Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 23:08

  Le-bonhomme-de-neige.jpg

 

LE BONHOMME DE NEIGE de JO NESBO

Editions Gallimard/FOLIO Policier

 

Ce ne sont pas les circonstances météorologiques du moment qui m’ont poussés à porter mon choix de lecture sur ce roman, mais bien l’envie pressante de me plonger dans une nouvelle aventure de l’inspecteur Harry Hole.


Personnage récurrent de Jo Nesbo (un auteur norvégien qui à l’ombre des stars nordiques creuse patiemment mais sûrement son sillon dans l’univers du polar et du roman noir scandinave) Harry Hole est un inspecteur baroudeur que nous retrouvons pour sa septième enquête. S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les précédentes aventures de ce personnage si particulier pour bien comprendre ce nouvel opus, on peut cependant en recommander la lecture pour bien en saisir l’évolution psychologique au fil du temps.


Dans une Norvège qui avec les premiers flocons de neige, s’engourdit lentement de l’hiver, une femme disparait, laissant derrière elle un mari et son jeune fils. Aucune trace, aucun indice. Sauf ce bonhomme de neige, surgit de nulle part, et qui regarde fixement la maison de la disparue.


L’inspecteur en chef Harry Hole , gentiment raillé par ses collègues pour voir systématiquement un tueur en série derrière chaque affaire qu’il a en charge, et ce depuis qu’il a effectué un stage sur le sujet aux USA, a semble-t-il des raisons d’être inquiet .


Et lorsque, quelques temps plus tard, une autre mère de famille disparait, le doute n’est plus permis. Pire, cette fois ci la tête décapitée de la victime est retrouvée sur le buste d’un nouveau bonhomme de neige. Hole se voit confirmé dans son appréhension initiale, et il a maintenant la confirmation que la lettre anonyme qu’il avait reçue il y a peu, n’était pas l’œuvre d’un illuminé bluffeur, mais bien celle d’un être malfaisant qui annonçait bien clairement la couleur :

«  La première neige ne tardera pas. Et il ressurgira alors. Le Bonhomme de neige. Et quand la neige aura disparu, il aura de nouveau pris quelqu’un …/… »


A la tête de son équipe celui-ci va organiser la traque. Il recevra le renfort opportun d’une nouvelle collègue, venue de Bergen à Oslo, Katherine Bratt, une femme à l’esprit vif, déterminée, et efficace, mais aussi une femme qui se livre peu. Celle ci ne tardera pas à devenir la coéquipière de Hole. Grâce à elle, l’équipe d’enquêteurs va découvrir que le nombre de disparitions de femmes mariées et mères de famille, est anormalement élevé depuis une vingtaine d’années en Norvège, et que certaines disparitions sont certainement liées à l’affaire en cours à Oslo.


A partir de minces éléments de départ, Harry Hole va progressivement remonter les fils d’une trame qui s’esquisse au fur et à mesure, à force de patience et de recoupements méticuleux. Malheureusement pour lui, ce qui semble accessible devient vite insaisissable, et les apparences sont parfois trompeuses, même pour le plus endurcit des flics d’Oslo.


Difficile pour cet inspecteur fatigué, fin limier mais piètre pilote de sa propre existence, de se maintenir à flot et de résister à ses vieux démons, pour mener à bien son enquête.

 

Difficile de démêler les fils de sa vie, encore empêtrés dans une relation avec son ex,  qu’il a du mal à classer dans la rubrique «  histoires anciennes ».


Mais finalement, boire l’aide à réfléchir, à garder ou retrouver ses valeurs, et au final à rester vivant. « …Ils avaient peut être eu quelques réponses, mais pas toutes. Jamais toutes. Comme celle visant à déterminer si la folie et la méchanceté sont deux choses distinctes, ou si c’est seulement nous qui avons décidé qu’à partir du moment où nous ne comprenons plus les motifs de la destruction, nous appelons cela de la folie. Nous sommes capables de comprendre que des gens doivent lâcher une bombe atomique sur une ville peuplées d’innocents, mais pas que d’autres doivent éventrer des prostituées qui répandent la maladie et la décadence morale dans les bas quartiers de Londres. En conséquence de quoi nous donnons au premier cas le nom de réalisme et au second celui de folie. »


Comment rebondir quand ce qui était résolu ne l’est pas, quand la vérité peut fondre comme de la neige et glisser entre les doigts ? Il faudra bien toute la perspicacité  d’Harry Hole pour venir à bout de ce palais des glaces dans lequel lui et son équipe déambulent à la recherche de la bonne issue.


Certains trouveront peut être que ce roman est un peu long à démarrer. Sans doute contient-il quelques longueurs au début. A vrai dire, arrivé à la moitié du roman je me suis surpris à un soupir d’impatience, à cause du rythme , à cause du fait que j’étais sûr de mon coupable (prétentieux que j’étais à vouloir endosser le costume d’enquêteur !). Mal m’en a pris ! Car je suis tombé systématiquement dans les chausse-trappes mis en place par l’auteur.


Ce roman c’est un peu comme un toboggan. On gravit d’abord lentement les barreaux de l’échelle. C’est le temps où l’histoire se met en place, où le décor est planté et l’atmosphère délivrée. Puis on s’assoit en haut du toboggan, on croit que l’on a fait le plus dur, que l’on tient le coupable. Alors vient la descente, de plus en plus rapide. C’est l’histoire qui s’emballe ! Puis surviennent les virages du toboggan, on file à droite vers un autre coupable, avant de virer brutalement vers un autre possible. On est enfin pris dans l’ivresse de la lecture. On respire à pleins poumons cette histoire et on se réjouit de la sensation d’être baladé par un auteur qui maîtrise parfaitement son art ! Et on glisse, on dévore les pages, on s’impatiente à nouveau, de plaisir cette fois, pour enfin savoir ! L’auteur nous plonge la tête dans la neige et nous empêche de reprendre notre souffle jusqu’à la sortie finale de cette histoire glaçante.


Jo Nesbo est un artisan de l’écriture. En quelque mot il accouche d’une atmosphère. Il transforme un personnage adoré des enfants et symbole de joie et d’innocence, le bonhomme de neige, en un totem maléfique qui donne froid dans le dos, et nous angoisse jusque dans nos pensées.


La structure narrative est complexe mais la partition est parfaitement jouée. Et Jo Nesbo ne s’attache pas uniquement à l’intrigue, mais également à ses personnages, dont il ciselle les portraits psychologiques avec la précision d’un orfèvre.


 Je ne rajouterai pas ma louche au discours ambiant qui depuis des mois encense les auteurs nordiques (alors qu’il suffit de tourner la tête vers des pays voisins ou plus lointains, voire de regarder chez nous, pour s’apercevoir  que la même vigueur et la même richesse d’écriture existe ailleurs qu’en Scandinavie) .Leur talent est indéniable. Mais si j’aime des auteurs comme Larsen, läckberg, Eriksson et plus récemment Kepler, j’avoue que Jo Nasbo a ma préférence.


Aux dernières nouvelles il semblerait que « Le bonhomme de neige » connaîtra un prolongement au cinéma, puisqu’il est question d’une adaptation pour le 7ème art.


En attendant, pour les amateurs de Jo Nesbo, son nouvel opus devrait sortir en Février avec un roman intitulé «  le Jaguar ».


Pour les autres, histoire de finir de vous convaincre de lire Jo Nesbo, ou tout simplement pour le plaisir je vous glisse ci-dessous la bande annonce…….du livre !!!


Bonne lecture et à bientôt !!

 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eskalion - dans auteurs Norvégiens
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 22:31

 INFORMATION POUR NOS AMIS PARISIENS ( et des environs)

 

image rey

  Gilles REY 


réalisateur et producteur de télévision , mais aussi écrivain, dédicacera son dernier roman : 


MEFIEZ-VOUS DE VOS VOISINS

(ED. Papier Libre/Polar en poche)

couve_mefiez_vous_de.JPG

 

les lundi 13 et mardi 14 décembre de 18h00 à 21h00 à la Galerie Grand E Terra

3, rue de Miromesnil 75008 Paris

 

L'occasion de rencontrer cet auteur , mais aussi l'opportunité de  découvrir également une artiste peintre coréenne Sun Young Min qui expose ses oeuvres. 

 

Un sympathique moment de rencontre et d'échanges à ne pas manquer si vous êtes dans le secteur.

 


Repost 0
Published by Eskalion
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 08:07

la confrerie des mutilés

"La confrérie des mutilés" de Brian EVENSON

10/18 Domaine étranger

 

 

Autant le dire tout de suite. Si vous avez plutôt l’âme sensible, abstenez vous de lire ce livre ! Abstenez vous d’ailleurs de lire ce billet, sinon il se pourrait bien qu’avant la fin de celui-ci vous soyez pris de nausées ! Mais quel dommage pour vous !  Car ce roman est odieux ! Magistralement et délicieusement odieux !

 

Kline est un policier. Au cours d’une enquête, il se retrouve face à criminel armé d’un hachoir. Pour en réchapper, il n’a d’autre solution que de laisser le tueur  lui trancher la main, ce qui dans ce court laps de temps, lui permet  de saisir son arme de service de son autre main valide, et de tirer une balle dans l’œil de l’assassin. Pour couronner le tout, Kline va cautériser lui-même son moignon ensanglanté sur une plaque électrique!  (Je vous vois faire la grimace cher lecteur, mais je vous avais prévenu, d’ailleurs ce n’est rien comparé à la suite ! Accrochez vous donc !)

 

Cet exploit, rapporté dans la presse, ne va pas passer inaperçu. En particulier auprès d’une secte constituée exclusivement d’individus  amputés d’un ou plusieurs membres, qui reste admirative devant ce geste insensé qui vient d’être accompli.

 

Pendant sa convalescence, Kline va être contacté par celle-ci pour lui demander de se déplacer dans ses locaux pour une affaire urgente. Notre policier refusera, et ce qui n’était qu’une demande courtoise va rapidement se transformer en une invitation ferme et coercitive, formulée par deux anges gardiens un peu trop directifs.

 

Dans cette confrérie, l’organisation y est très hiérarchisée. Les places  et les grades s’établissent en fonction du nombre d’amputations comptabilisées sur la personne. Si vous ne possédez qu’un seul moignon, vous n’êtes qu’un  vulgaire « Un » et occupez le bas de l’échelle. Par contre vous êtes un « onze » et occupez le haut du panier s’il vous en manque à ce point ! (je vous aide à traverser la rue ?)

 

Et c’est justement un Onze que va rencontrer notre homme, pour se voir confier une enquête qu’il ne peut refuser faute d’y laisser un peu plus que quelques membres .Le gourou de la secte a été assassiné et il convient d’en trouver le coupable.

