brant approuve peut-être le mobile de cet admirateur de Jim Thomson. Peut-être même qu’il peut pardonner ses méthodes, jusqu’à un certain point, et un certain point seulement… car s’il y a bien une chose qui le pousse à agir ainsi, c’est sa conviction inébranlable que si quelqu’un peut tuer sur son territoire, c’est lui et lui seul !

 

Editions MOISSON ROUGE

 

miki.jpg

 

" Mauvaise année pour Miki " de José OVEJERO

 

Miki est un professionnel de la radio de quarante-trois ans, solitaire, absorbé par les cours de la bourse, ses jeux vidéos et ses vidéos pornographiques. Son existence isolée et routinière dans un pavillon de la périphérie de Madrid est secouée par les morts successives de son fils, dans un accident de voiture, et de sa femme, assassinée dans la Maison de campagne.

 

Sa rencontre avec Gerardo, qui lui propose d'intéressantes perspectives professionnelles et le pousse à engager un privé pour enquêter sur la mort de sa femme, devrait le ramener au monde, mais rien ne peut remuer l'indifférence et le vide de ce quadragénaire "sans sentiments". Et, finalement, personne ne semble vouloir résoudre le mystère, même pas l’auteur qui dit : « Dans ce roman réaliste, certaines choses qui arrivent à Miki n’ont pas de conclusion, comme dans la vraie vie ».

 

Editions FLEUVE NOIR

 

L-origine-du-silence.jpg

 

« L’origine du silence «  Jed RUBENFLED le 08/09

 

Wall Street, 16 septembre 1920. Le capitaine de police James Littlemore retrouve le docteur Stratham Younger, de retour d'Europe où il a servi pendant la guerre, accompagné de Colette Rousseau, une amie scientifique française. Elle est venue en Amérique avec son petit frère Luc, un jeune garçon que les horreurs de la guerre ont traumatisé et rendu mutique.
Ces retrouvailles sont brusquement interrompues par une violente explosion. Le bilan est lourd, des dizaines de morts, des centaines de blessés, sans compter la vague de terreur sans précédent qui s'abat sur New York.


Tandis que la police piétine, Colette est la cible de plusieurs agressions. Younger et Littlemore se lancent alors dans une nouvelle enquête, pour découvrir qui la persécute et pourquoi. Leurs investigations vont les mener en Europe, sur les pas de Marie Curie, et dans le cabinet du docteur Freud à Vienne, où en tentant de déterminer l'origine du silence de Luc, le psychiatre va développer sa théorie de la pulsion de mort... Serait-ce là le lien entre les deux affaires ?


  souvenir-de-sang.jpg

 

souvenirs de sang » de Meg GARDINER le 08/09

 

À San Francisco, la psychiatre Jo Beckett résout les morts suspectes en étudiant la psychologie des victimes. Autant dire qu'elle ne s'attendait pas à se voir confier Ian Kanan, un patient bien vivant mais atteint d'une maladie étrange : aussitôt formés dans son esprit, ses souvenirs récents s'effacent. Pourtant, Jo pressent que Ian ne lui confie pas tout ce qu'il veut bien se rappeler.


Quand celui-ci prend la fuite, elle se retrouve seule pour rassembler les morceaux d'un puzzle compliqué : ancien agent secret, Ian revient d'Afrique, où il supervisait un laboratoire de nanotechnologies. Il serait apparemment le seul à pouvoir éviter une prochaine catastrophe humanitaire à San Francisco... Mais comment retrouver un homme incapable de se souvenir des cinq minutes qui viennent de s'écouler ? Jo doit fouiller dans les sombres méandres d'un esprit frappé par l'amnésie et la culpabilité, afin de trouver la clé qui fera peut-être, enfin, parler le silence.

 

Editions CALMAN LEVY

 

 

tueurs-exil.jpg

 

« Tueur en exil » de Chuck HOGAN le 07/09

 

Rentré d’Irak depuis peu, Neal Maven découvre avec amertume que les États-Unis, qu’il avait juré de protéger, se moquent bien de son sort. Armé des seules connaissances qu’il a vraiment acquises – l’art de tuer rapidement et proprement –, il doit se contenter d’un boulot de gardien de parking et sombre peu à peu dans le désespoir.
Jusqu’au jour où Danielle Vetti, l’ancienne reine de beauté de son lycée – celle dont il était secrètement amoureux – débarque dans son parking au volant d’un SUV de luxe. Et, deuxième coup de chance, son homme, Brad Royce, lui aussi ancien combattant, lui trouve un travail : rejoindre la bande qu’il a formée pour à la fois liquider les dealers qui empoisonnent les rues de Boston et garder leur argent une fois le coup réalisé. Comment résister à cette offre qui combine aimablement la morale et la récompense par le fric, en plus de lui rendre sa dignité ? Neal Maven ne se pose pas la question et devient bien vite un des meilleurs justiciers du groupe.
Mais, bien sûr, cela ne fait pas le bonheur de tout le monde : ni celui des trafiquants qui font venir deux redoutables tueurs pour mettre fin aux succès de cette entreprise, ni celui de la Drug Enforcement Administration – l’équivalent de nos Stups – qui n’arrive plus à contrôler ce qui se passe dans le secteur.
Et… qui sont véritablement cette Danielle Vetti et ce Brad Royce ?

 

une si petite mort

 

«  Une si petite mort » de  P.J PARRISH le 14/09

 

Le privé Louis Kincaid n’a jamais aimé travailler pour les riches. Oui, les trottoirs de Palm Beach sont d’une blancheur étincelante, les Bentley qui roulent dans les rues sont superbes et la côte de Floride est d’une beauté à couper le souffle, mais pour lui, tout cela est bien superficiel. On ne sait pas, par exemple, ce qui se passe dans les chambres de ces dames. L’escorte masculine Mark Durand, lui, le savait, et lorsque son corps est retrouvé décapité dans un enclos à vaches et que Reggie Kent, une autre escorte masculine, est très vite accusé du meurtre et emprisonné, Louis Kincaid décide de s’attaquer au problème.
Ce qu’il découvre alors achève de le convaincre : le pouvoir corrompt, certes, mais plus troublant, voire déchirant, il fait disparaître jusqu’à l’humanité de gens qui, apparemment pleins de réussite, ne vivent que dans la solitude et le malheur.
Et lorsqu’il remonte la piste de tous ces meurtres – car il n’y en a pas eu qu’un –, il ne peut que constater l’étendue de cette corruption et la grande misère de ces femmes délaissées.

 

lumiere-de-fin.jpg

 

«  Lumière de fin » de Henry PORTER le 21/09

 

À l’enterrement de David Eyam, les cloches sonnent à toute volée et non doucement, comme c’est la coutume pour les morts. Kate Lockhart, une ancienne du SIS en Indonésie, s’y rend avec de grands patrons, des ministres et des chefs de l’espionnage pour pleurer la mort de son meilleur ami, le plus grand et brillant serviteur du gouvernement de sa génération. Il ne subsiste plus d’Eyam que les restes calcinés d’un homme tué loin de chez lui lors d’une explosion dévastatrice. Mais il laisse un héritage et des questions que nombre de personnes venues à l’enterrement aimeraient bien oublier.
Car c’est bien de complot qu’il s’agit. Et d’un complot qui s’est mis facilement en place tant les lois prises suite aux attentats du 11 septembre 2001 à New York et des 7 et 21 juillet 2005 à Londres étaient potentiellement liberticides. Kate Lockhart le découvre vite et, décidée à faire la lumière sur les agissements du gouvernement, met tout en œuvre pour empêcher que le pays ne sombre dans une terreur à laquelle George Orwell n’aurait rien trouvé à redire.

 

Editions du CHERCHE-MIDI

 

toyer.gif

 

«  Toyer » de Gardner McKAY le 08/09

 

Los Angeles est la proie d'un monstre très particulier.
Un homme qui ne viole ni ne tue les femmes mais leur réserve un sort peut-être pire encore : il les séduit, les kidnappe, joue avec elles, puis les abandonne à l'état de mort cérébrale. Neurologue, Maude Garance est en charge des neuf victimes de celui que la presse a surnommé Toyer. Bouleversée par le sort de ces femmes, elle accepte la proposition que lui fait Sara Smith, une jeune journaliste ambitieuse : s'adresser directement au coupable par voie de presse.
C'est le début d'une relation très particulière, par médias interposés, entre Maude et Toyer, qui bien vite passionne un lectorat avide de sensations. Grisé par une célébrité grandissante, Toyer commettra-t-il le faux pas qui permettra de l'identifier ? Alors que dans l'ombre Maude et Sarah continuent d'enquêter, elles ne tardent pas à réaliser que leur mystérieux interlocuteur est beaucoup plus proche d'elles qu'elles ne le croyaient.
Dans ce thriller très stylisé, qui ne laisse pas une minute de répit au lecteur, Gardner McKay nous offre avec un art magistral de l'intrigue et du suspense une réflexion passionnante sur les relations entre le mal, la société et les médias. Un sujet en or pour Brian De Palma qui adaptera bientôt Toyer au cinéma.

 

le-complot-romanov.jpg

 

«  le complot Romanov » de Steve Berry le 01/09

 

Moscou. Miles Lord, avocat américain et spécialiste de l'histoire russe, découvre un texte manuscrit remettant en cause toutes ses certitudes concernant l'histoire "officielle" de la mort des Romanov. Lorsque Miles devient la cible d'une chasse à l'homme, il n'aura d'autre choix pour sauver sa peau que d'élucider les énigmes entourant la mort de la famille impériale.

 

Editions BALEINE

 

la disgrâce des noyés

 

" La disgrâce des noyés" d' Yvan ROBIN

 

Les optimistes voient dans la naissance le début de la vie, d’autres y saisissent le crépuscule de ce qui n’est qu’un long acheminement vers la mort. Et si c’était elle notre plus fidèle compagne, cette fin annoncée, qui nous suit à chaque souffle de l’existence et se rappelle à nous dès que l’occasion se présente ?

 

« J’ai vu ma courte vie s’arrêter. J’avais peur. J’avais honte. Je voulais crever. Rien ne valait la peine. Je voulais juste me sentir exister, faire battre mon coeur plus qu’à l’accoutumée. (…) Mais les remords ne suffisent pas. Ils n’apaisent pas la colère. »

 

Un homme avance ainsi sur le fil, entre flash-backs de l’enfance qui reconstituent son identité parcellaire, et lente descente aux enfers ponctuée d’amours ratées, d’éclaircies inespérées, de passages en prison, de soif de vengeance et de meurtre.

 

 

Editions METAILLIE

 

l-offense.jpg

 

«  L’ offense » de Francesco de Filippo le 08/09


Peut-on gagner sa vie sans être mafieux quand on naît dans les quartiers populaires de Naples ? À 21 ans, Gennaro le voudrait bien. Mais le voilà convoqué par don Rafele, le parrain du quartier – et pas seulement du quartier, comme le garçon va le découvrir. Placé sous la surveillance de Paolino, l’effroyable colosse aux baroques pulsions, il connaîtra de près, dans leurs hideux détails, les trafics mondiaux de drogues, d’armes, d’êtres humains. Sa route croise celle d’agitateurs camorristes au service du maire, d’une tribu africaine avec son roi et son lion régnant sur les souterrains de la ville, d’une putain sud-américaine miraculeusement pure, d’une mère écrasée par l’élimination de son jeune enfant qui a vu ce qu’il ne devait pas voir.

Gennaro se détache de sa femme et de ses deux enfants, et, quand éclate la guerre des clans, le gamin des rues, l’as des virées en scooter se transforme…
Servi par la riche et savoureuse langue du petit peuple napolitain, ce récit nous plonge dans les entrailles noires du Système planétaire, avant de nous amener sur les toits d’une des plus belles cités du monde, d’où Gennaro cherchera la possibilité de la rédemption.


Editions RIVAGES

 

anesthesie-generale.jpg

 

« Anesthésie générale » de Jerry STAHL le 07/09

 

Qui a envie de se retrouver à San Quentin, la pire prison de Californie ? L'ex-flic, ex-drogué d'A poil en civil Manny Rupert n'a guère le choix : pour ne pas se faire expulser de son taudis, il doit gagner la confiance d'un détenu allemand de quatre-vingt-dix-sept ans, apparemment gâteux qui prétend être Joseph Mengele, dit "l'Ange de la Mort", le médecin sadique qui sévissait à Auschwitz. Le vieil homme proclame partout qu'il est un grand scientifique et que l'Amérique décadente ferait mieux de reconnaître son génie. Naturellement, un tel manque de discrétion attire l'attention des personnages les plus douteux.