 

Alors débute véritablement la descente aux enfers pour notre inspecteur si particulier. Car le problème voyez vous, c’est que les membres de cette confrérie ont la fâcheuse habitude de ne parler qu’à des personnes de rang égal ou supérieur. Et donc pour pouvoir les interroger et obtenir des informations il faut se mettre à leur niveau. Et pour se faire, avoir l'esprit de sacrifice. Vous me suivez jusqu’ici ?( ah je vois que vous commencez à pâlir ! ) Et la question est de savoir jusqu’où notre héro involontaire est il prêt à aller pour découvrir la vérité !

 

Les choses vont rapidement aller de mal en pis pour Kline devenu bien malgré lui une icône de ces croyants vouant un culte si particulier au don de soi.  Son enquête le conduira à découvrir un groupe dissident de la confrérie ! Il se retrouvera bien malgré lui l’enjeu et l’outil de cette confrontation à mort entre les deux organisations rivales.

 

Et c’est donc au milieu de ce capharnaüm que notre flic va patauger et tenter de surnager. Au final celui-ci optera pour une solution radicale qui transformera le reste du roman en un cataclysme sanguinolent du meilleur effet !

 

Ce livre est hors norme. C’est un roman obsédant, dérangeant, qui vous met extrêmement mal à l’aise, mais dont on ne peut s’empêcher de se délecter à chaque page, tant nous prenons plaisir à l’inconfort. Car derrière le premier degré, abrupt et violent, se cache un humour noir jouissif, omnis présent.

 

La scène de la stripteaseuse qui une fois effeuillée de son soutien gorge et de son string , prolonge le spectacle en se décortiquant comme une écrevisse un soir de réveillon en s’ôtant bras, jambes, œil, seins,fesses…. est croustillant d’obscénité ! ( oh! mais vous changez de couleur cher lecteur, asseyez vous donc et gardez ce petit sac près de vous, sait on jamais!)

 

L’auteur est un ancien mormon qui a été sommé par son église de choisir entre l’écriture et sa foi. Heureusement pour nous, Brian Evenson a décidé de commettre des romans.

 

 Sans doute règle-t-il d’ailleurs quelques comptes avec la religion en général ,qu’il monte en dérision à travers ce débat ubuesque qui agite la confrérie , pour savoir  si l’amputation d’un orteil à la même valeur que celle d’un pied ou d’un bras dans le décompte des amputations !  Où lorsqu’il décrit les membres du groupe dissident où tous s’appellent  Paul ! Vous imaginez les dialogues !

 

Et ne cherchez pas la moindre notion de bien ou de mal, de remord ou de doute, vous n’en trouverez pas. Evenson ne s'attache pas à l' épaisseur psychologique de ses personnages. Tout juste Kline se demande de quoi le lendemain sera-t-il fait. La force d'Evenson reside dans les situations qu'il mets en place, dans son écriture épurée qui sert une mise sous tension du lecteur de plus en plus forte et étouffante.

 

J’avais déjà dans ma bibliothèque un livre de Brian Evenson que je n’ai pas encore lu , « Inversion », qui semble baigner lui aussi  dans un univers tout aussi curieux.Je crois que je vais bientôt m’intéresser à lui ! Mais pas trop vite non plus, histoire de me remettre un peu de celui ci qui a quand même accompli l'exploit de me faire faire un cauchemar( moi qui n'en fait jamais) où je rêvais que l'on m'avait amputé des deux mains! Avouez que cela aurait été ballot pour écrire cette critique!

 

Quant à vous cher lecteur, si la lecture de ce billet ne vous a pas retourné l’estomac, il ne vous reste plus qu’à vous lancer dans celle de ce roman si particulier ! Mais attention, à le dévorer, il se pourrait bien que les bras vous en tombent !

 

Bonne lecture!

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Américains
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 08:36

Le mois de décembre est traditionnellement un mois calme côté parutions.Aussi exceptionnellement un seul et unique billet pour présenter les nouveautés en grand format et en format poche. Malgré tout, quelques sorties interessantes sont à noter :

 

GRAND FORMAT

 

 

Editions KRAKOEN

 

le-monde-est--jpg

"Le monde est un bousillage" de Jose Noce

Collection "Forcément noir"

sortie le 15 /12


Un beau jour sur une petite île, un type est débarqué d’un hélico avec une oreille en moins, et un petit trou en plus dans la tempe. Sur le point de trépasser, on le ranime avec toutes sortes de petits cailloux blancs aiguisés comme les dents des requins du même métal. Doucement, avec plus ou moins de tact, on ressuscite sa surprenante réalité. Entre flash-back émoussés et thérapies de pointe, notre homme, ex professeur de lettres, va revivre, dans tous les sens du terme, le parcours de son existence rocambolesque. Aussi le voyage autour du monde de ce drôle de zigoto est-il à cataloguer dans le registre : pertes et fracas…

 

Editions PLON Noir retro

 

Noel-au-chaud.jpg

"Noël au chaud" G.J Arnaud

sortie le 02/12

 

Un de ces villages de Provence où les maisons poussent à l’identique, étouffant, au bout du chemin, la grande bâtisse que nous aimerions retaper. C’est la demeure de Raymonde, 76 ans, et tous, au village, souhaitent que cette vieille dame la vende ; le lotissement prévu par Monsieur le Maire, pourrait ainsi voir le jour. Mais voila !, veuve, sans enfants, cette maison même trop grande pour elle, c’est sa vie à Raymonde, avec tous ses souvenirs. Alors vendre, jamais !
Petit à petit, en regardant les autres vivre avec leurs affections, leurs bonheurs, l’idée lui vient de faire ce qu’il faut pour vivre son rêve : la chaleur d’une famille et d’un « Noël au chaud ». Et pour cela, elle est prête à tout !

 

Editions FIRST

 

la-symphonie.jpg

" La symphonie d'Einstein " Alex ROVIRA et Francesca MIRALLES

 

À Barcelone, Javier, journaliste à la radio est un assez bon connaisseur d'Einstein. C'est la raison pour laquelle il accepte de remplacer au pied levé un intervenant absent dans une émission scientifique. Après l'enregistrement, l'équipe lui remet une enveloppe déposée par un auditeur anonyme. Le contenu de celle-ci n'a rien de commun : une lettre affichant simplement la fameuse formule E=mc² et une invitation à Cadaquès.


Javier ne tarde pas à se faire entraîner dans une série d'énigmes qui le mène, lui et la belle Sarah (une autre spécialiste d'Einstein), à travers de nombreux pays, à la recherche de l'Ultime Réponse léguée par le célèbre scientifique à sa descendance inconnue.

 

Qui est cette mystérieuse jeune fille aux couettes bleues qui poursuit nos deux héros ? Que veulent les deux organisations secrètes qui se battent pour la dernière théorie du grand Einstein ? Son dernier message, qui éveille toutes les concupiscences, s'avère pourtant très inattendu...

 

Editions BALLAND

 

meurte-en-hivers-polaire.jpg

"Meurtre en hiver polaire" de James Thompson le 02/12

 

Kari Vaara est à bout de souffle depuis sa précédente affaire. Souffrant d’insomnie chronique, hanté par ses démons, il est désormais inspecteur pour la criminelle d’Helsinki, la célèbre Murharyhmä. Délaissant sa femme enceinte de huit mois et demi, Vaara enquête sur un ancien héros de la Seconde Guerre mondiale, âgé de quatre-vingt-dix ans, soupçonné de complicité de crimes de guerre. Alors que l’Allemagne réclame l’extradition du vieil homme, le ministre de l’Intérieur finlandais demande de classer l’affaire. De quoi éveiller la curiosité de notre homme. Saura-t-il, cette fois, garder ses fantômes à distance et éviter que sa carrière n’empiète trop avant sur sa vie privée ?
Editions MARE NOSTRUM

le-bourreau.jpg
"Le bourreau de Puigcerdà" de Daniel Hernandez

Au coeur de Puigcerdà, la découverte de cadavres encore chauds dans un charnier de la guerre civile précipite Pere Llobregat, commissaire de la police autonome catalane, sur le devant de la scène judiciaire, politique et médiatique espagnole. L'enquête va rapidement rebondir et Jepe Llense, l'alter ego perpignanais, devra venir à l'aide du limier barcelonais. ...
Depuis les bordels de La Jonquera jusqu'aux clubs échangistes du Cap d'Agde, en passant par les bars de Cerdagne, le duo de choc prendra en chasse un tueur qui joue toujours avec un coup d'avance. Alors qu'ils croient enfin l'avoir piégé, Pere Llobregat et Jepe Llense vont débusquer un survivant des bataillons de la mort franquistes aussi insaisissable qu'un fantôme.

Editions TELEMAQUE

brasiers

" Brasiers" de Derek NIKITAS 

 

 

Lucia Moberg, « Lou », aura 16 ans dans une semaine. Du haut de son mètre cinquante et de sesDoc Martens violets, elle n’est pas sûre d’aimer la vie mais elle adore son père, professeur de Lettres à l’université d’État de New York.

Ce samedi après-midi, elle l’a entraîné au centre commercial d’Ontario Ridge pour une course sans importance…

Rien ne l’a préparée au cauchemar qui s’enclenche.

Il était une fois l’enfer…

 

« Derek me doit une nuit blanche ! Son chapitre d’ouverture m’a abasourdi. Difficile de croire quec’est un premier roman, c’est un livre simplement fabuleux ! » Ken BRUEN

 


 

 FORMAT POCHE

 

 

 

Editions FOLIO POLICIER

 

  FOLIO-POLICIER-BIALOT-Nuit-souvenir.jpg

«  La nuit du souvenir » de Joseph BIALOT  le 16/12

 

Rescapé des camps de la mort à 20 ans, Lucien Perrain a reconstruit sa vie. Il possède une entreprise florissante et adore son petit-fils qui symbolise, pour lui, sa victoire sur la mort. Jusqu'au jour où le garçon est enlevé. Pas question pour Lucien Perrain de payer la rançon exigée par les ravisseurs. Il s'est juré, en sortant des camps, que plus personne n'aurait de pouvoir sur lui. L'attaque étant la meilleure des défenses, Lucien va montrer les dents. Il prend l'offensive, quitte à entreprendre un voyage au fond de la mémoire qui pourrait bien le mener, de nouveau, en enfer.