Affublé d'une couverture désastreuse - animer un atelier de parole sur les dangers de la toxicomanie auprès des prisonniers - Manny s'engloutit à son corps défendant dans l'ineffable univers carcéral californien, puits insondable de cynisme trash, d'humour sordide et de déchéance morale, sur fond de conspiration eugéniste et d'abus de narcotiques.

 

Editions PASCAL GALODE

 

 

« Rappelez-vous ce qui est arrivé aux dinosaures » de Frederick PAULIN

 

Alors qu’une épidémie de grippe sans précédent par sa virulence et sa rapidité s’abat sur la ville - et sur toute l’Europe, semble-t-il – quelques flics tentent de stopper l’ascension de petits voyous dont l’objectif est de devenir de gros dealers. Mais lorsque ces apprentis trafiquants se font aider par des fonctionnaires de police ripoux et bénéficient des ambitions démesurées d’élus municipaux et du zèle illuminé d’associatifs de la réinsertion sociale, l’enquête policière se complique et s’avère vite laisser la place à une affaire politique particulièrement nauséabonde.

 

Où l’on s’apercevra que les flics, comme tous les hommes, ne sont pas immunisés contre le virus de la grippe, ni contre les compromissions avec le crime.


Rappelez-vous ce qui est arrivé aux dinosaures est le premier opus d’une quadrilogie noire se déroulant dans une ville de Province que l’on pourra facilement situer mais dont la ressemblance des héros et des actions avec des personnages et des faits ayant réellement existé n’est bien évidemment que pure coïncidence. Bien évidemment…

 

 

Editions SEUIL

 

Tony-et-Susan.gif

 

« Tony et Susan » de Austin Wright le 01/09

 

Remariée à un brillant médecin, mère de trois enfants, Susan Morrow mène une vie plutôt paisible.
Jusqu’à ce qu’elle reçoive un étrange présent : son premier mari Edward qui, jeune, se rêvait romancier, lui envoie le manuscrit de Bêtes de nuit, un roman qu’il vient d’achever, en lui demandant son avis, elle qui à l’époque l’encourageait tant à écrire. Le trouble naissant de Susan ne va faire que croître au fil de la lecture : ce livre raconte en effet le drame d’un homme, Tony, kidnappé sur l’autoroute avec sa femme et sa fille, alors qu’ils se rendaient dans leur maison de vacances dans le Maine.
L’enlèvement tourne à la tragédie. Inquiétant : Susan possède elle aussi une maison dans le Maine. Que veut réellement lui révéler Edward… ? La lecture de Bêtes de nuit va être pour Susan l’occasion d’une pénible mais salutaire introspection.

 

intrusion.jpg

 

«  Intrusion » de Natsuo KIRINO le 22/09

 

Ce roman est une histoire d’amour, un roman policier littéraire, et une réflexion philosophique sur le rapport réalité ? fiction, le tout porté par des personnages très fouillés, dont on suit les interrogations et les émotions pas à pas, dans une intrigue à la fois labyrinthique et taillée au cordeau.

Tamaki est une jeune romancière d’une trentaine d’années, qui a vécu une histoire d’amour intense et prolongée avec Seiji, son éditeur. Leur séparation un an plus tôt a été très douloureuse, mettant en péril leurs familles respectives, et Tamaki se plonge dans le travail sans pouvoir vraiment effacer sa présence. Elle s’attèle à un nouveau roman, Inassouvi, qui est une enquête littéraire sur un auteur de best-sellers, et plus particulièrement sur son roman autobiographique, Innocent, où il raconte une histoire d’amour passionnée qui a failli détruire sa famille. Tamaki cherche la trace de cette maîtresse aussi célèbre que mystérieuse, prénommée Oko. Elle interroge les femmes de l’entourage de l’auteur, et son épouse.

Son enquête est aussi une quête de soi, une tentative de démêler les fils de sa propre histoire, et le dénouement ? magnifique et inattendu ? prendra la forme d’une étrange révélation : la vie et la littérature ne font qu’un.

 

Editions RIFLE NOIR

 

La-Mort-au-détail

 

" La mort au détail" de Dirck DEGRAEVE

 

Saulmères, à la veille des Fêtes de Noël.

L’arrivée des migrants de la « jungle » et l’assassinat d’un paisible retraité sèment le trouble dans la population. Quand les friteries se mettent à flamber et qu’au même moment on découvre les corps mutilés de deux jeunes Africains dans un bois, l’angoisse est à son comble.

Le commandant Jacobsen et sa compagne, Corinne Maresquier, se lancent alors dans une traque qui les confrontera à une forme de criminalité inédite.

 

Cette nouvelle enquête de Jacobsen mêle à la fiction une réalité sociale bouleversante qui témoigne des dérèglements de notre société et de ses valeurs.

 

Après Passé mortel et Marais noir, La Mort au détail est le troisième volume des enquêtes du commandant Jacobsen.

 

Editions MICHEL DE MAULE

 

code-contagieux.gif

 

" code contagieux" de Luc BENICHOU le 1/09

 

Ibiza, en plein coeur de l'été : 170 personnes décèdent en quelques jours d'une maladie foudroyante et inconnue.

Les symptômes rappellent les terribles fièvres d'Ebola. Accident ou acte terroriste ? Face à la menace d'une épidémie mondiale et d'une crise économique majeure, une Commission d'enquête internationale est créée, conduite par les Etats-Unis. Laetitia Byrd, la meilleure enquêtrice scientifique de l'ORI (Office of Research Integrity), est désignée par la CIA pour mener les investigations en Europe. La jeune femme accepte la mission, loin de soupçonner les dangers qui l'attendent et les implications internationales de l'affaire.

Quand le virus mortel frappe à son tour Los Angeles, le monde tremble et une double course contre la montre s'engage : identifier et neutraliser simultanément l'organisation criminelle et la souche virale mutante. Entre secrets d'Etat et manipulations génétiques, une intrigue complexe, un suspense contagieux.