FOLIO-POLICIER-SIMENON-Outlaw.JPG

«  l’outlaw » Georges SIMENON  le 16/12

 

Stan est coincé. Il a froid, faim, n’a plus un sous et ne sait pas ou dormir. La porte des amis reste close. Sa compagne le quitte et retourne vers d’autres hommes en mesure de la protéger. Lui est trop mou, trop indécis pour s’en sortir dans un monde qui, si vous êtes hors du coup, ne fera rien pour vous aider. La police surveille et verrouille tout. Stan, d’origine polonaise, sous le coup d’un arrêté d’expulsion, erre dans Paris jusqu’à ce qu’un inspecteur lui propose d’infiltrer contre argent une bande de criminels endurcis. Des hommes et une femme qui n’hésitent pas à torturer et tuer pour récupérer des bas de laine. Maladroit, mauvais menteur, fragile et pris dans la nasse d’un quotidien sordide, Stan va participer à son tour à des agressions planifiées d’une rare violence. Ses complices, très vite, impitoyables lui demanderont de faire ses preuves…

 


 

Domaine 10/18 poche

Domaine Grands Detectives


la-croisade-des-tenebres.jpg

Giulio Leoni " La croisade des ténèbres » de Giulio LEONI  le 2 /12

 

En pleine écriture de La Divine Comédie, Dante accepte à contrecoeur le poste d'ambassadeur de la ville de Florence au Vatican. À peine arrivé à Rome, le poète se retrouve confronté à une série d'événements troublants : des prostituées éviscérées flottent dans les eaux du Tibre ; un mystérieux sarcophage est exhumé au château Saint-Ange... La ville sainte serait-elle devenue le terrain de jeux de pratiques pour le moins sauvages ? Quel lien secret unit ces ténébreuses affaires ? Contraint d'abandonner son habit de diplomate, le grand poète entame une dangereuse croisade, où complots et machinations se tapissent dans l'ombre menaçante de l'Inquisition...

 

les-enfants-perdus.jpg

 « Les enfants perdus de l'Empire » de R.N MORRIS  2 /12

 

Saint-Pétersbourg, 1870… Un enfant travaillant dans une filature disparaît mystérieusement. Peu après, une des plus belles femmes de la haute société est assassinée lors d’une soirée privée…


Deux crimes qui révèlent les fissures profondes de la société russe sous le règne finissant des derniers tsars. Si la disparition de l’enfant n’émeut guère les autorités, la mort de la belle, intime de la famille Romanov, crée des remous jusqu’à la Cour. L’hiver approche, labrume s’abat sur la ville ; d’autres enfants ont disparu, et, alors même que la vie de Porphiri Pétrovitch semble menacée, voilà que la police secrète du tsar se manifeste…

 

Le-chat-qui-inspectait-le-ss-sol.jpg

 

« Le chat qui inspectait le sous-sol »  de Lilian Jackson Braun

 

Pour échapper à l'agitation de Pickax, Jim Qwilleran décide de regagner son chalet au bord du lac du comté de Moose. Entre commérages de voisins et balades au coucher de soleil, notre auteur profite de l'occasion pour agrandir sa maison. Mais les charpentiers disparaissent chacun leur tour… faisant de lui le suspect numéro 1 ! Les vacances du célibataire le plus convoité de la région tournent à la chasse à l'homme… Tandis que Koko, d'habitude si prompt à grimper sur les étagères, préfère flairer du côté du sous-sol pour déterrer le mobile de ces crimes catastrophiques.

le-chat-qui-sniffait-de-la-colle.jpg

 

« Le chat qui sniffait de la colle »  de Lilian Jackson Braun

 

Auprès de ses pittoresques amis du pays d'En-haut, Jim Qwilleran, prêt à savourer une vie paisible de grand luxe, s'est trouvé une nouvelle occupation : le théâtre. Mais Mooseville devient la scène d'une tragédie avec l'assassinat de l'héritier du banquier local. Dans une ville où tout le monde se connaît, la nouvelle fait l'effet d'une bombe. Comment soupçonner son voisin ? Jim, qui avait promis à ses deux fidèles compagnons, Koko et Yom Yom, de ne plus fourrer son nez dans les enquêtes, a bien du mal à tenir ses engagements…

 

Editions POCKET

 

flint.jpg

 


 

« FLINT » de Paul EDDY le 02/12

 

Tous en doutaient, mais Flint est revenue. Laissée pour morte aux côtés de son partenaire abattu, elle a vécu l'enfer. Après des mois de reconstruction, esthétique et mentale, c'est une Flint apparemment intacte qui réintègre son service. À l'intérieur pourtant, c'est une femme brisée. Elle qui prenait tous les risques pour son métier, n'y croit plus : le terrain, c'est fini.
Mais la lutte contre le grand banditisme ne peut se priver de son meilleur atout. La reine de l'infiltration enfile à nouveau son costume. Son but ? Coincer Frank Harling, escroc de la finance responsable de son agression. En priant pour que les dés, cette fois, ne soient pas pipés...

 

la-revanche-de-flint.jpg

" La revanche de Flint" de Paul EDDY le 02/12

 

Chacun sait que Grace Flint ne lâche pas sa proie. Jamais. Si Karl Gröber, ex-agent de la Stasi, lui a échappé par le passé, il ne s'en tirera pas cette fois. Blanchiment, prostitution, trafic d'organes... Gröber et son comparse albanais Carçani sont dans sa ligne de mire et Flint ne tremble pas.


Ou du moins pas pour elle. Car sa couverture d'enquêtrice ès fraude fiscale passée à l'ennemi se fissure bientôt. Confrontée à ses traumatismes d'enfance, à des menaces sur sa famille, Flint vacille. Elle n'est plus seule dans cette course au danger - la seule solution : se jeter dans la gueule du loup...

 

juste vengeance

 

"Juste vengeance ' de J.P TRACY le 02/12

 

En plein coeur d'un été caniculaire, Minneapolis frissonne. La police vient de découvrir coup sur coup, et dans un même quartier, le cadavre de plusieurs personnes âgées. La chaleur n'a rien à voir avec ces décès : les octogénaires ont tous été assassinés. Même si le seul lien entre les meurtres est l'âge avancé des victimes, les inspecteurs Gino Rolseth et Leo Magozzi privilégient la piste du tueur en série. L'homme semble frapper au hasard, alors prévenir de nouveaux crimes ? Et si la suite de chiffres tatouée sur l'avant-bras de certains des vieillards ne donnait enfin un sens à cette hécatombe...

 

la-coupable-idealz.jpg

 

 

" La coupable idéale" de Judith McGNAUGHT le 02/12

 

y a-t-il un couple plus glamour que Leigh et Logan Manning ? Elle, jeune et belle, triomphe chaque soir à Broadway. Lui, tout aussi séduisant, est un architecte reconnu. Pourtant, il n'aura fallu qu'une tempête de neige pour que tout s'effondre. Logan est porté disparu près de leur nouveau chalet en pleine montagne. Leigh est soupçonnée du meurtre de son mari. Et si ce ménage parfait n'était qu'une façade ? La jeune femme a bien du mal à se justifier et à éclaircir sa relation ambiguë avec un homme d'affaires véreux. Sous les feux croisés de la police et des médias, elle n'a plus qu'un seul espoir : qu'on retrouve son mari vivant.

 

accident-man.jpg

"Accident Man" de Tom CAIN le 02/12

 

 

31 août 1997. Ancien soldat d'élite désormais au service d'une organisation secrète, Samuel Carver intervient dans le cadre de missions homicides : il neutralise les « salauds » en déguisant leur mort en accident.


Appelé précipitamment à Paris pour éliminer un dangereux terroriste, il provoque sa disparition dans un accident de voiture sous le pont de l'Alma. Quelques heures plus tard, il découvre la véritable identité de sa victime. Pour Carver, ce n'est que le début d'un long tunnel...

 

Editions FLEUVE NOIR

 

 

ca-baigne-ds-le-beton.jpg

 

"Ca baigne dans le béton" de San ANTONIO le 09/12

 

 


M. Blanc m'avait pourtant prévenu : « Quand on entre dans le grosso modo du Lion, rien ne va plus ! Une période de haute merde commence. »

 
Tout foire : les femmes les plus choucardes deviennent tartes comme un plat de furoncles et les mecs les plus virils se mettent à goder comme des cravates ! Voilà pourquoi, ayant à charge de protéger un couple de vieux kroums gâtochards, nous nous retrouvons mes potes et moi, avec quatre cadavres sur les brandillons. Moi, tu me connais ? Au début, je ne voulais pas y croire, cartésien comme il est, ton Sana. Seulement, j'ai vite pigé ma douleur ! On vit une époque épique, je te jure !

 

baise-ball.jpg

"Baise ball à La Baule" de San ANTONIO le 09/12

 

« Si tu n'as jamais vu le prince Charles d'Angleterre complètement mort, le nez dans une salade de homard, lis ce book.
Si tu n'as jamais vu Béru propulser deux nonnes dans des cageots de tomates, lis ce bouquin.
Si tu n'as jamais vu San-A aux prises avec un couple mystérieux qui le ridiculise, lis ce polar.
Mais si tu as le palpitant qui déconne, l'ami, alors ne lis pas ce chef-d'oeuvre , il te tuerait !


 

Editions le Livre de Poche


 

le-doigt-coupe.jpg

 

" Le doigt coupé de la rue Bison " de François CARADEC

 

Un doigt coupé appartenant à une femme, ramassé rue du Bison, est le point de départ d'une enquête menée par le commissaire Pauquet. Ce dernier rencontre des suspects qui semblent tous avoir quelque chose à cacher.

 

le-temps-d-anais.jpg

" Le temps d'Anaïs" de SIMENON le 1er/12

 

Pas de résumé de disponible

 

mortelle-eternite.jpg

 

"Mortelle éternité" de Denis MARQUET et Elisabeth BARRIERE

 

 

A New York, Ann Lawrence et Jeff Mulligan, deux détectives, enquêtent sur l'assassinat d'une brillante biologiste. Jeff est persuadé d'avoir vu la victime devant son bureau une heure après sa mort et est hanté par des phénomènes surnaturels. Viré de la police, il continue ses recherches avec Ann, tombée amoureuse de lui. La piste les mènera vers une élégante clinique et une fondation humanitaire.

 


Repost 0
Published by Eskalion - dans A paraître....
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 11:20

9782702434017FS

"Un pied au paradis" Don RASH

Editions du Masque

 

 

 

J’aime les histoires simples. J’aime quand elles sont racontées sobrement et qu’elles touchent au cœur des hommes.  «  Un pied au paradis » de Ron Rash est de cette veine.

 

Dans un style épuré, l’auteur nous entraine dans une histoire ordinaire, celle d’une terre et des hommes qu’elle porte. Une terre sauvage, assommée par la chaleur et balayée par les vents, arrachée aux indiens, et bientôt perdue par les hommes. Une terre qui façonne les caractères, et fait de ces paysans pauvres, des gens rudes à la tâche, âpres et peu causants, courbés aux champs mais droits et dignes dans l’adversité.

 

Nous somme dans les années cinquante, à  Jocassee dans le comté d’Oconee , au sud des Appalaches. La compagnie d’électricité Carolina Power construit un barrage qui va submerger cette terre aride, où ne poussent que des choux et des plants de tabacs qui grillent au soleil.

 

C’est dans cette vallée perdue et condamnée qu’un homme a disparu. Un enfant du pays, un dur à cuire revenu de la guerre les poches pleines d’oreilles, des trophées pris sur l‘ennemi en guise de tribu pour  son courage.