  Les éditions GAÏA

 

Les-oreilles-de-Buster1.jpg

 

«  Les oreilles de Buster » de Maria Enestam


Eva est experte en rosiers, et préfère s’enivrer de leur parfum plutôt que se frotter de trop près aux humains. A 56 ans, elle raconte son enfance, dans les années 1950 et 1960, en manque d’amour face à une mère égocentrique et tyrannique. La haine et la vengeance serviront d’échappatoires à Eva. Mais voilà qu’une fuite d’eau menace l’implantation de ses rosiers : Eva refuse de les déterrer. Et pour cause.

 

 

 

Les éditions du TOUCAN

 

tes-dernieres-volontes.jpg

 

« Tes dernières volontés » de Laura LIPPMAN le 14/09

 

Eliza Benedict est une femme heureuse, mariée et mère de deux enfants. Mais un jour, elle reçoit une lettre qu’elle n’aurait jamais voulu recevoir. Une lettre de Walter Bowman, l’homme qui l’a enlevée et séquestrée quand elle avait quinze ans. Il est en prison et attend la chaise électrique. Il a une dernière volonté. La revoir.

 

Editions DU POLAR

 

papy-boum.gif

 

" Papy boum" de Ramdane ISSAAD

 

La crise financière et le Baby Boom des années 50 ont eu pour résultat l’explosion du nombre de quinquagénaires rejetés par le marché du travail, poussant bon nombre au suicide ou… à la délinquance.


Ce roman est l’histoire de l’un d’eux. Parmi ces nouveaux défavorisés, l’ouvrier contremaître Léonard Bornstein, 57 ans, licencié et en fin de droits, prend conscience que le déclassement auquel il est soumis, va le condamner à vivre à la rue. Révolté, un acte de rébellion irréfléchi le conduit en garde à vue. Il prend dès lors conscience d’un fait libérateur : Il n’avait plus rien à perdre et tout à gagner.


Cette évidence, ainsi que le récit d’un transsexuel codétenu, sur l’impunité de certains prédateurs sexuels de la haute bourgeoisie française, poussent Léo à devenir un redoutable activiste. Le dénouement que d’aucuns pourraient qualifier de moral, illustre parfaitement l’adage de Lao Tzeu proposé en exergue du livre : "Celui qui veut manier la hache à la place du charpentier en vient rarement à bout sans se blesser la main."

 

uruad

 

" Uruad" de Jean Christophe ISSARTIER

 

Sur le sol de l’antique civilisation de Sumer, des archéologues irakiens sont en charge de fouilles sur le site d’Uruad. Dans des sépultures royales, ils découvrent des momies présentant des caractéristiques troublantes rappelant celles des Patriarches de la Bible. Ils demandent l’appui d’experts basés à Paris. Mais la guerre éclate…


Dès l’arrivée des troupes américaines à Bagdad, le Musée national est saccagé. Des milliers de pièces antiques disparaissent. Ailleurs en Irak, des sites plusieurs fois millénaires sont détruits.


Hasards d’une guerre ? Ou volonté déliberée d’ensevelir la plus ancienne civilisation à nous avoir livré une histoire, grâce à la première écriture connue?


Dommages collatéraux ? Ou effacement méthodique des preuves les plus incroyables de la survivance de Sumer au coeur des mythes fondateurs de l’Occident ?


Singulière croisade contre cette région que la Genèse désigne comme le jardin d’Eden, aux confluents du Tigre et de l’Euphrate, et où vécurent les Patriarches, d’Adam et Eve à Abraham…


Les Américains ont-ils envahi l’Irak pour protéger un secret qui peut changer la face du monde ?



Editions ASGARD

 

memoire-morte.jpg

« Mémoire morte » de Gilles VIDAL

 

Editions de la MANUFACTURE DU LIVRE

 

doux-comme-la-mort.jpg


«  Doux comme la mort » de Laurent GUILLAUME le 08/09

 

Le Messager, ancien commando de marine, est un mercenaire utilisé par les services français.

Chargé d’assassiner un des leaders d’Al-Qaïda, au moment où il doit presser la queue de détente de son arme, il se rend compte qu’il a été trahi par ses commanditaires.

Julien Vittoz, est l’ancien ministre dela Défense. Sabrillante carrière a été compromise par l’échec de la libération d’un otage. Il s’est replié dans sa ville des Alpes.

Marc Andrieu est un spécialiste de l’anti terrorisme. Mais depuis la disparition de sa fille, il n’est plus qu’un individu à la dérive.

Julien Vittoz élabore un plan machiavélique pour assurer son retour. Son arme : le Messager, sa cible, Marc Andrieu. Mais on ne manipule pas sans risques des êtres pour lesquels la mort ne signifie plus grand chose. Sur la route sanglante du Messager, qui va le mener d’Afrique de l’Ouest àla France, on va croiser Estelle Jeannin, la femme flic amoureuse déçue, Gabriel Milan, le jeune officier au parcours exemplaire, Damien Deloncourt, le galeriste parisien, Ibrahim Bari, l’énigmatique militaire malien, Yohann Béranger, l’acteur de films X reconverti dans le Mad-Dog le biker à la machette, Ben Djibril, le Djihadiste salafiste.

 

 

a-mains-armees.jpg

 

«  A mains armées » de Philippe THUILLIER  le 12/09

 

Lors du braquage d'un fourgon blindé, Rémi jeune convoyeur de fonds est assassiné. Bouleversé par la mort de son jeune collègue, Ronan, son ami, va mener une longue et dangereuse vengeance. Il se souvient d'un ami d'enfance d'Evry qui a mal tourné et par son intermédiaire, réussit à entrer en contact avec cette équipe de braqueurs qu'il pense à tort responsable de la mort de Rémi. Pour les appâter, il va leur promettre de les aider à attaquer le centre fort de sa société, le graal des braqueurs où transitent les fourgons de transports de fonds de la banlieue sud. Mais à vouloir assouvir sa soif de vengeance, il en oubliera que les voyous sont parfois prudents et les policiers là où on ne les attend pas.


 

 

Edtions L'ATELIER IN8

 

EPTEMBRE/le-bar-parfait.jpg" class="CtreTexte" alt="le-bar-parfait.jpg" width="171" height="300" />

 

«  Le bar parfait » Jean Bernard POUY le 08/09

 

Un marathonien du Blanc hante  les rues de Paris à la recherche du bistrot parfait. Celui qui proposera mieux que Cabernet ou Sauvignon. Les établissements se succèdent et ne se ressemblent pas. Dans sa quête, il utilise un jeu de Monopoly et découvre ainsi des quartiers qu’il avait jusque-là négligés. Pendant ce temps, un groupe de tueurs prépare une descente dans un vieux rade.

Le Bar parfait est une balade au pays de l’alcool chaleureux, des éblouissements autour du zinc, des ivresses des arrières-salles enfumées. On marche dans la lumière sourde des bar-tabacs en compagnie d’un narrateur qui ressemble terriblement à un Jean-Bernard Pouy.

 


 

Editions TERRE DE BRUNE

 

la-fille-au-grain-de-beaute.jpg

 

«  La fille au grain de beauté » d’Alain VINCE le 15/09

 

Jérémy Bast travaille comme « Agent Privé de Recherches et Filatures ». À la demande de commanditaires occultes, il établit des dossiers sur certains salariés pour protéger les intérêts vitaux ou les secrets de fabrication des entreprises. Un soir à son bureau, une belle et mystérieuse inconnue l’assomme à coups de sac à main et lui laisse la vision érotique d’un magnifique lentigo qu’elle possède sur le milieu du genou. En recherchant la fille au grain de beauté, il se retrouve en cavale, vivant aux crochets d’une famille malienne sans-papiers, accusé du meurtre de trois policiers, traqué par deux tueurs et un vieux dégénéré flanqué de son avocat de fils. Jérémy va devoir mettre en oeuvre tout son savoir-faire de détective privé pour tenter de sauver sa peau et ce qui lui reste d’honneur.

 

Editions ASPHALTE

 

breakfast-on-pluto.gif

 

«  Breakfast on pluto » de Patrick Mac Cabie le 08/09

 

Patrick, fils illégitime du curé de Tyreelin, est abandonné à la naissance.
Très tôt, il comprend qu'il est une fille dans un corps de garçon : il ne tarde pas à se travestir et à se faire appeler Pussy... A la mort de son amant et protecteur, un politicien victime du conflit irlandais, Pussy part pour le swinging London, où elle recherche le bonheur et sa mère biologique, en se prostituant à Piccadilly Circus pour survivre. Mais sur la capitale anglaise plane aussi la menace du terrorisme irlandais, et Pussy, sans le vouloir, va se retrouver mêlée à un attentat à la bombe dans une discothèque...
Un récit drôle et flamboyant, où la violence et la misère de l'Irlande des années 1970 côtoient les paillettes et le glamour, l'appétit de vivre et d'aimer malgré les hasards de l'histoire et de la nature.

 

 

Editions ENCORE

 

 

dans-l-ombre-du-dragon.gif

 

«  Dans l’ombre du dragon » de Maureen JENNINGS le 05/09

 

En 1887, Dolly Merishaw, sage-femme, aide à un accouchement secret. Plusieurs années après, alors qu’elle tente de mettre au point un chantage sur l’enfant né, Dolly est assassinée. Les suspects sont légion et l’inspecteur Murdoch doit fouiller dans les secrets de certaines familles dont les membres sont prêts à tout pour conserver leur réputation.


 

Pauvvre-Tom-a-froid.gif

 

«  Pauvre Tom a froid » de Maureen Jennings le 05/09

 

L’inspecteur Murdoch enquête sur la mort suspecte d’un agent de police, qui vit seul avec sa mère et sa soeur invalide dont il a la charge. Un meurtre déguisé en suicide, l’inspecteur Murdoch n’est pas au bout de ses surprises.

 

Editions MICHEL DE MAULE

 

«  Code contagieux » de Luc BENICHOU le 01/09

 

Editions BELFOND

 

remede-mortel.jpg

 

«  Remède mortel » d’Harlan COBAN   19/09 

 

L'équipe du docteur Harvey Riker peine à le croire : ils sont enfin parvenus à mettre au point le vaccin contre le sida. Loin de se réjouir, Harvey est au contraire inquiet. Car au même moment deux patients et son associé sont tour à tour assassinés. Pour élucider cette affaire, Harvey fait appel à la journaliste Sara Lowell, dont le mari est peu après hospitalisé dans la même clinique...

 

la-petite-fille-aux-nuages-noirs.jpg

 

«  La petite fille aux nuages noirs » de Kitty SEWEL le 15/09

 


Le temps d’un coup de téléphone, et la vie de Daniel bascule... Un inconnu l’appelle pour lui demander de venir au chevet d’un vieux Tibétain mourant, qui serait son père. Lui qui se croyait orphelin d’un Italien n’en revient pas. Et quand il rencontre son géniteur, ce dernier a une incroyable mission à lui confier...

 

Editions OH !

 crise.jpg

 

«  Crise » de Kathy REISH le1/09

 

RESUME NON DISPONIBLE


 

Editions LES NOUVEAUX AUTEURS

 

le banc de l'injustice

 

" Le banc de l'injustice" de Simone Gelin

 

Victoire a un bien lourd secret, tellement lourd que sa vie part à la dérive. Tout va davantage se compliquer quand Romain, son ex-compagnon, disparaît mystérieusement dans le train Bordeaux Montpellier. Ses parents mènent leur enquête de leur côté alors que la justice délaisse l’affaire et ferme les yeux sur des faits pourtant troublants. Mais c’est sans compter sur le combat des victimes d’injustices et l’opiniâtreté du capitaine de police Simon qui reprend le dossier, et va alors découvrir des éléments édifiants quitte à briser la loi de l’omertà.

 

Editions MAC GUFFIN

 

penny-blood.jpg

 

" Penny Blood" de Bob Garcia

 

 

— Des Penny Blood, dites-vous ?
— Je veux parler de ces petits magazines qui étaient imprimés de façon désastreuse sur du papier de mauvaise qualité, dans les années cinquante, et vendus un penny. On les appelait aussi Penny Dreadful, ou Penny Horrible. Je me souviens que la jeunesse raffolait de ces histoires épouvantables… »


Des histoires abominables, Sherlock Holmes et le docteur Watson vont en découvrir à foison dans les récits de Mina Marten, une incroyable spirite en passe de révolutionner les techniques d’investigation de Scotland Yard !


Le détective est entraîné par son ami dans une enquête inhabituelle où son esprit logique est confronté à l’irrationalité de ses contemporains, suspendus aux visions de la charmante spirite. Comment retrouver le fil de la raison, entre crimes et manipulations ?