Sa mère a bien entendu un coup de feu. Elle fut aussitôt persuadée que son fils était mort, et même convaincue que son voisin avait assassiné son enfant. Mais le corps est resté  introuvable.

 

Reste le temps.  La présence de cette absence, obsédante et tapit au fond des cœurs, et qui des années plus tard, progressivement, remontera  à la surface à mesure que l’eau du barrage commencera à envahir les terres.

 

Ron RASH a fait le choix de narrer son histoire à cinq voix. Cela n’est pas sans me rappeler le jeux à douze chandelles de David PEACE dans « Tokyo, ville occupée» (  "TOKYO, ville occupée" de David PEACE ). Mais là où David PEACE jouait avec l’écriture et les styles narratifs, Don Rash s’attache quant à lui à l’épaisseur psychologie de ses personnages.

 

Le shérif, la femme, le mari, le fils et l’adjoint du sheriff,  nous délivrent chacun dans un chapitre qui leur est consacré, un angle différent d’une même histoire, leur vérité et  pour certains une part de ce fardeau qu’ils portent, dans cette disparition que le temps n’arrive pas à effacer. Et fort sera le prix de la rédemption.

 

A travers ce roman émouvant, c’est aussi le portrait d’une  Amérique rurale au seuil des grands bouleversements technologiques de la seconde moitié du XXe siècle que nous dépeint Ron Rash. Un monde agricole et familial mal préparé au chambardement technologique qui va redessiner les contours d’une nouvelle ruralité, et jeter sur les routes de l’exode les plus pauvres de ces paysans  besogneux, qui iront grossir les rangs ouvriers d’une industrie elle-même en pleine mutation.

 

C’est ce monde paysan  que symboliquement le barrage est en train inexorablement d’engloutir.

 

« J’ai quitté Jocassee , pour la dernière fois pourvu que ca ne tienne qu’à moi. Je  reviendrais pas ici pour pêcher, faire du ski nautique ou me baigner ni rien de tout ça. Ici, c’était pas un coin pour les gens qui avaient un foyer. Ici, c’était un coin pour les disparus ».

 

Le roman de Don Rash est poignant, jusque dans le parler de ses personnages. Certains le comparent déjà de grands auteurs américains, dit du Sud. Pour ma part je n’en ferai rien.

 

 Si le roman m’a véritablement séduit et touché, j’ai l’impression cependant qu’il me manque un petit quelque chose ( que je n’arrive pas encore à identifier au moment où j’écris ces lignes) pour être totalement convaincu. Un très bon roman, oui, sans doute, un très grand auteur non, pas encore.

 

Don Rash a déjà publié 4 romans aux états unis. « Un pied au paradis » est le premier traduit et publié en France. C’est aussi un poète et un nouvelliste.

 

J'attendrai donc avec impatience son prochain roman pour cerner un peu plus cet auteur prometteur.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Américains
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 16:07

a-minuitMM

 

" A minuit, les chiens cessent d'aboyer"  de Michaël MOSLONKA

Editions du Rifle, collection Rifle noir.

 

 

Auchel, en Artois, dans le Nord pas de Calais. Une ville, une région, peu enclines à défrayer la chronique et à rivaliser avec les frasques criminelles et judiciaires de la capitale. Pourtant, c’est dans cette petite commune qu’un meurtre est perpétré sur un parking  au  vu et au su des clients d’un Mac Donald. Un cadavre qui fait tâche dans le décor propret du temple de l’art culinaire américain !

 

Et ce cadavre allongé sur le dos, les bras en croix, le torse gravé d’une croix gammée et des lettres F.D.L., ne sent pas bon du tout. L’inspecteur David BLACKE dépêché sur place  flaire tout de suite le sac d’embrouilles. En effet la victime s’avère  rapidement moins sympathique qu’il n’y paraît, puisque celle-ci semble être à l’origine de la création d’un groupuscule raciste,  émanation française  d’une organisation installée outre-manche.

 

Flanqué d’une coéquipière qu’il ne ménage pas de ses remarques acerbes et qu’il aurait préféré voir rester au bureau plutôt que de l’avoir dans ses pattes, Blacke va entamer une enquête pour laquelle il ne manifeste pas  au début une grande détermination. Il n’a que peu de considération pour ses congénères en général, et  pour des abrutis racistes en particulier, du genre de ce Dylan Druelles , la victime.

 

 Il faudra toute la détermination de sa coéquipière Amélie Laribi ,pour ramener Blacke sur l’enquête, et un second assassinat pour relancer l’affaire. Car la seconde victime, si elle était inconnue des services de police, s’avère avoir été particulièrement active  dans la diffusion d’une propagande xénophobe sur la Toile. Visiblement quelqu’un a décidé de faire rendre gorge à ce genre d’individus sur Auchelle.

 

De fausses pistes en suspect introuvable, Blacke se démène dans l’univers  du racisme ordinaire, qui glisse parfois ses racines  jusque sur les comptoirs de café, comme celui du « Joker » , dont le patron et certains consommateurs commencent à intéresser un journaliste d’abord, et notre policier ensuite. D’un simple fait divers, l’affaire va progressivement prendre de l’ampleur jusqu’au bouquet final particulièrement explosif.

 

Mickaël Moslonka, nous campe avec  le flic David BLACKE, un ours mal léché, misogyne, qui ne respecte pas les codes, qui fait fi de l’autorité et des convenances. Car c’est un homme blasé, qui ne supporte ni l’imbécilité, ni la médiocrité des gens qui l’entourent et de cette société qu’il voit remplie de moutons écervelés. Il ne rentrera jamais dans la petite case dans laquelle on souhaiterait le faire rentrer. Seul son plafond, quand il est allongé sur son lit, lui sert de réceptacle à ses questionnements et ses pensées. Celui-ci a l’avantage de ne pas lui répondre.

 

Et pour couronner le tout il y a ses chiens qui ne cessent d’aboyer  et qui quotidiennement le tourmentent.

 

A priori ce David BLACKE est donc un personnage auquel on a du mal à s’attacher, à  trouver sympathique , tant il peut être bourru et cynique ( A priori , car sa collègue saura deviner malgré tout, que chez ce flic, bat encore un coeur qui ne s'est pas totalement transformé en pierre). Pour autant c’est sans doute ce qui en fait sa force et sa singularité, car lorsqu’il projette son fiel à la figure d’un supérieur ou qu’il dénonce les travers de ses contemporains, le passage peut s’avérer particulièrement  croustillant pour le lecteur.

 

Dommage cependant ( et c’est là que réside ma principale réserve concernant ce roman) que ces traits de caractère du personnage  soient un peu  trop forcés à mon goût. Tout est quasiment prétexte à Blacke pour délivrer une phrase acerbe ou une opinion, une pensée au vitriol. Et la fréquence trop rapprochée  de ce genre de réflexions incisives  en diminue, je pense, leur effet  percutant. Dommage donc, car l’auteur n’a pas son pareil pour décocher des coups de plumes tranchants au détour de ses phrases.

 

Mickaël Moslonka est un écrivain touche à tout. S’il publie là son premier polar, il a déjà  écrit plusieurs ouvrages, notamment dans le domaine de la littérature sentimentale ou de la jeunesse ( lien du blog de l'auteur link).Il est aussi poéte et novelliste, et s’investie dans le domaine associatif.  Pour avoir pu échanger un peu avec lui, c’est aussi quelqu’un  de fort intéressant , sympathique, et que je devine très attachant, ce qui ne gâche rien !

 

Enfin, je ne voudrai pas terminer ce billet en précisant que le roman de Mickaël Molonska est publié aux Editions du Rifles , dans la collection «  Rifle noir », une toute jeune maison d’édition qui en matière de polar à pour ligne éditoriale de publier des romans qui s’inscrivent dans le paysage régional.

 

Blog des éditions du Rifle : link



 

 

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Français
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 18:38

franco est mort

 

" Franco est mort jeudi " Maurice GOUIRAN"

Editions JIGAL

 

Sans doute parce qu’à l’origine j’ai une formation d’historien, que mon grand père que je n’ai jamais connu était espagnol ; sans doute aussi parce que j’habite une région du sud de la France proche de la frontière avec la péninsule ibérique, témoin aveugle d’une tragédie humaine qui s’est jouée sur son sol, ce roman a vraiment eu une résonnance toute particulière dans mon esprit de lecteur

.

Avec une écriture parfaitement maîtrisée, Maurice GOUIRAN nous replonge dans les pages sombres de l’histoire espagnole. Mais il en est une d'entre elles, qui est aussi un peu la notre, précurseur des lâchetés à venir  face à la montée grandissante des totalitarismes européens, qui sur ce vieux continent des années trente, commençaient à tisser leur toile.

 

Marseille, années 2000. Manu sort de prison. Avec ses cauchemars, ses angoisses et sans boulot. Une femme qui l’a quitté à laquelle il pense toujours, un gosse, Patrice qu’il ne voit que rarement, qui ère dans les rues de Marseille et vit de combines et autres petits trafics. Un père enfin, aigri et moribond qui s’accroche à ses souvenirs comme à son verre d’alcool et avec qui le dialogue n’a jamais été possible.

 

 A cinquante balais passés, la vie de Manu se résume à un grand courant d’air.

 

Alors quelle attention peut- il bien porter à cette lettre qui lui arrive d’Espagne, envoyée par une cousine Paola dont il n’a jamais entendue parler ?

 

 Pourtant, ce courrier va le transporter bien des décennies en arrière, à une époque où sa famille s'est déchirée entre le camp franquiste et républicain. Car c’est de la guerre civile espagnole dont lui parle sa cousine. De sa propre mère Elisa, aujourd’hui disparue,  venue se refugier en France devant l’avancée des troupes franquistes qui devaient finir par porter au pouvoir la dictature. Une mère dont finalement il ne connait rien de son passé. Tout comme celui de son grand père dont il est aussi question : Ramon Espola.

 

Or aujourd’hui,  35 ans après la mort de Franco, l’Espagne commence enfin à déterrer son passé. A commencer par les charniers, dont celui de Carranza. Et d’après sa cousine espagnole, c’est sans doute  dans celui-ci que Ramon Espola est enterré. Avec l’aide de Clovis Narigou, un ancien journaliste, Manu va se découvrir alors un grand-père, figure héroïque de la résistance républicaine, chef militaire vénéré par ses hommes.

 

Mais au moment où il commence à s’intéresser à sa propre histoire, son fils Patrice s’enfonce dans les ennuis en s’attirant les foudres d’un petit caïd des cités qu’il a voulu doubler, et à qui il doit une forte somme d’argent. La situation dégénère au point que le père et la mère, que les soucis du fils vont rapprocher, échapperont de peu à la mort. Patrice doit être mis à l’abri, et l’Espagne devient logiquement la destination idéale.