Londres est au centre de cette aventure, avec de nombreuses incursions dans sa « petite histoire », au fil des inquiétantes péripéties de l’expérience spirite…



 


Repost 0
Published by La petite souris - dans A paraître....
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 21:09

David BALDACCI

Editions MICHEL LAFON

 

Traduction: Laure JOANIN


 

divine justiceDisons-le tout de suite. Je ne suis pas habitué à lire ce genre de roman.

 

Plutôt attaché au polar, au roman noir et parfois au thriller, les romans d’aventure qui mêlent espions, agences de renseignements, complots et actions spectaculaires m’étaient jusqu’ici assez rédhibitoires.

 

Alors quand on m’a donné l’occasion de lire le roman de David BADALCCI «  Divine Justice » , c’est avec des a priori sur le genre et une extrême frilosité que je suis rentrer dans ce roman.

 

Et comme dit le proverbe, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idée !

 

Car passé l’appréhension des premières pages, je me suis surpris à me laisser prendre  au piège par cette histoire digne des meilleurs scénarii hollywoodiens.

 

Pour John Carr, plus connu  sous le nom d’Oliver Stone par les services américains auxquels il appartenait, la fuite est devenue  son unique planche de salut. Pour avoir assassiné un haut responsable des services secrets ainsi  que le sénateur de l’Alabama, il a déclenché contre lui la plus incroyable chasse à l’homme à travers tout le territoire américain.

 

Le général Macklin Hayes est à la manœuvre .Il  a juré la perte de John Carr et lâche à la poursuite de l’ex-agent, le meilleur de ses éléments, John Knox. Ce dernier se lance donc sur les traces de cet ennemi de l’ombre, devenu public sur tous les networks du pays. Il s’intéresse à son entourage, et creuse le passé de Carr dans les archives de la CIA contre l’avis du général qui ne veut visiblement pas tout lui dire.

 

C’est comme cela qu’il découvrira que Carr faisait partie d’une escouade de tueurs au service cia2.jpgdu gouvernement, la Triple Six, aujourd’hui démantelée, et qu’à mesure où il en apprend un peu plus sur l’homme qu’il traque, Knox commence à esquisser un autre portrait de celui qu’on lui a présenté comme  un traitre et à comprendre les motivations qui l'ont poussées à perpétrer ces deux meurtres de sang froid.

 

Pour Carr, fuir ne suffit pas, il faut disparaitre. Couper les ponts avec ses amis du Camel Club, pour qu’ils ne se retrouvent pas mêlés à tout ça . Dans le wagon d’un train qui l’emmène loin de la capitale, Carr vient en aide à Dany, un jeune pris à partie par une bande de voyous. En liant sa route à la sienne celui-ci va trouver refuge à Divine, un bled paumé au cœur de la Virginie d’où est originaire Danny.

 

Mais même si dans une petite ville perdue des états unis  les affaires d’états et les complots internationaux n’ont de consistance qu’ à la télévision , le poison de l’argent , la cruauté et la cupidité des hommes ont tôt fait de transformer un havre de tranquillité en enfer où l’on risque sa vie à chaque coin de rue. Pour  vouloir aider Danny et sa mère Abby, Carr va rapidement prendre conscience que son nouveau refuge a tout d’un guêpier dans lequel il s’est fourré ! Et le Diable a décidé de faire une halte à Divine !

 

Pourquoi, alors que jusqu’ici je n’aimais pas ce genre de littérature, ce roman est-il parvenu à me plaire ? Il reprend pourtant bien des clichés éculés, comme celui de la trahison, du complot, de l’agent qui de chasseur devient gibier, de ces hauts responsables sans foi ni loi qui n’hésitent pas à sacrifier des hommes sur l’autel de leurs intérêts particuliers. Alors pourquoi ?

 

Est ce le rythme de l’histoire, particulièrement soutenu et qui ne relâche à aucun moment la tension pour le lecteur. Une histoire fluide qui se déroule au grès des méandres d’un scénario particulièrement bien ficelé ?

 

davidbaldacci.jpgEst-ce la parfaite combinaison entre les deux histoires, la chasse du fugitif pour Knox, la fuite pour Carr, qui s’articulent au mieux l’une à l’autre avant de trouver leur dénouement commun ?

 

Est-ce le style de l’auteur. Plus narratif de l’action que descriptif de l’environnement où elle se déroule ?  L’emploi de chapitres courts et l’alternance systématique des acteurs de cette aventure ?

 

Non, ce qui m’aura véritablement séduit dans ce livre ce sont les personnages. Pour le coup nous sommes bien loin des stéréotypes de l’agent exécutant froidement sa tâche sans réfléchir. Carr qui dans sa volonté à aider Dany et sa mère va retrouver un peu de cette part d’humanité qu’il a laissé derrière lui, en trouvant une cause simple, mais juste à défendre. Knox qui tout en pourchassant sa cible se pose de plus en plus de question sur la finalité de sa mission et commence à ressentir de l’empathie pour celui qu'il pourchasse. Des personnages plus complexes qu’il n’y parait qui donnent à ce roman son épaisseur.

 

Entre affaires d’état et crimes ordinaires, David Badalcci réalise un mariage réussit,  donnant  un roman efficace qui tient son lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

 

Un expérience de lecture que je ne regrette pas !

 

l'avis de mon ami Claude Le Nocher link

 

Le roman est paru le 25 Aout dernier

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Américains
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 18:17

François VIGNES / Thierry GUILABERT

Editions PASCAL GALODE

 


 

autant en emporte le vinC’est  à une escapade atlantique que nous invitent aujourd’hui François Vignes et Thierry Guilbert à travers ce court roman écrit à deux mains et d’à peine une centaine de pages.


Bienvenu sur l’île d’Oléron.C’est sur cette terre caressée par les vents et abreuvée de soleil que revient, non sans une certaine nostalgie, Ben Yassou. Un drôle de nom pour cet enfant du pays devenu détective.  C’est dans les expressions locales qu’il a emprunté ce nom pour jouer au poker, de celles qui raillent les touristes toujours trop nombreux sur l’île, que les habitants du cru surnomment « les Baignes  à sous ».


A bord de son van, il foule à nouveau cette terre où sont ancrés ses souvenirs de jeunesse, et les chemins du passé le ramènent immanquablement  vers Maria, un amour éphémère  qui ne s’est jamais vraiment effacé de sa mémoire. Mais au grand jeu  de la vie, c’est son meilleur ami Abel qui a réussi à conquérir le cœur de la belle.  Mais il ne reverra pas son ami.