 

Le temps que ses parents se remettent à l’hôpital  de leurs blessures respectives, c’est donc accompagné de Clovis, l’ancien journaliste, que Patrice prendra le chemin de cette Espagne dans laquelle plongent les racines de ses aïeuls. L’occasion de retrouver Paola et de démêler les fils de cette histoire familiale qui va passablement se compliquer.

 

Ce roman dépasse la simple intrigue policière qu’il porte. Il est aussi un formidable rappel de mémoire sur une page  méconnue (en particulier de nous français), de cette tragédie qui est venue s’échouer sur les plages d’Argelès.

 

 Un hommage aussi. A tous ces hommes, femmes et enfants qui ont vu mourir la République en Espagne et qui l’ont portée dans leur cœur jusque dans les camps français, dans lesquels ils seront parqués par la Patrie des Droits de l’Homme.

 

 Car pendant que la France s’enivrait de la joie des premiers congés payés,  dans l’insouciance générale, se jouait le drame de la démocratie espagnole mise à mort, signe annonciateur de bien des désastres à venir. S’en suivra  la « Rétirada »de ses derniers défenseurs, ce long cortège de réfugiés venus se masser à la frontière, pour trouver auprès de la France le réconfort qu’ils n‘auront pas, avec pour seul bagage la fierté de leur idéal assassiné.

 

« C’était comment l’arrivée en France ?

Pas beau, pas beau du tout… Tu sais, nous avions combattu comme des lions pendant deux ans et demi et nous arrivions avec des femmes, des enfants, des vieillards. Un peuple en guenilles, une armée de vaincus, une horde de malade, de blessés, d’égarés, de désespérés. Nous pensions qu’une France bienveillante, cordiale, généreuse, fraternelle nous accueillerait au bout de l’interminable route… Ce fut un désenchantement cruel. En arrivant à la frontière, face à l’arrogance et au mépris  des militaires et des gendarmes français, j’ai réagi en leur recommandant de ne pas trop faire les mariolles parce que bientôt, ce serait leur tour (…)Je n’avais pas tort : un an et demi plus tard, ce fut en effet leur tour ! » 

 

Je me méfie habituellement des romans qui s’inscrivent dans l’Histoire. Trop souvent je tombe sur des approximations ou des anachronismes qui n’ont qu’un seul effet sur moi, celui de me faire refermer le livre et passer à autre chose. Ici le travail de recherche de l’auteur  est impressionnant (il n’y a qu’à voir la bibliographie documentaire à la fin du roman) et les passionnés d’histoire y apprendront sans doute beaucoup de choses.

 

Maurice GOUIRAN inscrit  donc magistralement son intrigue dans ce passé  douloureux sans perdre de vue ses personnages et leur histoire personnelle. Dans un style sobre, il retranscrit parfaitement l’ « Arenitis » de ces vieux survivants, ce mal languissant dont on ne guéri pas,  cette « psychose née du sable, du vent, des barbelés et de l’absence de la moindre espérance. »


L’écrivain a beaucoup de tendresse pour ses personnages, ceux d’hier, mais aussi  ceux d’aujourd’hui, ces Manu, Agnès et les autres, ballotés par la vie et qui mènent un autre combat, celui de rester debout.


C’est un roman à la fois poignant, mais aussi plein de soleil. Un livre qu’on lâche à la dernière page avec le regret de l’avoir déjà achevé. On aurait aimé rester avec ces personnages cabossés si attachants.


Maurice GOUIRAN est un écrivain de l’humain. C’était ma première rencontre avec lui, et ce fut un enchantement. Un coup de coeur . Je n’ai qu’une envie, découvrir ses romans antérieurs.


 

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Français
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 19:05

Mon amie et complice blogueuse Nathalie, qui anime le blog de La Ruelle Bleue ( c' est par ici que ca se passe link ) m'a taggué pour participer à un jeu simple, mais fort sympathique, celui de citer 15 noms d'auteurs  qui m'ont marqués! Petit moment récréatif en attendant mon prochain billet qui devrait arriver ce week end , sur un excellent bouquin!

 

Alors c'est parti !

 

Albert CAMUS

 

Arthur RIMBAUD

 

Bernard CLAVEL

 

Isaac ASIMOV

 

George ORWELL

 

Teran BOSTON

 

David PEACE

 

Cormac MC CARTY

 

Joe R LANSDALE

 

serge BRUSSOLO

 

ira LEVIN

 

James CRUMLEY

 

Jack KEROUAC

 

William GOLDING

 

Paul VERLAINE

 

si le coeur vous en dit, sur votre blog ou en commentaire vous pouvez aussi laisser votre liste !

 

A ce weekend pour le billet de la semaine consacré au roman de Maurice GOUIRAN " Franco est mort jeudi"

Repost 0
Published by Eskalion
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 09:55

 

bard la frontiere.thumbnail

 

   "La frontière" Patrick BARD

 

Quand le journaliste Toni ZAMBUDIO arrive d’Espagne et débarque au Mexique, ce n’est pas pour visiter les hauts lieux touristiques de ce pays au passé légendaire.

 

C’est envoyé par son journal pour enquêter pendant quelques jours sur des assassinats de jeunes ouvrières  retrouvées suppliciées et atrocement mutilées près de Ciudad Juarez , à la frontière avec les Etats-Unis, que celui-ci se retrouve à fouler le tarmac de l’aéroport de cette ville mexicaine. Mais ce voyage marque aussi pour le journaliste le retour sur une terre natale qu’il n’a pas foulée depuis une trentaine d’années.

 

Les premiers contacts sont pris. Avec le chef de la police de Ciudad Juarez d’abord,  avec des ouvrières des maquiladoras ensuite.

 

Maquiladoras … ces entreprises étrangères venues s’installer à la frontière pour profiter d’une main d’œuvre docile et très bon marché et où s’épuisent pour quelques dollars des cohortes de jeunes femmes se tuant à la tâche pour contribuer à l’essor de la société de consommation occidentale.

 

Le cas de ces jeunes femmes assassinées fait résonnance avec le passé du journaliste, qui a vu mourir sa mère sous ses yeux alors qu’il était enfant, et n’en avait réchappé lui-même que parce qu’il n’y avait plus de balle dans le barillet de l’arme que l’assassin de sa mère avait ensuite braqué sur lui.

 

Alors il enquête. Méthodiquement. Cherche à comprendre. A trouver une logique à tous ces meurtres qui s’accumulent. S’agit-il de l’œuvre d’un ou plusieurs serials killers ? de cérémonies sataniques ? Des narcotrafiquants qui règnent sur la région ?

 

Les pistes sont insaisissables et glissent entre les doigts du journaliste comme le sable du désert de Sonora.

Pourtant ses articles finissent par déranger. L’enquête se transforme   en descente aux enfers pour Toni Zambudio. Elle  devient  alors une quête effrénée de la vérité, une affaire qu’il va faire sienne et pour laquelle le journaliste va progressivement tout sacrifier.

 

A travers les méandres de cette histoire toujours plus scabreuse, il finira par se défaire de tout ce qui avait fait de lui un européen : son travail de journaliste, la famille qu’il a laissée derrière lui, là bas, en Espagne. Dans une démarche quasi d’autodestruction. Il se lancera  dans une fuite en avant, voulant saisir à tout prix cette vérité qui lui échappe. Il embrassera la fatalité de cette terre maudite, où même le diable refuse de vivre et  le prix à payer sera à la hauteur de sa découverte finale.

 

Car à force de soulever les pierres pour voir ce qui s’y trouve caché, Toni va finir par mettre en branle un cataclysme qui emportera tout sur son passage. Dans un pays où tout peut arriver sauf la justice son destin se fondra dans celui plus sombre encore de cette région du monde devenue l’arrière cour de l’économie américaine, où la vie de jeunes mexicaines ne vaut même pas le salaire misérable qu’elle touchent.

 

 Patrick Bard nous livre un roman brut,  et nous dresse un portait désespérant d’un pays qui  vit quotidiennement la malédiction d’être le voisin de la première puissance économique  mondiale. Un pays vampirisé de sa jeunesse et de ses forces vives, sacrifié sur l’autel du libre échange et où la violence n’a d’égale que la misère qu’elle côtoie.

Car si l’enquête occupe le devant de la scène, la toile de fond de cette histoire reste omni présente. Et c’est là toute la prouesse de l’auteur à nous narrer une histoire terrifiante tout en nous peignant une situation pourtant bien réelle dans le Mexique d’aujourd’hui.

 

Ce livre est effrayant de violence, mais lorsque l’on découvre les pratiques de ces grandes multinationales, cela fait encore plus froid dans le dos !

 

Aujourd’hui si les carnages provoqués par la guerre des cartels du Sonora font la une quotidienne de l’actualité, les meurtres de jeunes travailleuses mexicaines eux, n’ont pas cessé. On s’y est habitué, comme on s’habituera aux tueries des narcotrafiquants. Le Mexique vit sa malédiction, et le Sonora est devenu le tombeau du développement économique ultra libéral du Mexique. La mort a embrassée cette région, elle est devenue la compagne fidèle de la vie de la population.

 

Comme l’écrivait Carlos Fuentès, écrivain cité dans le roman, «  les Mexicains ne vont pas vers la mort, ils y retournent car ils en viennent »

 

Depuis 2000, 70 journalistes ont été assassinés au Mexique.

 

Quant à Toni ZAMBUDIO,  il y a des balles qui mettent parfois plus de trente ans avant d’atteindre leur cible.

Repost 0
Published by Eskalion - dans Auteurs Français
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 18:15

NOUVEAUTES NOVEMBRE 2010 FORMAT POCHE

 

Editions DOMAINE 10/18 : Domaine policier

 

le chasseur de gourous

 

" Le chasseur de gourous" Tarquin HALL

 

Le Dr Suresh Jha meurt pendant son cours matinal de yoga, poignardé à la poitrine par le sabre de la monstrueuse déesse Kali, mystérieusement apparue dans la brume. Et ce cas est le premier dans les « annales du crime », selon Vish Puri, directeur de l’agence « Détectives très privés ». Une affaire qui mènera Puri et son équipe d’agents spéciaux du bidonville de Shadipur à Delhi, foyer ancestral de magiciens, jusqu’à la ville sainte de Haridwar sur les rives du Gange, pénétrant dans un monde où l’illusion et le surnaturel s’entremêlent jusqu’à masquer l’affreuse vérité…

 

Domaine grands detectives

 

ESSAI-C.jpg

" L'homme masqué " Paul DOHERTY le 04/11


Emprisonné depuis quelques années à la Bastille, le faussaire anglais Ralph Croft apprend qu'il a peut-être une chance d'échapper au pire... Sa mission : découvrir l'identité de l'homme au masque de fer, mort depuis longtemps, en échange de sa liberté ! Des couloirs fastueux du Louvre, au quartier de Saint-Paul, Ralph dénoue les fils royaux d'une énigme qui pourrait renverser le trône. Mais quels intérêts sert-il ? Ceux du Régent, des Templiers ou de ses mystérieux acolytes, l'archiviste royal Maurepas et le capitaine d'Estivet, un ancien mousquetaire ? À travers dédales et dangers, Ralph va découvrir une vérité insoupçonnable. Mais dévoiler un secret a toujours un prix...