 

Celui-ci s’est pendu dans sa cabane, près de  ses claires. Car Abel était ostréiculteur, connuost.jpg pour être animé par un amour sans borne pour son métier et la préservation de la tradition ostréicole. Dépression ? Des affaires qui allaient mal ? Rien pour expliquer son geste. D’autant que ce n’est pas le seul ostréiculteur à finir ses jours de cette manière. C’est pour cela que Maria, sur l’insistance de sa mère, la vieille Dolorès,  fait appel à Ben.


C’est donc dans cette atmosphère trouble d’avoir perdu un ami tout en retrouvant un amour de jeunesse qui s’est épanoui dans une féminité généreuse qui réveille le désir, que Ben mène son enquête.


ostreiculture.jpgFrançois Vigne et Thierry Guilbert nous livrent un petit roman sans prétention qui se lirait à l’apéro, sous le soleil, un verre de vin à la main devant un plateau de fruits de mer. Pour un peu on sentirait presque le vent du large. Un bouquin plein d’humour et de référence aux célèbres aînés  du polar et roman noir, qui mêle la nostalgie et le couple infernal de l’amour et de la mort.


Un plaisir d’écriture aussi pour les deux compères, qui nous décrivent des personnages pittoresques, pour certains aussi imbibés d’alcool qu’un baba au rhum et qui donnent au roman sa couleur et sa poésie.


Car au-delà de l’intrigue, d’une flamme passionnelle qui va se raviver et tout enflammer jusqu’àvignes.guilabert l’ultime abandon de soi, «  Autant en emporte le vin » est aussi un portrait tendre de cette îles, de ses habitants accrochés à leur culture insulaire, mais malmenés par le progrès galopant qui grignote toujours un peu plus les espaces et change les hommes.

 

Voilà donc un petit roman qui fait passer un agréable moment à son lecteur , un petit courant d'air litteraire dont j'ai trouvé l'issue très belle même s'il elle porte en elle quelque chose d'irréversible.

 

Pour la petite histoire Thierry Guilabert est CPE de profession, comme moi ! Voilà qui n'est pas banal et j'espère que j'aurai l'occasion de lire d'autres romans de ce collègue !


Bon c'est pas tout, mais moi je vais remplir mon verre !

 

l'avis des copains:

 

 Claude : link   Oncle Paul : link


Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 23:54

Philippe BERENGER

Editions SCRINEO

 

les ombresParis. Le métro. Une bombe explose : huit morts, des dizaines de blessés. Ils ont déjà perdu la première manche. Celle de n’avoir pu voir venir le coup.


Voilà un roman qui sort vraiment de l’ordinaire. Le genre de bouquin qui vous attrape par le col et vous projette au milieu d’une histoire où vous avez l’impression non  pas d’être le lecteur, mais le témoin privilégié d’un drame qui va se jouer sous vos yeux.


Oubliez tout ce que vous croyez savoir de l’univers des flics, ou plus précisément de ces agents chargés de la surveillance du territoire, garants de la sécurité d’une société insouciante des dangers auxquels elle est exposée.

 

Délaissez l’imaginaire  cinématographique hollywoodien et l’univers des séries U.S qui regorgent de technologies et d’hommes affutés à tous les genres de combats. Cette réalité esthétique de papier glacé n’a rien à voir avec celle que nous propose Philippe Bérenger.


Lyon. La deuxième bombe éclate. Un « croissant noir » pour nom, une troisième bombe pour menace. Aucune piste. La société est aveugle, un mouton paranoïaque qui ne sait pas d’où viennent les coups. Où chercher ?


Les différents services de police et de renseignements sont sur les dents ! Chacun surveille son secteur en croisant les doigts que ca ne vienne pas du sien. Pour le capitaine Frank VENEL la course contre la mort est engagée. De supputations en renseignements, de filatures en recoupements, son équipe court plusieurs poissons à la fois sans savoir vraiment ce qui remontera à la surface.


Quand enfin l’intuition laisse la place aux certitudes, c’est avec le tic tac de la troisième bombe dans la tête  que VENEL tentera d’avorter le troisième attentat en gestation.

Ce roman est saisissant de réalisme. Philippe Bérenger nous plonge dans le quotidien de flics qui pour mettre en échec l’ennemi  n’ont que leur sens de l’observation et leur patience pour seules armes. Car ici pas ou peu de technologie, en dehors de balises servant à suivre des véhicules à distance.


 Ce roman démystifie le flic plongé dans l’action permanente et bardé de moyens. Car la réalité est tout autre, faite de journées entières à planquer dans un appartement pour surveiller un quartier, une rue, un immeuble. Un travail laborieux, des heures d’attente peu gratifiantes, où le sens de l’observation peut faire la différence et soulever un début d’affaire, ou saisir l’esquisse d’une piste.


A travers ses mots, Philippe  Bérenger nous décrit des hommes qui ont tout de l’anti héro , philippeberengeravec leurs doutes, leurs fêlures, leurs espoirs , leurs frustrations et les résignations d’une vie liée à un boulot qui fait d’eux des ombres, observant le monde évoluer sous leurs yeux, témoins de la décrépitude d’une société qui fabrique de la misère et laisse les plus démunis à la merci de la loi du plus fort.


 Des personnages attachants, parfois bouleversants d’humanité, à l’image du capitaine VENEL qui entretien avec sa fille, adolescente rebelle au caractère déjà bien trempé, une relation rude mais pleine de tendresse. Un homme qui, face à la violence qui se déchaine aveuglément a besoin terriblement d’aimer.


Autant de personnages, autant de portraits hors du commun qui donne à cette équipe un visage.


Mais la réussite de  Philippe Bérenger,  c’est aussi d’arriver par son style court et rythmé à nous transmettre cette atmosphère d’urgence, cette pression  de plus en plus forte à mesure que le temps s’égraine mais que l’équipe ne trouve pas. Une pression  étouffante que le lecteur ressent au fil des pages.


Sans doute l’entame de la lecture de ce roman est un peu déroutante pour le lecteur. Le style est direct, le langage celui de la rue. De nombreux personnages interviennent,  avec qui il convient de faire connaissance.