 

" La douce tranquilité des samedis"Alexander McCALL SMITH le 04/11

 

En tant que directrice de la très sérieuse Revue d'éthique appliquée, Isabel Dalhousie se fait un devoir d'aider les gens qui l'appellent à l'aide. C'est aussi sans doute parce qu'elle adore se mêler de ce qui ne la regarde pas. Et lorsqu'une femme, rencontrée dans un dîner mondain, lui demande d'enquêter dans le milieu pharmaceutique, sur une affaire qui a ruiné la réputation de son mari, Isabel n'hésite pas à bousculer son quotidien déjà bien occupé. Mais elle doit aussi faire face à ses problèmes de couple avec Jamie, son jeune et bel amant et au désagréable "come-back" de son pire ennemi… Avant de goûter de nouveau à la tranquillité des samedis d'Edimbourg, Isabel devra être plus philosophe que jamais et affronter les problèmes avec un flegme "very scottish" !

 

essai-B.jpg

  " A l'orient du monde " Viviane MOORE le 04/11

 

 

En ce printemps 1163, alors que Tancrède d’Anaor et le Bédouin Rafik s’évadent d’Alep, l’ost du roi de Jérusalem attaque l’armée du sultan Noureddin. À Antioche, une patrouille découvre descadavres la bouche tordue par une terrible agonie. L’occasion pour le Normand de mettre en pratique l’enseignement de son maître Hugues de Tarse. C’est au coeur de cette enquête où se mêlent les intérêts de Byzance, de Venise, de Gênes et de Pise, qu’il croisera Naïri, une belle princesse arménienne. Tancrède trouvera-t-il la réponse à sa quête qui l’a mené du Cotentin à la Terre sainte en passant par la Sicile ?

 


A-essai

 

" La révélation de Noël " Anne PERRY le 18/11

 

Pour Emily Radley, la belle-s?ur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s'annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur le champ Londres, ses enfants, les mondanités et la fête pour passer ce Noël 1895 en Irlande, auprès d'une tante agonisante qui l'a demandée auprès d'elle. Brusquement plongée au c?ur du magnifique et sauvage Connemara, dans un petit village perdu au bord de l'océan, Emily ne s'imaginait pas une seconde confronté à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu'une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l'aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d'un secret bien gardé.

 

ESSAI-D.jpg

 

" Une prière pour les damnés" Peter TREMAYNE le 18/11

 

 

Février de l’an 668. La ville de Cashel est envahie d’éminents visiteurs. En accord avec la vieille coutume irlandaise, Fidelma de Cashel et Eadulf de Seaxmund’sHam, ayant été unis pendant une année et un jour, sont sur le point de se marier. Mais la veille de la cérémonie, l’abbé Ultan est retrouvé mort dans sa chambre. Pis encore, le roi de Connaght, surpris en train de fuir la scène de crime, est accusé du meurtre. Il réclame Fidelma pour assurer sa défense.

Très vite, Fidelma découvre que l’abbé Ultan n’est pas aussi dévot qu’on le pensait… Le week-end sera long et rempli de suspicion, de peur et de cadavres avant que Fidelma et Eadulf neparviennent à découvrir la vérité qui se cache derrière l’assassinat d’Ultan.

 

 

Editions POCKET

 

ESSAI-E.jpg

" La fille du Dr. DUPREY " Elisabeth HYDE le 10/11 

 

Deux semaines avant Noël, dans une petite ville du Colorado, le docteur Diana Duprey est retrouvée morte dans sa piscine.

Qui a pu commettre un tel crime ? Frank Thompson, son mari, suspect idéal qui venait de se disputer violemment avec elle qui refuse de fournir un alibi ? Ou Megan, en conflit ouvert avec sa mère depuis des mois ? Et quel rôle ont pu jouer les organisations militantes anti-avortement dont les menaces pesaient régulièrement sur la vie de Diana, médecin engagé et passionné ?

Les soupçons planent, l'enquête piétine et les rumeurs vont bon train dans cette bourgade de l'Ouest américain où, semble-t-il, chacun a quelque chose à cacher...

 

ESSAI-F.jpg

 

" Dortoir interdit" Serge BRUSSOLO le 10/11

 

Quand on est recruté par une agence immobilière spécialisée dans la remise en état d'anciennes scènes de crime, mieux vaut s'attendre au pire... C'est ainsi que Mickie Katz, jeune décoratrice de la très mystérieuse Agence 13, doit accepter de travailler pour un milliardaire obsédé par la Troisième Guerre mondiale.


Afin de mettre sa famille à l'abri d'un futur holocauste nucléaire, ce magnat du pétrole vient d'acquérir un bunker creusé dans le désert du Nevada par l'US Air Force au temps de la guerre froide. Le rôle de Mickie est simple : décorer le labyrinthe de béton pour en faire un paradis cinq étoiles qui rendra la claustration agréable aux survivants du conflit.


Mais dès le début des travaux, les événements vont prendre un tour inquiétant dans cette forteresse mystérieusement baptisée depuis 40 ans "Dortoir interdit"...

 

ESSAI-G.jpg

 

" La bible de Darwin" James ROLLINS le 10/11

 

Breslau, août 1945. Dans les décombres du IIIe Reich, un physicien allemand porteur des résultats de recherches ultrasecrètes menées pour les SS, fuit l'avancée soviétique.


Aujourd'hui, quelque part dans l'Himalaya. Au Népal, les moines d'un monastère bouddhiste ont été décimés par un mal inconnu. Sur place, Lisa Cummings, médecin, et Painter Crowe, agent de la Sigma Force, découvrent un cauchemar : les moines semblent avoir sombré dans la folie, le meurtre et le cannibalisme.


Au même moment, à Copenhague. L'exemplaire de la Bible ayant appartenu à Charles Darwin doit être mis aux enchères et déchaîne une lutte meurtrière pour sa possession. Quel secret recèlent ces pages soigneusement annotées ? Quel lien peut-il y avoir entre Darwin et un laboratoire troglodyte en Pologne, oublié depuis 1945 ?


Plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les monstres dont rêvaient d'accoucher les maîtres du IIIe Reich sont sur le point de voir le jour...

 

ESSAI-H.jpg

 

" Las Vegas baby " Brian FREEMAN le 10/11

 

Pas de doute, Las Vegas joue carte sur table avec Jonathan Stride. À peine muté de son lointain et glacial Minnesota, l'inspecteur est directement plongé dans les flammes de l'enfer : une nouvelle collègue qui s'avère être transsexuelle, le meurtre du fils d'un richissime producteur de cinéma et un tueur en série qui laisse des indices pour qu'on le suive à la trace. Sexe, argent et crime. La ville du péché n'a jamais mieux porté son nom. Et quand, en plus, la politique s'en mêle, alors Stride doit se rendre à l'évidence : pour ce qui est de son enquête, les dés sont pipés...

 

ESSAI-I.jpg

 

" Mortels péchés" Elisabeth GEORGE le 10/11

 

À tout meurtre son mobile. À tout mobile son péché. Rarement mignon, véniel à l'occasion, mais le plus souvent : CAPITAL. Capiteux. Mortel. Dans ces pages au soufre infernal, l'avarice et la luxure sont à l'honneur. Et à l'horreur. Variations sur un même thème.


Depuis les couloirs du Capitole jusque dans les cuisines familiales, les instincts les plus vils mènent la danse, macabre. Couguars et mères au foyer, ados et amants... Les appétits, d'or ou de corps, sont sans limites. Et font le bonheur d'une poignée de romancières, brillantes et perverses, comme les aime la Reine Elizabeth. Laquelle se fend, parmi les pages de ses talentueuses protégées, d'une nouvelle au diapason. Un collier de perles noires...

 

bof.jpg

 

 

" Morts sur la lande " Ann CLEEVES le 10/11

 

Le petit village d'Elvet est sous le choc : Jeanie Long s'est suicidée. Emprisonnée pendant dix ans pour le meurtre de la jeune Abigail Mantel, elle a toujours crié son innocence. En vain.
L'émotion est à son comble quand on apprend la réouverture de l'enquête ; des faits nouveaux tendraient à prouver que Jeanie disait bien la vérité. Mais, curieusement, les villageois ne semblent pas pressés de replonger dans le passé, et les langues ne se délient pas facilement.
Jusqu'à l'entrée en scène de l'inspectrice Vera Stanhope, qui va déployer tout son art de l'interrogatoire pour lever le voile sur les secrets inavouables de ces vies en apparence irréprochables.
Jalousies, fantasmes, liaisons incestueuses, chantages… À peine Vera se fait-elle une idée sur les coulisses de la petite communauté d'Elvet qu'un second crime a lieu. L'affaire va alors prendre un tour inattendu…

 

 

Editions du SEUIL

 

Mankel.gif " Meurtrier sans visage "

"Les chiens de Riga"

"La lionne blanche" H. MANKELL

 

 

Editions Point

 

l-ame-du-chasseur.gif

 

" L'âme du chasseur "( Edition collector). Deon MEYER 

 

Après le succès des Soldats de l'aube, Grand prix de Littérature policière 2003, Deon Meyer nous invite à une superbe course poursuite à travers une Afrique du Sud toujours en proie à ses vieux démons. Véritable force de la nature, " P'tit " Mpayipheli fut un agent des services secrets sudafricains. Depuis le changement de régime, il s'est refait une vie honorable et paisible. Mais un jour la fille d'un vieux camarade de lutte lui demande son aide: son père a été enlevé et ses ravisseurs exigent une rançon bien particulière. Que faire ? Renouer avec un passé de meurtres et de corruption pour sauver son ami ou le laisser tomber pour protéger sa nouvelle existence ?

 

a-couper-au-couteau.jpg

 

" A couper au couteau " Kris NELSCOTT

 

 

Memphis, 1968 : Martin Luther King s’écroule sous les balles d’un meurtrier anonyme. Jimmy, le fils du détective privé Smokey Dalton, est le seul à avoir vu son visage. Confronté au FBI qui veut le faire taire à tout prix, son père le cache à Chicago. Le répit est de courte durée. Dans la ville, où se tient un meeting politique décisif, le FBI est omniprésent, la tension est à couper au couteau.

 

6-heures-plus-tard.jpg

 

" 6 heures plus tard " Donald HARSTAD 

 

Quand une amie de sa fille disparaît à Londres, le shérif Carl Houseman semble tout désigné pour participer à l’enquête. Revendiqué par un étrange mouvement réformiste, le rapt est incompréhensible : ni mobile, ni rançon. Pourquoi cette jeune Américaine ? Qui se cache derrière ce groupuscule de terroristes amateurs ? Loin de tous ses repères, Houseman affronte un ennemi aussi terrifiant qu’inhabituel.

 

FRERE.jpg

 

" Un amour fraternel " Pete DEXTER

 

 

La mort accidentelle de la petite Angela plonge la famille Flood dans le désespoir. Charley, le père de famille, veut tuer le responsable, qui se trouve être son propre voisin. Mais ce policier corrompu travaille, comme Charley, pour la mafia de Philadelphie. Il est protégé par le parrain du gang. En allant au bout de sa vengeance, Charley va précipiter le destin de chacun des membres de la famille Flood…

 

MAMA.jpg


" Mama Black Widow" Iceberg SLIM

 

 

Dans ce monde de Blancs haineux, un nègre vaut moins que rien. Otis, débarqué de son Mississippi natal dans un ghetto de Chicago, se débat entre une mère prête à tout pour quelques dollars, un prédicateur pédophile et des macs toxicos. Et Otis n’est pas seulement noir et pauvre, il est tiraillé entre son cœur qui le porte vers les jolies filles et sa chaire qui réclame de beaux mâles.

 

Editions Archipel : Collection Archipoche

 

 

  " La glace et le feu "Clinton Mc KINZIE

 

Antonio Burns, flic passionné de montagne, a été muté dans le Wyoming pour avoir abattu trois dealers dont il avait infiltré le gang. Depuis, sa carrière suit une mauvaise pente.Sa vie privée n’est guère plus réjouissante : ses relations avec sa petite amie sont extrêmement tendues et son frère, toxicomane, vient de s’évader de prison.


Pour ne rien arranger, il se laisse séduire par la belle Cali, jeune procureur et fille d’une star

hollywoodienne, dont il doit assurer la protection.Cette dernière, victime de harcèlement, reçoit des menaces anonymes. Qui en veut à Cali ? Wokowski, son ex-petit ami ? Ou Myron Armalli, un jeune schizophrène obsédé par elle ?


Seule certitude, Antonio Burns va devoir affronter son adversaire sur les pics enneigés des Rocheuses cernés de vallées en proie aux incendies. Et là, le moindre faux-pas peut suffire à vous précipiter vers l’abîme.

 

Editions folio policier

 

" Le baiser du tueur" William LASHNER le 18/11

 

Rien n’est plus facile – ni plus dangereux – que de revenir dans le lit d’une ancienne amie. Il y est question d’habitude, de plaisir, de choses que l’on partage et d’autres que l’on ne peut se dire. Il y est question d’émotions, de tendresse, de colère et d’espoir.

 

Parfois cela peut «casser» ou même devenir moche. Une maîtresse, c’est aussi l’amour. Victor le sait mieux que quiconque. Que Julia l’appelle et l’avocat sait que le danger et la vie reviennent main dans la main. Lui qui pensait avoir éradiqué de sa mémoire la belle avec ses poignets si délicats, cette lumière au coin des yeux, quand, très vite, elle laissait filer un sourire et répondait encore à ses bêtises, se trouve de nouveau dans la peau d’un gamin en passe de devenir dingue ; un gamin croyant encore à l’évidence d’une nuit et espérant la parenthèse merveilleuse des étreintes.

Jusqu’à ce que deux flics débarquent bien décidés à lui mettre sur le dos le meurtre du mari. Un mauvais choix de plus Victor? Dindon de la farce et pigeon désigné? Allez savoir avec les hommes. Allez savoir ce que cache le désir.

 

" Le rouge et le vert " Jean Bernard POUY le 18/11

 

 

Lors d'un de ces repas intellos mondains où les idées volent comme des enclumes, Averell (appelé ainsi par sa copine parce qu'il est daltonien) se voit proposer, par son hôte, un drôle de contrat : il est embauché pour enquêter. Sur quoi ? Mystère. Personne ne le sait. Même pas lui. Il doit le trouver.
Dès lors, pour ce personnage qui, dans le social, est un «nez», un créateur de parfum, le monde entier, du général au particulier, va sentir de plus en plus mauvais.

 

Sansalina

 

" Sansalina" Nicolas JAILLET

 

Pablo Zorfi va mal. Son quotidien n’est que meurtres, enlèvements et trahisons. Dans le Mexique des années 20, les bordels tournent à fond, loin de la poussière et des Pancho Villa moustachus. L’enfant des rues de Sansalina est maintenant le maître de la ville. Mais il est devenu mauvais comme un crotale. Ses meilleurs amis le terrorisent. Il n’a qu’une solution pour se convaincre qu’il a encore un avenir : revoir Dolores. Toucher sa peau. La jeune femme respire la liberté. Personne ne lui dicte ce qu’elle doit faire. Elle a oublié Sansalina, sa violence et ses hommes. Dolores aussi avait un rêve d’enfant, pour lequel elle a tout sacrifié. Elle a fondé une bibliothèque. Le jour où ce rêve explose comme une vulgaire boîte d'allumettes, c'est un autre combat qui s'engage

 

Editions Le Livre de poche

 

les-masques-de-la-nuit.gif

 

"Les masque de la nuit" Pieter ASPE

 

 

Le squelette d'une femme retrouvé dans le jardin d'une ferme rénovée des environs de Bruges conduit le commissaire Van In et son équipe à enquêter sur cette maison, autrefois maison close fréquentée par des notables de la ville. L'enquête se dirige vers les réseaux de prostitution et les policiers corrompus, mettant à mal la vie de cette ville provinciale flamande.

 

une-eau-froide-comme-la-pierre.gif

 

" Une eau froide comme la pierre " Deborah CROMBIE

 

 

Duncan Kincaid et Gemma James, tous deux inspecteurs à Scotland Yard envisagent de passer d'agréables vacances de Noël avec leurs enfants respectifs, mais dès qu'ils arrivent dans la maison familiale, la police locale est aux aguets. Une enfant momifiée est retrouvée scellée dans un mur, ainsi que le cadavre d'une femme sur une péniche.

 

ultime-confession.gif


" Ultime confession " Helen FITZGERALD

 

 

Krissie McDonald est assistante sociale-agent de probation en milieu carcéral. Elle est chargée de rédiger un rapport sur Jeremy Bagshaw, qui est soupçonné d'avoir tué une femme. Grand, beau, gentil, issu d'un milieu bourgeois, celui-ci détonne dans la prison où il est incarcéré et endure un véritable calvaire. Krissie est persuadée qu'il est victime d'une erreur judiciaire.

 

dans la tête , le venin

" Dans la tête, le venin " Andrea H.JAPP

 

 

En France, deux adolescents fous de satanisme, sont assassinés sauvagement. Aux Etats-Unis, Diane Silver, une profileuse, doit accueillir en stage un avocat d'affaires. Yves, ami et policier français, lui relate les meurtres des deux adolescents. Elle traque dans le même temps un tueur à Boston et se remémore l'assassinat de sa fille, quinze ans plus tôt.

 

le mystere de noel


" Le mystère de Noël" Mary et Carol HIGGINS CLARCK

 

 

La détective privée Regan Reilly, son mari Jack, Nora, la mère de Regan, et son mari Luke ainsi que les gagnants de la loterie Alvirah Meehan et son mari Willy sont une nouvelle fois réunis pour passer le week-end à Branscombe, petit village du New Hampshire. Au milieu des préparatifs du Festival de la Joie, précédant Noël, des ouvriers gagnent au Loto, mais un incident perturbe ces évènements.

 

les-soupers-assassin.jpg


" Les soupers assassins du Régent " Michèle BARRIERE

 

 

A la mort de Louis XIV, le Régent, Philippe II d'Orléans, sous l'influence des Marivaux, Watteau ou Campra, organise régulièrement au Palais-Royal des soupers fins. La révolution culinaire française est en marche : mode des jardins, passion pour les fruits et légumes jusqu'alors décriés, arrivée de la pomme de terre, engouement pour les eaux parfumées, liqueurs, vins blancs et rosés pétillants.

 

quart-mortel.jpg


" Quart mortel " Clive CUSSLER

 

 

Juan Cabrillo, directeur de la Corporation, supervise des missions commerciales à bord de l'Oregon, un navire de guerre ultramoderne. Des armateurs japonais achètent ses services. Or, la fortune de ces magnats est menacée par des pirates des mers. Face à ces ennemis, J. Cabrillo et son équipage découvrent que ces méfaits dissimulent une conspiration internationale.

 

la belle endormie

 

"La belle endormie" Jeffery DEAVER

 

 

Kathryn Dance est un agent spécial capable de décrypter les êtres. Elle interroge Daniel Pell, un dangereux meurtrier ayant assassiné toute une famille quelques années plus tôt. Seule une petite fille endormie parmi ses poupées a échappé au massacre. Peu de temps après leur rencontre, Daniel Pell s'évade de la prison où il purgeait une peine à perpétuité. Son but : retrouver la belle endormie...

 

le-dahlia-rouge.jpg

 

" Le dahlia rouge " Linda LA PLANTE

 

Un serial-killer d’un genre particulièrement raffiné a décidé de reproduire les crimes du fameux Dahlia noir. La première victime est retrouvée coupée en deux, comme Elizabeth Short - mais proprement, il doit s’agir d’un chirurgien. L’enquête piétine. On a le signalement d’un homme grand, mince, tempes argentées et Jaguar noire qui faisait des cadeaux somptueux à la victime, mais pas moyen de l’identifier.

 

La frustration de la police grandit au fil des pages, jusqu’au break, enfin : un coup de fil anonyme d’une voix féminine terrifiée qui dénonce Charles W., ancien chirurgien de l’armée, riche et qui se croit au-dessus des lois. Sombres histoires de famille, partouzes entre gens haut placés qui ne parleront pas, domestiques terrifiés, filles violées et réduites au silence. Bientôt, tous les éléments sont réunis, mais comment coincer le coupable ? Malgré un faux pas, Travis trouvera.

 

le-guet-apens-des-piscatoris.jpg

 

"Le guet-apens de Piscatoris" Jean CONTRUCCI

 

 

En janvier 1907, Raoul Signoret est témoin d'un meurtre lors d'une battue au sanglier dans le vallon de Piscatoris, à l'est de Marseille. Qui a tiré sur Gaston Cadenel ? Celui-ci, avec la vente de la terre de ses ancêtres, s'était fait de nombreux ennemis, dont son fils, suspect numéro un. Après l'incendie de la bergerie des Cadenel, les langues se délient et surgit un vieux secret de famille.

 

une-nuit-de-trop.jpg

 

" Une nuit de trop " James PATTERSON

 

 

Alors qu'elle lui rend une visite surprise, Lauren Stillwell, jeune inspectrice au sein de la police new-yorkaise, surprend son mari aux bras d'une autre femme. Pour se venger, elle cède aux avances de l'un de ses collègues. Mais après leur première nuit ensemble, ce dernier est assassiné sous ses yeux par son mari. Chargée de l'enquête, Lauren fait tout pour ne pas confondre le coupable.

 

Editions Rivages Noir/poche

 

ESSAI-1.jpg

 

" Un vide à la place du coeur " Alicia GIMENEZ BARTLETT  le 03/11 

 

 

Petra Delicado ne pensait pas que le simple fait d'aller aux toilettes dans un centre commercial serait si lourd de conséquences : une petite fille en profite pour lui voler son sac à main, et surtout le pistolet qu'il contient. Si les collègues de l'inspectrice jugent l'affaire carrément risible, Petra, elle, se demande avec angoisse entre quelles mains a pu tomber son arme.

Elle ne tarde pas à le savoir quand on découvre, dans le quartier de Gracia, le corps d'un étranger non identifié. Une balle lui a explosé les parties génitales. Une balle tirée par un Glock du même modèle que celui de Petra. Rongée par la culpabilité, l'inspectrice se lance sur la piste de la petite voleuse, avec pour seul point de départ la photo de l'enfant, trouvée dans les archives d'un centre d'accueil pour mineurs...

 

ESSAI-2.jpg

 

" A cheval sur une tombe" Bill JAMES le 03/11

 

 

Le gang qui a défrayé la chronique en braquant une banque à Exeter fait de nouveau parler de lui. Le bruit court que le cerveau, Oliver Leach alias "le diplomate", se serait réfugié sur le continent en emportant avec lui le gros du butin. Ses anciens complices, qui ont dû s'enfuir les mains vides, veulent récupérer leur part. Ils n'hésitent donc pas à enlever la fille d'Oliver, Lynette, pour obtenir une rançon.

En bon flic, Colin Harpur soutient Patsy, la mère de la jeune fille, mais cherche aussi à savoir où se cache son mari. Le seul qui sache vraiment où se trouve le "diplomate", c'est son vieux complice Ralph Ember, le propriétaire du club le Monty. Mais Ralph ne peut rien dire, et pour une bonne raison. Cela ne l'empêche pas de gagner les faveurs de Patsy.

 

PAYE.jpg

 

"Cher payé" Jean Paul DEMURE le 10/11

 

 

Jean-Mi, 26 ans et toujours chez Maman, ne fait pas grand-chose de ses journées. Mais ce n'est pas un mauvais bougre : face au désespoir de sa mère et pour pouvoir emménager avec sa petite amie, il décide de répondre à une annonce et de devenir jardinier. Sauf qu'il n'a pas de diplôme. Il demande donc à son copain Fernand de lui en fabriquer un, et à son pote Marcel de lui prêter le scooter de son père, une ruine pas assurée.

 

Et le voilà parti. Sur place, Monsieur Girkas, maître d'un domaine à l'abandon, peuplé de molosses féroces, ne semble rien connaître au jardinage, au point que même Jean-Mi fait illusion.

Très vite, un inconnu l'aborde et lui propose de l'argent pour jouer à l'espion. Bien qu'exploité, Jean-Mi sent le coup foireux et refuse. Mais comme il est quand même fondamentalement un loser, le défaut d'assurance du scooter dégénère : victime de brutalité policière, il est obligé de recourir à l'aide de l'homme qui avait tenté de le corrompre. Evidemment, c'est le début d'un engrenage...

 

meurtre-au-31e-etage.jpg

 

" Meurtre au 31e étage" Per WAHLÖÖ le 10/11

 

 

Dans un avenir proche, au coeur d'une grande métropole nordique, la quasi-totalité de la presse s'est retrouvée concentrée entre les mains d'un seul trust, dont le gratte-ciel domine la ville. Le comissaire Jensen est appelé sur les lieux suite à une alerte à la bombe. Aucune bombe n'explose, mais un détail de la lettre anonyme met Jensen sur une piste. Au cours de son enquête, il découvre un univers qui fait froid dans le dos.

arche-d-acier.jpg

" Arche d'acier" Per WAHLÖÖ le 10/11

 

Après un long séjour à l'étranger, le commissaire Jensen rentre chez lui, dans un pays où l'Etat, par souci du confort des citoyens, s'est ingénié à gommer toutes les différences et faire disparaître tous les sujets de friction. Mais il retrouve une capitale ravagée : rues désertes, quartiers à l'abandon, paranoïa générale. Une mystérieuse maladie semble s'être abattue sur la ville. Peu à peu, Jensen se rend compte qu'en fait d'épidémie, il se trouve face à une gigantesque manipulation. Et cette fois, il semblerait bien que les autorités ont joué avec le feu.

  Editions Baleine

 

mort d'un papy voyageur

 

" Le Poulpe .Mort d'un papy voyageur" Hervé CLAUDE

 

Le Poulpe, c'est le Poulpe. Ses enquêtes, ses causes perdues, ses hauts et ses bas avec Chéryl, ses disputes avec Gérard... On connaît tout ça !

 

Mais que Gabriel Lecouvreur parte aux antipodes pour enquêter sur la mort de l'un des clients du Pied de porc à la Sainte Scolasse, un vieil avocat humaniste qui s'est fait dévorer par un crocodile, qu'il se mette à embrasser des hommes et qu'il se produise dans un show gay déguisé en Lady Gaga... Alors, là ! C'est du jamais vu !

 

Et pourtant... d'un hôtel près de la Barrière de corail où les méduses sont mortelles, aux riches et dangereuses mines du désert, en passant par la rencontre d'un archevêque buveur de bière ou le Mardi gras de Sydney, la grande parade homosexuelle, notre Poulpe va parcourir l'Australie et mettre, une fois de plus, un peu d'ordre et de justice là où règnent la cupidité et le mensonge.

 

Editions Le Masque : collection Masque jaune

 

la corde d'argent

 

"La corde d'argent" Paul HALTER

 

 

Nous sommes en Angleterre dans les années 50. Alice et son frère David Davenport vivent dans le petit village de Ravenstone, où ils consultent régulièrement Roger Firode, un magnétiseur aux pouvoirs surprenants. Au même moment en Normandie, leur oncle, le colonel Arthur Davenport, est retrouvé assassiné chez lui.

 

Très vite, le principal suspect n’est autre que son neveu David. Mais l’apparition du magicien « Le Grand Santini », dont la ressemblance avec David est troublante, provoque de nouveaux rebondissements. Et quel rôle peut bien jouer dans cette affaire la mystérieuse « Corde d’argent », accessoire fétiche du magicien, qui semble nouer des liens entre les divers protagonistes ? 


L’inspecteur Hurst et son fidèle ami le Dr Twist vont enquêter sur les secrets de cette famille, qui a autrefois vécu en Inde, pour tenter d’élucider cette sombre énigme. 
Ils devront déjouer les pièges de la magie orientale et de ses nombreux sortilèges.

 

VIENT JUSTE DE PARAITRE ET MERITE QU'ON EN PARLE...

 

Editions du RIFLE: collection RIFFLE NOIR

 

a-minuitMM

 

" A minuit, les chiens cessent d'aboyer" Michaël MOSLONKA

 

Date : nuit du 19 au 20 février 2010. 

Lieu : Auchel, petite ville minière sans trop d’histoires. 

Heure : minuit passé de 31 minutes.  

 

Dylan Druelles, un pro-nazi d’opérette, est retrouvé mort sur le parking du MacDo poignardé par dix coups de couteau. On lui a également tranché la langue. 

 

Dès la découverte du cadavre, tout un tas de questions surgissent : Qui a assassiné le nazillon des bacs à sable ? Que signifient ces trois lettres, F.D.L., tatouées sur son torse en plus de la croix gammée ? Pourquoi lui avoir tranché la langue ? À qui sont les empreintes sur l’arme du crime ? Que faisait Johnny Tajesky, un délinquant multirécidiviste appréhendé non loin du lieu du crime ? Les fourmis laborieuses qui s’échinent derrière le comptoir de Mal Bouffe Land ont-elles un sexe ? La lieutenante de police, Amélie Laribi, aura-t-elle l’estomac assez solide pour ne pas salir ses chaussures ? Quel coupable veut le commissaire Lheureux : le coupable « idéal » ou le « vrai » coupable ? 

 

À ces questions, David Blacke répondra avec hargne et cynisme. Les seules réponses qu’il daignera y apporter ne seront que des paris pris avec lui-même. 

 

Quant à Amélie Laribi (qualifiée de « chienne policière à son maî-maître » par Blacke), elle s’opposera aux sarcasmes de son imbuvable supérieur hiérarchique. Cette femme flic qui croît en son métier et en ses collègues n’aura de cesse que de chercher à innocenter Johnny Tarjesky (alias « le coupable idéal »), et à arrêter le vrai tueur. Pour que la commune minière de son enfance retrouve la paix et la sérénité. 

 

Et les chiens ? s’interroge-t-on. 

 

Hé bien, ils aboient, les chiens. Et si, ensuite, la caravane passe, les meurtres, eux, se succèdent...

 

Ce roman fera l'objet d'un billet sur Passion Polar dans les prochaines semaines.

 

C'est le premier polar d'un auteur fort sympathique, qui compte déjà plusieurs ouvrages à son actif dans des domaines differents. Ci dessous le lien vers le blog des Editions du RIFFLE où vous trouverez la vidéo en ligne d'une interwiew de l'auteur à une télé locale, histoire de faire sa connaissance.

 

http://rifflenoir.blogspot.com/

 

Ainsi que le lien vers le blog de l'auteur, pour découvrir ses oeuvres.

 

http://enfantduplacard.pagesperso-orange.fr/

 


 Voilà c'est clos pour le mois de Novembre ! 


BONNE LECTURE 

 

 Et n'oubliez pas de vous inscrire à la NEWLETTER de PASSION POLAR !!

 

Repost 0
Published by Eskalion - dans A paraître....

Présentation

  • : Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • Le blog de passion-polar.over-blog.com
  • : mes lectures et mes coups de cœur dans le domaine du polar.Sans aucune prétention.
  • Contact

Prochain salon

image002.jpg

Rechercher

Revues à se procurer !

ob_649826ad1838a9264b20566415d85c54_115.gif

 

crimes-et-chatiments.jpg

N°5 sortie le 30/05

temps noir

 

 

 

CouvAlibi08P.jpg

 

Indic15Couv.jpg

parution le 26 juin

Sur abonnement uniquement

une surprise pour tout abonnement

le site : link

Archives

Prochaine chronique:

utopia.PNG

Sous mon marque page...

 

a-l-aube-d-une-autre-guerre.jpg

Mes prochaines lectures...

  Dans le désordre...

 

 

  chamamé

 

 

le-phyto-analyste.jpg

 

les_machoires_du_passe_01.j_1.jpg

 

 

 

 

flic-ou-caillera.jpg

 

  le-manuel-du-serial-killer-

 

 

 

ta mort sera la mienne

 

messe noire

 

des-noeuds-d-acier.jpg

 

 

Jamais-vue-Burke.PNG

 

 

Passion Polar sur Facebook