Mais très vite on se laisse embarquer par l’histoire, le lecteur devient un membre de l’équipe. Par contre, l’introduction tout au long du roman d’extraits de procédures à suivre en fonction des situations auxquelles est confronté un agent de police , ne me semble pas pertinente. Le roman aurait gagné en fluidité en leur absence.


Voilà en tout cas un roman qui aura touché au but.  Surpris par le thème abordé, je n’en ai été que plus séduit par l’histoire qui m’a été proposée, loin des clichés habituels.


A  travers son roman, peut être devons nous comprendre  que ce n’est pas forcément dans l’idéologie de l’intolérance et de l’extrémisme que prendront corps les bombes de demain, mais peut être bien dans les plis de la misère et du désespoir que notre société engendre.


 Philippe Bérenger a en tout cas  des choses à raconter, et il le fait de fort belle manière.  Gageons que son prochain roman vienne confirmer cette excellente première impression.

Repost 0
Published by La petite souris - dans Auteurs Français
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 14:51

Martin MICHAUD

EDITIONS FIRST

 

les-ames-traquees.gifSi  je n’ai rien contre les auteurs scandinaves, il y en a d’excellents et j’en lis souvent, je me dis quand même qu’il serait grand temps que le torticolis qui touche les lecteurs français depuis plusieurs années et qui les oblige à regarder fixement vers le nord, cesse enfin.

 

Peut être alors pourront-ils opérer un léger mouvement de tête vers l’Ouest, vers l’Amérique du Nord et le Québec plus précisément, où ils pourront alors poser leur regard sur un gisement de jeunes auteurs de polars au potentiel particulièrement prometteur.

 

Il ne serait pas impossible d’ailleurs, que demain, la nouvelle vague (nouvelle mode ?) nous vienne d’outre-Atlantique ! Et ce n’est pas mon ami Richard qui me démentira, lui qui depuis un longtemps déjà essaye d’attirer l’attention de ses cousins du Vieux Continent sur ce qui se passe d’intéressant chez lui ( son blog est à découvrir ici:  link!)

 

Les éditions FIRST elles, ont eu cette curiosité et elles ont été bien inspirées puisque c’est à elles que nous devons aujourd’hui  la parution en France du roman  d'un de ces jeunes auteurs, «  les âmes traquées » de Martin MICHAUD. Un premier roman qui laisse augurer une belle carrière  pour ce jeune écrivain qui a déjà publié plusieurs livres au Canada.

 

Il y a des jours comme ca où rien ne tourne rond. Prenez par exemple Isabelle Fortin. Après une soirée bien arrosée avec sa meilleure amie et une nuit agitée par un étrange cauchemar, la voici qui se lève en retard pour aller au boulot ! Heureusement pour elle, elle arrive à rejoindre son bureau sans  se faire remarquer. Alors quand une collègue l’invite à la rejoindre en bas de l’immeuble pour boire un café, plus de scrupules, elle accepte.

 

 Mais aurait-elle pu penser un seul instant que quelques minutes plus tard elle serait étendue sur la chaussée, renversée par une berline noire qui prendrait  la fuite ? Aurait-elle pu envisager qu’elle se réveillerait sur un lit d’hôpital où on lui apprendrait qu’elle vient d'y passer plusieurs heures dans le coma ?

 

Sans doute pas ! D’autant que ses souvenirs ne correspondent pas du tout avec ce que les médecins peuvent lui rapporter des évènements. Isabelle elle, est convaincue de s’être relevée de son accident avec l’aide d’un individu appelé Miles, et d’avoir passé le reste de la journée en sa compagnie. Et tant pis si le corps médical lui explique qu’il s’agit d’une élucubration, un tour joué par son imagination dû au traumatisme subi, et si elle ne comprend pas ce qu’elle fait sur ce lit d’hôpital. Les choses étaient tellement réelles qu’elle refuse de croire ce qu’on tente de lui expliquer.


 Alors elle va quitter l’hôpital et se mettre à la recherche de cet homme. Mais la quête va s’avérer ardue. Miles existe-t-il vraiment ? Pourtant, par son entêtement elle finira par attraper ce petit bout de fil sur lequel elle va tirer pour dérouler la pelote d’une vérité qui va s’avérer incroyable.

 

Victor Lessard, lui, est flic à Montréal. Ancien alcoolique, traînant avec lui le souvenir d’un drame personnel, c’est lui qui récupère l’affaire du délit de fuite dont a été victime Isabelle. Sans doute s’agit-il d’une conduite en état d’ébriété comme on en dénombre beaucoup dans la ville.

 

 Pour lui de toute façon, l’urgence est ailleurs. Un tueur sévit en ville et laisse derrière lui des Michaud Martincadavres  abattus froidement d’une balle dans la tête. Sur place, des indices sont laissés volontairement comme pour  se jouer de la police.


Pourtant quand on retrouve dans le coffre d’une Mercédès volée  le cadavre d’un individu en lien avec l’affaire, et que cette voiture s’avère être celle qui a tenté de renverser Isabelle, l'enquête prend du coup une  toute autre tournure. Et il devient dès lors urgent pour l’inspecteur  de retrouver Isabelle.

 

Pour son premier livre, Martin Michaud s’en sort haut la main. Car le pari est osé. Mélanger deux histoires qui finissent en confluent  des dernières pages est un exercice toujours périlleux, a fortiori pour un premier roman.  Pourtant, un style concis, des chapitres courts donne au roman son rythme, quand l’alternance des temps et des narrateurs lui donne sa visibilité.

 

Mais faire d’un thème banal de prime abord, une histoire vraiment originale et haletante comme « les âmes traquées », demande d’avoir ce petit plus qui fait la différence. Et Martin Michaud est doté de cette imagination astucieuse qui lui permet d’introduire dans son roman une part d’inattendue qui donne à celui-ci une autre dimension.

 

En traversant l’atlantique ce roman a perdu son titre original. Peut-être était il trop long, mais j’avoue qu’ «  il ne faut pas parler dans l’ascenseur », s’il n’était en rien évocateur du contenu du roman,  l’était en tout cas de l’esprit de ce flic,  personnage atypique  et attachant que l’on se plairait à retrouver dans un autre roman de l’auteur.

 

Un premier essai concluant donc ! Gageons que nous puissions dans un avenir pas trop lointain découvrir les autres œuvres de cet écrivain québéquois.

Repost 0
Published by La petite souris - dans auteurs québéquois

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook